Affaire Astou Sokhna : Journée sans soins ce jeudi en réponse au placement sous mandat de dépôt de certains des leurs

0
315

La journée du 21 avril sera marquée dans les annales du syndicalisme.   Les acteurs de la santé, toutes catégories confondues, ont décidé de faire bloc pour une journée sans soins dans les structures de santé du pays. Une décision qui fait suite au décès maternel et néonatal à Louga dont le personnel de santé présent à la maternité a été placé sous mandat de dépôt pour non-assistance à personne en danger. 

«Jamais, nous ne saurons les agneaux du sacrifice» ont déclaré les syndicalistes de santé après le décès de Sokhna Astou à la maternité de Louga au mois de mars dernier. Un décès qui est devenu une affaire publique car qualifiée par la justice de manquement de la part du personnel soignant de la maternité en garde ce jour-là. Quatre des six prestataires de santé ont été placés mardi dernier sous mandat de dépôt. Pour soutenir leurs camarades, tous les syndicalistes de la santé ont décidé de faire bloc ensemble à travers un collectif «pour le respect de la dignité» des travailleurs de la santé.

En point de presse hier, mercredi 20 avril à Dakar, ils ont décrété une journée sans soins ce jeudi dans l’ensemble du territoire national. Seules les urgences seront fonctionnelles mais avec un service minimum. Pour le secrétaire général du syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) Dr Yéri Camara, «nous demandons aux agents des différents syndicats de travailler la main dans la main pour lutter contre le manque d’équité dans le traitement des agents de la fonction de l’Etat au détriment des agents de santé».

Il a aussi déclaré : «la durée de la lutte dépendra du sérieux dans le traitement de cette affaire et celui de nos plateformes revendicatives par l’Etat du Sénégal, mais nous nous battrons pour nos droits, notre dignité et le respect de notre noble métier».

Sur l’affaire du personnel incriminé, Dr Camara a renseigné : «le parquet vient de commettre une dernière forfaiture en mettant sous mandat de dépôt quatre des six sages-femmes accusées dont deux sont enceintes et l’une cardiopathe, il sera tenu pour responsable de la santé de ces dernières et de leurs enfants. Nous rappelons aussi que ce premier plan national sera suivi par d’autres plus dures et plus sévères jusqu’à ce qu’un traitement équitable soit obtenu par nos camarades ». Face à la tournure des choses, les syndicalistes de la santé estiment «qu’il est injuste de vouer aux gémonies toute une catégorie socio-professionnelle».

Pour le collectif, il y a un déferlement de violences verbales et de manque de respect tous azimuts à l’endroit des travailleurs de la santé et de l’action sociale. Toutefois, Dr Camara a fustigé: «le comportement des autorités avec des décisions hâtives et symboliques comme le limogeage spectaculaire de Dr Amadou Guèye Diouf, Directeur de l’hôpital de Louga. La sortie du Ministère de la santé, à travers un réquisitoire au vitriol digne d’un procureur est très inquiétante».  Et d’attester : « cette démarche des autorités de la République expose le personnel de la santé à la vindicte populaire dans un pays où la violence devient de plus en plus banalisée. Au lieu de mener des enquêtes impartiales, et prendre des mesures conservatoires, les autorités se précipitent à designer le personnel de santé coupable de négligence pour des calculs bassement politiciens. C’est une manière d’attiser le feu et d’apeurer le personnel de santé qui pourrait devenir fragile et désarmé devant les insultes gratuites des populations

Pour rappel le collectif regroupe le Sames, Syntras, Sdt3s, le Sacds, Satsus, Sutracol, Sas, Syncoas, Sat-Santé mais aussi l’Ansfes qui regroupe les sages femmes

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply