Affaire Astou Sokhna : la famille enfonce le personnel, la Direction se défend

1
1057

Le décès d’Astou Sokhna, survenu le 31 mars dernier, à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, du fait d’une «négligence médicale» supposée, révélé par Libération dans sa livraison d’hier, lundi 11 avril 2022, suscite de vives réactions, jusque sur les réseaux sociaux. En réponse à la sortie de la famille, la Direction de l’hôpital a apporté sa part de vérité ; alors que le ministère de la Santé a dépêché une équipe sur place pour tirer l’affaire au clair.

Par Seynabou BA (Stagiaire)

 

EN ATTENDANT UNE MARCHE ANONNCÉE

Campagne #JUSTICEPOUR ASTOUSOKHNA

Astou Sokhna, une femme en état de grossesse, a rendu l’âme le 31 mars passé, par «négligence médicale» présumée, au niveau du service de la maternité de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga. Devant subir, en urgence, une césarienne, Astou Sokhna est décédée «dans l’indifférence totale», après avoir souffert de 9h30 à 5h30 du matin.

Sur une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, la mère du défunt revient sur les derniers instants de la vie de sa fille. «Elle avait tellement mal qu’elle a arraché la perfusion. Elle suppliait la sage-femme qui lui répétait, avant de nous abandonner dans la chambre : ‘’je ne vais pas reculer, tu n’es pas programmée pour aujourd’hui’’», raconte la maman dans la vidéo devenu virale.

«Quand Astou a commencé à hurler de douleur, la sage-femme lui a dit : ‘’si tu n’arrêtes pas, je fais sortir ton mari et ta maman de la chambre», a informé le mari sur les réseaux sociaux.

La famille d’Astou Sokhna, très peinée, accuse le personnel de «négligence». Elle a porté plainte, hier lundi, contre la Direction de la structure hospitalière. Le mari de Astou Sokhna, joint au téléphone par la Rédaction de Sud Quotidien n’a pas voulu donner plus de détails que ce qui est déjà apparue dans la presse, sous prétexte que la justice lui interdit de se prononcer là-dessous après sa plainte. Le mari dit laisser tout entre les mains de la justice, pour que justice soit faite pour Astou Sokhna.

Par ailleurs la campagne #JUSTICEPOUR ASTOUSOKHNA a démarré sur les réseaux sociaux, plus particulièrement sur Facebook. Cette campagne a pour objectif de dénoncer toute les injustices et que plus jamais ce genre d’incident ne puisse se produire dans ce pays ; car aucune femme n’est épargnée.

En ville ou au village, riche ou pauvre, ce genre de «traitement scandaleux» réservé à des malades des hôpitaux publics peut arriver à n’importe qui. Selon les acteurs, ce n’est pas du fait du milieu, mais de certaines femmes et certains hommes du milieu. Une marche de dénonciation des «négligences médicales» est programmée pour les jours à venir, a informé le mari.

DR FATOU MBAYE SYLLA, DIRECTRICE GENERALE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE

«Après l’analyse de l’équipe envoyé sur place, nous saurons où se trouve la vérité»

Le ministère de la Santé et de l’Action sociale s’est prononcé sur l’Affaire Astou Sokhna, en dénonçant la «négligence» qu’a subie cette jeune dame. Sur la RFM, donnant des éclaircissements sur cette affaire, Docteur Fatou Mbaye Sylla, Directrice générale des Etablissements publics de santé a informé que le ministère a reçu un rapport de l’hôpital de Louga. N’empêche, elle affirme avoir déployé une équipe «d’enquête» sur place pour la clarification du dossier.

«Nous présentons nos sincères condoléances à la famille éplorée. Depuis qu’on nous a informés de la situation, nous travaillons avec la Direction de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye qui a fait un rapport et c’est ce rapport que nous étudions. Aujourd’hui (hier, ndlr) une équipe est sur place pour discuter avec l’équipe de l’hôpital et étudier entre le rapport qu’il nous a envoyé et la véracité des faits. Franchement, un malade à l’hôpital a des documents à ses côtés qui expliquent en détail tous les maux du malade ainsi que tout le traitement qui lui est administré. Après l’analyse de l’équipe envoyé sur place, nous saurons où se trouve la vérité. Et nous ferons de notre mieux pour situer la responsabilité et sanctionner, s’il y a lieu de sanctionner», a déclaré Docteur Fatou Mbaye Sylla.

Et d’ajouter : «Avec la Direction de l’Action sociale, nous iront présenter nos condoléances à la famille de Astou Sokhna. Et nous les accompagneront parce que ce n’est pas du tout facile ce qu’ils sont en train de vivre», informe la Directrice générale des Etablissements publics de santé.

DR AMADOU GUEYE DIOUF, DIRECTEUR DE L’HOPITAL AMADOU SAKHIR MBAYE DE LOUGA

«A aucun moment, il n’est apparu qu’une césarienne en urgence avait été indiquée»

Le directeur de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga, Dr Amadou Guèye Diouf, a apporté des «précisions» sur le dossier Astou Sokhna. Lors de la conférence de presse qu’il a organisé, hier lundi à Louga, sur les circonstances du décès de la jeune dame décédée, en donnant naissance, il a indiqué que «l’hôpital est disposé, à l’étape où nous nous trouvons, à répondre, si éventuellement cette saisine de La justice se confirme. Les équipes de la maternité ont fait leur devoir. Il y a un audit du décès qui a été fait, et à aucun moment, il n’est apparu qu’une césarienne en urgence avait été indiquée, contrairement aux informations parues dans la presse. C’est une précision que nous voulions apporter tout en gardant le reste pour la suite de l’enquête», a informé Dr Amadou Gueye.

Seynabou BA (Stagiaire)

1 comment

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :