Affaire Astou Sokhna : les médecins taclent leur ministère et l’Etat

0
753

Le décès d’Astou Sokhna à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga et les mesures qui en ont suivi n’ont pas laissé indifférents les syndicats de médecins et autres personnels de santé. Aussi, leur intersyndicale atteste que les sages-femmes et gynécologues, comme tout justiciable doivent bénéficier de la présomption d’innocence. Dans un communiqué en date du 14 Avril 2022, ces acteurs dénoncent la réaction hâtive du ministère de la Santé et de l’action sociale ainsi que l’impartialité de l’Etat dans de cette affaire.

L’intersyndicale (Sames, Sutsas, Syntras) a profondément déploré l’empressement avec laquelle les autorités ont sévi contre le personnel de l’hôpital Amadou Sakhir Lo, impliqué dans la mort de la dame Astou Sokhna. Eux qui jusqu’ici ne se sont pas prononcés sur l’affaire, ont jugé impérieux de rompre ce silence face aux actions prématurées entreprises, alors qu’une enquête suit son cours.

De leur commun avis, il s’agit « de manipulations qui jettent la vindicte populaire sur d’honnêtes personnels de santé, qui ont voué leur vie entière à soigner, à guérir et à alléger les peines de leurs concitoyens ».

Suite à l’éclatement de l’affaire, le président de la République a pris la décision, en Conseil des ministres, de limoger le directeur de l’hôpital Dr Amadou Gueye Diouf et par la suite des sages-femmes et infirmiers de garde le jour du drame, ont été arrêtées et entendues. Ce qui est une décision trop pressée à leur gout.

« Etant donné que l’enquête est en cours, ainsi que les auditions, nous souhaiterions que celle-ci aille jusqu’à son terme, en l’occurrence jusqu’à l’autopsie. C’est seulement à ce stade, que l’opinion sera édifiée des tenants et aboutissants de cette affaire et que toutes les responsabilités seront établies», lit-on dans le communiqué.

L’affaire de l’hôpital de Louga a servi de vitrine pour dénoncer le fonctionnement calamiteux dans d’autres structures sanitaires du pays. De ce fait, ils appellent à faire la part des choses : « L’erreur consisterait à ériger les personnels de l’hôpital de Louga en responsables des maux dont nos concitoyens souffrent en longueur de journées dans nos structures sanitaires, partout dans le pays ».

Et de poursuivre : « cela serait injuste, malhonnête et contreproductif», ont-ils martelé. D’après la source, ces sanctions précipitées handicapent lourdement le fonctionnement de la maternité qui ne compte actuellement que 2 gynécologues contractuels et 15 sages-femmes réparties en  équipes, qui se relaient aux gardes astreintes de la salle d’accouchement. Insistant sur la précarité des moyens de l’hôpital, les médecins affirment qu’ « un coup d’œil suffit pour se rendre compte de l’état négligé dans lequel se trouve la structure »et que l’Etat aurait manqué d’honorer certains engagements pris pour améliorer leurs conditions.

Ainsi, cette situation a, selon eux, engendré de nombreuses conséquences entre autres la réduction de plus de la moitié  de la capacité d’accueil de la maternité ; la perte d’un bloc opératoire; l’insuffisance en ressources humaines…

Khadidiatou MENDY (Stagiaire)

Leave a reply