Affaire de Boffa Bayotte/ «Je vis une situation très difficile ; depuis son arrestation…», Odette Victorine Coly, épouse de René C. Bassène

0
170

Les personnes détenues dans l’affaire Boffa-Bayotte ont mis leur menace à exécution. Ils ont entamé une grève de la faim hier, lundi 6 décembre 2021. Leurs familles ont sonné la mobilisation devant la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Ziguinchor, pour les soutenir. Parmi ces soutiens, Odette Victorine Coly, épouse de René C. Bassene, se confie : «Je vis une situation très difficile. Depuis l’arrestation de mon mari…»

Comme la plupart des épouses des détenus dans l’affaire de la tuerie de Boffa-Bayotte, Odette Victorine Coly, épouse du journaliste René Capin Basséne, vit une situation plus que difficile. Même si elle gère cette épreuve avec dignité, force est de constater qu’elle est rongée depuis des années par une détresse et un désarroi qui la hantent quotidiennement.

«Depuis l’arrestation de mon mari,  je ne peux même pas décrire ce que je vis. On a suspendu son salaire, moi je ne travaille pas ; c’est très dur. J’ai des enfants à nourrir, à amener à l’école…», lance tristement Mme Basséne, qui évoque la situation insoutenable que vit son mari en prison.

«Je le vois souvent. Il vit une situation difficile et il est obligé d’accepter son sort. Il m’a dit : ‘’je ne veux pas qu’on me donne une liberté comme ça, je veux qu’on me juge. Je veux un procès pour m’expliquer et éclairer l’opinion’’», déclare l’épouse de celui est présumé cerveau de l’affaire Boffa-Bayotte.

Mobilisée avec d’autres familles des détenus dans l’affaire Boffa, Mme Basséne se dit déterminée à assister à son mari dans ce combat. Ces présumés auteurs de la tuerie de Boffa-Bayotte ont entamé une grève de la faim hier, lundi 6 décembre 2021,  pour protester contre leur longue détention. Une diète que n’approuve pas Odette Coly qui estime qu’ils (ces détenus) sont déjà dans une situation difficile. Elle les en déconseille et les invite à surseoir à cette grève de la faim. «On est venu les soutenir et leur dire d’arrêter la grève de la faim car ils sont déjà dans une situation peu favorable», lâche-t-elle. Avant de réclamer justice pour son mari et les autres détenus de l’affaire Boffa, incarcérés à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Ziguinchor, depuis bientôt quatre ans.

Rappeler que les demandes de liberté provisoire introduites par leurs conseillers ont été toutes rejetées par le juge.  Ces familles ne sont pas seules dans leur combat car le mouvement «Vision citoyenne» et le journaliste d’investigation Babacar Touré ont décidé de les soutenir. Présents à la mobilisation des familles devant la MAC de Ziguinchor, ils ont fait des sorties médiatiques.

Ignace NDEYE

Comments are closed.