Affaire des matches truques : la CAF blanchit Samuel Eto’o

0
166

Samuel Eto’o fils conserve les commandes de la Fecafoot. Le jury disciplinaire de la Confédération Africaine de Football ne l’a pas sanctionné pour les accusations de matchs truqués portés à son encontre. L’ancien attaquant est néanmoins épinglé dans une autre affaire concernant l’éthique et l’intégrité sportives.

Samuel Eto’o peut pousser un ouf de soulagement. L’ancien attaquant des Lions indomptables faisait face à de lourdes accusations après la diffusion de l’enregistrement d’une conversation téléphonique sur les réseaux sociaux. Fidèle à sa ligne de conduite depuis les premières accusations, Samuel Eto’o avait nié lors de son audition avoir favorisé la montée du Victoria United dans l’élite camerounaise. L’échange audio avec le président du club Valentin Nkwain avait pourtant alimenté la controverse sur les réseaux sociaux. Mais le jury disciplinaire estime manquer de preuves pour poursuivre les deux hommes. Eto’o peut donc conserver les commandes de la Fecafoot jusqu’au bout de son mandat en 2027.

L’ancien joueur de Barcelone pouvait pourtant craindre le pire, surtout après la sortie du Président de la CAF, Patrice Motsepe qui déclarait, parlant d’Éto’o : « Personne n’est au-dessus de la loi ».

Attaqué sur sa double nationalité

Mais Samuel Eto’o a quand même eu un « avertissement » de la part de la CAF. L’ancien joueur du Barça et de l’Inter va en effet devoir s’acquitter d’une amende dans le cadre d’une autre affaire, cette fois plus personnelle, pour laquelle il avait aussi été auditionné le 25 avril dernier au Caire.

Son partenariat publicitaire controversé pour une entreprise de paris sportifs lui vaut une amende de 200 000 dollars (120 millions CFA), pour violation des principes d’éthique, d’intégrité et d’esprit sportif.

Cerné de toutes parts, Eto’o doit composer depuis mardi avec un appel à sa suspension de la part l’association des clubs amateurs du Cameroun. En cause cette fois sa double nationalité espagnole, incompatible avec ses fonctions à la Fecafoot. L’AFCAC réclame ni plus ni moins que sa suspension à vie de toute fonction relative au football au Cameroun.

(rfi.fr)

Leave a reply