Affaire doura Diallo de Kédougou : l’Ordre des médecins du Sénégal appelle à la responsabilité de l’Etat

0
470

L’Ordre national des médecins du Sénégal (Onms) a déploré l’attitude du Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Kédougou consistant, selon lui, à se substituer à l’expertise des pairs sur l’affaire du décès de Doura Diallo en couche le 30 août dernier.

Réagissant à la position du Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Kédougou dans l’affaire du décès de Doura Diallo en couche le 30 août dernier, le président de l’Ordre national des médecins du Sénégal (Onms), Dr Boly Diop, a avancé  au «cette attitude semble condamner les membres d’un ordre professionnel régis par la loi avant d’avoir épuisé tous les principes de prudences mettant en danger des populations du fait de la fermeture d’un service de référence dans une zone difficile d’accès en plein hivernage ».

Dans un communiqué daté d’hier, lundi 05 septembre, l’Ordre des médecins a aussi rappelé que dès la journée du 1er septembre, sur la demande du Procureur, il a désigné trois gynécologues qui ont été entendus sur procès-verbal par les officiers de Police judiciaire. «Nous déplorons les insuffisances et les difficultés rencontrées pour mettre à la disposition des prévenus un avocat à partir de Tambacounda ou Kédougou et la violation des droits des prévenus qui n’ont pas été entendus en présence de leur avocat», a soutenu Dr Diop.

L’Onms a aussi rappelé au Procureur les procédures à respecter dans ces cas notamment la saisine de l’Ordre pour les besoins de l’expertise mais aussi le principe de respect de la présomption d’innocence pour les professionnels concernés ainsi que les particularités de la région de Kédougou et le sacro-saint respect de la continuité des services et du droit des populations à la santé.

«Nous nous désolons de la tournure prise par cette affaire du seul fait de la volonté d’un Procureur de passer outre l’expertise des sachant dûment désignés, le respect du principe de la présomption d’innocence et la mise à contribution du tribunal des pairs», a ajouté Dr Boly Diop. Et de renchérir : «l’Ordre des médecins en appelle à la responsabilité de l’Etat pour qu’autant de pouvoir placé entre les mains d’un seul individu ne puisse nuire aux efforts déployés depuis de nombreuses années pour améliorer la santé des populations et demande le respect de la présomption d’innocence en cas de suspicion de manquement dans le cadre des actes médicaux pratiqués dans les formations sanitaires».

Face à cette situation, l’Ordre des médecins espère que les autorités apprendront de la situation de Kédougou pour adapter l’arsenal juridique par le renforcement du tribunal des pairs. Pour rappel, une femme dénommée Doura Diallo et son bébé ont perdu la vie, dans la nuit du 30 août 2022 à Kédougou, lors d’une césarienne de sauvetage. Le gynécologue et son équipe ont été placés en garde à vue, sur instruction du Procureur de la République de Kédougou, suite au décès de la mère et son bébé.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply