Affaire du décès maternel de Kédougou : les structures de santé en grève de 48h

0
626

Suite à la mise aux arrêts de l’équipe chirurgicale du service de la maternité du centre de santé de Kédougou après le décès d’une femme en couche répondant au nom de Doura Diallo, le syndicat autonomes des médecins du Sénégal a décrété 48 heures de grève générale sur tout le territoire national. Au cours de ces deux jours qui démarrent à partir de ce lundi 05 septembre, seules les urgences seront assurées ainsi que le service minimum. Cette information est donnée hier, dimanche 4 septembre au cours d’un point de presse organisé par l’association sénégalaise des gynécologues obstétriciens en soutien à leur confrère toujours sur les liens de la détention.

Dr Yeri Camara, Secrétaire général du Syndicat autonome des médecins du Sénégal, annonce une grève de 48 heures à partir de ce lundi sur l’ensemble des structures sanitaires du Sénégal avec le respect des urgences. Cette décision fait suite à la mise aux arrêts d’un gynécologue et son équipe qui tendaient de sauver la vie d’une parturiente qui répondait au nom de Doura Diallo au centre de santé de Kédougou.  En point de presse hier, Dimanche, l’association sénégalaise des gynécologue et obstétriciens (asgo)  avec le soutien du Sames ont décidé, se sont pris au procureur de la République de Kédougou. Les deux entités ont jugé : « diffamatoire » la sortie du maitre des poursuites.

Selon le président de L’Asgo, Dr Ibrahima Aidibe « tous les éléments factuels du dossier allant du carnet de consultation prénatale, les multiples bulletins de référence, le bulletin d’évacuation, le dossier de consultation, d’admission, tous les éléments factuels vont à l’encontre des accusations du procureur de Kédougou qui ont été portées sur l’équipe de soin conduite par le Gynécologue Léonce Faye ».   Et de poursuivre : « la procédure de prise en charge a été conforme aux normes et procédure en vigueur depuis les consultations prénatale jusqu’à l’acte de la césarienne. Contenu du caractère à risque que présentait la grossesse de la dame, l’indication d’un suivi spécialisé par un gynécologue a été bien notifiée et ce, bien avant l’accouchement. De nombreuses références dans le centre de santé, malheureusement le tout en vain ».

Pour le Sames, «si un procureur de la République sort un commentaire qui n’est pas digne d’un étudiant de deuxième année de droit, il y a de quoi s’inquiéter. Le communiqué du procureur est truffé de mensonges dans le fond et dans la forme. Les dates ne correspondent pas à la réalité, le contenu non plus. Le médecin Léonce Mbade Faye a démenti point par point tout ce qui a été dit par le procureur. Apparemment, la fonction de la charge dépasse ses frêles épaules.»

Rappelons que dans cette intervention, le gynécologue pour sauver la vie de la mère a pratiqué l’embryotomie. Une pratique de sauvetage utilisée dans les cas extrême. Selon le secrétaire général du Sames, le Docteur Yéri Camara : «il y a des gestes barbares pendant lesquels on enfonce des clous dans les genoux, une perceuse pour percer un crâne. Personne n’aime les faire, parce que ce sont des gestes barbares, mais ils sont aussi salvateurs. On nous l’a appris à la formation. Nos camarades ont fait leur travail. Malheureusement, les décès maternels sont une réalité au Sénégal ».

Le Sames au cours du point de presse de l’Asgo en plus de la grève de 48heures a annoncé la tenue d’une assemblée générale à Kédougou.  « Nous irons en assemblée générale à Kédougou. Si la situation ne se décante pas, ce sont des mots d’ordre répétitifs qui seront déroulés et qui vont s’aggraver. L’Etat n’a qu’à se ressaisir. On n’acceptera pas qu’on mette les médecins en prison. On s’est assez sacrifié » a avancé le docteur Camara. Et le président de l’Asgo de renchérir : « je voudrais à l’entame de mes propos vous rappeler que les médecins et professionnels de la santé ne se considèrent pas au-dessus des lois. Cette prise de parole n’étant en aucun cas une tentative d’entraver la justice bien au contraire, nous ne refusons pas l’ouverture d’un contrôle judiciaire.  Nous dénonçons l’impartialité et le jugement de valeur sur la personne du Dr Faye par le procureur ».

 Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply