Affaire reconstruction de l’hopital Aristide Le Dantec : la passivité des Sénégalais indexée

0
556

Abordant la question relative à la reconstruction de l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar qui alimente actuellement le débat public au Sénégal du fait de la décision de l’Etat du Sénégal de céder les 3 hectares de réserve foncière de ce dit hôpital, le leader de Pastef a indiqué que si tous les Sénégalais s’étaient levés pour dire non à ce projet, on n’en serait pas là. Ainsi poursuivant son propos, il a invité les Sénégalais à plus d’engagement dans la lutte pour les causes communes. « J’appelle les populations sénégalaises à s’intéresser un peu plus à toutes les problématiques et non pas seulement sectoriellement aux problématiques qui impactent les uns les autres parce que l’impression que nous avons, nous qui nous battons depuis des années, c’est qu’il y a un mal sénégalais qui fait que tant qu’on n’est pas touché par les inégalités directement et personnellement impactés, on a tendance à suivre les choses de très loin. Il faut en finir avec ça parce que si aujourd’hui le régime de Macky Sall se livre à ces pratiques aussi facilement, c’est parce qu’il a déjà fait et refait ce genre de coup. Les gens vont dénoncer mais ça n’a pas donné de suite. Si tous les Sénégalais s’étaient levés pour dire attention ou non, je pense qu’on n’en serait pas là », a-t-il fait remarquer non sans déplorer les conséquences de cette décision sur les malades en cours de traitement, la formation des médecins et sur le personnel particulièrement les contractuels ou les temporels qui seront en chômage technique.

Affaire des 3 hectares, un scandale de foncier de plus

Par ailleurs, le leader de Pastef a fait remarquer que l’Etat dans le cadre de cette fermeture de l’hôpital Aristide Le Dantec, a également violé de manière très flagrante les dispositions de la loi no 76-66 portant code du domaine de l’État au Sénégal en cédant les 3 hectares de la réserve foncière de cet hôpital. En effet, informe-t-il, l’article 42 de la loi no 76-66 dit clairement que seule l’Assemblée nationale peut autoriser à travers une loi ce genre de transaction. Poursuivant son propos, il a rappelé avoir déjà adressé au cours de l’année 2020 plusieurs questions écrites au gouvernement et qui sont restées jusqu’ici sans réponses concernant des cas de transfert du patrimoine de l’Etat en violation de cette Loi sur le domaine de l’État au Sénégal. Citant entre autres, le site de l’ancienne gare routière « Pompiers » cédé à des Marocains, les immeubles de la Sicap situées derrière l’Assemblée nationales cédés à des politiciens, et des immeubles situés en centre-ville cédés à des particuliers, il a indiqué tous ces sites ont été cédés par l’actuel régime sur la base des baux emphytéotiques pour une durée de 90 ans sans passer comme l’exige la loi par l’Assemblée nationale. Il en est de même, selon toujours lui, pour l’Immeuble Brière de l’Isle : surnommé par les Dakarois « immeuble gaufrette » cédé à la société Senegindia pour 99 ans, le titre foncier 2683 DK se trouvant à la rue Carnot cédé à la société Sénégal hôtel invest pour 99 ans, le titre foncier : 5421 rue Kleber cédé à la société « Sénégal global solution » pour 99 ans et le titre foncier n°4982 rue Achimou Tall x René Ndiaye cédé à Fleur Sassoum pour 99 ans sans l’implication de l’Assemblée nationale.

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply