Afrique du Sud : l’opposition se concerte pour gouverner avec l’ANC

0
198

Les partis d’opposition sud-africains se sont réunis vendredi et poursuivront la semaine prochaine des discussions approfondies afin d’examiner l’offre du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir, de faire partie d’un gouvernement d’unité nationale.

L’ANC n’a pas réussi à obtenir la majorité lors des élections de la semaine dernière, mais certains partis d’opposition rejettent déjà l’offre du parti en raison de divisions profondes.

Les hauts responsables de l’Alliance démocratique (DA), principal parti d’opposition, se réuniront lundi pour discuter de l’approche du parti centriste dans les négociations. Les dirigeants du parti de gauche Economic Freedom Fighters (EFF) se sont entretenus vendredi.

Les partis sont sous pression pour conclure les négociations et parvenir à un accord avant le 16 juin, car la Constitution sud-africaine les oblige à le faire dans les 14 jours suivant la proclamation des résultats des élections.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui dirige l’ANC, a annoncé jeudi que le parti avait décidé de former un gouvernement d’unité nationale et avait invité tous les partis à le rejoindre, un processus qui devrait être complexe compte tenu des vastes divisions entre les partis d’opposition eux-mêmes.

Politiques économiques

La plupart des partis d’opposition ne sont pas seulement en désaccord avec l’ANC sur diverses politiques socio-économiques, mais sont également en désaccord extrême les uns avec les autres sur des politiques économiques telles que la redistribution des terres et la discrimination positive.

Le parti d’opposition ActionSA a déjà déclaré qu’il ne participerait pas aux négociations et qu’il refusait de travailler avec l’ANC.

Dans ce qui semble être un gouvernement d’unité nationale rappelant la voie empruntée par l’ANC dirigé par Nelson Mandela après les premières élections démocratiques du pays en 1994, le parti a décidé d’inviter une myriade de partis d’opposition à faire partie du gouvernement.

Alors que Mandela insistait sur un gouvernement d’unité malgré la victoire de l’ANC à une écrasante majorité, avec près de 63% des voix au niveau national, l’ANC a été contraint de se retrouver dans la situation actuelle en raison de ses pires résultats électoraux, passant de 57,5% lors des élections de 2019 à 40% cette année, soit une baisse de 17,5 %.

Peu après l’annonce de Ramaphosa, le chef de l’EFF s’est rendu sur X pour rejeter la proposition de gouvernement d’unité nationale de Ramaphosa et a accusé l’ANC d’arrogance bien qu’il n’ait pas réussi à obtenir la majorité.

« Arrogance »

L’EFF figure parmi les cinq premiers partis à l’issue des élections, avec un peu plus de 9% des voix au niveau national, ce qui représente un recul par rapport aux 11% obtenus en 2019, mais devrait jouer un rôle crucial dans l’issue des négociations.

« L’arrogance se poursuit même après que les électeurs sud-africains ont émis des signaux d’alarme. Vous ne pouvez pas dicter la marche à suivre comme si vous aviez gagné les élections », a déclaré Julius Malema, chef de file de l’EFF. « Nous ne sommes pas désespérés, notre mission est une mission générationnelle. Nous ne pouvons pas partager le pouvoir avec l’ennemi. »

En 2023, la DA a déclaré que les Combattants de la liberté économique étaient son ennemi numéro un.

La DA, qui a obtenu un peu plus de 21% des voix au niveau national pour rester le deuxième plus grand parti, a déclaré que son organe de décision le plus élevé, le Conseil fédéral, se réunirait lundi pour examiner ses options.

« Je ne peux pas dire maintenant quelle est la position de la DA, nous avons toute une équipe de négociation et nous nous réunissons en tant que conseil fédéral lundi. Nous aurons un cadre de négociations que nous publierons ce week-end », a déclaré vendredi la présidente fédérale de l’Alliance démocratique, Helen Zille.

Le cinquième parti le plus important, avec près de 4% des voix au niveau national, le Parti de la liberté Inkatha, a exprimé vendredi sa volonté de faire partie du gouvernement d’unité nationale, mais devait également discuter de la question avec les structures de son parti au cours des prochains jours.

« En principe, l’IFP n’est pas opposé à un gouvernement d’unité nationale. Toutefois, le diable se cache dans les détails, qui deviendront plus clairs dans les prochains jours… ce qui permettra à l’IFP de prendre une décision mûrement réfléchie », a déclaré Mkhuleko Hlengwa, porte-parole de l’IFP.

Le parti uMkhonto weSizwe, dirigé par l’ancien président Jacob Zuma, qui a quitté l’ANC, est le dernier à avoir entamé les négociations. Le parti a confirmé jeudi qu’il avait entamé des pourparlers avec l’ANC après avoir initialement omis de répondre à l’invitation du parti.

Le parti a soulevé des objections sur les résultats des élections auprès de l’organisme électoral du pays, citant des irrégularités présumées et menaçant de boycotter la première séance du Parlement pour faire prêter serment aux nouveaux législateurs du pays.

Selon les économistes, les marchés attendent avec impatience les résultats des négociations pour connaître la composition du prochain gouvernement de l’économie la plus développée d’Afrique et les politiques économiques qu’il mènera.

Africanews

Leave a reply