Afrique subsaharienne : la croissance revue à la 3,6%

0
222

De manière succincte, le rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne peint un tableau peu reluisant. Selon ledit rapport, objet d’analyses d’économistes, d’universitaires et d’opérateurs économiques, hier jeudi 27 octobre, lors d’un atelier de présentation la reprise économique en Afrique subsaharienne a connu un «coup d’arrêt brutal». L’an dernier, souligne le rapport «l’activité a fini par rebondir, ce qui a porté la croissance du Produit intérieur brut (PIB) à 4,7 % en 2021».

En revanche, les projections indiquent qu’«en  2022, la croissance devrait ralentir fortement de plus de 1  point de pourcentage, à 3,6 %». En effet, le ralentissement de l’économie, un resserrement des conditions financières et une hausse spectaculaire de l’inflation à l’échelle mondiale se propagent à une région déjà éprouvée par une série ininterrompue de chocs.

«Le renchérissement des produits alimentaires et de l’énergie pénalise les populations les plus vulnérables de la région, tandis que la dette publique et l’inflation se situent à des niveaux inédits depuis des décennies», relève ledit rapport. Dans ce contexte, et devant le peu d’options qui s’offrent à eux, de nombreux pays sont poussés «sur la corde raide», nous renseigne le rapport d’octobre 2022. Toutefois, «les perspectives à court terme pour l’Afrique subsaharienne sont extrêmement incertaines, sachant qu’elles sont liées à l’évolution de l’économie mondiale et que, sur le plan intérieur, plusieurs pays sont confrontés à une situation sociopolitique et sécuritaire délicate».

Dans cet environnement difficile, préconise le Fmi «les dirigeants doivent surmonter des crises socioéconomiques urgentes dès qu’elles surviennent, tout en s’efforçant aussi de réduire les facteurs de vulnérabilité face aux futurs chocs, ce qui renforcera la résilience». À terme cependant, «une croissance de qualité s’avérera indispensable pour la stabilité et la prospérité de la région, et les mesures prises devront créer les conditions d’une reprise durable, ce qui aidera les pays à se mettre hors de danger», augurent les économistes du Fmi.

JP MALOU

 

Leave a reply