Agenda national de la fille 2021-2025 : Front commun pour la défense des droits des jeunes filles

0
89

Instituée par l’Assemblée générale des Nations-Unies, le 19 décembre 2011, la Journée internationale de la fille est consacrée à protéger les droits des filles, lutter contre la discrimination et favoriser leur épanouissement. Célébré, au Sénégal, au Théâtre National Daniel Sorano avant-hier, samedi 23 octobre 2021, cette journée a été marquée par le lancement officiel de la campagne de vulgarisation de l’Agenda national de la fille, avec comme slogan «Les filles prennent les commandes».

Pour la 10ème année consécutive, l’humanité a célébré la journée internationale de la fille, institué le 19 décembre 2011, par l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), afin de protéger davantage les droits des filles et de lutter contre une discrimination et favoriser (consacrer) leur épanouissement. Elle vise aussi à favoriser la participation effective des filles aux décisions les concernant et à l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). L’édition de cette année est axée sur le thème : «Le pouvoir des filles à l’honneur sur les réseaux sociaux, ma voix, l’égalité pour l’avenir».

Au Sénégal, le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants a présidé les activités marquant cette journée, célébrée avant-hier, samedi 23 octobre 2021, au Théâtre National Daniel Sorano. «Nous sommes à l’heure ou l’opportunité de faire le bilan en faveur des jeunes filles et aussi et surtout d’analyser ensemble les possibilités énormes et des menaces réelles liées à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication et les réseaux sociaux par les jeunes filles», a déclaré Madame le ministre Ndeye Sali Diop Dieng, lors de la rencontre consacrant le lancement officiel de la campagne de vulgarisation de l’Agenda national de la fille 2021-2025.

«En cette perspective, a-t-elle poursuivi, il est heureux de noter que notre pays, le Sénégal, dispose d’un cadre juridique institutionnel et programmatique favorable à la protection des jeunes, qui représentent aujourd’hui 65% de la population dont plus de la moitié constituent des filles». En effet, «outre les instruments pertinents relatifs aux droits de l’homme, notamment sur la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, le Protocole additionnel des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes, le Protocole de Maputo, la Constitution du Sénégal consacre la protection de la jeunesse. Ce dispositif est renforcé à la modification du Code pénal par la loi 99-05 du 29 janvier 1999 interdisant l’excision et récemment la loi 2020-05 du 10 janvier 2020 criminalisant le viol et la pédophilie» a rappelé Madame le ministre.

Et Ndeye Sali Diop Dieng de citer également que dans le domaine du numérique, «les lois N°2008-11 sur la cybercriminalité et la loi N° 2008-12 sur la protection des données à caractère personnel adoptées le 25 janvier 2008 garantissant la liberté et la sécurité en ligne ainsi que la promotion de l’éducation numérique. Sur le plan socio-économique, sur la vision du chef de l’Etat, Macky Sall, déclinée à travers le Plan Sénégal émergent (PSE), d’importantes politiques sectorielles sont également développées pour réaliser les droits des filles», a ajouté le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants.

LES HUIT AXES PRIORITAIRES DE L’AGENDA NATIONAL DE LA JEUNE FILLE 2021-2025

Dès lors «je vous invite, mes chères filles, à vous approprier de ces instruments destinés à lutter contre les violences et autres discriminations exercées à votre égard, à liguer votre potentiel et accompagner votre autonomisation», a-t-elle insisté. Avant de les conseiller la vigilance et la responsabilité. «Il faut juste alors faire preuve de vigilance et de responsabilité pour un bon usage des techniques de l’information et des communications, en général, et des réseaux sociaux ; en particulier. C’est-à-dire un usage éducatif, un usage éthique, civique et économique».

Et de conclure : «l’Agenda national de la jeune fille 2021-2025, élaboré par mon département avec l’implication des différents acteurs, vise à éliminer toutes les sortes de discriminations à l’égard des filles et à contribuer à leur plein épanouissement. Il est structuré en huit priorités axées sur l’égalité et les droits, l’éducation, la santé reproductive, la formation professionnelle et technique, l’élimination des violences faites aux filles, l’autonomisation du leadership féminin et l’implication des hommes pour relever tous ces défis», a précisé Ndeye Sali Diop Dieng.

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :