Ahmadou Bamba Ndao, directeur du commerce intérieur sur le marché du sucre : « Il est constatable que la tension sur le sucre a baissé »

0
999

A ce jour, quelques 10 000 tonnes de sucre ont été placées sur le marché et les régions de l’intérieur ont été les premières servies. Dans les jours à venir, la situation reviendra à la normale, rassure le Directeur du Commerce intérieur Ahmadou Bamba Ndao.

La tension du sucre sur le marché Sénégalais devrait revenir à la normale dans les jours à venir, rassure le Directeur du commerce intérieur Hamadou Bamba Ndao. Interpellé hier, mardi 11 avril, sur le retour à la normale, relativement à la tension du marché du sucre, le Directeur du commerce intérieur dit constater que la tension est à la baisse ces jours-ci. « Il faut admettre qu’il y a une baisse en amplitude de la tension », fait-il savoir de prime abord. Avant de poursuivre : « Il n’est pas évident d’approvisionner en un laps de temps un marché complétement asséché », reconnait le Directeur du commerce intérieur Ahmadou Bamba Ndao. Dès la réception des 20 tonnes de sucre au Port, « nous avons commencé à livrer les régions de l’intérieur. A présent, nous allons accélérer les livraisons pour corriger rapidement cette tension », dira-t-il. Cette tension du sucre sur le marché national en cette période de Ramadan est plus que préoccupante. Dans bien des quartiers, le produit est quasi introuvable. Et quelquefois même trouvable au plus fort prix le sac, voire le kilogramme pour le petit consommateur. Le sac de 50 kilogrammes s’offre à plus de 33 000 francs alors qu’en temps normal, il s’offre sur le marché entre 28 000 CFA et 29 000 FCFA. Mais présentement, le sac est difficilement trouvable à 33 000 FCFA.

Avec ce prix, le kilogramme se vend à 750 FCFA notamment à Kaolack ou les consommateurs peinent à trouver cette précieuse denrée en cette période de Ramadan réputée période à forte consommation en sucre.

Quasi-introuvable dans les boutiques des quartiers, marchés et autres grandes surfaces, la disponibilité du sucre sur le marché intérieur doit être assurée dans les meilleurs délais pour corriger cette tension évitable. A ce propos, le Directeur du commerce intérieur affirme qu’à ce jour, la moitié de cette quantité autorisée spécialement par le gouvernement est sur le marché. Selon lui : « Les probables soucis à craindre au niveau du Port sont moindres, à charge maintenant aux commerçants de faire le nécessaire pour que le produit soit disponible sur le marché national le plus rapidement possible ».

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply