Aïssata Tall aphone sur le trafic des passeports diplomatiques, au nom de la séparation des pouvoirs

0
306

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, n’a pas voulu épiloguer sur l’affaire du trafic présumé de passeports diplomatiques qui mettrait en cause des parlementaires.  Interrogé hier, jeudi 7 octobre, à la cérémonie de lancement du 7ème Forum sur la paix et la sécurité de Dakar, elle a dit ne pouvoir se pencher sur le dossier, à cause de la séparation des pouvoirs.

Sa sortie était attendue sur le dossier de trafic présumé de passeports diplomatiques impliquant des parlementaires. Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, s’est prononcée sur la question hier, jeudi 7 octobre 2021, au lancement de la 7ème édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité. D’emblée, elle a voulu accorder la présomption d’innocence aux mis à cause.

«Est-ce qu’il y a une preuve que c’est du trafic de passeports diplomatiques ? Si nous nous accordons que ce sont des supputations, soyons ensemble et acceptons que ça soit des hypothèses de trafic de passeports diplomatiques», a-t-elle dit aux journalistes.

Culpabilité des députés incriminés dans cette affaire ou non, Aïssata Tall Sall, a refusé de s’attarder sur la question, sous prétexte de la séparation des pouvoirs.

«Cette affaire, je l’ai apprise comme tous les Sénégalais. Vous imaginez bien pourquoi ! Je suis un ministre de la République dans laquelle l’Etat de droit est une réalité. L’opinion passe son temps à nous faire des leçons sur l’Etat de droit. La leçon par la preuve, c’est cette affaire-là», soutient-elle.

Séparations de pouvoirs et le secret de l’enquête

Mieux, poursuit Aïssata Tall Sall, «étant dans un Etat de droit, moi, ministre de la République, il y a deux séparations de pouvoirs et le secret de l’enquête qui m’empêchent de me prononcer. La première est, dit-elle, la séparation de pouvoir entre l’exécutif et le législatif puisque cette affaire serait partie de l’Assemblée nationale. Or, il y a une séparation de pouvoir entre l’exécutif et le législatif».

Une autre raison qui empêcherait le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur de se prononcer sur le trafic annoncé de passeports diplomatiques est la non dépendance de la justice de l’exécutif. «Il y a aussi la séparation de pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire. Au Sénégal, un ministre de la République, quelque puisse être sa puissance et même son omnipotence, ne peut pas aller dans un dossier judiciaire pour savoir ce qui s’y passe réellement».

Transparence souhaitée par Macky Sall

Aïssata Tall Sall dit aussi ne pas pouvoir donner des détails sur le dossier, au risque de violer le secret de l’enquête. «Quand une affaire est devant l’enquête, personne ne peut en parler, même s’il en a connaissance». Ce qui quand-même est constant, selon elle, c’est que les autorités étatiques à la tête desquelles se trouve le président Macky Sall, souhaitent une transparence dans le dossier.

«Si l’affaire du trafic présumé de passeports diplomatiques se termine d’une manière ou d’une autre et que les responsabilités soient situées, à partir de ce moment, l’opinion sera édifiée parce qu’on est dans la transparence la plus absolue. En tout cas, moi et le président de la République qui m’a mandaté à cet effet, c’est ça que nous voulons.»

Fatou NDIAYE

Leave a reply