Aliou Cissé, nouvel ambassadeur national UNICEF : « Je suis plus que jamais motivé à me battre pour la cause des enfants »

0
595

(wiwsport.com)- Le sélectionneur des Lions de la Teranga a une nouvelle fonction au Sénégal. Aliou Cissé va s’engager en faveur de la promotion des droits des enfants à travers l’UNICEF.

Le nouvel ambassadeur national de l’UNICEF s’est réjoui du choix porté sur sa personne.  « C’est un jour important dans ma vie d’homme et de citoyen. C’est un honneur et un grand plaisir pour moi, d’avoir été choisi par l’UNICEF pour œuvrer à la cause des enfants. Soutenir cette noble cause est tout aussi important que de gagner un match de football, que de gagner la coupe d’Afrique des Nations, que de se qualifier à une Coupe du Monde. C’est une fierté, un honneur. Je voudrais remercier la représentante résidente de l’UNICEF, ici, Sylvia. Et tout le groupe de l’UNICEF. Je pense que l’UNICEF n’est plus à présenter, cela fait plus de 65 ans voire 70 ans que l’UNICEF œuvre pour les droits des enfants. Etre choisi comme ambassadeur ne peut que m’honorer et me donne des responsabilités très élevées ».

Il a souligné le rôle important de sa nouvelle fonction qui s’agira de promouvoir les droits des enfants. « Comme vous l’entendez, c’est essayer d’apporter notre maximum au plaidoyer sur certaines situations que l’enfant vit dans notre pays et partout dans le monde. Comme la non-scolarisation des enfants, la violence faite aux enfants, aux jeunes filles, garçons et entre autres. Ce sera un combat qui sera très difficile mais avec l’UNICEF, Silvia et toute l’équipe, on a eu à faire des programmes il y a quelques mois de cela pour aller à Tambacounda Kolda et Ziguinchor. Les enfants là-bas sont quand même dans une situation difficile. Notre rôle aujourd’hui, moi à travers le football, l’équipe nationale, les gens que je connais depuis 30 à 40 ans dans ce métier de football. Mon rôle est de faire un appel pour qu’on puisse soutenir ces jeunes garçons et filles dans la scolarisation, les violences faites aux enfants. De ma part, je suis très motivé. Cet engagement pour les enfants de toute façon ne date pas d’aujourd’hui. Mais là, il s’agit de le matérialiser et d’être sous couvert de l’UNICEF qui a l’habitude de travailler avec ces enfants-là et les droits des enfants ».

Aliou Cissé d’ajouter : « En tant que sélectionneur, en tant qu’ancien footballeur professionnel et ancien capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, mon rôle est en réalité d’attirer davantage l’attention sur la situation des enfants dans notre pays. Aujourd’hui, je suis plus que jamais motivé à me battre pour la cause des enfants ».

En février passé, Aliou Cissé a effectué une visite de terrain dans les régions de Tambacounda, de Kolda et Ziguinchor, pour constater de visu la réalité des enfants, entrer en contact avec les communautés et apprécier les interventions menées par les différents acteurs sur le terrain, y compris l’UNICEF. 

Il y a un rôle important du sport dans l’éducation des enfants relève-t-il. Aliou Cisse compte user de son influence et sa capacité personnelle de mobilisation sociale pour changer les choses. Lui, qui, avoue-t-il œuvre depuis longtemps pour le bien-être de l’enfant. « Les difficultés des enfants, qu’on le dise ou pas, tout le monde les connait. Mais ne pas oublier que c’est à partir de l’enfance qu’on peut donner des valeurs, des codes, éduquer et donner une direction qui fera que plus tard ils auront une force et être prêt à affronter cette vie qui est très difficile. Je crois que le sport et l’éducation vont ensemble. L’éducation c’est devenir. Et le sport peut pousser ces enfants-là à avoir une meilleure vie et surtout être conscient des difficultés de la vie et s’y préparer justement à les affronter. En leurs donnant les outils mentaux et matériels pour justement qu’ils puissent arriver au bout de leur vie. C’est très important qu’on respecte les droits des enfants. Je m’attends a ce que tout le monde œuvre pour cela. Aujourd’hui, j’ai la chance avec UNICEF d’être choisi parmi tant d’autres. Mais en réalité, ce travail-là pour les enfants on le fait tous, dans les quartiers, villages et villes. C’est une affaire de tout le monde ».

Leave a reply