Aliou Cissé, sélectionneur des lions : « dégager une liste cohérente, équilibrée et homogène d’ici novembre»

0
252

(ORELANS, France) – Le sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal, Aliou Cissé compte mettre à contribution les matches amicaux internationaux, Sénégal-Bolivie (ce soir au stade La Source d’Orléans) et le 27 septembre contre l’Iran pour «dégager un groupe cohérent, équilibré et homogène d’ici novembre». Il a fait cette révélation hier, vendredi 23 septembre, lors d’une conférence de presse. 

Coach, sur quoi allez-vous vous baser pour départager vos joueurs en vue de la publication de la liste de la coupe du Monde ?

C’est vrai que l’équipe nationale est faite d’une porte d’entrée et d’une porte de sortie. Mais comme vous l’avez suivi aussi, depuis quelques temps nous avons gardé quand même l’ossature de ce groupe. 90 ou 95% de l’effectif est là depuis le début de cette aventure là. Peut-être que ce sont des garçons qui sont blessés comme Krépin (Diatta) qui revient encore dans le groupe et d’autres garçons qu’on a vu et qui sont intéressants qui viennent le renforcer. Mais en réalité, l’ossature de cette équipe du Sénégal est là depuis pratiquement 5 ou 6 ans. En revanche, c’est vrai quand on regarde la semaine qu’on a faite, mais cela ne nous étonne pas. S’ils sont venus en sélection c’est qu’ils ont de la qualité. Donc, sur ces entraînements là ils confirment tout simplement le bien qu’on pense d’eux. Maintenant, il restera encore des séances d’entraînement. Ce qui est important aussi c’est ce qu’on sera capable de faire dans un match et demain on aura justement l’occasion idéale pour pouvoir donner du temps de jeu à ces garçons là que le public sénégalais n’a pas l’habitude de voir jouer. Tout ça pour qu’à la fin de ce stage, on puisse faire le point et dégager un groupe plus équilibré et plus homogène possible.

«C’est vrai le choix de la Bolivie n’est pas anodin»

Qu’est-ce qui explique le choix de la Bolivie ?

C’est un choix  bien réfléchi. On a pensé en tout cas qu’il fallait avant cette coupe du monde, jouer et faire face à une équipe d’Amérique du Sud. On a l’occasion de le faire avec la Bolivie. Quand on connaît les équipes sud-américaines, c’est souvent des équipes bien organisées qui mettent de l’intensité et de l’agressivité dans leur jeu. Demain (ce soir, Ndlr) on s’attend à un match qui sera tout sauf amical, un match de préparation avec donc beaucoup d’intensité. C’est ça la mentalité du football sud-américain. Et à travers ce match là, on peut imaginer que l’Equateur amènera cette même intensité même si au niveau tactique ce n’est peut-être pas les mêmes dispositions. Mais, je pense que le fil conducteur qui est le gain du ballon, la récupération du ballon, l’agressivité sur le porteur du ballon sera de rigueur. Et je pense que ce sont des oppositions comme ça qu’on attend aussi.

Quid du style de la Bolivie ?

Ce qu’on cherche dans ce match, c’est d’abord de jouer. Parce que c’est important, on est en période de date Fifa. Il est important qu’on puisse jouer. On a deux matches, avec deux styles différents. La Bolivie c’est un style, l’Iran un autre. Je penses que c’est très intéressant pour nous de continuer à nous améliorer sur notre fond de jeu mais aussi tactiquement sur le plan défensif. Mettre en place notre projet de jeu et continuer sur la dynamique que nous sommes depuis quelques temps. Maintenant, au delà gagner, même si c’est très important, c’est aussi de donner du temps de jeu puisqu’on a un groupe de 26 joueurs. Donner la possibilité à ces garçons là de s’exprimer pour que justement au mois de novembre on puisse avoir une liste cohérente et homogène. Voilà un peu les objectifs de ces deux matches là.

Est-ce que votre 11 est choisi en fonction du vécu du joueur ou de son temps de jeu ?

Les deux me vont. Justement, je pense que dans les périodes où nous sommes il faut allier les deux. Il faut à la fois la forme du moment mais aussi le vécu de cette équipe là. Donc, ce qui est important ce n’est pas de faire une révolution, mais de faire évoluer et ouvrir l’équipe mais en même temps garder l’ossature. Ça permettra à ces nouveaux là qui sont inexpérimentés de pouvoir apprendre aux côtés des anciens et de mieux s’exprimer ensuite. Donc, les deux aspects seront très importants pour ces matches là. Vous verrez des joueurs qui ont du vécu et d’autres qui en ont moins. Les joueurs qui ont du vécu, c’est parce qu’ils ont commencé et ont joué pour avoir ce vécu là. Par rapport au timing, la coupe du monde c’est bientôt, il faut essayer d’évoluer. Sinon on n’aura jamais l’occasion de pouvoir le faire.

Pouvez-vous vous considérer comme un exemple parfait pour les autres entraîneurs africains ?

C’est une question qu’on me pose souvent. Un modèle pour les techniciens africains, je ne le crois pas. Je crois que je suis juste un jeune entraîneur qui essaye de percer dans ce milieu là. Maintenant, cette longévité ce n’est pas le fruit du hasard. Si vous restez longtemps dans un poste c’est parce que vous faites du bon travail. Ce n’est pas un cadeau qu’on me fait. Et croyez-moi au Sénégal si vous avez cette longévité là c’est parce que vous avez fait du bon boulot. Moi, j’en suis fier, je suis content. C’est un travail d’ensemble. J’en profite aussi pour féliciter les joueurs parce que c’est grâce à eux que je suis là. La Fédération, le staff, tous ces gens là qui travaillent très dur pour que ce football là continue à avancer. En revanche, c’est vrai que si à travers ce que le football sénégalais est en train de faire à travers moi, d’autres fédérations veulent le faire avec des fils de leur pays, je les encouragerais. Parce qu’une équipe nationale aussi, au-delà de la connaissance technique et tactique, c’est la connaissance des réalités du pays. Le fait de connaître mon pays, d’y avoir grandi, d’y avoir joué et avoir été capitaine de mon pays, les gens n’en parlent pas beaucoup, mais c’est un plus pour moi, dans mon background.

N’avez-vous pas imaginé de jouer en 3-5-2 afin d’expérimenter autre chose ?

Oui, le système peut tout à fait évoluer. Les connaisseurs, les gens qui débattent sur le football aujourd’hui dans notre pays et ailleurs savent que nous avons le potentiel et les joueurs pour ça. Et d’ailleurs la plupart de nos joueurs défensifs jouent dans ce système à trois dans leur club. C’est un système que j’ai essayé au moins 4 fois depuis que je suis à la tête de cette sélection. Oui, ça peut être une évolution mais en réalité à deux ou trois mois de la coupe du monde, il est très difficile de pouvoir faire ce genre de chamboulement sur le plan tactique. C’est mieux d’aller avec des certitudes même si c’est vrai que nous sommes en déséquilibre sur certains postes. On a essayé des choses à l’entraînement depuis un bon bout de temps qu’on aimerait essayer dans ces deux matches là. Nous savons qu’il y aura une équipe qui jouera le premier match et une deuxième qui jouera l’autre. Donc, pour moi, on va rester fidèle à ce que nous savons faire. Rester sur la stratégie et la tactique qui ont fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui. Ce qui nous a fait gagner la Coupe d’Afrique et nous a fait qualifier à cette coupe du monde. Maintenant, au fur et à mesure que le match  se déroule, on pourra d’évoluer sur le plan tactique. C’est une possibilité.

Avez-vous suivi les prestations de la Hollande et du Qatar qui ont joué hier ?

C’est des résultats que j’ai entendus, mais je ne me focalise pas trop sur ça. Pour moi, il y a deux matches que le Sénégal va jouer dans un contexte difficile. Nous nous concentrons d’abord sur ces deux matches là, bien les négocier en espérant que tout ce que nous avons fait comme travail cette semaine là qu’on puisse le voir sur le terrain. Après, tout le monde connaît la Hollande. On connaît leurs valeurs et leurs forces. Mais chaque chose en son temps. On va prendre les matches les uns après les autres. Pour l’instant, c’est la Bolivie, on se concentre sur la Bolivie, après ce sera l’Iran. Et on verra ce qui se passera au Mondial.

Que retenez-vous de votre préparation à Orléans ?

La semaine s’est plutôt bien passée. On a eu une visite surprise de la Fifa pour le contrôle antidopage. Une visite inopinée (rires). Lundi, on a eu une séance l’après-midi, qui s’était bien déroulée. On a doublé le mardi et le mercredi. Hier (jeudi, Ndlr) c’était surtout un travail dirigé poste par poste, secteur par secteur. Aujourd’hui (hier, Ndlr) on est à la veille du match, les conditions sont bonnes, les terrains dans un bon état. Je tiens à remercier la ville d’Orléans, la mairie et tous les gens qui ont œuvré pour qu’on soit dans ces conditions là. Merci au nom de l’équipe nationale et au nom du peuple sénégalais.

Recueillis par Abdoulaye THIAM

(Envoyé Spécial)

Leave a reply