Aliou Cissé, sélectionneur des Lions : «Nous sommes là pour gagner le trophée»

0
738

(BAFOUSSAM, Cameroun)–Aliou Cissé est peiné par les cas de covid qui ont décimé l’équipe nationale du Sénégal. Le sélectionneur national va devoir faire ce lundi face au Zimbabwe, sans certains cadres notamment Koulibaly, Edouard Mendy, Famara Diédhiou. Mais aussi sans Moustapha Name, Pape Matar Sarr, Bamba Dieng, Saliou Ciss, Mame Baba Thiam, Alfred Gomis et Nampalys Mendy, tous contrôlés positifs. Pour autant, l’ancien capitaine des Lions reste droit dans son objectif final : remporter le trophée au soir du 6 février 2022. Il l’a dit hier, lors de la conférence de presse d’avant-match à Bafoussam. 

Recueillis Abdoulaye THIAM (Envoyé Spécial)

Coach, le Sénégal a débarqué dans cette compétition avec le statut de favori. Comment vivez-vous cela ?

En réalité, le Sénégal a toujours eu ce statut de favori. Même quand le Sénégal n’était pas vraiment favori, on l’a toujours positionné comme tel. Donc ce que je peux dire, c’est qu’au delà d’être favori, nous ce qui nous amène, c’est de gagner le trophée. C’est ça le plus important pour nous et c’est ça notre objectif. Il y a aussi deux ou trois sélections qui sont là et qui ont envie de gagner le trophée. Il n’y a pas que le Sénégal. Mais sur ces dernières années, quand on voit l’évolution de cette équipe sénégalaise, c’est normal aujourd’hui que tout le monde nous voit comme les futurs champions d’Afrique. J’espère que leur vœu se réalisera parce que nous avons envie de le faire. Nous aborderons quand même cette compétition avec beaucoup de sérénité, avec beaucoup de confiance aussi et énormément d’humilité.

Votre préparation est escamotée par des blessures et l’indisponibilité des joueurs…

C’est vrai qu’on a commencé notre préparation à Dakar. Après, les informations vous les avez eu. On a eu à laisser 9 soldats derrière nous. Donc petit à petit ils sont en train de nous rejoindre. Ndiaye Loum est arrivé, Moustapha Name aussi, nous attendons toujours Pape Matar Sarr, Bamba Dieng, Saliou Ciss, Mame Baba Thiam, Alfred Gomis aussi qui était atteint du Covid et qui doit nous rejoindre ce soir (hier, Ndlr) ainsi que Nampalys Mendy. Donc vient s’y ajouter, comme vous le savez, les cas de Koulibaly, Edouard Mendy et Famara Diédhiou. C’est une situation difficile, des moments compliqués pour l’humanité et plus particulièrement pour le football. Et comme je le disais, on a constitué un groupe compétitif, donc capable aujourd’hui d’être là. Nous ne sommes pas là en victimes, au contraire. Nous sommes très motivés, tristes pour les garçons qui ne sont pas là. Mais les joueurs sont prêts aujourd’hui pour jouer pour ceux qui ne sont pas là.

Comment comptez-vous aborder le match contre le Zimbabwe ?

On a un bon groupe quand même, en termes de qualité et de quantité. On a des joueurs qui sont valables même si on aurait aimé avoir l’ensemble de notre groupe présent. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Je crois qu’être sélectionneur au 21èmesiècle ce n’est pas seulement l’aspect tactique ou l’aspect mental ou managérial. Il y a aussi tous ces aspects là qui sont venus s’ajouter avec cette pandémie qu’il faut anticiper. On avait déjà anticipé les absences mais on ne savait pas que ça allait être Koulibaly, Edouard et tous nos grands joueurs. Hier (samedi, Ndlr) j’étais en train de regarder la composition de notre équipe lors de notre dernier match contre le Congo et je peux vous dire qu’on a déjà 6 joueurs titulaires indiscutables qui ne seront pas sur la feuille de match demain (aujourd’hui, Ndlr).

Edouard Mendy, Krépin Diatta, Ismaïla Sarr, Nampalys Mendy, Kalidou Koulibaly, Saliou Ciss. Donc sur un onze de départ, nous n’avons que 5 joueurs disponibles. C’est inquiétant. Mais nous avons aussi d’autres garçons valables, qui sont motivés pour jouer leur première Can. Et nous abordons ce match contre le Zimbabwe avec beaucoup de confiance. 

Le Zimbabwe, même étant une petite équipe n’a t-elle pas les armes pour tenir tête aux Sénégal dans ces conditions ?

Le Zimbabwe n’est pas une équipe inconnue pour nous. C’est une bonne équipe qui aujourd’hui fait partie des équipes les plus présentes de l’histoire de cette Can. L’histoire des matches entre le Sénégal et le Zimbabwe ne date pas d’aujourd’hui. Nous respecterons cette équipe comme nous l’avons toujours fait. Nous savons que nous allons vers un match très disputé. Il est important de rentrer dans une compétition en empochant les 3 points. Les Zimbabwéens auront à cœur aussi de remporter ce match tout comme nous. Donc, je pense que dans cette Can là, gare aux équipes qui manqueront d’humilité. Parce que toutes les sélections se sont bien préparées et on sait que, comme à chaque Can, il y aura des surprises. Donc à nous d’être concentrés, de rester sur le sujet et ne pas se disperser ou se laisser divertir par l’environnement. Nous allons rester concentrés pendant 90 minutes pour empocher ces 3 points.

Quelle différence y a-t-il entre l’actuelle équipe du Sénégal et celle de 2019 qui a atteint la finale en Egypte ?

Je crois que le groupe qui était en Egypte en 2019 est différent de celui-ci car il manque beaucoup de joueurs. Mais, il y a aussi d’autres garçons qui sont arrivés. Pour moi, le groupe de cette année est encore meilleur, plus équilibré avec beaucoup plus de complémentarité. 2017, c’était un autre groupe avec une autre mentalité, 2019 également. Et de la dernière édition à maintenant, ça fait 3 années. D’autres garçons se sont signalés avec l’éclosion de jeunes joueurs et de jeunes talents qui sont venus renforcer le groupe. Donc, je pense qu’on est encore plus fort et le groupe est encore plus équilibré.

Comment gérez-vous personnellement la pression ?

Depuis pratiquement un an ou un an et demi, c’est la même question qui revient. Nous savons que le Sénégal est très attendu, et ça ne date pas d’aujourd’hui. Nous sommes très bien ici au Cameroun et cette pression là on la prend positivement. Je crois que c’est important de l’avoir parce que c’est ce qui nous motive. C’est ce qui nous fait avancer. D’ailleurs, j’ai envie de dire que chaque footballeur professionnel, chaque entraîneur de haut niveau aujourd’hui est habitué à cette pression. C’est toute notre vie, depuis l’âge de 10, 13 ou 14 ans que nous bataillons sur les terrains pour être footballeur professionnel, et ensuite pour jouer en équipe nationale. Tout ça c’était sous une certaine pression. On a joué des matches de haut niveau. Moi, en tant que capitaine aussi j’ai joué dans de grands clubs. Donc, cette pression là nous a toujours accompagné. On a un programme, aujourd’hui on est sélectionneur depuis 6 ans. Ce n’est donc pas notre première campagne. On en est à notre 3èmeCan avec également une coupe du monde. Je crois que nous gérons de mieux en mieux cette pression. Mais je pense que le plus important surtout c’est de rester concentré sur l’essentiel qui se passera sur le terrain et non ailleurs.

Avez-vous anticipé pour faire face à toutes les éventualités ?

Tout à fait, je le disais tout à l’heure. Je pense que le groupe qu’on a aujourd’hui est de qualité. On a anticipé en cas de blessure ou en cas de carton, d’autres joueurs qui pourront pallier l’absence de ces titulaires entre guillemets. Mais comme je vous l’ai dit nous sommes dans une situation aujourd’hui très compliquée. Le Sénégal est touché et je suis persuadé aussi que d’autres sélections le sont. Donc, tous les entraîneurs devraient s’organiser pour planifier et anticiper. Ça ne m’empêche pas de dormir parce que j’ai confiance à l’ensemble de mon groupe. Je sais que l’effectif est de qualité et demain on mettra la meilleure équipe possible avec des joueurs motivés qui seront sans doute à la hauteur de l’événement. C’est vrai que chaque entraîneur préfère avoir l’ensemble de son groupe présent. Ce n’est pas le cas, mais c’est loin d’être une excuse pour nous. Donc, le Sénégal a un rang, tout à l’heure on a parlé de favori. Dans nos esprits, dans notre comportement, rien ne change. Malgré qu’on soit décimés, nous restons avec beaucoup d’ambitions.

Les joueurs sont-ils préparés pour faire face à cette pression ?

Ce sont des footballeurs de haut niveau. Certains jouent au Paris Saint-Germain, Liverpool, Chelsea, Marseille, Naples etc. Ils ont l’habitude de jouer sous pression. Quand vous jouez à Chelsea, à Naples, à Liverpool, je pense que la pression fait partie de vous. Quand vous êtes sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal, et que vous avez envie de gagner, vous allez forcément faire avec la pression. Donc, pour moi, ce qui est important c’est de faire focus sur le terrain. Malgré tout ce qu’on pourra dire de droite à gauche, la seule vérité est celle du terrain. Et je pense que nous avons des arguments à faire valoir. Nous allons donc jouer à notre meilleur niveau et respecter nos adversaires. Nous devons avoir confiance en nous et savoir que nous pouvons faire de grandes choses comme dans le passé. Mais tout en gardant l’humilité qu’il faut, en ne sous-estimant aucune équipe parce que ça va être une compétition très difficile.

Comments are closed.