Alioune Tine, membre de la plateforme « Jamm a gën 3e mandat : « C’est totalement absurde dix, onze ans après de répéter les mêmes choses, de dire non au troisième mandat »

0
537

Alioune Tine fondateur de Africajom Center, non moins membre de la plateforme citoyenne « Jamm a gën 3e mandat s’est dit gêner de revenir dix ans après pour dire non à un troisième mandat. Il s’exprimait ainsi à l’occasion du lancement de la nouvelle plateforme, ce jeudi 27 octobre 2022. L’objectif de cette initiative d’après ces membres faire barrage au président Macky Sall contre une éventuelle troisièmement candidature en 2024.

« Je me sens très gêné aujourd’hui de revenir ici, parce que c’est totalement absurde dix, onze ans après de répéter les mêmes choses, de dire non au troisième mandat. On l’a fait ensemble. On a marché ensemble avec tous les gens qui se trouvent aujourd’hui dans le gouvernement. Ça me gêne de revenir ici, d’être avec les jeunes qui disaient, Wade dégage, qui vont dire encore Macky dégage », regrette le fondateur de Africajom Center.

A l’en croire, cette affaire de troisième mandat va polluer le débat qui doit avoir lieu en 2024 : « Ça (3e mandat, Ndlr) va polluer le débat nationale qu’on va avoir en 2024. Et ce débat, il est extrêmement important au moment où le Sénégal se trouve à la porte de la prospérité. Ce débat est important parce que les enjeux géopolitiques que crées le gaz et le pétrole sont des enjeux extrêmement élevés, qui ne dépendent pas du Sénégal mais qui dépendent d’autres. Nous avons besoin de stabilité. Nous avons besoin de calme », a averti l’ancien dirigeant de la rencontre africaine des droit de l’homme (Raddho), reconnaissant tout de même, que le président Sall a effectué un travail important que les sénégalais reconnaissent.

Donc, « La meilleure des choses pour lui et pour les sénégalais et pour l’Afrique, c’est de sortir par le haut. Sortir par le haut,  c’est d’après lui, de regarder les sénégalais et de leur dire ici et maintenant, je ne vais pas être candidat. Parce qu’il y a plusieurs candidats au sein de son parti politique ou dans sa coalition qui peuvent valablement faire le travail », invite-t-il le président de la République, citant en exemple le cas des pays qui sont stables où l’on respecte la limitation de mandat comme le Cap-Vert, le Niger du président Issoufou. Car selon lui le Sénégal est un pays qu’on regarde, qui doit montrer le chemin.

O Goudiaby

 

Leave a reply