Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye : le retour de «bannis» aux affaires

0
1355

Après le verrouillage de tout et le brouillage de tous les pronostics en portant son choix sur Amadou Mame Diop pour la présidence de l’Assemblée nationale, le lundi 12 septembre dernier, au détriment de la tête de liste nationale de Bennoo Bokk Yaakaar, Aminata Touré, lors des législatives du 31 juillet dernier, le Président de la République, Macky Sall, a remis ça. Pour la nomination du Premier ministre (PM), même si la désignation de Amadou Ba comme chef du gouvernement n’a pas surpris beaucoup d’observateurs, force est de noter qu’ils ne sont pas très nombreux ceux qui, dans leurs spéculations, commentaires et portraits robots, ont vu débarquer l’ancien argentier de l’Etat à la Primature. Quid du retour aux affaires de Aly Ngouille Ndiaye, lui aussi «banni» du régime, tout comme le nouveau PM, depuis près de deux ans, à cause d’ambitions présidentielles à eux prêtées, pour 2024.

Le premier gouvernement de Macky Sall post rétablissement de la fonction de Premier ministre, après sa suppression à l’issue de sa réélection à la présidentiel de février 2019, aura consacré le retour aux affaires de «grands bannis» du régime. Il s’agit de Amadou Ba, désormais chargé de coordonner l’action du gouvernement dont il est le chef, et Aly Ngouille Ndiaye, qui aura désormais la charge de dérouler la politique agricole du Sénégal. C’est dire qu’après les tractations et batailles de positionnement pour figurer dans l’une des dernières équipes gouvernementales, si ce n’est la dernière du régime de Macky Sall, avant la présidentielle de 2024, le locataire du Palais de l’avenue Room leur aura renouvelé sa confiance, retirée près de deux ans plutôt, fin octobre 2020.

En effet, les départs de l’attelage gouvernemental de ces deux hommes, parmi d’autres ministres non reconduits, aura été l’une des grandes surprises du dernier remaniement gouvernemental d’octobre 2020. Et pour expliquer ces non-reconductions de ces pontes du régime, des observateurs et analystes avait surfé sur leur «opposition manifeste» présumée aux velléités de troisième candidature prêtées à leur mentor, Macky Sall, en 2024. Mieux, concernant le «nouvel homme de confiance» du président Sall, en l’occurrence Amadou Ba,  certains lui reprochaient de travailler à se positionner pour la succession de Maccky Sall à la Présidence de République en 2024, en utilisant l’appareille du parti.

En plus des ambitions présidentielles à lui prêtées, il était aussi reproché à l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, devenu par la suite ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Amadou Bâ, d’adopter, en son temps, un certain relâchement sur le plan politique, le fait de ne plus défendre Macky Sall comme il le faisait avant. Autant de reproches et de manque d’implication qui lui auraient donc valu son limogeage du gouvernement.

AMADOU BA, UNE LOYAUTE DOUBLEE DE PATIENCE QUI AURAIENT PAYE

Mais, quelques jours après, l’intéressé a rompu le silence. S’adressant à ses détracteurs, lors de la cérémonie de passation de service, le vendredi 6 novembre 2020, avec Me Aïssata Tall Sall, son successeur à la tête du département de la diplomatie sénégalaise, Amadou Ba a réaffirmé son attachement au président Macky Sall, assurant qu’il ne connait pas de loyauté de circonstances ni de loyauté à géométrie variable.

«Aucune pression ne peut faire varier ma considération et ma reconnaissance à l’encontre du chef de l’Etat. Je ne connais pas la loyauté de circonstance ni la loyauté à géométrie variable. On est loyal ou on ne l’est pas. Je voudrais dire que je suis un haut cadre de l’Etat et je suis à la disposition du président de la République. Je partage sa vision qui consiste à mettre le Sénégal sur les rampes de l’émergence », avait-il notamment déclaré.

Une loyauté doublée de patience qui auraient payé avec l’investiture  de Amadou Bâ, comme deuxième inscrit sur la liste nationale de la coalition présidentielle Bennoo Bokk Yaakaar, lors des législatives du 31 juillet dernier, derrière Aminata Touré. Même si, là aussi, certains lui reprocheraient de ne pas suffisamment mouiller le maillot pour la victoire de Bennoo ou de faire semblant.

ALY NGOUILLE NDIAYE, DU FRIGO A LA MISE A L’EPREUVE PAYANTE DES LOCALES ET DES LEGISLATIVES

Quant à Aly Ngouille Ndiaye, aujourd’hui bombardé ministre de l’Agriculture, les mêmes reproches et récriminations lui auraient valu sa mise à l’écart de la gestion des affaires publiques pendant près de deux ans. L’ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, alors récusé par toute l’opposition et des activistes, pour avoir déclaré travailler pour la réélection du président Macky Sall dès le premier tour, lors de la présidentiel de février 2019, dont il était chargé de l’organisation, est également tombé en disgrâce à cause de son «opposition présumé» à une troisième candidature de Macky Sall, en 2024. De même, il a été vivement décrié pour sa gestion de la Covid-19, avec les nombreuses manifestations, dont certaines ont dégénéré, contre les restrictions liées à la pandémie. Et comme si cela ne suffisait pas, l’ambition présidentielle qui lui était également prêtée n’était pas pour arranger les choses.

Il sera ainsi mis au frigo jusqu’aux élections municipales et territoriales du 23 janvier dernier, à l’issue desquelles il a été reconduit maire de la commune de Linguère, pour le compte de Bennoo. Il en sera de même pour les dernières législatives où il a gagné le département de Linguère, en tant que tête de liste départementale de la coalition présidentielle. Des confiances renouvelées qui lui valent, aujourd’hui, son retour aux affaires.

Pourtant, au lendemain de son limogeage, il avait renouvelé son allégeance à Macky Sall, malgré les commentaires, pour l’essentiel, négatifs sur sa mise à l’écart. Dans un post publié le 2 novembre 2020, après son limogeage du gouvernement, l’ancien ministre de l’Energie, qui a hérité par la suite de celui de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, a réagi en ces termes : «Je voudrais très sincèrement exprimer ma profonde gratitude et ma reconnaissance à Son Excellence M. le Président Macky Sall de m’avoir fait confiance depuis son accession à la Présidence de la République. Ce fut pour moi, un grand privilège doublé d’un honneur immense que d’avoir été choisi comme l’un de ses collaborateurs dans les différents gouvernements depuis son élection à la tête du Sénégal. Sachez, mes chers parents, militants et sympathisants, que rien n’a été aussi grand à mes yeux que d’avoir servi mon pays, sous son autorité.  Aujourd’hui, plus qu’hier, je marque ma disponibilité à servir mon pays partout où le devoir m’appelle. A vous qui m’avez toujours soutenu dans cet engagement, je vous réitère ma gratitude et vous remercie infiniment pour votre soutien incommensurable et surtout constant». Tout comme Amadou Ba, Aly Ngouille aura montré patience durant tout ce temps et aucun propos ni commentaire désobligeant à l’encontre du régime de Macky Sall n’est venu de lui.

Ibrahima DIALLO

 

Leave a reply