Amérique/ L’émissaire des États-Unis en Haïti démissionne en dénonçant les expulsions «inhumaines» de migrants

0
195

Le haut fonctionnaire américain Daniel Foote a jeté l’éponge, dans une lettre datée du mercredi 22 septembre, au moment où la gestion par Washington de la crise migratoire est très critiquée, notamment après la diffusion de photos montrant des membres de la police à cheval repoussant des migrants haïtiens à la frontière mexicaine. La missive, adressée au secrétaire d’État et dont le ton est peu diplomate, circule sur les réseaux sociaux haïtiens.

C’est une lettre de démission cinglante que Daniel Foote a fait parvenir à Antony Blinken. Une bombe, même. L’envoyé spécial américain en Haïti, qui n’était en poste que depuis le 22 juillet, après la mort du président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet, accuse le chef de la diplomatie américaine d’avoir « ignoré [ses] recommandations » : « Notre approche politique en Haïti reste profondément défectueuse et mes recommandations ont été ignorées et rejetées, lorsqu’elles n’ont pas modifiées », dénonce-t-il également dans sa missive.

« Je ne serai pas associé, écrit-il, à la décision inhumaine et contre-productive des États-Unis d’expulser des milliers de réfugiés et d’immigrants clandestins vers Haïti ». Un pays où les officiels américains « sont confinés dans des complexes sécurisés en raison du danger posé par les gangs armés contrôlant la vie quotidienne », ajoute-t-il. Selon Daniel Foote, Haïti n’est pas en mesure d’absorber cette arrivée « forcée » de milliers de migrants qui manquent de nourriture, d’un abri et d’argent.

Plus inédit encore, le désormais ex-émissaire condamne l’ingérence des États-Unis dans la politique haïtienne et, récemment, son soutien renouvelé au Premier ministre haïtien Ariel Henry, qui actuellement tient les rênes du pays : « L’arrogance qui nous fait croire que nous devrions désigner le vainqueur est impressionnante », écrit-il. Une intervention politique internationale qui a systématiquement produit des résultats catastrophiques en Haïti.

Biden critiqué par son propre camp démocrate

Ce pourrait être la première fois qu’un haut fonctionnaire américain tient de tels propos sur le dossier haïtien, selon Marie Normand, du service international de RFI. Cette démission surprise est quoi qu’il en soit la dernière expression en date de la gêne provoquée à Washington par les images des réfugiés entassés sous un pont à Del Rio, au Texas, ou encore chargés et attrapés au lasso par des gardes-frontière à cheval.

Le diplomate aura passé deux mois en poste, sans toujours faire l’unanimité, rapporte notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron. L’objectif donné à Daniel Foote était pour le moins ambitieux : « faciliter la paix et la stabilité » et la tenue d’élections « libres et justes » en Haïti. Dans un pays où la classe politique est morcelée, foncièrement divisée et où aucun scrutin n’a été organisé depuis 2016, c’était une mission quasiment impossible. Dès sa nomination, des critiques avaient fusé sur place concernant le principe même d’avoir un émissaire spécial américain pour s’atteler à un sujet d’intérêt définitivement national. Malgré ces attaques dénonçant l’ingérence du géant voisin, Daniel Foote avait entamé des séries de rencontres, avec les dirigeants politiques, avec certaines personnalités clés de la société civile. Mais sans jamais parvenir à mettre tous ces acteurs autour d’une même table.

Analyse

Le fait que Daniel Foote condamne l’ingérence directe des États-Unis dans la politique haïtienne, et notamment son soutien, renouvelé, au Premier ministre haïtien par intérim, Ariel Henry, c’est du jamais vu, estime Brian Concannon. Ce dernier est directeur de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti, basé à Boston. 

On n’a jamais rien vu de tel depuis au moins un siècle. Qu’un diplomate de très haut niveau et qui en encore en service fasse une critique aussi profonde qu’honnête de la politique américaine en Haïti… En même temps, c’est très perturbant de comprendre que Daniel Foote avait fait des recommandations de bon sens. Il a par exemple suggéré que les États-Unis arrêtent leur ingérence dans la gouvernance haïtienne, qu’ils arrêtent de choisir les dirigeants d’Haïti et, au contraire, permettent à la société civile de choisir qui doit diriger le pays. Mais ses recommandations ont été ignorées et écartées. Cela me fait craindre qu’il n’y ait aucune possibilité pour un changement positif dans la politique américaine.

(Rfi)

Leave a reply