Angleterre: Chelsea, une saison en enfer

0
448

« Je ne reconnais pas mon club. Ce n’est plus le même club », a déploré l’ancienne idole de Stamford Bridge Didier Drogba, vainqueur de la première C1 du club en 2012, mardi soir à la télé avant la défaite 2-0 à domicile contre le Real en quart de finale retour, après un match aller perdu sur le même score à Madrid.

Eliminé de toutes les coupes, en perdition en Premier League, Chelsea est pour l’instant loin d’une éventuelle qualification même pour la Ligue Europa Conférence, la « petite » coupe d’Europe. La fin de saison risque d’être longue. La saison prochaine aussi.

La spirale négative s’est enclenchée la saison dernière, lorsque Boehly s’est allié à Behdad Eghbali, co-fondateur du groupe Clearlake Capital, pour racheter Chelsea après le départ forcé du milliardaire russe Roman Abramovitch, sous le coup de sanctions pour sa proximité avec Vladimir Poutine.

Depuis, les commentateurs ne sont pas tendres, qui affirment que les malheurs des « Blues » sont pour l’essentiel les conséquences de mauvaises décisions des nouveaux patrons.

– Tuchel éjecté –

Thomas Tuchel, pourtant vainqueur de la Ligue des champions 2021, a été éjecté sans ménagement en septembre, en raison de divergences avec Boehly sur la politique de transferts.

Le coach allemand avait apparemment compris que les 625 millions d’euros lâchés pour acquérir de nouveaux joueurs avaient été mal dépensés. L’incapacité à recruter un buteur, notamment, a fortement pesé sur les performances. Et un vestiaire pléthorique de 30 joueurs est quasi-impossible à gérer pour un entraîneur.

« On compare à ce qui a été fait sous l’ère de Roman Abramovitch, où il y a eu beaucoup d’acquisitions de joueurs, mais les choix étaient très intelligents », a analysé Drogba, sur le plateau de Canal +: « Il a fait venir des joueurs comme Petr Cech, Andriy Shevchenko, Hernán Crespo, Michael Essien, Florent Malouda pour gagner des titres. Ce sont des joueurs avec une certaine expérience ».

« Je pense qu’il leur manque (actuellement) des leaders charismatiques », a poursuivi l’ancienne star ivoirienne, « il faut des joueurs qui prennent le jeu à leur compte, leurs responsabilités. Il faut des joueurs qui amènent un peu de folie dans le stade. »

Mardi soir, seuls quatre des titulaires de la finale gagnée en 2021 étaient sur la pelouse pour affronter le Real, tenant du titre.

« Harry Potter »

Tuchel limogé, Boehly l’a remplacé par Graham Potter, un manager quasi-inconnu mais suffisamment « collaboratif » à ses yeux, qu’il a fait signer pour cinq ans… Mais le nouveau venu a eu du mal à imposer sa philosophie à une équipe déjà déstabilisée. Certains joueurs, rapporte la presse, se sont moqué de son modeste CV d’entraîneur, le qualifiant de marionnette de Boehly et l’affublant de surnoms comme « Harry Potter » et « Poudlard ».

Sept mois après son arrivée, début avril, l’Anglais était congédié à son tour, remplacé au pied levé par Frank Lampard, certes une légende du club… mais qui fait des débuts catastrophiques, avec quatre défaites consécutives.

Après un revers 2-1 à Brighton samedi dernier en championnat, Boehly a été pris à partie par des supporters furieux. Il est descendu dans le vestiaire pour sermonner les joueurs, qualifiant leur saison « d’embarrassante ». Son discours de « motivation » n’a pas provoqué l’électrochoc attendu contre le Real…

Reste, maintenant, à reconstruire. Pour la saison prochaine, les dirigeants auraient déjà pris contact avec deux coaches actuellement libres: Julian Nagelsmann, récemment limogé par le Bayern, et Luis Enrique, l’ancien sélectionneur de l’Espagne.

Leave a reply