Animation offensive du jeu des lions : trois profils, plusieurs solutions

0
159

Pour être plus tranchant devant face au Qatar, Aliou Cissé devra chercher à régler l’animation offensive. Des candidats pour jouer le rôle de chef d’orchestre ne manquent pas dans le groupe. Il va falloir juste faire le bon choix qui aiderait à trouver les attaquants sénégalais dans de bonnes situations de marquer des buts.  

Le forfait de Cheikhou Kouyaté n’est pas la seule difficulté à résoudre avant le match de ce vendredi. L’animation offensive des «Lions» aussi pose problème et Cissé devra vite trouver des solutions. Car Gana Guèye a beau livré un bon match lundi passé mais a fait preuve de limites objectives au niveau de l’animation offensive. Et si tout porte à croire qu’il reculera d’un cran en arrière pour prendre la place de Kouyaté comme deuxième sentinelle, il va falloir trouver un candidat pour occuper le sommet du triangle.

Et comme si régler le problème de l’absence de Kouyaté serait également une solution pour résoudre en même temps les carences notées dans le jeu offensif des «Lions» lundi dernier, Cissé pourrait faire une pierre deux coups. Il va falloir au staff de bien chercher la bonne pierre dans des choix limités.

En attendant des solutions tactiques, trois profils se dégagent au niveau de la «Tanière» pour des solutions poste pour poste.

KREPIN DIATTA

Refiler son ancien maillot de meneur

Pendant longtemps, il a joué comme meneur de jeu. Aussi bien en club qu’en équipe nationale des jeunes. Même au sein de l’équipe nationale A, il a occupé ce poste, laissant le couloir gauche à Sadio Mané. Du coup, il sera un candidat crédible pour prendre le statut de chef d’orchestre de l’équipe afin d’amener une touche verticale qui manque encore au jeu des «Lions».

Malgré son match timide face aux «Pays-Bas», Krépin Diatta reste un des jeunes piliers de l’équipe. Son apport pourrait être utile dans le jeu offensif des «Lions». Il faudra juste le secouer afin de bénéficier de sa large palette technique.

Auteur de 27 sélections, Krépin a marqué 2 buts et offert 5 passes décisives. Des statistiques certes insuffisantes pour un joueur de son talent. Sauf que les blessures ne lui ont pas souvent permis d’aligner plusieurs matches en équipe nationale.

Coupé dans son élan par une longue blessure en club, Krépin Diatta peut ne pas retrouver vite la même vitesse de croisière qui l’aidera à percer les défenses les plus hermétiques. Toutefois, avec ce premier match face au Pays-Bas, tout porte à croire qu’il refoulera la pelouse du stade Thumama avec un autre état d’esprit. Ce qui serait une bonne chose pour les «Lions» qui seront appelés à mettre plus de verticalité dans leur jeu afin de mettre Boulaye Dia sur orbite.

PATHE CISS

Un match et des voix s’élèvent !

Il fait partie des dernières arrivées en sélection. Mais Pathé Ciss n’a pas raté son baptême du feu. Aligné contre la Bolivie en match amical le 24 septembre 2021 à Orléans, le jeune frère de Saliou Ciss a étalé tout son talent de milieu moderne. Présent dans le milieu, il a allié un abattage précieux et un jeu offensif qui manque actuellement aux milieux de terrain sénégalais. Cerise sur le gâteau, il offre une passe décisive à Boulaye Dia (4e mn). Depuis lors, il a fini de gagner la voix de plusieurs analystes qui voient en lui l’élément rare qui manquait au secteur du milieu des «Lions».

Totalement oublié sur le banc de l’équipe nationale lors de la première sortie de l’équipe nationale face aux Pays-Bas, son heure pourrait sonner ce vendredi. Déjà avec le forfait de Cheikhou Kouyaté, ses chances de disputer ses premières minutes en Coupe du monde s’augmentent. Surtout que Pape Guèye qui avait remplacé Kouyaté face aux Pays-Bas n’a pas été convaincant.

Ainsi, Pathé Ciss pourrait être un des candidats sérieux pour occuper le sommet du triangle du milieu, poussant Gana Guèye à reculer d’un cran. Avec une bonne vista qui lui a permis contre Bolivie de mettre Boulaye Dia sur orbite, ses transversales qui permettent aux «Lions» de changer le jeu d’un côté à l’autre seront aussi des éléments de taille. Son seul handicap reste le manque de vécu en équipe nationale, puisqu’il n’a joué qu’une rencontre avec les «Lions». Mais si Aliou Cissé a osé lancer Nicolas Jackson dans le bain en pleine Coupe du monde, il devra pouvoir faire confiance à Pathé Ciss pour animer le jeu des «Lions». D’ailleurs, son profil lui permettra de se mettre au four et au moulin. D’autant qu’au-delà de ses chances de porter le jeu des «Lions» vers l’avant, il pourra aider aussi à gêner la première relance de cette équipe de Qatar qui devra être pris dans sa zone afin de la pousser à commettre des erreurs exploitables par les «Lions».

PAPE MATAR SARR

Le troisième larron en mode surprise

L’effet de surprise fait partie des astuces des techniciens quand les solutions qui s’offrent ne sont pas nombreuses. Dans la hiérarchie des milieux de terrain sénégalais, il est au bas étage. Sauf que son profil rare de meneur de jeu pourrait l’aider à déposer valablement sa candidature pour porter le jeu offensif des «Lions». Et même s’il est jeune, il commence à avoir du vécu dans la «Tanière» avec 10 sélections dont certaines acquises en Coupe d’Afrique. Très mobile dans l’entrejeu des «Lions», il peut aussi aider à retrouver une animation offensive dans cette compétition. Cependant, ses limites se retrouvent au niveau de son efficacité. Car en 10 matches, sans la moindre passe décisive ni un but pourrait être un handicap face à la concurrence. Du coup si l’occasion se présente, Pape Matar Sarr devra chercher à soigner ses statistiques afin de garder ses chances à résister face à la rude concurrence au niveau du secteur où il évolue. S’y ajoute qu’il pourrait lui manquer de rythme, puisqu’il n’est pas compétitif en club. Et devoir jouer le chef d’orchestre en équipe nationale est une lourde responsabilité à porter sur ses frêles épaules. Malgré tout, il reste l’une des rares solutions en termes de profils qui s’offrent à Cissé pour régler ce problème d’animation offensive avant qu’il ne soit trop tard pour les «Lions».

De Nos Envoyés Spéciaux à Doha (QATAR) : Abdoulaye THIAM et Khalifa Ababacar GUEYE

Leave a reply