Annulation de la Can « Cameroun 2021 » : Des acteurs dénoncent la rumeur et une «pression inacceptable» sur l’Afrique

0
144

Les rumeurs d’une possible annulation de la CAN 2021 (9 janvier-6 février 2022) au Cameroun, véhiculée hier, mercredi 15 décembre par des médias européens annonçant qu’une réflexion aurait été engagée depuis quelques jours par la Confédération africaine de football (CAF) constituent une «pression inacceptable» sur les pays africains. C’est la position du directeur technique national du Sénégal Mayacine Mar et d’autres acteurs du sport sénégalais surtout devant l’intention des clubs européens tel que déclarée par l’Association européenne des clubs qui a informé la CAF et la FIFA de l’intention des clubs européens de ne pas libérer des joueurs africains pour la Coupe d’Afrique des Nations.


La Confédération africaine de football (CAF) envisagerait d’annuler la CAN par peur de la virulence du variant Omicron ? L’annonce faite, hier mercredi 15 décembre par RMC sport, informant de la réflexion entamée par la CAF sur cette possibilité, est erronée et viserait à mettre la pression sur l’instance continentale et déstabiliser l’organisation de la grande compétition prévue du 9 janvier au 6 février 2022 au Cameroun.

C’est la conviction du directeur technique national Mayacine Mar et des nombreux spécialistes du football africain.

« Ce sont des informations erronées. Avec la Covid, des compétitions ont été suspendues. Mais progressivement, elles ont repris en prenant des mesures. Cela ne doit pas être un handicap. Au niveau du Sénégal, nous avons fait une visite avancée au Cameroun. Nous n’avons pas visité toutes les installations mais s’il s’agit de Bafoussam, où est basé le Sénégal, on est en train de travailler. Ils sont dans une dynamique d’organiser la CAN », souligne-t-il. 


« Une pression que l’on veut mettre sur la CAF et les joueurs africains »


En réaction à cette insistante rumeur, Mbaye Jacques Diop, du ministère des Sports, a affirmé que ce n’est pas aux Européens de juger de la pertinence du protocole sanitaire qui a été prévu par le Cameroun.
« C’est une forme de pression inacceptable que l’on veut mettre sur la CAF et les joueurs africains. On sait que l’Afrique a des joueurs côtés. Il y a un 4ème ou une 5ème vague mais il y a un protocole sanitaire qui a été proposé et ce n’est pas aux Européens de le juger », confie-t-il.

Selon le chargé de communications du ministre Matar Ba, « on veut la mort de la CAN à cause de son attractivité ». « Il y a eu la Coupe Arabe et le Mondial des clubs qu’on veut organiser tous les deux ans. On a décalé la CAN. La compétition a eu un succès éclatant en 2019 en Egypte. Maintenant, on nous demande de la faire revenir au mois de janvier » note-t-il.

Il faut rappeler qu’au au-delà des difficultés d’organisation liées au Covid-19 et son nouveau variant Omicron, des clubs anglais avaient clairement souhaité garder leurs joueurs. Autrement, les joueurs africains appelés par leur sélection seraient dans l’obligation d’effectuer une quarantaine à leur retour au Royaume-Uni. Ce qui priverait donc les clubs de leurs joueurs pour une durée plus longue.

L’association européenne des clubs (ECA) a déjà écrit un courrier en ce sens à la FIFA et à la CAF en les informant qu’en l’absence de mesures sanitaires adéquates prises par la CAF, en relation avec la prévention contre le Covid, les clubs européens n’ont pas l’intention de libérer des joueurs africains pour la Coupe d’Afrique des Nations. 

« La CAN nous appartient. On ne doit pas transiger quelque soit alpha. On doit la jouer. Omnicron ne doit pas être un handicap. Il faut dire que dans cette situation c’est l’UEFA qui veut créer cette confusion et montrer son influence. On avait dit après le match contre l’eSwatini que tous les joueurs de Premier League ne pouvaient pas se rendre en Afrique du Sud parce qu’elle était sur la zone rouge. Mais on a écrit et ils ont fini par libérer les joueurs », rappelle le DTN. 

Le technicien sénégalais pense que c’est aux acteurs du football africain de combattre cette influence.

« C’est tout le monde qui devrait la combattre. Les footballeurs doivent être en première ligne. Il ne doit pas avoir d’entrave à leur venue en sélection. La CAF est attendue à ce niveau. Elle regroupe 54 États. Aucune autre organisation ne dispose autant de membres. Elle doit exercer son poids dans le football mondial. Sa position doit compter », indique-t-il. 

Dans cet élan, Mbaye Jacques Diop appelle la CAF à prendre ses dispositions et faire face à cette influence. « Il faut que la CAF et même l’union africaine réfléchissent pour faire face à cette volonté européenne. Personne ne songe aujourd’hui à délocaliser l’Euro. Il faut également remarquer que les Asiatiques et les Américains ont pu caler leurs compétitions durant les vacances scolaires. Ce n’est pas le cas pour l’Afrique. Il faudrait harmoniser et essayer de caler nos compétitions dans des périodes que nous voulons », renchérit il.

Omar DIAW 

Comments are closed.