Approvisionnement en pommes de terre et en oignons en cette veille de tabaski : le directeur de l’ARM rassure

0
300

Il n’y a pas de risques de pénurie d’oignons et de pommes de terre. Les assurances ont été données par le directeur de l’ARM, Amadou Abdou Sy. En marge de la visite du ministre du Commerce et des PME au marché d’intérêt national de Diamniadio, M. Sy s’est prononcé sur l’approvisionnement du marché.

Les marchés du pays sont bien approvisionnés en oignons et pommes de terre. C’est l’assurance du directeur de l’ARM. «Il n’y a pas de risques de pénuries», selon Amadou Abdou Sy. Le directeur de l’agence de régulation des marchés qui accompagnait la ministre du commerce dans sa visite au marché d’intérêt national a fait savoir que les quantités de ces produits disponibles sont supérieures aux besoins pour la consommation pendant cette période de fête de Tabaski.

«Hier (lundi 05 juillet 2022), on était à 43.695 tonnes de pomme de terre disponibles dans les chambres froides. Du 1er juin au 3 juillet, l’opérateur a vendu 11.000 tonnes alors que le besoin du Sénégal est de 7.000 tonnes. Par rapport à l’oignon, vous avez vu qu’il y a ici de l’oignon, dans les autres marchés aussi, il y en a », a-t-il fait savoir lors de la visite du marché d’intérêt national par le ministre du commerce.

Revenant sur les prix, le directeur de l’autorité de régulation des marchés à expliquer que ceux pratiqués actuellement sont proches des prix conseillés par l’Etat mais qu’auparavant les producteurs vendaient leurs produits bords champs à des prix bas. Pour M. Sy la pomme de terre vendue actuellement sur le marché est passée par des procédures de conservation qui ont entrainé des frais supplémentaires, ce qui explique la légère hausse notée.

«Il est élevé parce que depuis le 1er juin, on vend de la pomme de terre sortie des chambres froides qui est différente de la pomme de terre vendue bord champ. Depuis le mois de février jusqu’au 31 mai, la pomme de terre qui était vendue, était celle sortie des petits producteurs et non des chambres froides. Au même moment, on avait demandé aux grands producteurs de mettre leur pomme de terre dans les chambres froides et cela durant cinq mois. C’est cette pomme de terre qui est actuellement vendue», a-t-il expliqué.

L’ognon pour sa part connait une hausse qui s’explique par la période de fin cycle et la réduction des stocks disponibles sur les différents points de production. En effet, selon M. Sy, l’ognon qui était produit presque partout, notamment sur les axes Ourossogui-Saint-Louis et Saint-Louis-Dakar, est aujourd’hui concentré dans la zone de Ngomène. «le prix était très bas et ils vendaient entre 100 et 125 francs le kilo», mais, «depuis quelques temps, vu la chaleur, certaines zones ont épuisé leurs stocks. Donc, il ne reste qu’un stock entre Ngomène et Potou. L’espace qu’il y avait, s’est rétréci parce qu’on est en fin de cycle. Actuellement, le prix a augmenté et celui conseillé était de 225 francs Cfa. Ils ont vendu à perte durant longtemps et actuellement ils vendent à un prix égal ou un peu supérieur aux prix fixés».

Dans le cadre de la commercialisation de l’oignon, la ministre du commerce a visité le marché d’intérêt national où les producteurs ont stocké un millier de tonnes. Il s’agit d’une solution qu’offre le marché aux producteurs pour réduire les pertes post-récoltes. «Mme le ministre nous avait instruit avec l’ARM et l’organe de récépissé d’entrepôt pour qu’on prenne toutes les dispositions afin qu’on puisse soulager les producteurs qui avec des quantités importantes d’oignons qui sont un peu stockées dans les choses de productions, faisaient face à des difficultés de conservation, surtout en cette période de saison des pluies», a dit Mouhamadou Lamine Mbaye.

WORE NDOYE

Leave a reply