Après la sortie du président de l’UMS : Sonko accuse Ousmane Chimère Diouf de « manque de sincérité » et de « parti-pris flagrant»

0
368

Comme promis, lors de la conférence de presse organisée par la coalition Yewwi Askan Wi hier, lundi 14 mars 2022, Ousmane Sonko a porté la réplique à la sortie du président de l’Union des magistrats sénégalais (UMS) qui s’offusquait de ses propos dans le dossier lui opposant à la masseuse Adji Sarr. En effet, dans un document de 5 pages, le leader de Pastef Les patriotes reproche à Ousmane Chimère Diouf un « manque de sincérité » dans ses propos qui trahiraient son « parti-pris ».

Refusant qu’il soit mis dos à dos avec la partie civile, concernant les sorties sur ce dossier de supposé « viol et menace de mort », Ousmane Sonko listera toutes les sorties de ses pourfendeurs depuis qu’il a été placé sous contrôle judiciaire et empêché de sortir du territoire national. Citant au total 14 sorties de ses adversaires dans ce dossier, dont deux sur la même chaine, il demandera au président de l’UMS « Vous étiez où, vous Union des magistrats face à ces violations flagrantes et ce piétinement de l’Institution judiciaire ? »

Enfonçant le clou, le maire de Ziguinchor a fait ressortir des affaires judiciaires dans lesquelles, à son avis, des cas de violation politique des droits d’un justiciable ont été notés. Il s’agit de Karim Wade, de Khalifa Sall, sans oublier des affaires dans lesquelles certains proches du régime avaient défié la justice, sans que l’UMS ne pipe mot.

« J’aimerai simplement vous dire que le corporatisme, je le connais mieux que vous. J’ai créé et dirigé un syndicat avant vous. J’imagine la pression que vous avez dû subir de certains de vos collègues depuis quatre jours, les plus anciens certainement. Vous n’avez pas parlé pour le droit et la justice, encore moins pour l’institution ; mais uniquement émis un signal positif à la chancellerie. Mais vos propos d’hier sont une intrusion inacceptable dans le dossier et même, en filigrane, des orientations données au juge d’instruction. Nous en prenons cependant acte ! », dira Ousmane Sonko, non sans conclure que « rien ni personne ne peut m’empêcher de me défendre et de dénoncer l’entreprise de liquidation lancée contre ma personne, y compris dans son volet judiciaire. »

 

J M D

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :