Après les insultes d’Hanouna contre Louis Boyard, C8 condamnée à une amende record

0
684

(Le HuffPost avec AFP)- Au mois de novembre, le présentateur de « Touche pas à mon poste » avait copieusement insulté l’élu du Val-de-Marne, le traitant notamment de « bouffon », « tocard » ou « abruti ».

 Grosse rassrah pour Hanouna. Ce jeudi 9 février, l’Arcom a annoncé avoir infligé une amende record de 3,5 millions d’euros à la chaîne de télévision C8, sanctionnant ainsi les insultes prononcées dans le cadre de Touche pas à mon poste à l’encontre du député Louis Boyard.

Au mois de novembre 2022, après un échange dans lequel le député du Val-de-Marne avait dénoncé les pratiques de Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal+ et donc de C8, en Afrique, Cyril Hanouna l’avait copieusement insulté. Il l’avait notamment traité de « bouffon »« tocard » ou « abruti » et lui avait lancé « T’es qu’une merde ». Le présentateur de TPMP avait fini par exprimer des « regrets » quant à cette séquence et au fait de s’en être pris de la sorte à son ancien chroniqueur.

« Le milliardaire Bolloré a voulu me censurer, on a touché à son poste », s’est félicité Louis Boyard ce jeudi dans un tweet, relayant la décision de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (successeure du CSA et d’Hadopi).

Image

« L’Arcom a en effet estimé que ces propos ont porté atteinte aux droits de l’invité, au respect de son honneur et de sa réputation » et que « cette séquence traduisait une méconnaissance par l’éditeur de son obligation de maîtrise de son antenne », a déclaré le régulateur des médias dans un communiqué.

« C’est une grosse amende, mais on est toujours là et on continue ce qu’on fait », a quant à lui réagi Cyril Hanouna dans le cadre de son émission Touche pas à mon poste du soir, débutée quelques minutes après l’annonce de l’amende. « Il y a des gens qui nous en veulent, on est en guerre comme ont dit », a-t-il ajouté, déplorant une condamnation visant l’émission « la plus ouverte » du PAF. « Laissez les rageux commenter, nous on fait. »

« Empêché » dans l’exercice de sa liberté d’expression

Dans son communiqué, l’Arcom précise en outre avoir adopté une seconde décision « par laquelle elle a mis en demeure la chaîne de se conformer à l’avenir aux stipulations de l’article 2-3-8 de sa convention relatives à l’honnêteté et à l’indépendance de l’information et des programmes qui y concourent ».

Ce qui signifie, comme le précise la suite du texte, que le régulateur considère que Louis Boyard a « été explicitement empêché d’exprimer en plateau un point de vue critique à l’égard d’un actionnaire du Groupe Canal+ » et que l’émission en question n’a « pas été réalisée dans des conditions qui garantissent l’indépendance de l’information ».

Cette décision du régulateur, autorité indépendante du gouvernement, survient dans un contexte de tensions entre Canal+, filiale du groupe Vivendi piloté par le milliardaire conservateur Vincent Bolloré, et la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak.

Cette dernière a jugé ce jeudi matin, sur France Inter, « inadmissible » l’appel récent de Cyril Hanouna à la privatisation de l’audiovisuel public, soulignant que le Rassemblement national est le seul parti qui défend cette mesure.

« Privatisez-moi ça », avait lancé mi-janvier l’animateur de TPMP, qui rassemble plus d’un million de téléspectateurs chaque soir.

La ministre a également évoqué à la radio la possibilité pour l’Arcom de retirer à CNews et C8 les fréquences mises à leur disposition quand elles ne respectent pas leurs obligations.

« Nous avons été profondément choqués par les propos tenus par Madame la ministre de la Culture », avait réagi Canal+ dans un communiqué publié ce jeudi après-midi.

Leave a reply