ARCHIVES SUD MAG N°11-Mars 1989

0
10695

SOMMAIRE

SENEGAL                                                                     Lendemains incertains.

BURKINA FASO                                                          L’ombre de Sankara.

ACHEIKH IBN OMAR                                              « Il faut remettre le débat aux masses. »

TCHAD                                                                            La stratégie de Hissène Habré.

ANGOLA                                                                         Dans l’antichambre de la paix.

NAMIBIE                                                                            Le repli sud-africain.

AFRIQUE AUSTRALE                                                L’apartheid se dégivre.

RWANDA                                                                            Les difficultés demeurent.

MADAGASCAR                                                                Monja Joana : « S’unir pour refuser de payer la dette ».

PALESTINE                                                                       24 années de lutte.

ECONOMIE                                                                    UNION DU MAGHREB ARABE

                 La nouvelle donne.

DETTE AFRICAINE                                                     N’épongez pas s’il vous plait !

DOCUMENT                                                                    Ethinicité : mythes et réalites

L’exemple burundais.

DROGUE                                                                           Une plaie universelle.

FOOTBALL                                                                           Le désaccord franco-africain.

CINEMA                                                                             Interview de Gaston Kaboré

COMMUNICATION                                                           Le village global

SUD SANTE                                                                       Le diabète sucré

 

Lettre de l’éditeur

Par Babacar Touré

Ce numéro de « Sud magazine » que vous  avez entre les mains a faîlli ne pas sortir. Faute de moyens. Moyens matériels. « Sud magazine » coûte trop cher pour un prix qui ne reflète pas la réaflté. Alors que chaque exemplaire revient à 1100 frs Cfa, le prix de vente est maintenu à 500 frs Cla c’est-à-dire  à moins de 50 %  du coût de revient.

Quelle est la logique derrière tout cela ?

Tenir compte du pouvoir d’achat de nos lecteurs, d’abord. Ensuite, même vendu à un prix coûtant, le journal ne s’en sortirait pas sans l’indispensable publicité qui est le nert de la guerre. Elle nous manque terriblement. Pour plusieurs raisons. La crise frappe et le poste publicité est le premier à subir des coupes sombres dans les budgets de promotion des sociétés.  S’y ajoute qu’en Afrique, on confond souvent réclame et publicité, sans parler des pesanteurs politiques qui ont un effet dissuasif  sur bien des annonceurs.

Mais votre journal a connu aussi un  problème  inattendu. La création et le  développement rapide de « Sud Hebdo » ont  fait déplacer vers le fils, le centre de gravité rédactionnel. Le meurtre du père en quelque sorte.  Nous nous sommes retrouvés avec une  rédaction réduite  pour le magazine alors que  l’hebdo refusait du monde.

Néanmoins, grâce à des efforts inouïs et à la ferme détermination du « noyau original »  de sauver l’ancêtre, le symbole et la raison d’être du groupe, nous avons pu vous livrer ce numéro que vous lisez. C’est un numéro double. Une manière de nous excuser  d’avoir raté un rendez-vous trimestriel avec  vous.

Nous avons voulu innover avec la mise en page, en faisant appel à un « vieux » professionnel, Georges O’Connor, dont ce numéro porte la griffe. Un autre « vieux » routier de la profession, partie prenante de toutes nos aventures, Cheikh Mamadou Koumé est revenu occuper la place qui lui revient dans le groupe.

Absent depuis 3 années pour cause d’études de 3ème  cycle en Communication en France, il va désormais coordonner la  rédaction de Sud magazine en qualité de rédacteur en chef. lbrahima Baxum (Bill pour nous) reste, malgré lui, rédacteur en chef. Votre magazine ne fera pas la fine bouche même si dès le départ, il était entendu que Bill ne devait rester à la coordination que pour six mois, le temps d’une rotation. Avec ses méthodes brouillonnes, son ; sens de l’engagement et son professionnalisme pointu, il nous est vite apparu comme indissociable de « Sud magazine ». Même déchargé, Bill restera toujours « Red Chef » comme on rappelle, Même s’il n’en est pas content.

Bonne lecture, amis.

Babacar Touré .

 

Silence

Par Ibrahima Baaxum

Devant le public, il n’y eut presque pas de paroles. Sur scène, tout a presque été mimé. Au dénouement, tout le monde a  parfaitement compris. Ancien dictateur chassé du pouvoir, exilé depuis 1979 en Arabie Saoudite, Idi Amin  Dada a bien célébré le dixième anniversaire de sa chute en se remettant au devant de l’actualité.

Gênant dans son pays d’exil, même si on se résigne à le garder, indésirable à Kinshasa et surtout pas du tout acceptable à Dakar, l’ancien bidasse de l’armée coloniale britannique, projeté à la tête de son pays à la faveur d’un coup d’Etat, autobombardé maréchal et surtout tenant de tous les pouvoirs de vie et de mort durant son règne sur l’Ouganda, Idi Amin a mal. Le mal du pays ?  Peut-être. Celui d’avoir été ce qu’il fut, sûrement. Les peuples savent se venger. Big Dada l’aura appris à ses dépens.

Maréchal errant… Qui disait que qui se ressemble s’assemble? Erreur historique. Aucun dirigeant africain ne veut aujourd’hui accueillir sur son sol, l’ex-président, pourtant homologue en tous sens.

Dictateur ? Allons donc. Ça court les palais dans le continent, du nord au sud. Monarque éclairé ou président imposé, le résultat est le même. Le peuple croupit dans la misère et les potentats se paient des palais. On parle de ceux de Bokassa. Ceux de Mobutu (voilà  donc) sont de notoriété publique, surtout depuis que le Maréchal (cette ressemblance alors !) s’est mis à bouder le tuteur belge. Connus aussi ces fils et filles de présidents inscrits dans les universités européennes ou  américaines et logés dans des appartements douillets sur des avenues de renommée aux frais du contribuable, dont les enfants ne peuvent plus rien espérer de l’école.

Connues ces darnes d’ici et d’ailleurs, qui utilisent des parcelles de pouvoir, pour se faire des montagnes de biens. Mais on impose partout le silence dont Mitterrand  disait qu’il est la sève nourricière de l’oppression.

Dada errant. Ce ne devrait pas être possible pour peu qu’on eût accepté que les loups allassent avec leurs semblables. Mais c’est aussi cela la loi du milieu. Tous ceux dont la maladresse a permis à l’opinion de voir ne serait-ce qu’un aspect du jeu doivent partir. Sacrifices.

Quelque part, un faiseur de loi se chargera d’imposer le silence. A tous ceux dont la voix porte. Dada avait seul le droit à la parole. Aujourd’hui, il est tenu de se taire quand le monde parle de lui.

 

SENEGAL

 Lendemains incertains

 Par Abdoulaye Ndiaga Sylla

Menaces, ripostes, affrontements. Sourde aux appels au dialogue pour sortir le pays de la crise dans laquelle il s’est installé depuis les élections de février, la classe politique sénégalaise tourne en rond. Dans un contexte marqué par la « sale guerre » entre les éléments de l’armée régulière et séparatistes casamançais, l’enquête ouverte après ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire des officiers », la perspective d’un 1er mai troublé, le Sénégal vit des lendemains incertains.  

Un Parti Socialiste mal en point, trainant sa blessure de février 88, affecté par le combat des chefs dans ses rangs et  cherchant après son  Congres placé sous le thème de la rénovation et de l’ouverture, à se tailler de nouveaux habits.

Une opposition en position d’attente, fortement ébranlée apres les démentis de Abdou Diouf et de Jean Collin suite à la déclaration de Me Wade selon laquelle le Président Diouf et son ministre d’Etat étaient d’accord avec lui, pour la constitution d’un Gouvernement d’Union Nationale de Transition et la dissolution de l’Assemblée nationale, se gaussant du combat de chefs  dans les rangs de son principal adversaire.

Arbitre de ce face à face dans un contexte marqué par les arrestations après l’attentat à la voiture piégée, les affrontements entre séparatistes casamançais et éléments de l’armée régulière, l’enquête couverte contre le Général Tavarez Da Souza et quatre autres officiers de l’armée, les confins qui, au nord, embrasent la vallée, une société civile courtisée comme jamais elle ne l’avait été jusqu’ici. Tel se présente, en cette année, le landerneau politique sénégalais.

Hormis quelques faits nouveaux qui sont venus forcer des traits déjà sombres, le tableau n’est guère différent de celui d’après les élections législatives et présidentielles. Depuis un an, la classe politique tourne en rond. Il  faudra bien convenir, au moment d’écrire la chronique des années 80, qu’en fait d’année blanche, l’école et l’université n’auront pas été les seules à en souffrir.

L’opinion attendait, non sans appréhension octobre, mois de rentrée politique s’il en est, dans un microcosme balloté en permanence par les courants partisans. Si fort heureusement, la vague de violences prédite par les Cassandres n’a pas déferlé sur le pays, avec la rentrée, la situation n’en était pas moins confuse avec un front social fouetté par les licenciements massifs, les grèves perlées du secteur de la santé, l’affaire des policiers radiés.

Pour sortir de l’impasse, désamorcer la bombe scolaire et reprendre l’initiative, Abdou Diouf qui venait d’inaugurer un style de communication avec son peuple (quatre adresses à la Nation en l’espace de six mois), engage son gouvernement à signer un accord avec les étudiants et vient de déposer, sur le bureau de l’Assemblée nationale, des projets de loi portant révision du Code électoral, du statut de l’opposition, de la chartre de la démocratie, de accès aux médiats d’Etat. Des dossiers dont la table-ronde nationale avait été saisie.

Jeu habile mais qui, à terme, s’est révélé dangereux. En effet, en cherchant

à isoler l’opposition et à utiliser le relais de la société civile, le chef de l’Etat allait, non seulement se couper d’elle mais encore conforter dans leurs analyses ceux qui doutent de la sincérité de son approche consensuelle des problèmes.

Dans ce ciel chargé , le religieux allait,  encore une fois, voler au secours du pouvoir  (Pas bien entendu, dans les mêmes termes que lors des élections). L’invite de Serigne Abdoul Aziz Sy, Khalife général des Tidianes, pour une large concertation nationale, accueillie favorablement par toute la classe politique, allait, en effet accorder un répit au régime et étaler, dans le même temps les risques générés, dans un Etat laïc, par l’intervention du religieux dans la  recherche de solutions aux problèmes politiques.  Les modalités d’organisation de cette table ronde nationale bis restent à préciser, un calendrier à établir.

Comment gérer des hommes et des femmes qui n’acceptent plus d’être  gouvernés comme avant ? Depuis février88, le Parti Socialiste, usé par un exercice solitaire du pouvoir, cherche réponse à cette question. Réunions du Comité Central, du Bureau Politique, Conseil National transformé en  Congrès extraordinaire ont  fait le diagnostic, proposé des remèdes jusqu’ici sans succès. Alors, rompre avec le passé et les hommes qui l’incarnent?

Bouc émissaire Daouda Sow, considéré comme le chef de file de l’aile dure, celle-là même qui ne voudrait pas de l’ouverture. Contraint à démissionner de ses fonctions de Président de l’Assemblée nationale par une camarilla actionnée par le tout puissant ministre d’Etat Jean Collin.

Daouda Sow serait-il le premier d’une liste de hauts responsables dont l’épuration est  programmée dans une sorte de chasse aux barons? Cela semble se vérifier avec la mise à l’écart habile de certains caciques. Nul ne doute que les trophées seront nombreux puisque Daouda Sow n’est pas le dernier baron, le seul conservateur si tant  existe, au Parti Socialiste, des conservateurs et des  progressistes, des rénovateurs.

Des éléments plus jeunes que l’ancien président du Parlement, nourris dans le sérail socialiste et imbibés par la culture de parti unique, détiennent encore des positions clefs dans l’appareil. La liquidation de Daouda Sow, tout comme les bouleversements opérés dans les grands corps de l’Etat ont fini d’édifier sur la confusion des rôles entre le Parti au pouvoir et l’Etat mais, encore, sur la réalité  d’une crise aigüe des institutions

Rénovation et ouverture

Le Parti  socialiste va-t-il changer? Il faudra sans attendre les renouvellements des instances, l’application des décisions prises lors du Congrès des 4 et 5 mars1989. Pour l’heure, un bureau exécutif de douze membres sert d’instance suprême avant le Congrès de 1990. L’air du temps est plutôt à l’ouverture.

Deux formes d’ouverture sont aujourd’hui possibles. D’abord en direction de la société civile, pour s’attacher de nouvelles compétences et s’adapter au nouveau contexte. En fait, élargir la base sociale du PS. La présence de 200 observateurs au Congrès extraordinaire, la campagne de recrutement ouverte sont autant d’indicateurs de la volonté du PS de renouveler son personnel, d’affiner ses modes d’intervention. Le Parti Socialiste débarrassé de tout exclusivisme, pourrait alors s’engager à fond dans l’approche consensuelle, trouver des lignes de convergence avec d’autres forces politiques privilégiant les solutions de rassemblement, de concertations pour sortir le pays de la crise.

Reste à savoir si le PS parviendra à réajuster sa pensée politique, à réviser sa manière de gérer, en tant que parti  de gouvernement, les affaires du Sénégal? La difficulté tient au fait qu’il n’est pas facile, pour un parti de masse ayant  perdu jusqu’à sa réputation d’être une machine électorale, de rompre d’avec des pratiques, un discours, des comportements, des pesanteurs héritées du Bloc Démocratique Sénégalais (BDS).

Un changement significatif au PS, induira forcément des modifications du  paysage politique sénégalais. A ce niveau, le comportement de son principal  rival, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) sera intéressant à suivre. Ouvert au dialogue avec le PS, il n’ y a guère, le PDS de Me Abdoulaye Wade a durci le ton et s’est engagé dans un radicalisme. Une évolution importante au PS l’obligera à modifier son approche. Tout dépendra alors de sa capacité à faire face à une nouvelle donne, puisque rien ne permet de penser, à terme, que le PDS va continuer à constituer le principal pôle des forces du changement.

En vérité, sa marge de manœuvre est d’autant plus étroite, que ses alliés du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) et de la Ligue Démocratique/Mouvement pour le parti du Travail (LD/MPT), conscients du fait que le compagnonnage avec un parti libéral est plus dicté par les circonstances que par le triomphe d’une option à long terme, sont conscients de la nécessité d’œuvrer de plus en plus pour la réunification de la famille marxiste.

Unité d’action ou unité organique ?

L’interrogation reste ouverte. En tout cas, les tentatives unitaires de l’opposition s’articulent, dans une première phase, autour d’affinités doctrinales (PIT­LD/MPT, AJ-MRDN-OST-UDP). Elles peuvent contribuer d’une part à palier l’extrême dispersion de l’opposition et d’autre part à remodeler le paysage politique marqué jusqu’ici par une bipolarisation PS-PDS. Les  lendemains sont incertains.

Différents scénarios peuvent être envisagés selon que le Parti Socialiste  s’ouvre et rénove carrément ou que, pris par un réflexe conservateur, il avance, yeux fermés en direction des municipales.

Autre cas de figure, un accord de gouvernement avec certaines formations politiques ou, dans le sens de la démocratie consensuelle chère au Président Abdou Diouf, un élargissement de la majorité présidentielle, la constitution d’un gouvernement d’Union Nationale sur la base d’un programme accepté par toutes les formations favorables à la construction d’un tel cabinet.

L’hypothèse d’un gouvernement élargi à des personnalités non PS mais suffisamment représentatives de société civile est à prendre en considération, même si les limites d’une équipe essentiellement composée de technocrates dans la gestion d’une situation sociale difficile sont réelles. Le pire, bien entendu, ce serait la voie de l’immobilisme avec la formation d’un cabinet socialiste, le renforcement demandé par Abdou Diouf au Congrès extraordinaire, des rapports entre l’administration et le PS, pour assurer la continuité. Tout dépendra en définitive, de la capacité du Parti Socialiste à  faire face à la remise en cause, dans de larges secteurs de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), du concept de la participation responsable, à l’exacerbation de la crise économique, et à la dangerosité du climat politique où la contestation du régime épouse quelquefois des formes violentes (attentats, affrontements au Sud du pays). Autant d’éléments qui plongent le pays dans l’incertitude et laissent peu à de places aux manœuvres, quelques mois des sommets de la Francophonie et de l’OCI.

 

BURKINA FASO

 L’ombre de Sankara

     Par Francis Ouédraogo

Décidément, les symboles ont la vie dure. Plus d’un an après la disparition tragique du président Thomas Sankara, son ombre plane toujours sur le Burkina. La célébration de l’An 1 de la rectification a paradoxalement été un hymne à la mémoire de celui que ses successeurs s’évertuent à vouloir effacer de l’histoire du Burkina.

Le bilan dressé a malencontreusement été celui de Sankara.  L’accent a en effet été mis sur le Salon international de l’Artisanat de Ouagadougou, (SIAO), le nouveau marché de Ouagadougou, un coûteux joyau de plus de quatre milliards de francs CFA, les nouvelles cités d’habitation.

Toutes réalisations inaugurées avec pompe par le président Blaise Compaoré mais dont personne n’osera, disputer la paternité à Thomas Sankara. Il ne pouvait en être autrement. En un an de pouvoir, le nouveau régime n’ a rien à présenter de ce point de vue. Sur ce front, rien de nouveau. Mais voilà, ce nouveau régime traîne comme un boulet un « complexe Sankara »,  qui le contraint à se battre contre un fantôme sur son terrain. Un peu plus de lucidité l’aurait gardé de pareils excès. Les réalisations de Blaise Compaoré se situent en effet sur un autre champ de bataille.

Ce qui a changé au Burkina en un an, c’est d’abord l’atmosphère. Incontestablement, la nouvelle équipe a réussi une certaine décrispation. Au plan international, le Burkina a remisé l’étendard de l’anti-impérialisme. Les Etats honnis il n’y a guère sont devenus les nouveaux amis, qu’il s’agisse du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Maroc. Sur le plan diplomatique donc, profil bas. Le Burkina n’a plus de leçon à donner à quiconque. C’est le calme après les tempêtes que déclenchaient les diatribes de Sankara.

Au plan national, le même souci d’apaisement a été noté. Sur le plan politique, la suppression des fâcheux Comités de Défense de la Révolution a été salutaire. Les Comités révolutionnaires qui ont pris le relais, semblent pour l’heure, tenir compte des excès d’hier. Et le Front patriotique, en se dotant de statuts comble une des lacunes de l’ancien Conseil national de la Révolution.

Sur le plan économique, le corset des Groupements d’intérêt économique, pour n’avoir pas été purement supprimé, a tout de même été vidé de toute substance. L’adhésion n’y est plus obligatoire pour mener certaines activités économiques.

Le sentiment de liberté qui prévaut sur ce chapitre se juge aux voitures rutilantes, Mercedes et autres BMW , reparues en masse à Ouagadougou.  Assurément, Blaise Compaoré a réussi son pari de décrispation. Les Burkinabé se sentent moins menacés par de fougueuse initiatives comme Sankara les y avait  habitués. Les fonctionnaires ont dans ce cadre, vu leurs rémunérations retrouver le niveau d’avant Sankara. Ainsi, en un an de pouvoir, Le président Compaoré a multiplié les sucettes tous azimuts pour s’attirer les suffrages des Burkinabè. Ceux-ci ont applaudi toutes ces mesures, mais le soutien au pouvoir tarde à se manifester. Entre le président et le peuple se joue ainsi, une véritable partie d’échec. L’un donne avec le dessein connu mais non déclaré d’en récolter des subsides de popularité. L’autre reçoit, en feignant de ne pas savoir que le don est des plus intéressés et en conséquence, se garde bien de rien donner en retour.

Blaise Compaoré, à ce jeu, sera sûrement perdant. Il n’a pas les moyens de toujours donner des sucettes. Surtout qu’il s’est privé de la ressource importante qui a permis à son prédécesseur de réaliser tous ces projets qui font aujourd’hui de Ouagadougou, une ville respectable qui fait la fierté des

Burkinabé. Déjà les critiques fusent, parce que, faute de moyens pour  remettre à neuf certaines chaussées devenues impraticables, les travaux publics se sont contentés de les combler avec des ordures. Les « goudrons de la troisième République » ont ironisé les Ouagalais.

L’autre inconnue réside dans la capacité des Burkinabé à gérer cette soudaine « liberté ». La venue de Sankara au pouvoir avait été très largement souhaitée parce que l’anarchie tenait lieu de conduite à tout le pays. Elle a l’air de revenir imperceptiblement. Les fonctionnaires sont devenus beaucoup moins zélés. Les absences se multiplient dans les bureaux, au profit des buvettes où l’on ingurgite force bières en mangeant des brochettes, il est vrai très bon marché, à 50 francs pièce.

Le Président Compaoré a dû s’élever contre cette licence. Mais les Burkinabé savent pertinemment qu’il n’a pas, actuellement, les moyens d’un réel coup de gueule. Ainsi va le Burkina de Blaise qui veut tenir la gageure d’offrir à la fois le beurre et l’argent du beurre. Avec en prime, le risque d’une exacerbation de la tension sociale du fait de l’apparition d’évidents signes de richesse dans un pays qui figure encore, parmi les plus pauvres au monde.

 

TCHAD

 INTERVIEW

        Acheikh Ibn Omar

 « Il faut remettre le débat aux masses »

Propos recueillis par Babacar Touré et Chérif Elvalide Sèye

Sept ans après son repli au Nord, avec l’armée du gouvernement d’Union Nationale de Transition (Gunt), Acheich Ibn Omar retrouve Ndjaména, sa ville natale, suite à l’accord signé en Irak entre le Front Patriotique qu’il dirige, et le gouvernement de Hissène Habré. Calme, pondéré, sans état d’âme, le nouveau ministre tchadien des Relations extérieures retrace son parcours du combattant, explique dans cette interview exclusive recueillie dans la capitale tchadienne ses rapports avec le colonel Khadafi et donne son point de vue sur la démocratie, l’avenir du Tchad, les problèmes qui meublent son quotidien. Seigneur de guerre, homme d’Etat? Il s’en défend. Fils de marabout, ce cadre tchadien né en 1951 se considère plutôt comme un militant attaché à la reconstruction de son pays secoué par plusieurs années de confrontations fratricides.

 SUD MAGAZINE: Nous nous permettrons de vous demander pourquoi vous êtes revenu?

Acheikh Ibn Omar : Ce n’est un secret pour personne que pendant des années, les Tchadiens se sont combattus les uns les autres, ont formé des organisations politiques, des factions militaires. Cela a conduit le pays à une situation extrêmement catastrophique. En tant que responsable, nous avons estimé, après toutes ces péripéties, tous ces drames, que le moment était venu pour tourner définitivement la page, oublier le passé et panser les blessures, pour que notre pays fasse l’économie de ces pertes qui l’ont handicapé en beaucoup de domaines et refaire l’unité nationale, la concorde et conjuguer tous les efforts, non pas pour nous entre-déchirer mais plutôt, reconstruire le pays. C’est en prenant conscience de cette situation extrêmement dramatique, et de notre devoir en tant que patriote, que nous avons estimé nécessaire de prendre  cette décision.

S.M: Quelles garanties avez-vous eues, que votre retour permettrait d’aider la solution du problème du pays, parce que nous imaginons que vous n’êtes pas revenu du simple fait que vous vouliez mettre fin aux souffrances, aux divisions. Vous êtes à revenu, avec dans l’esprit, d’aider vous-même à  la reconstruction du pays. Quelles garanties avez-vous eues de ce point de vue ?

I. O : Je ne sais pas ce que vous entendez par garanties.

S.M: Quel est le contenu des accords que vous avez passés avec le gouvernement pour pouvoir revenir?

I. O : Les accords ont été rendus publics, Ce serait fastidieux de réciter tous les points qui y étaient inscrits. Néanmoins, on peut dire en résumé, que nous avions posé un certain nombre de problèmes qui ont été discutés d’un commun accord et dans lesquels, nous y avons arrêté des compromis. D’abord sur plan militaire, nous avions convenu ce qui était une évidence : de mettre fin immédiatement à l’état de belligérance donc en décrétant un cessez-­le-feu sur l’ensemble du territoire entre les forces de notre mouvement et les Fant, et la mise en place d’une commission militaire mixte entre les deux parties pour recenser nos unités militaires, nos combattants et procéder à leur intégration au sein du Fant, avec toutes les considérations techniques que vous pouvez deviner.

En allant vite, sur le plan politique, nous avions aussi de notre côté, accepté le principe de ne pas remettre en cause les institutions de l’Etat actuel, issues de l’acte fondamental qui est pratiquement la seule référence constitutionnelle existante. De même que nous avions convenu de mettre en place un comité paritaire entre le Front patriotique, notre mouvement, et l’Unir, pour étudier les voies et moyens de réaliser l’unité sur le plan organisationnel. De même que nous avions toujours, sur le plan politique, arrêté le principe de participer en tant que mouvement, à l’élaboration d’une nouvelle Constitution qui doterait le pays d’institutions définitives et stables.

Sur le plan social, le problème central était la réinsertion des exilés, des réfugiés, de tous ceux qui nous ont suivi (fonctionnaires ou les autres couches) dans leurs prérogatives anciennes. De même que d’autres principes généraux ont été adoptés, tels que la libération des prisonniers de guerre ou détenus politiques, l’amnistie générale pour tous les exilés et les opposants, et les libertés de la circulation, à l’intérieur et à l’extérieur du territoire pour ces derniers, etc. En gros, c’étaient les points qui étaient ressortis dans ces accords.

S.M: La Libye était votre principale alliée et  vous même étiez décrit comme étant  l’ « homme des Libyens ». Qu’est-ce qui s’est passé?

A.I.O : Je crois qu’il faut poser la question aux Libyens. Nous-mêmes nous

ne comprenons pas qu’un pays ami, frère qui nous a soutenus, qu’il est entrain de crier à tort et à travers qu’il veut la détente dans la région, avec le Tchad en particulier et qu’un tel processus qui s’inscrit dans une politique de détente, ne soit pas encouragé par eux. Je ne suis pas du tout anti-Libyen. Au contraire, je pense que la Libye est un grand pays frère, un pays voisin qui a intérêt autant que le Tchad, à ce qu’il y ait des rapports entre eux et qu’ils résolvent de façon pacifique tous les conflits hérités du passé. C’est mon espoir.

Pour parler de l’étiquette de prolibyens qu’on nous accole, évidemment, le Tchad étant en guerre,  aucune fraction ne détient d’usine d’armes, donc chacun a pu se servir là où il le pouvait.  Néanmoins, en tant que mouvement  politique, chaque fois qu’il y a eu problème du conflit frontalier tchado-libyen, nous l’avons posé, même au moment où nous étions soutenus par la Libye. Nous n’avions jamais hésité à dire clairement par la voie des ondes, et de la

presse que nous pensons que la Lilye doit respecter la souveraineté territoriale du Tchad. Nous avions, sur la question de la bande d’Aouzou, bien avant de conclure la réconciliation, au moment où je me trouvais en Libye, fait une déposition publique sur la question. De ce point de vue, pour nous la déclaration de l’unité et de la souveraineté du Tchad est une chose sur laquelle, on ne pourra pas du tout marchander. Tout en pensant que la guerre

entre le Tchad et la Libye, n’est de l’intérêt de personne, et qu’il faut transcender ce problème pour l’intérêt bien compris des peuples concernés.

S.M: Vous voulez dire que même quand vous étiez appuyé par la Libye, vous pensiez que Aouzou devait rester tchadienne, et vous le disiez à vos amis libyens?

A.I.O. : Je ne le disais pas à mes amis Libyens. Je l’ai déclaré à travers les agences, les radios qui peuvent témoigner. La dernière, c’était en septembre 87, au moment où il y a eu des combats, et où les forces nationales tchadiennes avaient attaqué Aouzou, notamment la base de Sara où nos forces avaient combattu aux côtés des forces libyennes. Nous avions fait une déclaration politique que Aouzou était tchadienne et que les Libyens n’avaient rien à faire là.

S.M: N’y a-t-il pas là une contradiction? Vos forces combattent aux côtés des Libyens et quand mêm,  vous déclarez que les Libyens doivent quitter Aouzou?

A.I.O.: C’est une situation héritée par l’histoire. Nous nous sommes trouvés  appuyés à la frontière libyenne et faisant face aux Fant, donc on était des alliés, des alliés de fait mais ce n’était pas un choix. Nous n’avons pas choisi de combattre aux côtés des Lilyens contre le Tchad. Il faut noter au passage que le conflit intérieur tchadien a éclaté au moment où le colonel Khadafi n’était même pas arrivé au pouvoir, donc on ne doit pas l’assimiler à un problème d’alliance avec la Libye et autre. C’est au contraire la Libye qui, par la suite, a essayé de se greffer sur le conflit et l’exploiter pour ses propres intérêts. Sinon, le problème est plus complexe.

S.M: M. le président, à quand remontent vos déboires avec la Libye ? Quand est-ce que vous avez senti que Libye ne vous appuyait pas pour vos propres objectifs?

A.I.O.: Je crois que ce ne serait pas très correct de notre part maintenant que nous avons rompu avec Libye et que nous nous trouvons chez nous, de cracher en quelque sorte sur les Libyens et de dire que depuis toujours nous avons été contre eux. Je crois que ça ne sert  à rien. Ce sont des justifications a posteriori qui, du point de vue de la correction, ne sont pas acceptables. Sinon la famille que nous représentions à l’époque, sous fégide du Gunt soutenu par la Libye a eu dès le départ, des frictions avec l’allié libyen et, en permanence il y avait des contradictions entre le fait que la Libye était le pourvoyeur d’armes et le fait que sa politique nous heurtait.  Déjà en 81, quand nous étions au pouvoir ici, notre gouvernement qui était soutenu par la Libye,  avait demandé l’évacuation des troupes de notre territoire, sans compter d’autres déclarations de ce genre, qui ont été l’un des éléments de friction. Malheureusement, toutes les factions tchadiennes qui ont été à un moment ou à un autre, soutenues ou bien adossées à la Libye,  ont fini par en découdre avec cette dernière. Pour la petite histoire, il faut rappeler aussi, que le président Hissène Habré, le chef des Fant, était aussi à la frontière tchado libyenne dans le Tibesti. Il était le premier à découvrir le jeu, à rompre avec eux et à choisir une autre voie, en attirant l’attention de ses autres camarades que c’était une pente trop dangereuse, un poison qu’il fallait détecter dès le départ. Evidemment, tout le monde n’a pas eu la même prise de conscience au même moment. Chacun est finalement arrivé à la même conclusion à travers sa propre expérience.

S.M: Vous voulez dire que vous vous êtes trompé dès le départ, que le président Habré avait raison?

A.I.O. : Sur cette question précise, oui.

S.M: Qu’est-ce que vous reprochiez au président Habré pour vous être opposé à lui? Et que maintenant qu’est-ce qui fait que  vous vous ralliez à lui ?

AI.O.: Nous ne sommes pas opposés au président Habré. On ne peut parler d’opposition que quand il y a un gouvernement en place et que les gens luttent contre ce gouvernement. Or, quand guerre a éclaté, il n’y avait pas de gouvernement au Tchad. C’est un ensemble de tendances qui ont essayé de faire un gouvernement de coalition qui a éclaté et par le jeu des fortunes diverses de combats, une de ces fractions qui est la Fant, a réussi à prendre le pouvoir, au détriment des autres. Après cela, les choses sont rentrées dans l’ordre et l’unité a été faite autour de cette réalité. Donc ce n’est pas une prise de position au départ, contre un régime en place.

S.M: Apparemment, pour un observateur extérieur, on peut avoir l’impression  justement qu’en fait, il n’y avait pas une bataille de programme, mais en fait il y avait une bataille pour le pouvoir et autour d’hommes. Et aujourd’hui, le fait de rallier – enfin vous n’êtes pas le seul, il y en d’autres qui ont rallié avant vous- peut incliner à penser qu’en fait, c’était un problème d’hommes. Et que le premier qui a pris le pouvoir et qui l’a gardé, a pu rallier tant de monde. C’est un partage du gâteau ?

A.I.O: Je crois qu’il nous est difficile  nous-mêmes de nous auto-analyser, parce que c’est une appréciation que vous demandez, donc ce n’est pas une information. Mais je crois que honnêtement, si on fait l’historique de la révolution tchadienne, parce que cette histoire-là a commencé en tant que contestation révolutionnaire d’un  régime issu de la période coloniale. C’est comme cela que les choses ont commencé pour déraper en guerre civile, etc. Si on fait le bilan de cette histoire après vingt cinq ans de déchirement, on doit arriver à une conclusion amère, certes, mais voisine de celle que vous avez avancée. A savoir que les mouvements politiques tchadiens ou les fractions tchadiennes étaient beaucoup plus préoccupées par le contrôle du pouvoir, que d’apporter des solutions réelles aux problèmes fondamentaux qui se posent à notre pays. Je crois que c’est une autocritique que nous devons assumer.

S.M: Comment voyez-vous l’avenir du Tchad ? Vous avez dit que vous allez participer à l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Quelles seront vos propositions dans ce cadre-là ?

A.I.O.: Il serait présomptueux de notre part, de projeter l’avenir du Tchad. Nous pensons que nous ne détenons pas le monopole de la vérité. Notre principal souci, c’est de retrouver notre place en tant que citoyens et de participer au débat national. Notre souci est de préserver la paix et de conjuguer tous les efforts, pour affronter tous les problèmes ensemble. Nous n’avons pas de voie à proposer. Nous pensons que, une des leçons à tirer c’est d’abord l’intégration, après le débat, en tant que citoyens, surtout que jusque-là, les principaux concernés, à savoir les masses tchadiennes ont été mises à l’écart des débats. Donc, il ne faut pas monopoliser le débat au niveau des responsables politiques, des anciens chefs de tendances.

Il faut remettre le débat aux masses tchadiennes et chacun y contribuera Aussi nous n’avons pas l’intention de proposer des alternatives en tant qu’organisation.

S.M: Est-ce que le fait que les ralliements ou les intégrations à l’Unir se font sous la bannière des différentes tendances, va dans le même sens que vous proposez qui est que justement, le débat ne soit plus monopolisé par les chefs des tendances ?

A.I.O.: Je suppose. Enfin, je ne sais pas quelles sont les motivations des uns et des autres. Mais je pense que les différents frères qui nous ont précédés dans la voie de la réintégration nationale étaient animés du même souci, à savoir qu’il faut d’abord réaliser l’unité, la stabilité et la sécurité, puis poser les problèmes politiques, parce qu’il faut des bases solides pour lancer un quelconque débat. Surtout à lumière de notre expérience traumatisante.

S.M : M. le président, nous sommes frappés en tant qu’observateurs extérieurs

de voir le taux de mobilisation du peuple tchadien sous le drapeau. Il se posera effectivement un problème de réintégration sociale de tous ces militaires. Apparemment on n’a pas l’impression qu’on y voit rouge déjà, eu égard à des impératifs sécuritaires. Ça ne vous pose pas un problème de réinsertion sociale de tous ces soldats qui vont être démobilisés un jour?

A.I.O.: C’est un problème très sérieux. Nous souhaitons qu’il soit résolu le plus vite possible, parce que cela vaudra dire qu’on a réglé la question de sécurité  et qu’on sera arrivé à la situation où on n’aura plus besoin d’une force armée. Donc ce qui expliquerait que le conflit serait résolu. Je crois qu’on ne peut avoir que comme problème, de réinsérer le trop-plein unitaire. On ne devrait

pas s’en plaindre, pas même si pratiquement, ça doit poser des problèmes matériels énormes. Je crois que tous les pays qui ont connu la guerre pendant un quart de siècle finissent par avoir ce genre de phénomène.

S.M :  Ça survient à un momenrt de crise. D’autres pays ont connu un phénomène à cause des chômeurs, du banditisme, des gens qui n’ont pas de perspectives. Déjà les civils n’ont pas de travail !

A.I.O.: Je pense que c’est un problème extrêmement sérieux, mais il ne faut pas dire qu’on n’y pense pas. Parce que je pense qu’au niveau du gouvernement, la chose a été perçue.

S.M : Tout le monde a rallié pratiquement sauf M.Goukouni Weddeye qui apparemment, mène une vie d’errance de pays à pays et qui apparemment aussi, a des problèmes vis-à-vis de la Libye. Est-ce que vous, en tant qu’ancien allié vous pensez être d’une certaine efficacité pour intercéder, ou bien alors pensez-vous que ce n’est pas votre problème ?

A.I.O.: M. Goukouni a été à un certain moment donné de notre histoire, le chef de l’Etat légnime du Tchad. Donc, de ce point de vue, il mérite notre considération. Evidemment, ce n’est pas agréable de le voir dans cette situation où, après ce que le pays a connu, tout ce que nous avons connu et en ayant été le premier des Tchadiens à un moment donné, qu’il soit dernier quant à la  prise de conscience, Ce n’est pas très agréable, mais nous ne nourrissons aucune animosité ou rancœur vis-à-vis de lui. Nous pensons qu’il a sa place au Tchad et si nous pouvons contribuer modestement à faire en sorte que son problème soit réglé, nous ne demanderons pas mieux. Ce serait en quelque sorte, rendre service à notre pays.

S.M: Est-ce que vous le pouvez ?

A.I.O: Honnêtement, nous en tant que Front patriotique, c’est un peu au-delà de nos moyens.

S.M: Avez-vous des contacts avec lui ?

A.I.O.: Oui, nous avons des contacts.

S.M : Toujours ?

A.I.O: Actuellement, il se trouve à Cotonou. Nous avons une représentation là­bas. Il y a des contacts, des discussions.

S.M : Et vous sentez qu’il a envie de revenir, ou c’est plutôt par amour-propre, parce qu’on a l’impression qu’il y a une question d’amour-propre justement après avoir été le premier des Tchadiens à être  investi, venir comme çà peut poser  problème?

A.I.O.: Tout le monde a eu des problèmes  d’amour-propre. Je crois qu’en tant que responsable, la moindre des choses c’est de ne pas donner la préséance à son amour ­propre par rapport à l’intérêt national, surtout quand il est question de vies humaines. Je crois qu’aucune autre considération ne peut le retenir. Il doit avoir des raisons, peut-être ce serait un peu injuste de dire que c’est certainement une question d’amour-propre. Il a des raisons plus profondes, je ne sais pas. Dans tous les cas, je pense qu’il est nécessaire d’œuvrer pour que  M.  Goukouni puisse retourner dans la famille tchadienne.

S.M: Le Tchad joue bien sur les rivalités. Mais également les complicités américaines et françaises. Il est aidé à la fois par la France et les Etats Unis et cela aussi bien militairement que diplomatiquement et autre. Comment vous situez-vous par rapport à çà ?

A.I.O.: Je ne sais pas. Je pense que le monde est tel que tout pays veut avoir des appuis extérieurs. C’est un journalistes qui a avancé l’expression « village planétaire ». Tous les pays sont interdépendants, il est donc tout à lait normal que le Tchad soit aidé par la France, les Etats Unis et par d’autres. Si d’autres pays ne veulent pas l’aider, s’il n’y a un ou deux à l’aider, ce serait difficile de leur faire des reproches. Ceci dit, il ne serait pas bon qu’à travers cela, le Tchad apparaisse comme un pays pro-français ou pro-américain ou pro occidental. Cela serait une mauvaise chose. Parce que quand on dit pro, ça veut dire qu’on est anti ceux qui ne sont pas pro. Ce qui n’est pas de notre intérêt.  La politique du Tchad doit être le non­ alignement, la lutte contre l’apartheid, le racisme et le soutien des mouvements de libération contre le colonialisme. Je pense que c’est la politique de l’Unir à travers ses textes et celle du gouvernement actuel, même si ses principes doivent être assaisonnés avec une certaine dose de réalisme. Ça c’est une règle générale aussi.

 

La stratégie de Hissene Habré

Par Babacar Justin Ndiaye

Après avoir assisté au Sommet anti­acridien de Dakar et bouclé la dernière semaine de  février par une visite de travail fructueuse à Bamako où il a accepté le mémorandum de paix sur le conflit tchado-libyen, soumis par l’OUA, le président Hissène Habré a meublé les premiers jours de mars, d’une initiative politique de grande envergure.

En catapultant Acheikh Ibn Omar à la tête de la diplomatie du Tchad, le président­fondateur de l’Unir (Union nationale pour l’indépendance et la révolution-parti unique), ne responsabilise pas seulement son adversaire et rival d’hier le plus sérieux et le plus  méritant. Il affine également la politique de réconciliation nationale, devenue depuis la fin des hostilités militaires, le banc d’essai où tout le monde, (alliés comme adversaires) testent sa stature d’homme d’Etat ou sa mentalité de chef de faction. En effet, l’intellectuel natif de Faya Largeau, ancien administrateur-stagiaire  à la sous-préfecture de Sedan (Ardennes), qu’un itinéraire mouvementé et sinueux a mué en généralissime, a longtemps correspondu à son cliché de « Seigneur » de la guerre. D’où les tenaces réticences d’une certaine opinion publique à son endroit.

Aujourd’hui, avec la fin de toute présence militaire libyenne au Tchad, (le cas d’Aouzou étant très spécial) et l’émergence d’une armée nationale suffisamment intégrée, le Bismarck de Ndajmena se métamorphose en Metternich. La partie politique que le président Habré conduit en ce moment est un cocktail, un savant mélange d’intelligence et d’arrière-pensée digne de l’animal politique qu’il est.

L’intelligence : c’est bien sûr l’art de réduire le nombre de ses ennemis et d’augmenter simultanément le poids de ses alliés. Même si dans cet exercice, on ne confond jamais les amis et les alliés. Les observateurs ont noté la promptitude avec laquelle, les proches de Hissène Habré ont toujours cédé la place aux nouveaux ralliés.

C’est ainsi que Mahamat Nour, brillant chef de guerre des Fan et premier compagnon de route (avec feu ldriss Miskine) de Hissène Habré dans le Tibesti au temps sombre de « l’affaire Claustre », a troqué son département ministériel contre la direction générale d’Air Tchad. Même chose pour Gouara Lassou et Ahmad Allami.

Le premier, sudiste parachutiste formé à Bingerville, fut capitaine et ministre du général Félix Malloum. Rallié plus tard, il a longtemps  apporté la caution sudiste au nordiste Hissène Habré avant d’être rejoint dans cette voie par le général Négué Djigo et le Colonel Kamougué, actuel ministre de la Justice. Gouara Lassou vient de céder la place à Acheikh Ibn Omar, tout en conservant le secrétariat général de l’Unir.

Le second, (Ahmad Allami) est un « habréiste » pur et dur. Inamovible ambassadeur à Paris, il fait partie du pré-carré très influent auprès du chef de l’Etat tchadien.

Dans le même ordre d’idées, on peut affirmer que l’ouverture réelle en direction des autres tendances va de pair avec une hégémonie des cadres ex Fan,  sur les leviers de commande du pays. Notamment l’Etat­ major des armées confiées successivement aux Commandos Debbi ldriss et Hassan Djamouss. Et le fameux Centre de documentation (la police secrète), dirigé jusqu’à une date récente par Ahmat Fadhil, un intime d’Habré.

Enfin, quel meilleur ambassadeur de charme pour Hissène Habré que l’ex-chef du Front patriotique, pour élargir l’audience du régime de NDjaména et gommer ses aspérités militaristes. L’arrière·pensée : c’est le souci « d’accorder les violons » du Tchad, faisant de la cohésion nationale, un facteur de succès

dans la prochaine et inévitable épreuve de force diplomatique avec Tripoli autour de la bande d’Aouzou et du sort des prisonniers libyens.

Et sur ce chapitre précis, Hissène Habré met les bouchées doubles.  D’une part, l’opposition libyenne basée au Caire et dirigée par le docteur Mohamed

Al Magariaf, secrétaire général du Front de Salut National pour la Libye (Fsnl),  a pignon sur rue à NDjaména, où elle entretient une antenne très active. Il y a quelques mois, elle a enrôlé une recrue de taille: le Colonel Khalifa Abdoul Gassim Haffar, l’officier le plus gradé parmi les prisonniers libyens d’Hissène Habré.

D’autre part, l’arrivée du nouvel ambassadeur américain à Ndjaména, Robert Lee Pugh (auparavant en poste à Beyrouth) et la présence insolite d’experts israëliens à Kousseiri (Nord-Cameroun), sous couvert de mission de lutte contre l’avancée du désert -selon la « Lettre du Continent »,  il s’agira, d’agents du Mossad- inquiètent légitimement le Colonel Khadafi qui y voit une intolérable pression contre son pays afin qu’il jette du lest à propos d’Aouzou.

Telle est la stratégie de l’homme fort de Ndjaména.  Une stratégie qui procède visiblement d’un monumental poker politique. Malheureusement, elle éloigne le Tchad d’une urgence aussi patente que la reconstruction nationale.  Cependant, les événements graves et non élucidés de la dernière semaine de mars (mouvements nocturnes de troupes, arrestation de Mahamat ltno, le ministre de l’Intérieur et la fuite vers l’Est de deux commandants en chef de l’armée) montrent que la cadence et les conséquences politiques de la réconciliation nationale gênent des intérêts de groupe. Certains milieux à Ndjaména croient savoir que la tentative de coup d’Etat résulte d’un double fait :

– L’exercice de plus en plus solitaire du pouvoir par le président Hissène Habré,

– La place, jugée trop grande, conférée à Acheikh Ibn Omar après son ralliement

Dans tous les cas, l’influente personnalité des deux dissidents, et le chemin emprunté (la frontière du Soudan) suggèrent des lendemains de feu et de sang pour un pays assez meurtri. Enfin, Goukouni Weddèye qui est réduit à l’état de naufragé politique, risque de rencontrer une vraie bouée de sauvetage chez d’anciens dignitaires du régime de Habré, entourés par de  nombreux hommes en armes.

 

ANGOLA

Dans l’antichambre de la paix

Par Babacar Justin Ndiaye

Le bout du tunnel approche pour l’Angola en guerre depuis l’indépendance, contre les bandes de l’UNITA équipées par quelques pays occidentaux et soutenues logistiquement par l’Afrique du Sud. Les récentes négociations quadripartites (Etats-Unis, Cuba, Afrique du Sud et Angola) qui ont débouché sur un double retrait des Cubains d’Angola et des Sud-Africains de Namibie, devraient permettre à Luanda de s’attaquer à la reconstruction du pays. Le grand perdant de ces accords sera sans conteste, Jonas Savimbi, qu’il ne serait pas étonnant de retrouver en exil quelque part.

« L’intervention cubaine en Angola, constitue un élément stabilisateur ».  Cette petite phrase de Andrew Young, prononcée en 1978, avait vivement mis en émoi l’Occident, singulièrement les milieux atlantistes (proches de l’OTAN).

La presse conservatrice en France, avait sans ambages indexé l’ex ambassadeur de Jimmy Carter à l’Onu, et actuel maire d’Atlanta et actuel maire d’Atlanta, comme un agent du KGB. Aujourd’hui, avec le succès des négociations quadripartites, impliquant un double retrait des Cubains d’Angola et des Sud-africains de Namibie, on peut apprécier la perspicacité (un peu prématurée) et la valeur hautement prémonitoire de la petite phrase de Young.

En fait, l’intervention rapide et massive des cubains dans la guerre civile angolaise, en dépit du typhon de controverses qu’elle a suscitées, n’en a pas moins généré un effet  positif : « la non-bantoustanisation » du pays, car une victoire du tandem Savimbi – Holden (Unita et Fnla) aurait non seulement re- vigoré l’apartheid, mais également transformé l’Angola en un protectorat ou semi- colonie à l’image des pays satellites, tels le Lesotho et le Swaziland où les commandos de Prétoria traquent les membres de l’Anc, avec la même aisance que dans les faubourgs de Johannesburg. L’opération « Carlotta » (nom de code de l’initiative militaire de Fidel Castro, a eu le mérite d’empêcher pareil cauchemar pour l’Afrique.

Mieux, dans la foulée de la présence cubaine, la décolonisation de la Namibie – exigée sans succès par maintes résolutions de l’Onu et de l’Oua-, a reçu un vigoureux coup d’accélérateur. Certes, il est de bon ton d’invoquer le nouveau et doux climat international -détente entre les deux « super-grands » -pour expliquer les virages de paix et les débuts de solution, qu’amorcent les conflits régionaux.

Probablement, la relégation aux oubliettes, de l’histoire du brejnevisme (pérestroika),  et du reaganisme triomphant (échec -latent ?) de l’ambitieux programme de la « guerre des étoiles » cher à la Maison-Blanche) et l’existence au sommet, d’une mentalité qui privilégie le compromis ont directement affecté le comportement de tous les acteurs du conflit : Luanda, La Havane et Prétoria.  Mais à côté de cette dynamique internationale très accoucheuse, de paix, pour les crises périphériques (Cambodge, Afghanistan, etc.), il est nécessaire dans le cas précis de l’Angola, de mentionner deux éléments décisifs : la fermeté politique du Mpla (Mouvement pour la libération de l’Angola) au pouvoir, à Luanda et la rupture de l’équilibre des forces.

Depuis la proclamation de République Populaire d’Angola par Agostinho Néto,

en novembre 1975, le Mpla a systématiquement rejeté toute forme de dialogue avec l’Unita en tant que parti ouvertement appuyé par l’Afrique du Sud. Tout en accueillant chaleureusement les individualités qui se rallient par patriotisme.

Cette politique qui combine souplesse et rigidité à l’image du bambou qui plie sans casser, a donné des résultats probants. C’est ainsi que, l’ancien bras droit de Roberto Holden, au sein du Fnla et ancien ministre du gouvernement de transition issu  des accords d’Alvor, M. Johnny Eduardo Pinock a négocié et réussi son retour à  Luanda où il occupe de hautes fonctions dans l’industrie pétrolière. Il en est de même de deux autres figures de l’opposition au Mpla : Daniel Chipenda et l’ancien ministre Mateus Néto.

Ensuite la rupture de l’équilibre des forces. Depuis le début de l’année 1988, le rapport de forces a sensiblement changé en Angola, au détriment de Prétoria.  Plus que jamais, l’Afrique du Sud y est incapable d’imposer une solution militaire et ses efforts se limitent à sauver de la déroute ses alliés de l’Unita. Au demeurant, la dernière campagne de l’armée sud-africaine s’était  soldée par un échec cuisant (167 morts).

Chiffre inadmissible pour l’opinion blanche qui refuse d’envoyer indéfiniment  à la boucherie, des garçons de 20 ans pour des raisons géopolitiques non-évidentes à ses yeux.

Cependant, le grand tournant de la guerre d’Angola a été la bataille de Cuito Canavale. Sous une pluie de 200 obus par jour, et malgré la fureur des commandos du bataillon « Buffalo », (fer de lance de l’armée raciste) les lignes de défense angolaises n’ont été ni submergées, ni rompues. Le jeune major Nanda a tenu bon face au vieux général sud-africain Geldenhuys. Le verrou de Cuita Cuanavale héroïquement défendu par les Fapla (Forces armées populaires de libération de l’Angola) n’a pas sauté. Mieux, les pilotes cubains des Mig 23 et Mig 25 ont disputé la maîtrise du ciel aux mirages de Prétoria.

Ce faisceau de facteurs négatifs, conjugués aux déboires diplomatiques de Savimbi (reçu par Hassan Il et Reagan, le chef rebelle a été boycotté aux étapes de Londres et Bonn lors de sa dernière tournée), expliquent en grande partie la « soudaine bonne volonté » de Botha. En définitive, l’attachement ferme de l’Angola, aux principes directeurs de sa révolution, la hardiesse de sa diplomatie et le courage de son peuple, ont triomphé de la plus féroce agression conduite de l’extérieur, contre un Etat membre de l’Oua. Avec en prime, cette giffle que l’histoire -toujours cruelle pour les perdants- assène à

Jonas Malheiro Savimbi : abandonné de tous, sacrifié sur l’autel d’intérêts complexes qui planent au dessus de sa tête, le chef de l’Unita ira vivre en exil au Maroc, une fois les  accords ratifiés et mis en œuvre.

 

NAMIBIE

Le repli sud-africain

par Moussa Paye

 Les négociations entre Cuba, les Etats-Unis, l’Angola, l’Afrique du Sud et la Swapo de Namibie ont eu deux conséquences majeures: le retrait des troupes cubaines d’Angola et l’indépendance de la Namibie, effective dès le 1er  avril dernier. Si tout se passe comme décidé, les négociations auront consacré 1a  victoire de la lutte des peuples angolais et namibiens et celle de leurs principaux soutiens, les volontaires internationalistes cubains.

Les Américains sont les premiers à s’impliquer massivement dans le soutien des parties de l’imbroglio d’Afrique Australe. Pour combler le vide laissé par le Portugal dès la Révolution des Œillets d’avril 1974, et pour contrer  les mouvements de libération radicaux comme le Mpla, Washington mise tout de suite sur le Fnla. William Colby, directeur de la Cia amène le Forty Commitee National Council Security, à autoriser une aide secrète de 30.000 dollars au mouvement Fnla de Roberto Holden, en juin 1975.

C’est la course au pouvoir. L’aide américaine envoyée par le Zaïre, permet au Flna, de s’implanter à Luanda, alors que ce mouvement n’a jamais contrôlé aucune zone libérée en Angola Son allié l’Unita, fait figure de comparse. Le Mpla, le mouvement le mieux implanté et le plus ancien dans la lutte contre le colonialisme, se voit tout de suite affecté par la sédition de ses chefs militaires les plus importants, Daniel Chipenda, ensuite les autres.

Alors, le Mpla se trouve amputé de l’essentiel de ses forces armées de libération. Il ne peut compter que sur 3.000 hommes pendant la bataille de Luanda. Mais ce sont des vétérans de 15 années de guerre à l’intérieur du pays, contrairement aux soldats du Flna.  Avec le soutien de leurs cellules clandestines de Luanda, les forces du Mpla se rendent maîtres de la ville. Roberto Holden et ses chars Panhard est donc défait malgré les 31 millions de dollars que lui envoie Washington via le Zaïre.

Le 11 novembre, Aghostino Néto, entre dans Luanda libérée. Jusque là, il n’y avait en Angola, que quelques conseillers militaires cubains qui avaient fait la guerre de libération dans les maquis du pays. Mais la légende a la peau dure, qui veut que ce sont les Cubains qui ont imposé le Mpla. Les contingents cubains ne viendront qu’après l’indépendance, quand les troupes sud-africaines vont, dans leur marche, menacer l’existence de la nouvelle République populaire d’Angola. Tout naturellement, le président angolais fait appel à ses amis. Cuba va répondre à mesure que l’engagement sud-africain se précisait. Quand les volontaires internationalistes atteignent 16 000 hommes, l’Afrique du Sud, tenue en échec en appela de manière pressante à l’aide américaine. Ce fut la guerre secrète essentiellement prise en charge par la Cia.

John Stokwell, dans son livre, « A la recherche d’ennemis : une histoire de la Cia », cite les enquêtes de la sous-commission sénétoriale en Afrique. Celui-ci conclut :

  1. que nous (les Usa), envoyons directement des armes en Angola, (pour combattre le gouvernement légal) ;
  2. que les Américains étaient engagés dans le conflit ;
  3. que la Cia collaborait illégalement avec l’Afrique du Sud.

La mobilisation du Congrès par les sénateurs Dick Clark, John Tumey et Alan Craiston, amèneront le Congrès à adopter l’amandement Clark, interdisant tout usage de fonds secrets en Angola. Après la politique hésitante du président Carter, qui se voulait plus favorable à l’Afrique, l’administration Reagan va trouver dans Chester Croker, Secrétaire d’Etat aux Affaires africaines, un théoricien de sa politique de fermeté, reposant en même temps sur le soutien à l’Unita et la recherche du dialogue.

Pour l’essentiel, les objectifs américains sont contenus dans  le telex du département d’Etat du 18 novembre 1980, que Crocker envoie: « notre but principal est d’essayer de résoudre la situation de manière à ce que les Cubains et leurs protecteurs soviétiques voient leur nombre réduit, et qu’il y ait une réconciliation qui donne à Savimbi, le rôle qu’il mérite dans ce pays ».

Les Usa et l’Afrique du Sud vont donc tout faire pour installer leur nouvelle égérie en position de prendre le pouvoir en Angola. Ils vont échouer parce que Savimbi, malgré l’apport des Sud-africains, sera incapable de s’assurer un succès militaire durable. L’armée sud-africaine elle même va perdre le mythe d’invincibilité qui l’entourait. Toute la publicité sur les revers sud-africains, n’a pas faite par les grandes agences occidentales, mais il en filtre suffisamment pour que la mesure en soit devinée.

Dans « Rumeurs de pluies », le roman d’André Brink, écrivain blanc anti-apartheid, résidant en Afrique du Sud, le lecteur peut lire cette observation cynique d’un des officiers généraux sud-africains venus inspecter la « zone opérationnelle » à l’intérieur de  l’Angola, à l’adresse du commandant des troupes: « Ecoutez mon général, j’aimerais que vous rapatriez un peu moins de cadavres, vous savez. J’en ai marre d’assister aux messes de requiem de ces héros, toutes les semaines’ ». (P. 236).

La scène rapportée par un conscrit se passait, dix ans plus tôt. L’Afrique du Sud a tiré toutes les conclusions de ses pertes et revers en Angola. La taille des concessions montre de quel côté se trouve les vainqueurs: la République populaire d’Angola, les internationalistes cubains et les combattants de la Swapo.

La présence du mouvement de libération à la table de négociations montre à quel point, le combat quotidien à l’intérieur de la Namibie l’a hissé au niveau d’interlocuteur incontournable. Car, si les Etats-Unis et l’Afrique du Sud divergent d’opinion sur le sort de la Namibie, l’un voulant l’indépendance et l’autre l’annexion, ils étaient tous deux d’accord sur le vœu de donner cette indépendance à des groupes modérés et d’évincer la Swapo.

Maintenant,  le principe d’un référendum ne peut pas faire peur à la Swapo dont la représentativité massive sur le champ de bataille est le pendant de la force électorale en Namibie. Les affrontements entre les forces de la Swapo et l’armée sud-africaine du début du mois d’avril, ont montré la vaillance des combattants namibiens. L’impossibilité dans laquelle s’est trouvée l’armée sud-africaine, de réduite par les armes, cette action militaire, est symptomatique de la situation générale : contrainte et presque contre, l’Afrique du Sud veut se retirer. Sa seule dernière  chance, c’est de laisser derrière elle, ses fantoches, en bonne position. La vigilance militante de la Swapo et des Forces armées populaires de libération si clairement en éveil au 1er avril, devra faire pièce aux solutions  néo-coloniales.

L’ombre sur ce tableau reste le sort qui sera fait à l’African national Congress (Anc). Pour avoir moins manifesté sa présence miliaire dans cette zone d’Afrique australe, où grouillent des troupes tanzaniennes, zimbabwéennes, angolaises, mozambicaines, sud-africaines, cubaines et peut-être est-allemandes, et où des mouvements de libération, mêmes fantoches, comme la

Rénamo et l’Unita, en plus de la Swapo, tentent de s’accrocher au terrain, l’Anc a été déclaré hors jeu. Les accords se sont donc faits sans l’Anc, et accessoirement contre elle.

Ainsi le mouvement anti-apartheid, anticipant sur les conséquences de ces accords, a déjà décidé de se tirer de ses camps d’entraînement en Angola. Un camp d’entrainement n’est pas une base arrière. Les premiers camps pour combattants de la liberté se trouvaient bien loin, au Ghana, en Algérie, en Guinée.

La proximité n’est pas une nécessité. L’Angola et la Namibie s’en serviront donc plus tard, quand, décidé à combattre en territoire sud-africain, Ukhomtowesizwa, aura besoin de ces deux pays comme bases arrières sûres.

A moins que d’ici là, les jeunes des townships et les organisations de masse de l’intérieur n’imposent la solution.

 

AFRIQUE AUSTRALE

 L’apartheid se dégivre

Pana

Le mercredi 7 décembre 1988, Nelson Mandela a été transféré de la clinique privée où il était « en privée où il était en convalescence des suites d’une tuberculose », à une maison de gardien de prison de Victor Verster à Paarl, une petite bourgade située à une soixantaine de kilomètres au nord-est du Cap.

Le lendemain, l’opinion mondiale apprenant le dénouement du « procès Delmas », le plus long de l’histoire judiciaire sud-africaine, avec la condamnation à des peines allant de 5 à 12 ans de prison, de onze militants de l’UDF accusés, d’avoir été à l’origine, en septembre 1984, de la grève des loyers dans le triangle du Vaal et des troubles qui l’avaient suivie jusqu’à l’établissement de l’état d’urgence, le 12 juin 1986 (toujours en vigueur).

Ces deux décisions du gouvernement sud-africain, qui constituent en fait une continuation du même « esprit de conciliation »  qui avait inspiré le 23 novembre dernier, la « grâce » » accordée aux « six de Sharpville », constituent, avec la signature le 13 décembre, du protocole de Brazzaville, les faits marquants de l’actualité dans la partie australe du continent, au cours de l’année  qui s’achève.

A l’image de ces faits, tous survenus selon le bon vouloir de Prétoria, l’année 88,  qui leur a servi de cadre temporel, a été dominée incontestablement par l’initiative sud-africaine.

A la différence de 1986, année pendant laquelle le gouvernement raciste de Prétoria a été acculé à la défensive, à la suite de vagues de soulèvement synchronisés, qui ont embrasé les townships sud-africains, et de 1987 qui vit la clique des Botha désemparée, par suite de l’intensification des sanctions prises par la communauté internationale et des profondes fissures  intervenues dans les rangs de la communauté blanche sud-africaine, l’année 1988 pourrait être retenue à Prétoria, comme celle du ressaisissement, ou du sursaut salvateur.  Les faits en témoignent

Isolé depuis 1963, date de la création de l’OUA, par l’action diplomatique énergique de la communauté africaine, relayée par les partenaires du mouvement des Non­ Alignés, Prétoria a réussi, en l’espace de douze mois seulement, au prix de quelques concessions, et du soutien discret de ses

partenaires occidentaux, à ébranler de l’intérieur, la forteresse isolationniste dans laquelle l’avaient maintenu jusqu’aux organisations multilatérales de coopération (Fao, Oit, Cea, Cio … ).

Le président Pieter Botha qui naguère, n’était reçu qu’à l’extérieur des frontières africaines, et « pour des raisons humanitaires » -comme avait cru l’expliquer, un jour, M.  Laurent Fabius, alors Premier ministre français- , a  fait, en 1988 sous divers prétextes, de véritables parades diplomatiques, non seulement à l’extérieur de l’Afrique (Portugal, Allemagne fédérale, Suisse), mais également à l’intérieur du continent (Malawi, Mozambique, Zaïre, Côte d’Ivoire), bien souvent avec tous les  honneurs dûs à un chef de gouvernement, auquel on aurait rien à reprocher.

Son gouvernement, implicitement tenu pour responsable de la mort, le 21 octobre1986, de Samora Moïse Machel, et directement accusé dans la « déclaration de Maputo », adoptée dix-huit jours plus tôt, par le sommet des pays de Ligne de Front, « d’avoir violé d’une manière grossière et systématique, les accords signés avec le Mozambique (Nkomati) et l’Angola (Lusaka) et de s’être lancé sur le chemin du fascisme » a pu, malgré tout, tenir la vedette durant une bonne partie de l’année, avec une série de nouvelles négociations finalement ponctuées par le protocole de Brazzaville et la signature, le 22 décembre dernier à New York, sous l’égide des Nations Unies, des accords sur la paix et la sécurité en Angola et l’indépendance de la Namibie.

Prétoria qui a retiré (depuis le mois d’août) ses troupes du sud angolais et pro­mis l’indépendance à la Namibie, a même poussé l’outrecuidance jusqu’à apporter cette année, une aide économique au Mozambique qu’il avait contribué naguère à malmener, en plus d’une assistance, en moyens de transport et en armes non offensives, destinées à l’aider à se défaire des  rebelles du Mouvement National de Résistance (MNR), soutenus, curieusement par le même gouvernement raciste.

Ces subits retournements sont à ce point profonds et radicaux, qu’ils ne sauraient être le seul fait du hasard. Si l’action conjuguée de la démobilisation et des défaites militaires à Curra Cuanavale notamment, des sanctions économiques du boycott diplomatique y ont largement contribué, il reste que les profondes mutations intervenues en 1988, à la faveur de la  décrispation américano-soviétique, ne sont pas restées non plus, sans influence sur  l’attitude globale des racistes.

Il en est de même d’une certaine vacuité de la diplomatie africaine. Puisqu’en fait, ces évènements n’ont pu marquer l’année écoulée, qu’en raison d’un certain manque de cohésion et d’agressivité des Etats africains. Pretoria qui a retrouvé ainsi cette année et son assurance et sa superbe, a même proposé, dès après la signature du protocole de Brazzaville, des liens de coopération économique avec le reste du continent et son entrée dans la grande  famille africaine.

Les racistes auraient-ils eu le temps de ce flirt, si la diplomatie africaine avait su tirer partie des profondes fissures qui avaient longuement ébranlé, entre 1986 et 1987 le bastion du racisme ?

Au plan spirituel par exemple, l’église réformée hollandaise, la « Néderduitsz Gereformee de Kerk » (Ngk) celle-là même  qui avait perverti la Bible pour donner à l’apartheid sa justification religieuse, avait  été largement divisée, grâce à l’action militante du révérand Bayers Naude, au point de faire de son soutien à l’apartheid, le point nodal de son dernier synode quadriennal d’octobre 1986.

L’université de Stellenbosch, jusque-là, bras idélogique du système de l’apartheid et creuset intellectuel où ont été formés tous les premiers ministres sud-africains depuis 1910, connaissait elle aussi, en 1987, ses  dissensions internes, avec l’entrée ouverte en dissidence, d’un groupe de plus de 300 enseignants,  appuyés par des étudiants tout  aussi déterminés.

Occasion perdues

Sur le plan politique, le pacte électoral signé la même année entre le diplomate

Denis Worrals -démissionnaire de son poste très convoité d’ambassadeur à  Londres- et les parlementaires Wynad Mallan et Esther Lategan, tous dissidents du Parti National au pouvoir depuis 1948,  offrait aux Africains de nouvelles opportunités susceptibles de destabiliser, de l’intérieur le régime minoritaire.

Il en fut de même, au plan économique, avec les discussions « exploratoires » entre les milieux d’affaires sud-africains et les militants de l’ANC (à Lusaka et Londres). Sans compter par ailleurs, les ouvertures sur le front diplomatique avec notamment, la rencontre de Dakar en juillet 1987, entre une forte délégation de l’lnstitut pour une Alternative Démocratique en Afrique du Sud (IDASA) dirgée par le libéral Frederic Van Zyl Slabbert et la délégation de l’ANC

présidée par Thabo Mbeki d’une part, et d’autre part, le premier entretien à Washington, entre George Shultz et Olivier Tambo ou l’audience que lui a accordée la même année, M Brian Mulroney, Premier ministre du Canada.

Ce furent là autant d’occasions perdues, ces deux dernières années, pendant lesquelles la diplomatie africaine a brillé par son extrême timidité, sinon son manque  d’imagination et d’agressivité. Ainsi confinée à la défensive, à un  moment ou toutes les portes lui semblaient ouvertes pour établir, au plus haut niveau, une jonction décisive avec les forces de progrès, l’Afrique a laissé à Pretoria, tout le temps dont il avait besoin pour colmater les brèches. Les succès diplomatiques de Pretoria ont été d’autant plus inquiétants, qu’ils ont été acquis à moindres frais. Certes,  pendant ces douze derniers mois, l’Afrique du Sud a accordé des grâces, assoupli le régime carcéral des plus illustres prisonniers, désengagé ses troupes du sud angolais, et promis l’évacuation de la Namibie.

Mais en vérité, le futur garde encore  toutes ses intrigues, puisque jusqu’ici, aucun des sept piliers de l’apartheid n’a été démantelé. D’ailleurs, le Parti conservateur qui a gagné une quarantaine de villes dans le Trasnvaal, à la faveur des dernières élections municipales, a entrepris, en toute   »légalité » à Boksburg par exemple, de rendre son lustre au visage le plus insolent de l’apartheid.

Il s’y ajoute que, si les Mandéla, Sisulu, Mhlaba, Mlengeni et Katharada, bénéficient aujourd’hui -contre leur gré- de petites faveurs soit à Paarl, où à Pollsmoors, certains de leurs compagnons du procès de Rivonia, -Elias Matsoaledi par exemple­ croupissent encore au bagne de Robben Island. De plus, des milliers de jeunes militants de la nouvelle génération sont allés remplir des prisons ou attendent encore quelques 260 condamnés à mort, magré la grâce accordée aux « six de Sharpeville ».

Quant à la Namibie, l’intention réitérée de Prétoria, de garder quoiqu’il advienne, par devers lui, l’enclave de Walvis Bay, seul port en eau profonde par où transitent plus de 90 % des échanges namibiens, donne  une idée sur le type d’ « indépendance »,  que Botha et sa clique pensent accorder à Windhœk.

Toutes ces interrogations, parmi d’autres encore, font de l’année 1989, celle de toutes les éventualités en Afrique australe. L’essentiel pour l’heure, c’est que ni l’ANC, ni la SWAPO, ni même Cuba et Luanda tel qu’en témoigne leur accord bilatéral, ne semblent ménager leur indispensable vigilance dans l’appréciation de cette situation.

 

RWANDA

 Les difficultés demeurent

 Par Michel Rugira

Trois millions de Rwandais ont reconduit le 19 décembre dernier à 99,98 % des voix, leur président de la République M. Juvénal Habyarimana pour un mandat de 5 ans. Dans un scrutin où toute surprise avait été rendue impossible, M. Habyarimana était déjà M. le président, candidat unique du parti unique, le MRND (Mouvement révolutionnaire national pour le développement) dont il est le leader incontesté.

Une semaine plus tard, c’était au tour du Conseil national pour le  développement (Cnd), l’organe législatif du pays, de se renouveler au tiers de ses membres. Là aussi la liste unique des candidats à la députation, tous désignés par le  »mouvement », a fait le plein des voix.

En fait, l’enjeu de ces élections se situait ailleurs. Il s’agira surtout de voir si le président Habyarimana, conforté dans sa position de chef de l’Etat par une légitimité toute neuve, depuis son accession au pouvoir en 1973, à la faveur d’un coup d’Etat qui a renversé Grégoire Kayinbanda, va infléchir l’orientation de sa  politique.

Son pays le Rwanda, petit territoire d’Afrique centrale est aussi au nombre des PMA (Pays les moins avancés). Depuis bientôt 10 ans pourtant, le  Rwanda connait une relative prospérité économique et un certain calme politique. Mais le régime de Kigali est aujourd’hui confronté à la montée des périls. Le premier foyer de tensions se situe au niveau du mécontentement et la grogne de plus en plus ouvertement exprimée, que suscite sa politique d’équilibre ethnique et régional. Celle-ci faite, de discrimination institutionnalisée, régit l’activité de l’Etat, par un système complexe de quotas.

La population du Rwanda est constituée par trois ethnies, les Hutus,  les Tutsis et les Twas. Selon des chiffres jamais vérifiés et dans tous les cas considérés par beaucoup, comme « fantaisistes », mais qui tiennent lieu de statistiques officielles, les Hutus constituaient 90 % de la population les Tutsis 9 %, et les Twas, 1%. Ces proportions doivent, selon les autorités se refléter systématiquement dans les divers secteurs d’activités de  l’Etat.

Ainsi dans l’enseignement secondaire et universitaire on trouve 90 % de Hutus et 10 % de Tutsi, les Twas étant totalement marginalisés. Dans l’administration, on retrouve les mêmes chiffres. Une petite entreprise privée où le nombre d’emplois ne dépasse pas neuf  (9) ne peut embaucher que des Hutus. Cet équilibre ethnique est doublé d’un équilibre régional, la prévalence étant accordée au Nord, région d’origine du président et de son entourage.

Cette politique, détestée par les Tut-sis et les Twas bien, sûr est également mal vue par une bonne partie des membres de l’ethnie Hutu qui se sentent « spoliés » de leur « révolution sociale de 1959 » contre l’ethnie Tutsi.

La raison en est que, même appartenant à ce groupe majoritaire, les Hutus non originaires du Nord, sont durement frappés par l’équilibre régional. Le népotisme institutionnalisé a donné lieu à une corruption très développée dans l’entourage du président, parmi ceux que la population appelle les « lbisambo » (les gourmands), une poignée d’ultras qui voudraient un des équilibres ethniques et régional.

L’autre source d’inquiétude pour le président Habyarimana provient des milieux de réfugiés rwandais. Ces derniers pour la plupart de l’ethnie Tutsi, constituent une communauté de plus de 1 million de Rwandais qui avaient quitté le pays lors des massacres ethniques du début des années soixante et  en 1973. Cette communauté qui s’est installée dans les pays limitrophes (Burundi, Tanzanie, Zaïre, Ouganda) commence aujourd’hui à affirmer haut et fort, son droit au retour. Sa revendication est ressentie comme une menace à Kigali, poussant les autorités rwandaises à faire appel à l’aide militaire étrangère, belge notamment. 

Climat de tension

Un tel climat de tension généralisée risque de s’accentuer avec les mesures d’autorité, qui devraient intervenir prochainement. Le Rwanda est en butte à

de nombreux problèmes économiques, qui rendraient incontournable le recours au Fonds monétaire international. Le cas échéant, l’environnement économique ne pourra qu’exacerber les tensions déjà existantes.

Le président Habyarimana légitimé va-t-il, à l’instar de son homologue et voisin burundais le major Pierre Buyoya – lui aussi confronté à des difficultés en beaucoup de points semblables- impulser d’audacieuses réformes, ou va-t­il au contraire s’enfermer dans une politique de fuite en avant ?

C’est seulement dans cette perspective de politique économique qu’il peut être intéressant d’accorder une quelconque attention à ces élections de décembre qui n’en étaient pas vraiment.

 

MADAGASCAR

 Monja Joane

« S’unir pour refuser de payer la dette »

Propos recueillis par Ibrahima Baaxum

Avec ses 954.000 adhérants (chiffres fournis par la direction du parti), le Mouvement pour l’indépendance nationale de Madagascar (Monima)  est actuellement le seul parti d’opposition malgache. Doyen des partis politiques dans la grande île, le Monima n’a pas que cette particularité. Il est surtout dirigé depuis sa fondation par un homme dont la vie se confond avec l’histoire politique de son pays, depuis plus de quarante ans. Le président Monja Joane n’est apparemment plus qu’un symbole cependant. Même, si du fait de son charisme, le pouvoir ne cesse de le surveiller, voyant en lui un homme dangereux justement parce qu’écouté.

Invoquant l’éloignement et « l’isolement » géographique de son pays, Monja Jaone avoue son ignorance de la situation qui prévaut dans la plupart des Etats du continent. Malheureusement, les interventions des délégués (NDLR à la conférence sur la dette, organisée à Dakar), révèlent que partout ailleurs, les dirigeants africains se comportent comme ceux de Madagacar.

Sud Magazine: Quelle est la situation à Madagascar ?

Monja Joane: La crise est toujours là. Les dirigeants continuent de s’enrichir, tandis que croît la misère du peuple malgache. Ce qui se passe à Madagascar ne diffère d’ailleurs pas de ce qu’on déplore, ailleurs, dans la plupart des Etats africains. Les dirigeants de nos pays sont demeurés des continuateurs du colonialisme et du néocolonialisme.

Ce qui particularise peut-être un peu Madagascar, réside dans les nombreux assassinats d’opposants au régime.

M: La situation alanmante que vous venez de décrire était la même au moment où le Monima acceptait d’entrer dans le gouvernement de Didier Ratsiraka ?

M.J. : Il y a longtemps que le Monima ne participe plus au gouvernement. Précisément depuis 1983. En 1975, à l’avènement de Ratsiraka, un accord avait été conclu avec le Mouvement, pour la participation au Conseil suprême

de la Révolution (Csr – gouvernement). Il y eut alors deux ministres et quatre commissaires Monima. Par la suite, Didier Ratsiraka a trahi la base de cet accord et en 1977, notre parti s’est retiré du Conseil après la grande manifestation populaire organisée dans l’île.

Le Monima s’était également retiré du Front national pour la défense de la Révolution (Fndr) composé alors de cinq partis. Le Mouvement national pour l’lndépendance de Madagascar devient alors la seule force polnique d’opposition véritable à la politique du régime. Il organisa en 1980, une grève

accompagnée d’une manifestation populaire pour dénoncer la corruption, les détournements, le marché noir, le vol organisé des dignitaires du régime, la rétention des denrées alimentaires par des individus jouissant de protection en haut lieu, etc.

Le régime réagit en me faisant arrêter en tant que président du Monima. Je fus placé en résidence surveillée en 1980 à Ankiliwondraka, endroit très isolé dans le centre Sud du pays. Pour obtenir la réintégration du  gouvernement par mon parti, les autorités m’exposèrent à toutes sortes de pression. Ce qui aboutit au congrès du Monima en mars 1981, à l’issue duquel, le parti décida de répondre à l’offre du président Ratsiraka. Je fus nommé ainsi doyen du Conseil Suprême de la Révolution, ce qui signifie, selon la Constitution malgache qu’en cas de vacance du pouvoir, je devais être appelé à assurer  l’intérim du président de la République en attendant de nouvelles élections.

A l’élection présidentielle du 7 novembre 1982, je m’étais présenté comme candidat, faisant seul face à Ratsiraka. La suite est assez connue. Il y eut des fraudes électorales, et le candidat Ratsiraka crédité seulement de 31,8 % des voix, se vit offrir avec la manipulation des chiffres, un score de 80%. Officiellement, je me retrouvais avec 20%, ce qui était bien loin de mon score réel de 61,17 %.

La mascarade électorale qui venait d’être servie au peuple, déclencha une vague de mécontentement et de manifestations populaires. Le Monima organisa un forcing à la maison de la radio pour s’adresser au peuple. Le lendemain, j’étais de nouveau arrêté, pour une nouvelle résidence surveillée. N’ayant pas été jugé donc pas condamné, je pus me présenter aux élections législatives de 1983 comme candidat député à Antanarivo. Depuis, le Monima a deux élus dans la capitale pour un mandat de cinq ans qui vient d’expirer.

S.M: Madagascar est l’un des rares Etats africains à vivre actuellement le pluralisme politique. Au moins officiellement. Parmi les sept partis qui jouissent d’une existence légale dans la grande ile, le Monima est le seul qui ne participe pas au gouvernement. Qu’est-ce ce qui réellement, vous différencie des autres ?

M.J.: Durant la période coloniale déjà, nous étions le parti le plus conséquent dans la lutte contre l’oocupation étrangère. Le peuple malgache, mobilisé derrière le Monima en a beaucoup souffert avec 90.000 morts en 1947. Notre parti refuse toute idéologie importée et œuvre pour un Madagascar libre, réellement indépendant et souverain. Nous  sommes prêts à rétablir des relations avec toute organisation ou parti politique, ayant les mêmes objectifs et décidé à respecter nos choix. Le Monima demeure opposé aux plans du Fmi et de la Banque mondiale, qui ne sont rien d’autre que des instruments des impérialistes et des néo-colonialistes. Nous sommes en outre opposés à toute forme de dévaluation monétaire. Une telle mesure ne peut en fait, qu’accentuer la misère du peuple.

S.M. : Pensez-vous qu’il existe une alternative aux solutions de ces deux institutions financières ?

M.J.:Oui. Il est possible de ne pas céder à la pression du Fonds et de la Banque. Il suffit pour cela, que les peuples des pays en développement décident de s’unir pour refuser de payer la dette.

S.M. :Cela suppose une mobilisation générale des peuples en question. Ce qui n’est pas envisageable avant longtemps. Alors plus immédiatement que faut-il faire ?

M.J: Le premier pas à faire c’est de changer les régimes en place, qui sont les principaux complices des impérialistes. Les régimes qui prendront le relais, devront alors adopter des programmes économiques nationalistes, tournés vers la satisfaction des besoins des nationaux.

S.M. : En tant que doyen du Csr, qu’est-ce que vous avez apporté à Madagascar, dans la perspective de cette option économique ?

M.J.: Du bon travail. Durant cette période, j’ai effectué une tournée nationale de trois mois à travers le pays pour m’informer sur les préoccupations des populations. A chaque meeting, j’ai porté à la connaissance des foules, la som me d’informations recueillies. Les meetings sont le seul moyen pour parler au peuple, puisqu’aucun parti d’opposition, (dans le cas malgache) ne peut parler à la radio, tandis que la presse est régulièrement censurée.

 

PALESTINE

 24 années de lutte

 Par Moussa Paye

 Acte significatif posé par la résistance palestinienne après la proclamation de l’indépendance, son chef vient d’être désigné, chef de l’Etat indépendant de Palestine. C’est la consécration d’un combattant émérite qui marqua le début de la lutte armée par une action de commando, en plein cœur d’Israël, 24 ans plus t.

Un commando du Fatah sabote un oléoduc israélien dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1965, marquant ainsi, le début de la lutte armée contre Israël. Vingt quatre ans plus tard, le 1er  janvier est déclaré la « journée du Fatah ».  C’est qu’entretemps, cette organisation est devenue le noyau central de la résistance palestinienne et son chef, le leader palestinien le plus charismatique.

Cet anniversaire se passe dans un contexte exceptionnel, où l’Organisation de Libération de la Palestine, (Olp) vient de déclarer la naissance de l’Etat  palestinien et où son avancée diplomatique entame la résistance des plus solides soutiens de l’Etat hébreu. Pour parer à un éventuel débordement, Israël a instauré le couvre-feu dans les camps palestiniens des territoires occupés.

Fait important, des tracts signés du Fatah ont annoncé la création d’une Armée populaire de libération à  l’intérieur même des territoires occupés. Cette armée pourrait se révéler redoutable si elle devenait le prolongement des quelques 8.000 hommes de l’Armée de libération populaire constituée par l’Olp et qui stationne dans les pays arabes limitrophes.

L’lntifada qui se nourrit de la haine de l’occupant ne peut que croître devant les exactions israéliennes. Les sionistes refusent les réparations des prestigieuses mosquées et églises, certaines autres comme la  mosquée Al Sekkak de Jaffa, celle du Prophète Ismaël de Jérusalem, ont été transformées en bars et lieux de plaisir du même genre. Les tombes du leader arabe Ezzedine El Oassam et des combattants de la première révolution palestinienne de 1936, tout comme celle du leader syndicaliste Sami Taha, assassiné par la Haganah en1947, ont été démolis. Des cimetières de 3.000 tombes à Haîfa, à Jaffa, à Bir el Sabe sont devenus des parkings, des clubs.

A Jérusalem, la tombe de Fatima Bin Hussein Bin Ali Bin Abi Taleb a été excavée sous prétexte de recherches archéologiques.

C’est bien un ennemi irréductible, celui-là qui ne laisse en paix ni les vivants ni les morts. C’est bien un ennemi irréductible celui-là dont la théorie de la sécurité repose sur l’absence de sécurité pour les Arabes des territoires occupés et des pays limitrophes. Depuis le coup de main initial du Fatah, les opérations militaires  palestiniennes ont entrainé une riposte disproportionnée.

Ainsi, dès 1966, dans sa logique de droit de poursuite, Israël viole l’espace aérien syrien et provoque une bataille aérienne avec l’aviation de ce pays. Les menaces qui planaient sur les pays voisins d’Israël les amèneront à chercher une coordination militaire entre eux, ce qui va déclencher la guerre des Six jours, par l’agression contre les bases militaires égyptiennes.

La bataille de Karamé

En 1968, Israël va connaître sa première défaite militaire devant les Palestiniens,  en exerçant son droit de poursuite en Jordanie contre le camp de Karamé. Les principaux chefs de la résistance étaient là : Yasser Arafat du Fatah, Georges Habache du Fplp, Ahmed Djibril du Fplp – commandement général- et Naêf Hawatmeh du Fdlp. Leurs troupes galvanisées, feront face et les chars israéliens durent se replier avec pertes et fracas.

Israël, selon une tactique éprouvée va, pour se consoler de cette défaite, lancer des raids surprises contre l’Egypte, la Syrie et le Liban, rompant à chaque fois le cessez-le-feu intervenu avec les armées arabes pendant la guerre des Six jours. L’Egypte et la Jordanie vont entretemps accepter, le plan Rogers. L’application de ce plan passait par la liquidation de la résistance car son premier point stipule la reconnaissance mutuelle de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique entre l’Egypte et la Jordanie d’une part, et Israël d’autre part.

La Jordanie va donc déclencher les plus sanglantes opérations militaires que les Palestiniens aient subies jusqu’ici. Les débuts des combats culminent avec l’ouverture, le 29 août 1970, d’une réunion avec les délégués des mouvements progressistes arabes, venus chercher avec les Palestiniens, les moyens d’empêcher l’application du Plan Rogers et jeter les bases d’un front populaire arabe de soutien.

Ces événements tragiques marquent les moments les plus intenses dans la lutte du peuple palestinien. Le Fplp de Georges Habache réussit un triple détournement d’avions. Captant par cette action spectaculaire, l’attention du monde, Habache l’explique : « Nous luttons d’abord contre l’impérialisme qui a permis  à Israël de s’implanter en Palestine pour garantir ses privilèges et ses intérêts économiques. Nous luttons ensuite contre Israël, fait colonial et contre le sionisme, incarnation d’une pensée axée sur des critères racistes et réactionnaires. Nous luttons enfin contre la bourgeoisie arabe bourgeoisie et palestinienne qui a partie liée avec l’impérialisme, parce qu’elle défend les mêmes intérêts …  »

Cette logique s’approche de la conception terroriste extrémiste professée par le Fatah­ Conseil révolutionnaire dirigé par Abou Nidal, un des chefs historiques du Fatah, qui s’est séparé d’Arafat. Les hommes d’Abou Nidal ne reculent même pas devant la possibilité d’exécuter les Palestiniens modérés avec lesquels ils ont rompu tout lien. L’extrême gauche palestinienne dont Habache est la figure la plus marquante, reste néanmoins avec le Fatah dans l’Olp et espère à la longue, l’entraîner dans son sillage.

Mais le mouvement de Yassar Arafat n’est pas devenu pour autant, une organisation révolutionnaire au sens où l’entendent les Habache .et Hawatmeh : « La route de Jérusalem passe par le renversement des régimes arabes réactionnaires ».  La conception du Fatah reste principalement la mobilisation des masses et des peuples arabes à partir de thèmes assimilables: libération nationale, droit de retour sur la terre natale. Pour cela, il faut remettre en cause, les structures et fondements de l’Etat hébreu et  porter l’insécurité en son sein, par la guérilla. Les bases arrières de cette guérilla sont les Etats arabes, dont il faut donc ménager les régimes.

Si les observateurs attribuent au Fatah la création de l’organisation terroriste « Septembre noir », ils ne peuvent pas manquer non plus, de constater l’aspect ponctuel de sa mission : venger les massacres d’Amman par la liquidation du Premier ministre jordanien de l’époque, Wasfi El Taal et l’exécution symbolique des athlètes israéliens aux Jeux de Munich en 1977 entre autres.

Au même moment, Israël qui crie sans fausse honte au terrorisme et les Etats Unis qui lui font chorus, fermeront les yeux sur les tueries dans les territoires occupés et les attentats contre des représentants, hommes de lettres ou universitaires palestiniens à Rome, Paris, Alger et Tripoli.

Bases inexpugnables

La constance de Arafat lui permet d’enregistrer dix ans, après le déclenchement de la lutte armée, faute de prouesses militaires de grande envergure, des succès diplomatiques réels: en 1974, le sommet arabe de Rabat consacre l’Olp, seul représentant du peuple palestinien, l’Unesco refuse  d’inclure Israël dans une région déterminée du monde, l’Onu reconnaît le droit des Palestiniens à l’indépendance nationale et accorde à l’Olp, le statut de représentant permanent. L’arrestation cette année­ là du vicaire melchite de Jérusalem, Monseigneur Capucci, accusé de transporter des explosifs pour le compte du Fatah n’entame point l’aura du mouvement. Tout au contraire,  l’incident démontre la large base de masse du Fatah, par­ delà les Musulmans.

Sur le champ de bataille, les initiatives ne cessent pas : un commando de onze combattants palestiniens réussit une percée au cœur d’Israël, entre Haïfa et Tel Aviv et inflige de lourdes pertes aux Israéliens, puisque le bilan des combats sera de 34 morts et 82 blessés. Pour se venger, les troupes israéliennes occupent le Sud­Liban jusqu’au fleuve Litani avec plus de 30.000 hommes.

Le Liban était devenu la seconde base forte des  Palestiniens après leur départ de Jordanie. Israël ne pourra plus dormir tranquille. En 1982, il déclenche l’opération : « Paix en Galilée », au cours de laquelle les chars d’Israël vont converger vers Beyrouth, au prix de terribles combats. La résistance palestinienne, déjà éprouvée par la pression de l’armée syrienne qui voulait la mettre sous tutelle, va devoir se résoudre à quitter Beyrouth en tout honneur.  

Perfide, l’aviation israélienne les poursuivra jusqu’à Tunis, pour y bombarder son quartier général.

De toutes ces épreuves, émergera Yasser Arafat dont on raconte qu’il ne dort jamais sur un même lit deux nuits de suite, tant ceux qui veulent sa peau sont nombreux. Israël en tête. Dans sa tête, va mûrir la plus grande manœuvre politique jamais tentée pour résoudre la crise palestinienne. Les alliés d’Israël, principalement les Etats-Unis, vont objecter de l’alibi du terrorisme.

Mais les signes incitent à l’optimisme. La Palestine reste tenir le fusil d’une main, le rameau d’olivier de l’autre. Un nombre plus grand de pays reconnait ses  droits sur, ne serait-ce qu’une partie de la terre de Palestine. Dans les territoires occupés, à pierres contre fusils et chars, le peuple de Palestine ne renonce pas à la lutte.

Entre le 1er janvier 1965 et sa nomination le 3 avril, chef de l’Etat palestinien, un jeune officier d’artillerie palestinien de l’armée égyptienne se sera révélé le guide de son peuple dans le désarroi. Alors que la coalition de toutes les forces rétrogrades cherchaient à disperser ses troupes, les chassant des bases arrières, l’lntifada lui, préparait au cœur même des territoires occupés, les dernières bases inexpugnables de la résistance palestinienne : la Cisjordanie,

Gaza, Jérusalem-Est …

 

ECONOMIE

La nouvelle donne maghrébine

 Par Sidy Gaye

La création d’une « Union du Maghreb Arabe » qui réunit le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie au sein d’une entité commune ayant pour ambition de construire « par étapes, une union économique totale »,  implique l’Afrique du Nord dans les processus d’intégration initiés sur le Continent, depuis le début des années 80, en même temps qu’elle bouleverse et accule les axes de solidarité antérieurement tissés dans le monde arabo-africain. Pour avoir un tel impact sur son environnement immédiat, l’entité maghrébine sait pouvoir compter dès après sa naissance et le 17 février dernier, à la fois sur une kyrielle d’atouts naturels et une panoplie aussi dense de garanties communes. Ce capital clairement identifiable au regard du contexte, des préparatifs et conclusions du second sommet prédestinait le traité de Marrakech à cette longévité minimale que n’ont pu avoir nombre d’accords antérieurement paraphés par l’un et l’autre des cinq Etats membres, dans le même climat d’euphorie, et le même élan d’espoirs.

Les atouts du Traité de Marrakech

L’une des raisons principales qui justifient l’optimisme des observateurs politiques au lendemain de la création dans le sud marocain, de « l’Union du Maghreb Arabe », réside dans la disponibilité effective de chaque Etat membre pour œuvrer désormais dans le sens de l’unification maghrébine.

En vérité, chacun des cinq leaders qui s’étaient donnés rendez-vous les 15, 16 et 17 février à Marrakech, trouve objectivement son compte dans l’aventure communautaire. Dans le cas du pays hôte d’abord, le souverain marocain voit dans le processus en cours, une occasion pour légitimer d’abord, partager ensuite, son système de valeurs politico-économiques avec tous ses voisins de la sous-région.

Cette contagion dynamique qui rehausse son prestige personnel auprès de  l’opinion marocaine comme de ses partenaires traditionnels, n’a point été renié lors de la conférence de presse que le roi Hassan Il a donné le 17 lévrier, dès après la clôture du sommet. « Le régime économico-social de l’Algérie -disait Hassan Il- représentait entre le Maroc et la Tunisie, pour ne citer que ces trois pays noyaux, une sorte d’abîme ou de vide qu’il fallait combler. » Le souverain chérifien a également trouvé dans la dynamique maghrébine, un facteur de nivellement des sensibilités particulières, notamment sur la question  sahraouie. « On ne peut pas dire qu’il y ait parmi nous (les cinq partenaires) des partisans plus ou moins attachés à tel devenir du Sahara plutôt que tel autre », disait-il à la même occasion, après avoir fait remarquer que « nous n’avons jamais parlé à cinq, de ce problème ».

Les atouts

Le gain n’en est pas absent pour autant côté algérien. C’est d’abord par conviction, née d’une lecture critique de la planification boumédieniste, que le président Chadli avait choisi d’ouvrir et de diversifier son économie. C’est ensuite par nécessité, que l’armée et le FLN algérien soumis sous forte pression populaire, ont consenti à leur leader, une plus grande liberté pour la refonte de ses institutions et de son système politique.

Alger sait pouvoir tirer de la dynamique maghrébine une force de propulsion pour ces orientations nouvelles, en même temps qu’il y voit une sphère de redéploiement de son économie et un marché pour l’écoulement de son gaz liquéfié appelé à suppléer à terme, la baisse tendancielle des gisements pétroliers. La diligence avec laquelle le projet de gazoduc transmaghrébin a été proposé et concrétisé avec le Maroc, mais aussi la Tunisie, en est une preuve édifiante,

Pour la Libye du Colonel Khadhafi, les motivations qui sont beaucoup plus  prosaïques, n’en sont pas moins présentes  et pesantes. L’idéal unitaire a inspiré depuis vingt ans, la politique extérieure libyenne. Il s’était d’abord heurté à des expériences malheureuses dans le Maghreb (avec l’Egypte en 1969, et la Syrie en 1980), au Maghreb même (avec la Tunisie en 1974, et le Maroc en 1984), mais aussi en Afrique subsaharienne (avec le Tchad de Goukouni en 1981).

Dans ce contexte, les exigences libyennes d’élargissement qui avaient précédé la rencontre de Marrakech se présentaient plus comme la recherche d’une capitalisation de tous les efforts antérieurs, qu’une quelconque hésitation devant cette nouvelle opportunité qui, tout compte fait, était la dernière chance pour Tripoli.

La Mauritanie et la Tunisie enfin, misent eux aussi sur des avantages certains. Cette dynamique maghrébine peut apporter à Nouakchott une base de légitimation de sa politique d’arabisation fortement contestée par une communauté négro-africaine de plus en plus présente démographiquement, et active politiquement. L’appui maghrébin contre les remous et déchirements internes, peut être également un appoint décisif, dans un pays partagé entre ses affinités panarabes et l’extrême complexité d’un tissu social marqué à la fois par la parenté et les tentations naturelles du voisinage culturel subsaharien.

Dans la Tunisie de Ben Ali, la réussite de  l’expérience maghrébine donnerait à « l’Homme du 7 novembre », un actif historique aussi prestigieux que l’œuvre bourguibiste de libération nationale. Le chemin parcouru déjà en huit mois, renforce par ailleurs, ce renouveau politico-institutionnel qui devrait forger à l’occasion des prochaines consultations électorales, en même temps que le socle consensuel, la légitimité politique du président Zine Abidine Ben Ali. C’est dire, comme le soulignait avec raison le roi Hassan II, lors de sa conférence de presse du 17 février, que l’unification maghrébine est désormais l’œuvre « d’hommes responsables qui savent pertinemment que face à leurs peuples, ils sont à l’épreuve de la crédibilité ».

Mais l’Uma bénéficie par ailleurs d’autres atouts. L’unité maghrébine s’est faite dans un climat de détente généralisé. Elle pourrait durer aussi longtemps que ceux qui naguère, avaient apporté armes et crédits, n’éprouveront le besoin d’une lutte d’influence. Le souverain chérifien mise sur « une décade, si ce n’est deux décades, d’harmonie, de paix et de tranquillité ».

L’union du Maghreb Arabe compte aussi sur sa jeunesse. Dernière née des  tentatives d’intégration, elle a su tirer partie dans l’élaboration de ses textes constitutifs, du capital d’expérience des systèmes communautaires les plus avancés dans le monde. Sa préférence affichée, va pour la Communauté européenne dont la proximité, les échanges multiformes et les facteurs d’émulation, sont autant de possibilités d’osmose, d’apprentissage et de perfectionnement continu.

Enfin, les autres atouts naturels de la nouvelle entité sont du reste, bien connus. C’est le ministre marocain chargé des Affaires économiques, M. Moulaye Zine Zahdi, qui le rappelait dans une récente interview accordée à la presse de son pays. Il s’agit, en plus du patrimoine culturel et historique commun, d’une situation géographique privilégiée, caractérisée par « une continuité territoriale remarquable qui ne présente aucune enclave, ni aucun contournement ou couloir étrangers ».

Il s’agit également d’une position stratégique spécifique qui en fait un « passage obligé entre le Moyen-Orient, l’Europe occidentale, l’Afrique subsaharienne, et grâce à sa côte atlantique, le continent américain ». Elle dispose enfin d’un marché intérieur de plus de soixante millions de consommateurs avec « de réelles potentialités de productions, d’importantes ressources minières et énergétiques (pétrole, gaz naturel), un tissu industriel non négligeable, et d’énormes spécificités de production agricole pour assurer son autosuffisance alimentaire ».

Spécificités et impact de l’UMA

Le Maghreb qui avait longtemps irrité les militants des grands ensembles régionaux par ses divisions et ses querelles internes, a fait en l’espace de huit mois, une irruption singulière dans les processus intégrationnels en choisissant de bâtir son unité selon son style propre, et sans articulation, avec les ensembes régionaux existants antérieurement sur le continent africain.

Ce style, directement orienté et inspiré de l’expérience européenne, est  entièrement bâti autour d’une démarche évolutive balisée par un tissu de garanties communes. L’idée maghrébine repose d’abord sur la dynamique interne du Conseil d’Assistance économique mutuelle (CAEM ou COMECON selon le sigle anglo­saxon) et à la Communauté économique européenne. Dans cette approche, l’unification ne peut se concevoir en dehors d’une certaine homogénéité structurelle.

Le préalable indispensable à tout ensemble régional viable requiert selon le roi

Hassan Il, président en exercice de « l’Union du Maghreb Arabe » (Uma), un « consensus minimum sur plan économique, sur le plan des changes, de la liberté de circulation des biens, des richesses, des richesses et des hommes ».

Cette exigence trouve son cadre dans les transformations en cours, dans au moins trois des cinq pays maghrébins.

La seconde spécificité du style maghrébin, réside dans l’accent particulier, mis sur les structures de suivi et de contrôle et l’attention particulière qu’on envisage d’accorder aux formules participatives ou d’impulsion initiées par la  société civile. La mise en place d’un organe chargé exclusivement du suivi des

accords signés et au sein duquel, chaque Etat membre est représenté à un niveau ministériel, est prévue par le Traité de Marrakech.

De même, le secrétariat de l’Uma sera itinérant et abrité alternativement par chacun des Etats membres qui en assumera la présidence en exercice. Une cour arbitrale et un embryon parlementaire composé de 10 représentants pour chaque Etat membre, sont également prévus. Cette dernière structure devrait selon le vœu du souverain marocain, « fonctionner comme un organisme législatif, de façon à examiner les textes existants, qu’ils soient lois, décrets, arrêtés ou circulaires qui ne sont pas conformes à une certaine finalité (intégrationniste) ».

Accords spécifiques

Le Traité de Marrakech fait par ailleurs, la promotion des droits de l’homme, « dans le cadre des valeurs islamiques » une de ses priorités. Enfin, l’Uma « va encourager les rencontres de groupes privés, quelque soit leur niveau de fiabilité, qu’ils soient bancaires ou qui relèvent du domaine des assurances, des industries petites, moyennes ou grandes ».

Une troisième caractéristique de l’entité maghrébine restitue aux accords bilatéraux entre pays membres, toute leur importance, dans la mesure où ils contribuent au resserrement des liens internes, et à l’effacement accéléré des tensions antérieures. Perçus sous le rapport d’une « complémentarité souhaitable », ces accords spécifiques entre pays maghrébins, ouvrent même la voie aux premières actions communes selon le principe « des petits pas », qui convergent tous, vers le même but.

Cette approche qui va du plus simple au plus complexe, est une autre caractéristique de la dynamique maghrébine. Elle explique par ailleurs, le choix délibéré pour la constitution, dans un premier temps, d’un noyau harmonisé de cinq pays qui pourrait « s’ouvrir ultérieurement avec l’accord de ses membres, à tout autre pays africain ou arabe qui en manifesterait le désir’ ».

Ainsi conçue, l’Uma semble se positionner comme si elle était la seule organisation du genre sur le continent, chargée ultérieurement d’absorber de petites particules qui suivraient son magnétisme. S’il enrichit incontestablement le régionalisme qui donne sa nouvelle dynamique aux luttes du Tiers- monde, l’approche maghrébine n’en renie pas moins, à tort ou à raison, l’expérience acquise jusqu’ici par l’Organisation de l’Unité africaine.

Les expériences intégrationnistes ont très tôt pris corps sur le continent, en Afrique de l’Ouest notamment. Elles se sont intensifiées au lendemain de l’adoption, en 1980, au Nigéria, du plan d’action de Lagos, qui en appelait à la création d’ensembles communautaires dans les cinq grandes régions du continent, dans la perspective d’un marché commun africain d’ici l’an 2000.  Seule l’Afrique du Nord était en rade dans ce processus.

Affinités sélectives

Après la naissance de l’Union du Maghreb Arabe, elle n’est plus en retard, elle s’érige désormais en obstacle supplémentaire sur cette voie, au regard tout au

moins des orientations en cours jusqu’ici sur le continent. Même si c’est loin d’être son intention, l’UMA est venue accentuer dans les faits, la dissimilitude des approches intégrationnelles africaines qui vont de la simple zone préférentielle, à l’union économique totale. Elle perturbe également le réseau relationnel ouest-africain, dans la mesure où elle place la Mauritanie dans une situation aussi insupportable, qu’intenable à terme.

Ce pays qui était déjà membre de la CEDEAO (Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest) et de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pour ne citer que ces deux cas, serait vite confronté à un choix périlleux (pour des raisons internes) le jour où la libre circulation des personnes, des biens et des marchandises serait une réalité dans ces trois entités, Nouakchott pourrait-il être alors, sans préjudice grave pour ses citoyens et agents économiques, le point de passage ouvert à la fois sur les 16 pays ouest africains et ses 4 voisins maghrébins ?

Même si ces affinités sélectives sont compréhensibles au regard des grandes familles culturelles qui composent le monde arabe (Machrek/Maghreb … ), il n’en a pas moins pour conséquence, de resserrer les relations entre le Caire et trois autres pays arabes non africains (Irak, Jordanie, Yémen du Nord), avec lesquels il a crée une union économique : le Conseil de coopération arabe (Cca). Dans ces conditions, peut-on parier désormais d’un futur ensemble nord africain ?

Naturellement, ces tendances auraient pu s’épauler mutuellement et se compléter, à la seule condition d’une harmonisation interne des stratégies panafricaines et panarabes de regroupement d’une part, et d’autre part entre les deux entrées arabes et africaine. Il n’en a rien été, ce qui disculpe naturellement, les partenaires maghrébins de toute responsabilité directe, quelles que soient par ailleurs, les implications immédiates ou lointaines de leur regroupement sélectif.

 

SUD SANTE

LE DIABETE SUCRÉ

UN PROBLEME DE SANTE PUBLIQUE

 Le diabète sucré est défini par l’Organisation Mondiale de la Santé comme « un état d’hyperglycémie chronique c’est-à-dire une élévation anormale et durable du taux de glucose (sucre) sanguin, relevant de facteurs génétiques et de facteurs d’environnement agissant souvent conjointement ».

Il pose de par sa gravité et sa fréquence, un véritable problème de santé publique dans tous les pays: l’évidence de la gravité réelle du diabète s’impose tant sur le plan des handicaps liés aux complications chroniques (atteinte de la vision, insuffisance viscérales multiples, cardiaque, rénale, cérébrale, amputation de membres du fait de gangrènes et d’infections graves) que sur le plan des dépenses de soins.

En Afrique, la fréquence réelle du diabète est mal connue et des enquêtes systématiques de dépistage de masse poseraient beaucoup trop de problèmes de coût et de prise en charge des sujets dépistés. Cependant, grâce à divers travaux menés dans plusieurs aires géographiques africaines, utilisant des méthodes de dépistage simples mais aléatoires telles que le contrôle des urines, on peut estimer la prévalence de la maladie à environ 2 % de  la population générale. Par ailleurs, le diabète représente 6 à 8 % des hospitalisations annuelles du service de médecine générale de l’hôpital le Dantec de Dakar.

Pourquoi l’hyperglycémie ?

L’hyperglycémie provient de manière physiologique de la digestion, de l’absorption et de la transformation biologique des aliments que nous ingérons, c’est ainsi, qu’après chaque repas le taux de glucose sanguin (produit fini de tous ces processus biologiques) monte. Cependant cette élévation ne peut être durable, car, le glucose est consommé par les tissus de l’organisme , grâce à une hormone sécrétée par le pancréas : l’insuline.  L’insuline est la seule hormone de l’organisme capable de faire baisser la glycémie (alors qu’il existe plusieurs autres hormones capables de l’augmenter). Or, dans le diabète, il existe des anomalies quantitatives ou qualitatives de l’insuline:

– soit par atteinte du pancréas dont l’insulino-sécrétion diminue ou tarit;

– soit par sécrétion d’une insuline anormale, inefficace ;

– soit par diminution de la sensibilité des tissus à l’insuline.

Classification du diabète

Plusieurs études récentes ont permis de montrer qu’en réalité, le diabète sucré ne constitue pas une seule et unique maladie, mais regroupe plusieurs entités

Ayant en commun cette hyperglycémie chronique. C’est ainsi que sous l’égide de l’OMS, six catégories de diabètes ont été définies :

  1. le diabète insulino­dépendant ou diabète juvénile car il atteint les sujets jeunes, pouvant survenir à tout âge – ou diabète maigre, car les malades sont souvent maigres ; ou diabète acido-cétosique, car expose à une compilation aigüe grave, qui est une forme particulière de coma, lié à la carence en insuline. En effet, la caractéristique principale de cette forme de diabète est le déficit quantitatif en insuline et son traitement repose sur l’apport d’insuline sous forme injectable.
  2. Le diabète non insulino-dépendant ou diabète de l’adulte ou de maturité (débute après 40ans);

– ou diabète gras car les sujets sont souvent obèses ou de poids normal;

– ou diabète non acido-cétosique (sauf dans certaines circonstances telle une infection).

L’insuline est souvent en quantité normale ou élevée mais de mauvaise qualité ou inefficace. Les médicaments pour traiter ce  type de diabète vont essayer de renforcer l’efficacité del’insuline.

  1. Le diabète secondaire. Lié à une atteinte du pancréas par une autre maladie telle que cancer, alcool, etc.

– ou à une maladie endocrinienne où les hormones hyper­ glycémiantes sont sécrétées en grandes quantités. Le traitement est celui de la  maladie causale.

  1. Le diabète gestationnel. Diabète qui apparaît pendant la grossesse. Lié à une résistance à l’insuline et à des modifications hormonales ou métaboliques pendant la grossesse, disparait à l’accouchement mais constitue un risque de développer un vrai diabète dans les années qui suivent la grossesse.
  2. Les anomalies de la tolérance au glucose. Ce sont des sujets qui ne sont pas encore diabétiques mais qui, après une charge en glucose (indigestion de glucose ou repas,) tardent à normaliser leur glycémie. Ces sujets ont déjà un risque de développer des complications cardio- vasculaires d’autant plus qu’ils présentent souvent d’autres facteurs de risque tels que obésité, hypertension artérielle. Un traitement doit être institué chez eux, à base  de régime.
  3. Les anomalies potentielles de la tolérance au glucose. Ce sont des sujets dont la glycémie est normale, même après une charge en glucose, mais qui présentent un risque de devenir diabétiques parce qu’ils sont obèses ou parce qu’ils ont une hérédité diabétique. Ils doivent être surveillés et faire l’objet d’une prévention.

Quelles sont les causes du diabète ?

En dehors des cas relativement rares de diabètes secondaires, dus à des maladies connues, on ne connaît pas de manière certaine, la cause du diabète sucré dit primaire. Cependant l’intervention de facteurs génétiques, immunologiques et d’environnement est hautement probable, voire tenue pour certaine, dans la génèse du mal

  1. Les causes génétiques

Le caractère héréditaire du diabète est connu de longue date: 50 à 60 % des diabétiques ont, dans leur ascendance un parent diabétique. Chez les jumeaux monozygotes c’est à dire issus du même œuf, 54 % d’entre eux sont concordants pour le diabète: si l’un est diabétique, l’autre l’est également.

Nos connaissances dans le domaine de l’hérédité diabétique ont considérablement évolué, avec la découverte des groupes leucocytaires HLA (Human Leucocytes Antigens); la mise en évidence d’une association entre diabète insulino-dépendant et système HLA situé sur le chromosome 6, a permis de déceler les sujets porteurs d’une prédisposition génétique à  développer ce type de diabète.

Le diabète non insulino­dépendant a une assise génétique encore plus marquée que le diabète insulino-dépendant, mais ses marqueurs de susceptibilité sont différents: il n’est pas lié au système HLA.

Les mécanisme de transmission génétique ne sont pas encore bien élucidés. Le diabète sucré ne peut cependant être considéré comme une maladie exclusivement héréditaire. Chez des sujets génétiquement prédisposés, des agents extérieurs interviennent pour favoriser  l’éclosion d’un diabète.

  1. – Les facteurs d’environnement

Parmi ces facteurs, il faut mentionner en priorité, l’intervention des virus dont le rôle soupçonné depuis longtemps, est étayé par des arguments épidémiologiques expérimentales et par la présence chez les diabétiques insulino-dépendants d’anticorps anti-viraux,

Il faut citer aussi le rôle possible de toxiques, en particulier de toxiques alimentaires, tels que les nibrosamines contenus dans certains céréales et tubercules. Ces virus et ces toxiques entraînent des lésions du pancréas endocrine qui secrète l’insuline, aboutissant à une atrophie des cellules sécrétrices et pourraient également, induire des phénomènes d’auto-immu­nité avec fabrication d’anticorps, dirigés contre ces mêmes cellules, ce qui entretiendrait les lésions.

A côté de ces phénomènes qui se rapportent au diabète insulino-dépendant, il existe plusieurs anomalies biochimiques décrites dans le diabète non insulino-dépendant, dont la conséquence est une inefficacité de l’insuline au niveau des tissus. Parmi ces anomalies, il faut citer la diminution de la quantité et de la qualité des récepteurs cellulaires de l’insuline sur lesquels l’hormone se fixe avant d’agir. Cette diminution est particulièrement fréquente dans l’obésité. Obésité qui est un facteur favorisant essentiel du diabète sucré.

Chez qui faut-il rechercher un diabète

  1. lorsqu’il existe des signes cliniques évocateurs

– une polyurie c’est-à-dire des urines abondantes plus de 1,5 litre par 24 heures entraînant des mictions fréquentes surtout la nuit, obligeant le sujet à se lever plusieurs fois pour uriner;

– une soif vive permanente, difficile à étancher;

– un amaigrissement important, rapide, d’autant plus étonnant que le sujet a un bon appétit et même un appétit augmenté,  amaigrissement accompagné d’une fatigue, d’algies diffuses.

– parfois un purit, un grattage généralisé sans cause apparente ou localisé chez la femme aux organes génitaux.

  1. Lorsqu’il existe des facteurs de risque
  • En cas d’hérédité diabétique:

– le jumeau d’un diabètique;

– le descendant de deux parents diabètiques

– le sujet dont l’un des parents est diabétique.

  • Chez le sujet obèse:
  • 30 à 50 % des obèses de plus de 40 ans sont diabétiques
  • En cas d’antécédents obstétricaux : chez les femmes ayant accouché de gros enfants dont le poids de naissance atteint ou dépasse 4 kg, ou ayant fait des avortements spontanés répétés ou des morts-nés ou

ayant accouché d’enfant porteur de malformation congénitale

  • Chez les sujets présentant une hypertension artérielle, une

athérosclérose précoce ou une cataracte bilatérale précoce.

  • Chez les sujets présentant une maladie du foie, du pancréas, ou une maladie endocrinienne.

Qui est diabétique ?  

Celui dont la glycémie à jeûn, dosée sur sang veineux est supérieure à 1,40g/litre, ou la pglycémie post-prandiale, faite 2 heures après le repas est supérieure ou égale à 2 g/1.

Si la glycémie à jeûn est comprise entre 1,5 g/l et 1,40 g/l et la glycémie post prandiale entre 1,40 et 2g/l, l’épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale (c’est un test de charge en glucose) est  nécessaire. Si 2 heures après l’ingestion de 75 g de glucose la glycémie est supérieure à 1,4 g/l, le sujet est diabétique.

La présence de sucre dans les urines (glycosurie) accompagne généralement une glycémie élevée égale ou supérieure à 1,6 g/l et témoigne habituellement

d’un diabète (sauf certaines circonstances comme la grossesse ou certaines maladies rénales)

Quelles sont les complications du diabète?

Le diabète sucré est une maladie chronique qui, lorsqu’elle n’est pas secondaire, évolue toute la vie durant, ne guérit jamais bien qu’il puisse exister

des phases de rémission transitoire. Il nécessite donc un traitement à vie!

Lorsque ce traitement est irrégulier ou mal suivi, l’évolution est émaillée de plusieurs types de complications:

  • Des complications infectieuses

Sont extrêmement fréquentes chez le diabétique: les microbes se multiplient volontiers, dans un milieu sucré, les infections sont cutanées, urinaires, pulmonaires, osseuses, etc. Outre leur gravité propre (tuberculose, grangrène… ), elles comportent le risque de déclencher un coma acido-cétosique, responsable du tiers des décès du diabètique.

  • Complications dégénératives

Ce sont des complications liées à l’hyperglycémie chronique, qui entraîne le vieillissement précoce, la dégénérescence des vaisseaux sanguins et des nerfs, aboutissant à l’atteinte de certains organes nobles tels que:

– le cœur: insuffisance coronarienne et infractus du myocarde;

– le cerveau: insuffisance circulatoire cérébrale et risque d’accident vasculaire cérébrale et paralysie;

– les nerfs au niveau des membres inférieurs donnant une polynévrite douloureuse et invalidante

– au niveau des organes génitaux à l’origine d’impuissance sexuelle;

– l’ œil: cataracte bilatérale précoce et surtout atteinte de la rétine avec risque de cécité définitive;

– le rein: insuffisance rénale.

La gravité de ces complications explique l’absolue nécessité d’un traitement  régulier, bien suivi afin d’obtenir un taux de glycémie le plus proche de la normale et stable, vingt quatre heures sur vingt quatre !

Le traitement

Le traitement du diabète sucré est un traitement à vie. Il doit comporter obligatoirement 3 volets:

– le régime alimentaire;

– l’éducation du diabétique;

– les médicaments.

  1. Le régime est absolument nécessaire, quel que soit le type de diabète. Il est hypoglucidique, c’est à  dire réduisant la quantité de sucres à consommer. Pour cela il faut:

– bannir tous les sucres dit rapides qui passent rapidement et quasi directement de l’intestin dans le sang. Ce sont le sucre du commerce et tous les produits sucrés;

– réduire les sucres dit lents dont l’absorption est retardée et qui induisent un pic d’hyperglycémie modéré. Il doit être hypocalorique si  le sujet est obèse, afin de réduire le poids.

Ce régime doit être adapté au malade, à son niveau socio-économique et à ses  habitudes alimentaires et culturelles.

  1. L’éducation du diabétique. Elle est primordiale dans la surveillance de la maladie et du traitement. Le diabétique doit apprendre à connaître sa  maladie, à reconnaître à temps utile, les complications et surtout à les prévenir. L’éducation sur le traitement, en particulier sur l’insulinothérapie (pour diabétiques sous insuline) technique d’auto-injection, ou surveillance triquotidienne des urines, etc.
  2. les médicaments

– L’insuline : à employer en injection,  il en existe différents types, selon la durée d’action du produit. Sa prise quotidienne est une nécessité vitale pour le diabétique insulino-dépendant mais aussi dans certaines circonstances pour le diabétique non insulino-dépendant ;

–  Les produits oraux: à prendre par la bouche sous forme de comprimés, réservés aux seuls diabétiques non insulino-dépendants. Ce sont les sulfamides anti-diabétiques et les biguanides, commercialisés

sous plusieurs formes.

 

Ces médicaments n’ont qu’une efficacité très limitée si le régime n’est pas respecté !

Perspectives dans le traitement du diabète sucré

Les recherches concernant le traitement du diabète sucré insulino-dépendant se situent à plusieurs niveaux,

1) Essayer le pancréas détruit

a) – Par un pancréas artificiel

Il fonctionne «  en boucle fermé »  avec un prélèvement sanguin continu, permettant de mesurer la glycémie, un micro­ordinateur déterminant en fonction du taux de cette glycémie, la dose d’insuline nécessaire et un perfuseur automatique d’insuline. Malheureusement, le pancréas artificiel actuellement disponible est d’utilisation limitée aux services spécialisés du fait de sa taille, de sa complexité et de son coût.  Les efforts de miniaturisation sont en cours.

b) – Par la greffe du pancréas

Cette technique bute sur les problèmes de l’intolérance immunitaire du greffon et est réservée aux diabétiques en insuffisance rénale terminale, devant subir une greffe de rein et devant donc recevoir un traitement immuno suppresseur intensif.

La greffe des seules cellules du pancréas responsable de la sécrétion de l’insuline ou la greffe d’un pancréas bio-artificiel, c’est-à-dire d’un greffon protégé par une membrane artificielle imperméable au glucose et à l’insuline mais perméable aux substances (immuno-globulines) et aux cellules immunitaires responsables du rejet, sont encore du domaine de la recherche.

2) Essayer de prévenir la survenue du diabète chez les sujets à risque

–       En dépistant les sujets à haut risque par la recherche des antigènes du système HLA ;

– Essayer de prévenir chez eux, la survenue du diabète par des moyens thérapeutiques efficaces contre les virus déclenchant (médicaments anti-viraux, vaccinations) ou par des médicaments qui modulent la réponse immunitaire,

 

 

ECONOMIE

 OPINION

 DETTE AFRICAINE

N’épongez pas s’il vous plait !

 Copyright Panascope et SudCom

 Il n’est pas de panacée pour le problème de la dette africaine estimée à 228 milliards de dollars US. Même un épongement généralisé des créances actuelles ne règlerait rien. Pour bien appréhender cet épineux dossier, il faut une approche globale et circonstanciée ainsi qu’un réexamen critique des fausses évidences et autres déductions hâtives.

 Les problèmes souvent poignants que pose le lourd endettement du Tiers-Monde, ne sauraient trouver leur juste solution, par un simple coup de baguette magique, fut-il un épongement généralisé des créances actuelles.

A l’image de tous les autres défis qui interpellent la communauté des vivants, à un moment ou à un autre de la prodigieuse aventure humaine, aucune solution linéaire, voire radicale ou partielle, ne saurait venir à bout de difficultés nées, très souvent, de la conjonction fortuite, évolutive, ou logique de phénomènes sociaux complexés par nature.

Pour démêler ces écheveaux nés, sinon de la providence, de l’action heureuse des hommes, la seule générosité, ni même la bonne volonté ne suffisent.

Une approche à la fois globale et circonstanciée s’impose. Un réexamen critique des fausses évidences et autres déductions hâtives, conduisent plus sûrement, sur les chemins d’un succès durable.

La  problématique de la dette n’échappe à ce postulat. Celle de la dette  subsaharienne encore moins. Puisqu’en définitive, s’il est vrai que l’Afrique noire a une ligne d’horizon bouchée par les durs sacrifices que lui impose le service de la dette, on ne saurait pour autant, la soulager, en ne privilégiant que le seul aspect de l’allègement de créances, estimées aujourd’hui, à 228 milliards de dollars américains.

Poser aujourd’hui cette alternative revient, en toute logique à remonter aux sources et aux raisons profondes de cet endettement étouffant.

Lui trouver des solutions acceptables parce que porteuses d’espoirs, exige des réponses adéquates à une interrogation fondamentale qu’aucun esprit libre et avisé, ne saurait occulter.

Cette équation est la suivante: « comment se fait-il, que l’économie d’endettement,  qui a assuré dès le dix neuvième siècle, le développement économique du Japon, de la Nouvelle-Zélande, du Canada, de l’Australie ou des Etats-Unis, ait accouché en Afrique, d’une ère d’appauvrissement tendancielle notoire et quasi généralisée?

Schémas

Au contraire des clichés amplement servis jusqu’ici par les gouvernements africains et leurs élites intellectuelles, les seuls rapports de domination entre le Nord et le Sud, les seules situations de rente engendrées par des monnaies-référence et des taux d’intérêt flottants, et la seule détérioration des termes de l’échange, ne sauraient tout expliquer.

 Ce qu’on ne dira jamais dans les conférences internationales, colloques, symposia et autres rencontres du genre, c’est assurément l’évidente irresponsabilité de certains des leaders africains qui, plus souvent qu’on ne pense, ont conduit plus que tout autre facteur externe, leur peuple dans leur positon actuelle de déchéance physique, mais aussi morale.

Les preuves sont de plus en plus nombreuses, de cas d’endettement inconsidérés qui n’ont eu comme seule et unique justification économique: l’incurie, les caprices, le bon plaisir, voire la mégalomanie de cette première race de dirigeants qui ont eu l’insigne honneur de présider aux destinées africaines dès après les premières années d’indépendance.

Les seuls exemples cités par Richard Lombardi dans son incomparable livre « Debt trap » (traduit de l’Américain en 1985 par les soins des Editions Flammarion) suffisent à étayer la présente analyse. Ce pur produit de ce que Charles Goldfinger a baptisé la Géofinance », qui a été vice ­président de la First National Bank de Chicago chargé des prêts pour l’Afrique, nous livre  ses généreuses réflexions nées d’une brillante carrière au service  du « développement », en nous retraçant certains de ces schémas d’endettement, parmi les plus troublants.

Au détour des années 70, nous dit Lombardi, un pays comme la Côte d’Ivoire s’est dotée, grâce aux programmes bilatéraux de garantie des crédits à  l’exportation proposés par les pays de l’OCDE, l’un des complexes sucriers parmi les plus coûteux et les moins rentables du monde.

 

Ce complexe sucrier qui a coûté pas moins d’un milliard de dollars américains, et dont l’ensemble du circuit financier a été essentiellement engagé sur emprunts extérieurs, (depuis les études de factibilité, jusqu’au premier versement d’intérêts) a accouché d’une performance à rebours, en produisant sa première livre de sucre avec un prix de revient dépassant de … 300 pour cent le cours mondial de cette denrée.

 

Cette déconvenue qui a amené de braves ouvriers agricoles ivoiriens à gagner

leur vie en « répandant la mélasse superflue sur … un chemin de terre battue pour empécher la poussière de voler », ne servira guère de leçon cependant aux voisins immédiats.

Le Nigéria est tombé dans la même trappe, en faisant financer par le Royaume Uni, presque à la même période, un programme sucrier de 750 millions de dollars.

Au décompte final, on s’est rendu compte que sa production de sucre de canne ne nécessitait en fait qu’un investissement de 85 millions de dollars seulement, soit dix fois moins que l’enveloppe empruntée.

Le Togo, pays alors dépourvu de minerais de fer et de pétrole précise toujours Lombardi, s’est doté sous l’impulsion du général Eyadéma, d’un complexe sidérurgique et d’une raffinerie qui attendaient encore leur premier tour de manivelle, faute de matière première. Pour procéder aux premiers essais du complexe sidérurgique, il avait fallu démanteler l’embarcadère (pourtant fonctionnel) du port de Lomé antérieurement construit par les  Allemands depuis la première guerre mondiale. Il est vrai que se sont les mêmes Allemands, qui avaient financé le complexe, alors que les Briannques avançaient les fonds nécessaires à la raffinerie dont on attend encore les premiers feux.

C’est toujours chez le général Eyadéma que Lombardi est allé chercher son exemple « d’hôtel le plus cher du monde au mètre carré ».  Il s’agit de l’hôtel du 22 février, inauguré à la fin des années soixante dix, au moment où le Togo renégociait pour la première fois, le réaménagement de sa dette extérieure.

Enfin, d’autres pays africains parmi lesquels le Zaïre et le Gabon, finançaient  toujours sur emprunt extérieur, alors même  qu’ils étaient quasiment ou totalement en banqueroute au milieu des années soixante dix, qui un complexe commercial international avec parking souterrain, qui un aéroport moderne pour desservir le village du président, qui l’inévitable flotte d’avions à réactions pour dispenser au « père de la Nation », les pénibles contraintes des lignes régulières.

Le projet hydro-électrique d’lnga Shaba au Zaïre, la ligne haute tension la plus longue du monde (1.800km), la plus coûteuse (1 milliard de dollars), mais également la plus inutile puisque n’ayant jamais servi au site minier auquel il était destiné, aurait pu boucler l’énumération de Lombardi, si le vécu quotidien de chaque africain, où il se trouve sur le continent « libre », n’était jalonné de cimetières de projets, à l’image de « Dakar­Marine », ce complexe de réparation navale, conçu et mis en œuvre au Sénégal, tout simplement parce que le canal de Suez avait été fermé pour un temps, au détour d’une guerre islamo-arabe.  

Ajustement

Ce nouveau faisceau de lumière braqué sur la dette africaine ne disculpe certainement pas la lourde responsabilité occidentale. Mais il met plus naturellement en évidence, une certaine complicité (consciente ou non) entre les élites africaines et les milieux d’affaires étrangers dont l’action conjuguée a précipité la déchéance des peuples-sujets.

Cette jonction qui survit, aussi bien au temps qu’aux humeurs passagères, trouve ses manifestations les plus récentes dans la philosophie même de la première génération de programmes dits « d’ajustement structurel », mis en œuvre sur le continent au tournant des années 80 sous l’impulsion des institutions de Bretton Woods (FMI, BIRD).

Même si à la veille des dernières assises des institutions de Bretton Woods, à Berlin Ouest, la pression des milieux écolo­pacifistes avait incidemment amené le Français Michel Camdessus, directeur du Fonds monétaire international à dénoncer sans nuance « l’incurie de certains dirigeants du Tiers-Monde »,  cette banale querelle de  responsabilité dans la déchéance du Tiers-Monde et de l’Afrique en particulier, ne devrait guère prêter à équivoque.

  1. Camdessus, qui relève de la fonction publique internationale, n’a assurément aucun contrôle sur les options fondamentales de l’instauration dont on lui prête abusivement la direction, et qui se trouve être l’une des structures les plus anti- démocratiques du système multilatéral né de l’après guerre.

Tout autant que la Banque mondiale, le FMI puise et sa dynamique, et ses orientations, d’une étroite conception du monde dans laquelle les non-possédants et leurs intérêts spécifiques, sont confinés à la périphérie de l’initiative.

C’est cette philosophie, du reste codifiée dans leurs disposfions statutaires par le système de vote « un dollar, une voix », qui explique par ailleurs, le fait que ces instutitions ont toujours ménagé dans leurs interventions, les intérêts bien compris de l’oligarchie qui lui sert de relais dans les Etats du Tiers-Monde.

Ni le FMI, ni la Banque Mondiale qui prétendent lutter contre la pavreté, n’ont jamais cherché à faire rapatrier les fonds prêtés et les deniers publics spoliés, qui dorment présentement dans les paradis fiscaux.

En dépit de leurs exigences de rigueur et leur souci d’austérité, ils n’ont jamais cherché à dégraisser l’énorme gaspillage des appareils d’Etat en faisant diminuer les cabinets ministériels pléthoriques ou les voyages « d’agrément » des soi-disant « responsables » locaux.

Pourtant, là où le « devoir de réserve » -ou le respect de la « souveraineté nationale »­ tempère officiellement l’initiative, ces mêmes institutions trouvent le moyen promouvoir les droits d’opinion, les libertés individuelles et collectives, le respect des droits de l’homme et des peuples.

Il s’agit ici,  on s’en doute, de choix délibérés, faits dans un contexte spécifique, pour des intérêts particuliers, en l’occurrence ceux du grand capital. Face à cette conjonction des forces conservatrices, se dressent dans le Tiers- Monde et progressivement en Afrique, des velléités de résistance populaire de plus en plus affirmée, affichée. Elles puisent leurs forces de l’exacerbation des difficultés nées ou accentuées par la crise de l’endettement.

Ce faisant, malgré une répression souvent féroce, les forces du changement pour que triomphe la démocratie et que fleurisse le printemps des libertés, ont déjà acculé ou renversé des gouvernements corrompus au Pérou, en Turquie, au Pakistan, en lndonénie, aux Philippines, en Corée du Sud, au Brésil …

Il serait dommage qu’à peine entré dans ce ballet novateur, au Soudan, en Egypte, au Sénégal, en Tunisie, en Zambie, en Algérie… que l’Afrique brutalement, ne trouve plus aucune raison d’espérer par le seul fait d’un geste paternaliste qui aurait pour conséquence, l’épongement gracieux de ses dettes.

Les grandes mutations de l’humanité sont celles-là qui sont faites pendant des périodes d’épreuves au cours desquelles, la remise en cause des systèmes de pensée et pratiques établies a totalement élargi les horizons du mieux-être sur terre.

Le continent africain ne pourrait atteindre ce degré d’épanouissement et de pleine jouissance de ses énormes potentialités humaines, s’il arrive dans le  même temps, à faire l’économie de cette nécessaire révolution mentale, dont les prémisses se dessinent avec de plus en plus de clarté, au travers des exigences de sa situation économique actuelle.

Seule l’irresponsabilité de certains de ses leaders et l’extrême marginalisation de ses couches les plus actives, sinon de ses esprits  cette nécessaire révolution mentale, dont les premiers plus brillants, a conduit le continent noir, dans sa situation actuelle de dépendance absolue.

Il appartient dès lors aux Africains, et à eux d’abord, de se débarrasser par les moyens que leur proposera le déterminisme historique, des plus indignes de leurs fils. Des représentants locaux du capital étranger, dont le culte de la facilité obstrue hier comme aujourd’hui encore, leur ligne d’horizon.

Ce continent n’est pas celui des damnés. Il a triomphé de la traite et du colonialisme, formes de dégradation les plus abjectes de la personne humaine. Il va aujourd’hui dans, l’attente d’une troisième mutation qui prendrait la forme de systèmes politiques et institutionnels, largement démocratiques, susceptibles de transférer aux peuples, l’initiative historique présentement usurpée par une infime minorité. Assurément, la moins dévouée.

Le prix en sera certes élevé. Mais il n’existe pas d’autres moyens pour ramener du Moyen-Age au vingtième siècle, des systèmes institutionnels et des mentalités anachroniques qui perpétuent l’arbitraire sélectif  et l’assujetissement collectif.

 

MYTHES ET REALITES SUR L’ETHNICITE

 L’exemple burundais

 Par Babacar Diop Buuba[1]

 Les feux de l’actualité sont braqués sur les conflits inter « ethniques » en Afrique. Récemment le Burundi était secoué par l’affrontement entre Hutu et Tutsi. Le bilan était très lourd : on évalue le nombre entre 5 000 et 20.000 victimes. Notre propos est de critiquer une certaine approche de la question. Nous espérons aussi contribuer à faire ressortir ce qui peut relever du mythe et de la réalité, ce qui est constitutif des élucubrations théoriques simplistes et des contradictions virtuelles – cela peut aider à distinguer ce qui peut avoir un caractère général et spécifique dans l’élucidation des problèmes de la cohabitation dans un contexte pluriculturel.

  1. Le mythe hamitique
  2. Définition

Dans plusieurs analyses, on a évoqué le conflit atavique entre les pasteurs Tutsi et les agriculteurs Hutu, entre les Hamites Tutsi et les Bantu Hutu. La veine nourricière d’un tel schématisme· est la théorie hamitique ou chamanique, Cham et sa lignée sont associés dans la littérature judéo-chrétienne à la malédiction. Ce qui a permis de justifier la Traite des Nègres et la colonisation de l’Afrique.

Mais il est un second versant du thème qui voit dans le Hamite, le type du Noir métissé au Blanc, une sorte de Noir supérieur, non nègre, plus intelligent que les Noirs purs. Et ce Hamite serait le bâtisseur des grandes civilisations connues en  Afrique (Egypte, Meroe, Axoum, Ghana, Zimbabwé etc.) Ce mythe a une application anthropobgique et linguistique.

Des historiens assez subtils, tout en récusant le terme hamite pour ses connotations bibliques, n’en demeurent pas moins prisonniers de l’ethnologie coloniale. R.et M. Cornevin dans leur histoire de l’Afrique (1964 4ème  ed. Payot P. 21) parlent de race « éthiopienne » et rangent dans ce type : les Bedja du désert arabique (à l’Est du Nil dans la partie égyptienne), les Somali, les Galla, les Danakil, les Nubiens, les Massari, les Bahima, les Tutsi, etc .

Cheikh Anta Diop a su montrer (Antériorité des civilisations nègres, 1967 P. 25) toute la fonction idéologico – politique de cette mythyfication de l’histoire africaine qui permet aux anthropobgues « de considérer au besoin tous les Nègres réels de la Terre comme de faux Nègres se rapprochant plus ou moins d’une sorte d’archétype de Platon  sans jamais l’atteindre ».

Dans « Antiquités africaines par l’image », il a montré que suivant le canon hamitique, beaucoup de Sénégalais pourraient être identifiés à ces fameux descendants de Cham (Noirs au teint clair, grands de taille, traits fins, etc. ).

du Burundi, permettent de mesurer Théophile Obenga a su ruiner les fondements de la famille linguistique afro-asiatique et détruire tout échafaudage qui consistait à classer la langue égyptienne dans un prétendu groupe chamite-sémitique (voir l’Afrique dans l’Antiquité, 1973. Ch VIII).

  1. Les étapes du mythe

S.P. Chrétien, un des meilleurs spécialistes français de l’histoire du Burundi, permettent de mesurer l’ampleur du mythe hamitique et son incidence dans l’écriture de l’histoire de la région des Grands Lacs.

La mythologie européenne sur les sociétés inter-lacustres est déjà présente dans l’ouvrage de l’explorateur John Hanning Speke[2]. Le glissement qui s’opère, est la reconstitution hypothétique d’un Empire, celui du Kittara, dont le centre se situera, à l’Ouest du Buganda. Les héritiers de cet Empire seraient les pasteurs Bahima, assimilés à des envahisseurs Galla venus de l’Ethiopie, ces migrants considéréscomme d’origine blanche et asiatique. Ils auraient pratiqué un certain monothéisme.

Des rapprochements linguistiques sont établis pour prouver la parenté entre les Babito, le clan dynastique du Bunuyoro et les Bahima. Des mythes africains élaborés sur un topique animalier (exemple : le thème de Mpuga, la vache au pelage noir et blanc) sont récupérés dans un registre ethnico­racial.

Les dimensions esthétiques (valorisation du teint clair et des traits fins ») religieuse (prédisposition de certaines populations à accepter le christianisme) politique (appel du pied à certaines aristocraties locales) sont  évidentes.

Ce schéma d’explication des différences entre pasteurs et agriculteurs élaborées pour l’Ouganda, va servir également pour le Rwanda – Burundi, par le biais des écoles missionnaires.  Les Bahima, les Batutsi vont  être considérés comme les élites dans la région, élites sur lesquelles il faut s’appuyer car sociologiquement,  idéologiquement, anthropologiquement, tout devait les disposer à collaborer avec les Européens.

  1. Piron[3]écrivait de son côté : « C’est surtout au Rwanda – Urundi que les Hamites de l’Est ont donné leur mesure. Physiquement, ces races sont superbes. Malgré les inévitables métissages résultant d’un contact prolongé avec les Nègres, la prépondérance du type caucasoïde est restée nettement marquée chez les Batutsi, – si leur teint est foncé, il garde les reflets cuivrés ou olivâtres de la lointaine ascendance. Par ailleurs, leur taille élevée, rarement inférieure à 1 m80, l’élégance de leur stature, leurs membres longs et frêles, la finesse de leurs traits imprégnés d’une expression intelligente,

tout contribue à leur mériter le titre que leur ont donné les explorateurs : nègres aristocratiques.

Aristocrates par leur physique, ils le sont tout autant par leur civilisation plus raffinée, ainsi que la place prépondérante qu’ils ont su prendre chez les peuples Bantous au sein desquels, ils se sont infiltrés… C’est ainsi qu’au Rwanda – Urundi, les Batutsi qui dans l’ensemble ne représentent pas 10 p.c. de la population totale, sont néanmoins parvenus à former une sorte de noblesse ploutocratique dont la domination est acceptée sans la moindre protestation par les nègres Bahutu et les pygmoïdes Batwa qui constituent la masse des habitants,

Le Père Le Gorgu étend le mythe aux autres zones du continent. « C’est sans doute, dit-il, le métissage semito-chamite qui nous a donné ici l’abyssin, là le Peul, ici encore le Galla, le Somall, le Muhima … »  Le danger est considérable quand de pareilles élucubrations sont intériorisées par les Africains eux-mêmes. Il existe une littérature produite par des lettrés africains et qui reflète cette mythification de l’histoire du continent.

Il – Les racines réelles du conflit

  1. La stratification sociale.

Le professeur Joseph Ki Zerbo a eu raison de s’insurger contre la tendance à tribaliser les royaumes noirs inter lacustres. Il pense qu' »entre Tutsi-Hima et les Hutu, il n’y a pas plus de différence biologique qu’entre les Agni-Baoulé Ashanti et certains forestiers de leurs royaumes ». J.P Langellier est du même avis lorsqu’il admet qu’un « long côtoiement, accompagné de mariages mixtes – beaucoup plus rares au Rwanda, – fit même perdre sa force au contraste physique »[4]

Même si la tradition veut que les ancêtres  des Hutu soient arrivés dans la région au début de l’ère chrétienne, alors que ceux des Tutsi ne les rejoignent qu’entre les XVI et XVIIIème  siècles, il est important de retenir que Hutu et Tutsi parlent la même langue, Kirundi au Burundi, Kinyarwanda au Rwanda.

La stratification sociale faisant des Tutsi, les détenteurs du pouvoir politique et Hutu les paysans enchaînés dans un système de clientèle et liés à l’aristocratie par un réseau de redevances et de prestations est en réalité plus complexe ainsi que le souligne Sylvestre Ntahondereye, professeur d’histoire à l’Institut Jeanne d’Arc de Dakar dans une lettre d’information sur le Burundi

adressée aux rédactions de certains organes de presse de la capitale sénégalaise: « au moment où le colonisateur entre en scène, le Burundi est un royaume socialement et politiquement dominé par les Baganwa (très peu nombreux) et leurs alliés Batutsi …  »

En réalité les Tutsi sent davantage composites et c’est parmi eux que nous retrouvons le seul phénomène scientifiquement assimilable à une « castification ». Les alliances étaient seulement et exclusivement scellées entre Baganwa et un groupe  spécifique de Tutsi, qui habitaient surtout dans la province – capitale de Muramvya.

L’autre composante de l’ethnie Tutsi, dite Hima, était considérée comme  »impure »,  tandis que Hutu et Batwa y avalent leurs entrées, pour les multiples services qu’ils y rendaient. Or le capitaine Micombero, à qui

le roi remet les pleins pouvoirs en  1965, est des Bahima. Si bien que, outre le jeu d’élimination des Hutu, il projetait aussi celui de « libérer » son propre groupe de l’opprobre …

Le père Le Gorgu reconnait donc, que du côté tutsi, seuls quelques lignages sont concernés par le pouvoir, la grosse majorité « partageant en fait le sort des 85 % de Hutu ».

Les Allemands, puis les Belges, tout en continuant la politique de division entre les différents groupes, vont introduire des éléments de complication. C’est ainsi que des élections furent organisées dans une société où les réflexes ethniques étaient encore vivaces et où les anciennes institutions étaient dans une certaine mesure .

L’indépendance sanctionnant la bipartition ne résolut pas pour autant le conflit. Dans chacune des deux entités, les tensions furent réactivées. Il serait trop simpliste de croire que l’ethnicisme explique tous les affrontements qui ont secoué ces 2 pays. En effet, il y a des destitutions de dignitaires au sein d’un même clan, des coups d’Etat militaires au sein de la même ethnie.

Le renversement de Jean Baptiste Bagaza par le major Pierre Buyoya le 3 septembre 1987, n’a apporté aucune modification dans le traitement des tensions au Burundi.

Tout cela a amené certains analystes à aller plus loin dans l’anayse du problème burundais et à intégrer les données économiques, démographiques, l’administration, etc.

2  . La responsabilfté des Etats modernes

Une des raisons les plus souvent avancées pour expliquer la réactivation des tensions est la démographie galopante dans un cadre relativement étroit. La  population du Burundi est de 4 984 000 habitants sur une superticie de 27 834 km2, soit une densité de 192, 1/km2 (celle du Sénégal est de 34,5h/km2.

Le taux d’accroissement naturel se situe entre 1980 et 1985 à 28,2 % (la mo­yenne mondiale est 16, 1 %). Apparemment, ce qui explique l’exacerbation de la tension, c’est l’accaparement du pouvoir et des institutions par le groupe tutsi : 94 % des cadres du parti unique sont tutsi, 95 % des magistrats, 88 % des enseignants à l’universlté, 14 ministres sur 19, 12 gouverneurs sur 15, 20 ambassadeurs sur 22, 95 % des officiers, 99,7 % des sous-officiers et des soldats sont tutsi (chiffres avancés par J.P. Langelfier dans le Monde).  Sylvestre Ntahondereye ajoute que 95 % des Directeurs d’Hôpitaux sont tutsi.

Dès lors, le conflit actuel ne peut manquer d’être présenté comme un conflit entre l’Etat tutsi et les masses déshéritées Hutu. Telle est la tonalité de la déclaration de la Communauté burundaise à Dakar, sous le titre

« les massacres au Burundi : une armée contre une ethnie, ou la bgique fasciste d’une minorité au pouvoir ». Quelles que puissent être les péripéties réelles du conflit, il est indéniable que  l’armée a été le principal auteur des crimes qui ont été commis (les témoignages concordants sur les atrocités commises à Ntega et Marangara le 17 août (voir l’Evènement du Jeudi : semaine du 1er au septembre 1988 P. 32 sq).

On voit donc que la question de l’Etat post-colonial, de son administration et de son armée ne peut être éludée dans un réflexion sur ce type de problème.

 

SOCIETE

 Drogue

 Une plaie universelle

 Par Matar Dramé

 La drogue est devenue une plaie universelle qui gangrène pratiquement toutes les sociétés. Mal dans leur peau et en rupture de ban par rapport à certaines valeurs référentielles, les toxicomanes se droguent au début par réaction. Puis c’est le calvaire et l’enfer.

 Fumer un pétard, un joint à l’occasion d’une soirée, autour du thé, dans le studio d’un copain est chose courante. Prendre un barbiturique pour être « cool »,  parait aussi  »normal ».  Se « guinser » à l’aide d’un mouchoir imbibé d’alcool, d’essence ou de gasoil parait aussi « normal’, etc.

Et toute cette « normalité » au nom de la sensation de plaisir qu’on y trouve. Ainsi vous entendrez souvent du même qui a pris sa dose : je suis  « bien », « cool », ou encore « nice ». On a !impression d’avoir échappé au poids du surmoi collectif. Bref, on se sent capable de tout car on a le sentiment de contrôler les évènements. Or qu’en réalité, tout ce tableau reste illusoire.

D’ailleurs dans le « milieu », vous aviez déjà vu un môme refuser un joint, il passe pour un « con »: c’est vraiment un fils à papa ou la petite fille à sa maman : c’est un « inno », vous dira t-on.

L’euphorie de la drogue, au début, vous dira­ t-on, c’est extraordinaire mais  après dès qu’on ne la prend plus, on devient malade comme un chien. On sent le ciel sur ses épaules. C’est alors que commence seulement l’infernale vie en spirale.

La question qui vous colle aux lèvres est sans doute : pourquoi ces jeunes particulièrement se droguent et comment en sont-ils arrivés là ? Les raisons sont multiples et complexes. Outre le vice, reflet de notre mal de vivre, il y a la positon sociale de la majorité des jeunes vis-à-vis de l’activité productive et la rupture d’équilibre social au niveau de la famille, premier siège de la formation de la personnalité. D’autre part, voués à un désœuvrement terrible, conséquence d’un manque d’emplois caractérisé, ces jeunes sont marginalisés et abandonnés à leurs soucis quotidiens liés le plus souvent à des besoins vitaux. Ils ne trouvent alors de solutions à leur déchirement interne, que l’alternative de la drogue afin d’oublier, même momentanément leur calvaire.

Généralement, les rapports père/fils prennent l’allure de conflit de générations. Le conflit prend naissance dès l’adolescence, âge délicat où les pulsions sont plus vives et paradoxalement les interdits plus accablants.

Alors mal à l’aise devant les adultes, les adolescents ont souvent du mal à communiquer avec eux. Les rapports deviennent alors tellement écrasants, tendus, que lorsque le conflit atteint son paroxysme et ces derniers finissent pas se révolter. Alors que pour compenser ce déséquilibre, certains s’évadent dans le rêve ou la révolte, d’autres, pour masquer leur malaise, ont tendance à se replier sur eux-mêmes, tranchés dans le silence, surtout en présence des parents.

Ainsi ils vont entreprendre, consciemment ou non, tout ce qui fera mal aux parents, dans le but d’échapper à leur écrasement : ils se droguent au début par réaction, mais après c’est. .. l’enfer. Et finalement, ils sont comme coupés en deux entre la toxicomanie et la façade sociale qu’ils essayent désespérément de maintenir : c’est une façon de dire merde à tout le monde.

Dans tous les cas, ces agressions, qu’elles soient passives ou non, sont un moyen pour l’enfant, d’exprimer son besoin de s’affirmer. Il ne faut pas s’y tromper : dans le fond, ces comportements ne sont pas un rejet pur et simple des parents, mais traduisent surtout une demande de communication.

Par conséquent, dans l’élaboration d’une conduite éducative donnée, les enfants ne doivent aucunement souffrir de carences affectives. « La toxicomanie, c’est la rencontre entre une époque, un produit et une personnalité »  selon la définition du Dr Claude Ohevenstein.

En 1985, 25 % des jeunes de moins de 20 ans ont touché à la drogue. Le mal de vivre de ces enfants est l’affaire de chacun. Les pistes de l’argent de la drogue. Rien qu’en France, il y aurait 120 à 150 000 toxicomanes (dont trois hommes pour une femme).

La toxicomanie est un problème global, qui interpelle tous les âges. Quand on sait que l’enfant a toujours besoin d’un modèle auquel s’identifier, alors quelle réponse peut apporter un père alcoolique (qui absorbe donc un produit toxique dans la légalité) à son fils qui s’interroge sur sa vie ?

Mais le toxicomane a sans doute lui-même sa responsabilité en répondant à son mal-être, par la recherche d’un plaisir immédiat et par une peur globale de ses problèmes. Le toxicomane est avant tout un être qui cherche à fuir. C’est surtout un désespéré. Il a besoin d’écouter et très souvent il n’en trouve pas, car le mal aussi de l’homme, c’est son refus de prise en charge de ceux-là qui ont franchi la marge sociale pour faire l’expérience de l’autre côté.

La drogue est devenue de nos jours, la matière première d’une industrie nouvelle. Dans certains pays comme la Bolivie, la Colombie et la Turquie pour  ne citer que ceux-là, on cultive de l’opium comme des patates. Ensuite, viennent ceux qui incitent et achètent les récoltes pour les transformer et en tirer des profits mirobolants : ils constituent ce qu’on appelle la mafia de la drogue. L’industrie de la drogue repose sur un empire, ses hommes disposent de capitaux énormes qui leur assurent un incroyable pouvoir, parfois poli­tique dans plusieurs pays.

Sur ce, rien d’étonnant si en 1985, Pablo Escobar, grand mafiosi colombien, une des têtes du « Cartel de Meddelin » qui contrôle 80 % de la coke expédiée aux U.S.A. proposait à son gouvernement, de payer le tiers de la dette publique du pays, qui s’élevait à 10,3 milliards de dollars en échange d’une amnistie. Retenons au passage que la drogue rapporte annuellement en Colombie, quatre milliards de dollars, un revenu supérieur au montant global des exportations légales du pays.

L’empire de la drogue ceinture le monde et il est possible que sa chute ne soit pas pour demain, car l’économie de nombreux Etats est basée sur sa production. Il est donc difficile de lutter contre le trafic. Les industriels de la drogue le plus souvent cherchent des couvertures en s’intégrant dans la vie politique de leur pays. Pablo Escobar, député suppléant au Parlement colombien en est l’exemple typique. Ou tout simplement, ils sont propriétaires des grandes chaînes hôtelières, de bars, de restaurants et salles de jeux, qui, par delà leur statut, assurent le sale boulot de lieu de trafic de la drogue. De par leur position sociale, symbole de leur pouvoir financier, ces hommes appartiennent à la classe sociale des  »intouchables ».

La lutte contre la drogue est un combat quotidien, épuisant et parfois même sanglant.  Elle demande des moyens gigantesques au vu de la puissance économique de l’empire sur lequel elle repose. Aujourd’hui pris individuellement, aucun budget d’Etat ne pourrait en supporter le coût.

Il faut tout d’abord intensifier l’éducation, l’information, la sensibilisation sur la question, par le biais de campagnes publicitaires (affiches – cinéma – sports de télévision, etc.) au niveau de toutes les couches sociales et particulièrement, auprès des jeunes, afin qu’ils sachent et comprennent que la drogue est une négation de leur droit de vivre.

Il est tout aussi impératif qu’une grande partie des programmes scolaires soit axée sur la drogue et ses conséquences et que des enseignants soient formés pour bien sensibiliser leurs élèves. La famille, en tant que première cellule éducative a une responsabilité primordiale car elle reste le premier référentiel.

Dans le cas d’espèce, l’expérience a montré que le schéma traditionnel est plus concluant : le père est l’autorité, la mère la tendresse. Mais ces  attributs aussi bien pour le père que pour la mère, ne sauraient être des données fixes en tout temps et en toute circonstance. La drogue n’est pas une fatalité. Et les enfants ne sont pas d’adorables anges qui deviennent des diables parce qu’ils ont été, malgré eux, pervertis par des trafiquants. « Eduquer un enfant c’est lui apprendre à défendre son esprit, son corps et lui donner le sens des relations sociales. La prévention de la toxicomanie doit s’inscrire dans ce cadre » affirme le Docteur Olievens Tein.Plus les jeunes auront été informés tôt des dangers de la drogue, plus ils seront à même de défendre leur esprit et leur corps. Il faut impérativement évoquer ce sujet en famille dès que les enfants ont 13 ou 14 ans.

Pour lutter contre la toxicomanie, il faut enrayer l’offre; c’est le rôle de la police, de la douane et de tous les services compétents en la matière. Il faut aussi prévenir la demande : c’est le rôle de chacun.

Les parents doivent réapprendre à communiquer avec leurs enfants. C’est le maître-mot. Au plan collectif,  il faut s’attaquer à la racine du mal. Or, les Etats le plus souvent s’abattent sur les petits drogués, les dealers, etc. Combien d’amateurs, de petits drogués ont écopé de peines absurdes à chaque fois qu’un bus de la SOTRAC est détourné vers le commissariat de police pour d’autres raisons, du fait, qu’ils trainaient dans leur pocheun petit joint ou un pion ?

Les douaniers crient victoire quand ils découvrent quelques grammes d’héroïne cachés dans des chaussettes. On fait  de gros titres au journal et rien n’est changé : c’est à la limite une forme de publicité pour la drogue.

Il faut que les Etats du monde entier prennent conscience du danger et décident d’un commun accord d’agir efficacement contre la drogue. Il y a eu des pressions contre la Bolivie, la Colombie et la Turquie mais cela n’a rien donné parce qu’elles n’ont pas été exercées assez énergiquement

La drogue rapporte des profits si importants que même des gouvernements peuvent indirectement inciter à la fructification de cette industrie. Qui peut résister aux milliards en jeu ? Rien qu’en supprimant la source, on peut résoudre l’essentiel du problème.

La lutte contre la drogue doit être un corps à corps quotidien à tous les niveaux de la famille, aux lieux de travail, dans les rues, les lieux publics, partout. Aujourd’hui, il est plus qu’impératif que l’appel de Enrique Parequo Gonzales, ancien ministre colombien et président de la Commission des stupéfiants, retentisse et devienne un slogan, une arme de combat pour tous une arme de combat pour tous ceux qui se soucient de l’avenir de l’humanité. « Tous les pays ont ou auront des problèmes avec drogue. La lutte doit être mondiale. Il faut se battre tous les niveaux, de production à la consommation, adapter les peines et accélérer les procédures juridiques, signer des traités internationaux de coopération  et d’extradition », estime M. Gonzales.

L’urgence ? « d’abord, lever le secret bancaire et permettre de saisir tous les biens liés au trafic. » Il ne suffit plus de mettre les trafiquants en prison, il faut aussi s’attaquer à l’économie de la drogue !

Les drogués sont responsables d’une détérioration de l’état général, car ces substances s’attaquent à tous les organismes. A des degrés différents, les drogues atteignent le système neurologique (convulsions), le cerveau, le foie, les reins, les poumons, enfin, la compréhension elle-même. Par conséquent, intérêt et devoir obligent que l’information et la sensibilisation deviennent des impératifs pour tout un chacun.

 

FOOTBALL

 Le désaccord franco-africain

Par Cheikh Koumé

Il y a eu deux sommets franco­ africains au mois de décembre dernier. Le premier, traditionnel, consacré à la politique. A Casablanca où Mitterrand a rencontré les chefs d’Etat et de gouvernement de pays africains, si l’on se fie au communiqué officiel, le sommet a répondu à l’attente de l’Afrique.

L’autre sommet, c’était autour du ballon rond : le football. Il s’est tenu à Clairefontaine, dans la région parisienne où onze présidents de fédérations africaines de football rencontraient, pour la première fois, le président de la Fédération française de football, Jean Fournet-Fayard.

Au menu des débats, les rapports franco­-africains en matière de football. Et surtout, le problème de la mise à disposition de footballeurs africains, évoluant en France, pour les matches internationaux de leurs pays d’origine.

Le nouveau président de la Confédération africaine de football, le Camerounais Issa Hayatou, élu l’an dernier en remplacement de l’Ethiopien Ydnekatchew Tessema décédé en a fait un des objectifs prioritaires de son mandat à la tête du football africain.

C’est une initiative qui tombe à point. 131 footballeurs venant d’Afrique, jouent dans les différentes compétitions françaises. Mais lorsqu’il s’agit, de les rappeler pour défendre les couleurs de leur pays, les sélections nationales africaines ne sont pas toujours assurées de les avoir. Pourtant, les clubs pros libèrent sans rechigner, les joueurs européens et sud-américains.

Pour les Africains, il en va autrement La majorité des footballeurs africains, qui ont souvent sollicité et signé un contrat avec un club pro français, sans l’aval de la fédération de leur pays, n’y ont pas fait figurer une clause libératoire pour les grandes compétitions. S’appuyant sur l’absence de cette clause, les clubs pros français refusent de les laisser à la disposition de leur pays d’origine.

Les dirigeants de onze pays africains (Algérie, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Gambie, Maroc, Sénégal, Tunisie et Zaïre) conduits par le président de la Confédération africaine de football voulaient trouver des solutions à ce problème. Mais cette première rencontre n’a débouché  sur aucune mesure concrète. C’est le statu  quo. C’est-à-dire que les pays africains qui ont des ressortissants footballeurs d’élite dans les clubs français auront du mal à  s’assurer leurs services.

Les dirigeants des clubs pros français continueront à décider selon leur humeur, s’il faut ou non libérer ces joueurs. Mettant en avant les intérêts de leurs clubs, c’est à peine s’ils se soucient des sélections nationales africaines qui sont aux antipodes de leurs préoccupations.

En réalité, le football français, qui a vécu sur un nuage entre 1978 et 1986 par la grâce des Platini, Tigana, Giresse, Rocheteau, Bessis et Cie, est ébranlé par les revers subis depuis maintenant deux ans. Les succès de l’équipe de Michel Hidalgo, avaient masqué les lacunes et les faiblesses des clubs français qui n’ont jamais rien gagné en Europe.

Parmi les solutions préconisées pour sortir le football français de sa léthargie, figure en bonne place un arsenal de décisions destinées à compliquer (oui) la présence de sportifs étrangers ( entraineurs et joueurs) dans les clubs professionnels. Le leader de cette tendance dure du football français est Guy Roux, l’entraineur de l’équipe professionnelle d’Auxerre, véritable patron du syndicat des entraineurs français l’UNECATEF (Union nationale des entraineurs et cadres techniques du football). Ne parle t-il pas de  »protéger l’identité et la qualité des sélections nationales ». Guy Roux qui réalise de bons résultats avec son club, axe toute la politique de celui-ci, sur le recrutement de jeunes joueurs. Des Africains sont sortis du centre de formation d’Auxerre. Et il admet difficilement que ceux-­ci puissent jouer dans les sélections nationa­les de leur pays d’origine. Il y a deux ans, il a voulu forcer la main un de ses jeunes joueurs, l’ivoirien Didier Otokoré, en le faisant sélectionner en équipe de France Espoirs pour quelques minutes lors d’un match officiel afin que celui-ci ne puisse plus rejouer pour la Côte d’Ivoire. Ce qu’il ignorait, c’est que le jeune Ivoirien avait déjà, lors d’une compétition officielle de cadets, porté les couleurs de son pays. La FIFA, sollicitée par les dirigeants ivoiriens, avait arbitré en faveur de la Côte d’Ivoire.

La Fédération française comble les vœux de Guy Roux en décidant que : « les jeunes, (Ndlr : armi lesquels figurent souvent des Africains) intégrant un centre de formation devront dorénavant s’engager à ne jouer au niveau international que sous les couleurs françaises et à ne plus répondre aux sollicitations de leur pays d’origine ».  Fournet-Fayard s’accorde totalement avec Guy Roux, en justifiant cette décision par « le souci de protéger l’équipe de France ». Autre décision. Pour la saison prochaine, une règle oblige les clubs de première division à aligner neuf joueurs sélectionnables, en équipe de France sur la feuille de match. Exit donc les étrangers. Mais il n’est pas certain que cette attitude frileuse, qui recèle des relents de xénophobie contribue à relever le niveau de l’équipe de France et du football français.

Il y a une quinzaine d’années, le président de la Fédération française de basket d’alors, Robert Busnel, avait pris les mêmes décisions pour avoir une équipe de France de basket compétitive. Ce qui ne s’est jamais réalisé. Mieux, en Europe, les rares titres français gagnés par les clubs (Limoges trois trophées européens) et Orthez (un trophée européen) l’ont été grâce au concours de joueurs américains recrutés à prix d’or.

Aujourd’hui, les football belge , italien, espagnol et portugais comptent dans leurs compétitions, un nombre égal sinon plus important de footballeurs étrangers que celui qu’on trouve dans le football français d’élite. Cela n’empêche pas à leurs sélections nationales de faire de bons résultats et à leurs clubs, de réussir dans les coupes d’Europe. 

 

INTERVIEW DE GASTON KABORE

FEPACI : Une crédibilité retrouvée

Propos recueillis par Baba Diop et Cheikh Hamalla

Le congrès de la Fédération panafricaine de cinéaste de 1985 avait été celui du « changement » et du renouveau ». Le quatrième congrès qui se  tenait peu avant le festival de Ouagadougou a été celui de la « continuité ». Gaston Kaboré, cinéaste burkinabe a été reconduit à la tête de la panafricaine des cinéastes. « Merci de votre confiance. Il reste encore beaucoup à faire », s’est-il contenté de dire après son élection.  Le secrétaire général donne ici son son sentiment sur les quatre premières années de sa gestion et fait l‘esquisse de ce mandat quadriennal qui s’ouvre.

Sud Magazine : Sous quel signe s’ouvre ce nouveau mandat ?

Gaston Kaboré : Sous le signe d’une plus grande efficacité. J’allais dire sous le signe de la continuité, puisque ce mot a été utilisé par mes collègues. En fait, je joue un rôle et une fonction en ce moment. Demain d’autres viendront continuer cela. Nous avons atteint des résultats positifs mais nous avons eu aussi des déceptions. Nous avions pensé que nos dossiers connaitraient une exécution plus rapide au niveau des ACP-CEE, ce qui n’est pas le cas. Je viens d’avoir une réunion avec le représentant de la CEE pour mettre en forme nos divers dossiers concernant la formation, l’amorce de la distribution commerciale des films en Afrique, les problèmes de la documentation et de la recherche sur le cinéma africain. Et aussi  tous les ateliers que nous pouvons organiser, pour essayer de sensibiliser les décideurs publics, pour une mise en œuvre de politiques nationales plus cohérentes en matière de cinéma. Le travail ne manque et je vais m’y consacrer avec toute l’ardeur dont je suis capable.

La Fepaci existe parce que les cinéastes existent. Il faut que chacun d’entre nous, dans nos pays respectifs, puisse forcer le respect par la qualité de ses œuvres qu’il produit et aussi par la qualité humaine. Et ça, je crois qu’il y a des efforts à faire pour plus de cohésion dans les associations nationales, pour une plus grande intelligence dans les rapports entre les cinéastes, pour que ceux vers qui nous allons pour demander d’agir, notamment nos Etats ne puissent pas avoir d’alibi et ne pas prendre en considération nos propositions.

S.M : Quel enseignement retenez-vous de votre premier mandat ?

G.K. : Je crois que le travail qui a été fait en quatre ans, a non seulement permis de restaurer la crédibilité de la Fédération mais aussi, à acquérir une sorte d’aura beaucoup plus grande encore que ne l’a jamais eu la Fepaci. Nous avons décidé de montrer aux yeux de nos partenaires, que nous sommes de vrais professionnels au service de tout le développement du cinéma africain, que nous avions un capital de réflexion qui ne demandait qu’à être investi dans l’élaboration des politiques nationales de  cinéma et aussi dans la conception des stratégies régionales de développement dans le même secteur. C’est avec tous les contacts que nous avons pris à l’extérieur, avec des pays et des responsables gouvernementaux mais aussi le travail de la réoccupation de l’espace par rapport à l’OUA, que nous avons finalement pu atteindre le résultat qui, aujourd’hui nous amène à convoquer une journée du Partenariat qui a vu une très large participation.

S.M. : Il existe deux groupements d’intérêt économiques  (Gie) de cinéastes tous ayant leur siège à Dakar. Il s’agit de l’Ucoa (Union des cinéastes ouest africains) et le groupement d’intérêt économique des cinéastes (GIEC). Ces regroupements ne risquentils pas de gêner la Fepaci dans la recherche des finances de projets ?

G.K : Le temps n’est plus aux querelles stériles. Il s’agit d’utiliser toutes les  potentialités qui existent sur le terrain pour faire avancer les choses, Les Gie sont importants pour un certain type de travail mais ils ne peuvent en aucun, cas se substituer à la Fepaci. Il y a des ensembles économiques  qui existent déjà et les Gie qui vont être crées, peuvent collaborer avec eux. La  Fepaci pour sa part, ne peut pas s’inféoder à ces ensembles économiques, mais il peut y avoir collaboration. Lors du dernier congrès, le secrétariat général a proposé une résolution qui dit qu’il faut continuer les investigations, afin de répertorier de façon exhaustive, tous les regroupements économiques qui existent en Afrique, discuter avec eux, des termes d’une collaboration et voir comment introduire l’élément cinématographique dans les secteurs de coopération économique qui existent déjà. Je crois que c’est comme deux flux d’énergie qui se rencontrent, pour constituer un courant important, capable de soutenir le cinéma africain. A la naissance de l’Ucoa, la fédération avait salué l’initiative. Nous estimons que dans la mesure où les cinéastes qui font partie de ce Gie ne vont pas à l’encontre du consensus qui guide Fepaci et qu’ils travaillent dans  sens de l’amélioration des conditions de travail et du relèvement du niveau de production, il n’y a a pas de problème. Mari il faut pouvoir mettre des choses mures en place, car ça ne se pose pas en terme d’hégémonie des structures mais en terme d’opérationnalité sur le terrain.

S.M. : Le siège de la Fepaci est maintenant fixé à Ouagadougou et certains cinéastes disent que c’est une manière de pérenniser les Burkinabé dans le bureau fédéral.

G.K. : Les statuts sont clairs là-dessus. Nous avons demandé au sein de l’Union nationale des cinéastes burkinabé au congrès, d’envisager de proposer d’établir le siège d’une manière durable. Il se trouve que c’est à Ouagadougou qu’on avait consacré la naissance de la Fepaci. Après 10 années très amères, le congrès a estimé qu’une certaine pulsion pouvait profiter à la Fepaci. Dans les statuts, on dit que le secrétaire général adjoint et le trésorier doivent être membres de l’association du pays-siège. Parce que il faut une certaine continuité dans l’administration. On ne peut pas déplacer les archives tous les quatre ans. Avec le siège qui devient permanent, il y aura une sorte de capitalisation d’expérience, de suivi des mutations et des rapports qui sont de nature à stimuler la Fepaci. Le poste du secrétaire général qu’il dirige au niveau politique, la  fédération n’est pas obligatoirement réservée à un Burkinabé. J’ai été réélu sur proposition d’un autre pays.

S.M. : La recherche de structures fonctionnelles demeure-t-elle un impératif ?

K. : Bien sûr. Je pense qu’il faut que nous ayons un noyau administratif pour assurer le suivi des actions qui sont déjà engagées dans les projets à présenter, nous essayerons de voir comment, au travers de ces projets que nous allons présenter, s’ il est possible de trouver la façon d’asseoir une administration de la Fepaci très solide avec une mémoire parfaite. C’est à ce prix qu’on peut changer les choses.

 

BENIN

 Le marché Dantokpa dans la tourmente des relations Cotonou-Lagos

Par Philippe Hado

 Depuis la fermeture de la frontière bénino-nigériane en 1984, les rencontres entre les autorités des deux pays n’ont cessé de se multiplier. Ces rencontres ne concernent plus seulement les chefs d’Etat. Elles se sont maintenant étendues aux gouverneurs d’Etat et de province et aux responsables de poste de police frontalière.

Pendant ce temps, l’objet des concertations et le thème dominant des discussions, n’ont manifestement pas changé. Il s’agit toujours des différents trafics qui se livrent de part et d’autre de la frontière commune et généralement, au préjudice de Lagos.

Dès lors, le marché Dantokpa comme  marché de référence dans la sous-région du golfe du Bénin, se trouve-t-il dans le collimateur de Lagos, même s’il n’a pas subi le sort de BB, un marché frontalier sans cesse ratissé par les polices des deux pays et aujourd’hui fermé au public.

Le marché Dantokpa n’est plus que l’ombre de lui-même. L’opulence de jadis a fait place aux temps de vaches maigres dont personne ne peut prétendre entrevoir les limites. Les marchands doivent aujourd’hui ruser avec le fisc soit, en faisant vendre à la criée, d’innombrables fillettes prêtes à esquiver les ticketiers soit encore, à  s’absenter du marché les jours de perception des patentes.

Dantokpa n’a pas surmonté les contre-coups des dévaluations répétées du naira, la monnaie nigériane. Jusqu’en 1983, les Nigérians y  venaient en foule nombreuse pour se procurer les tissus dentelles fortement prisés chez eux. Mais depuis, il leur faut débourser quatre à cinq fois plus de naïra que naguère, contre les mêmes mesures de tissus.

Conséquence?  D’abord, les Nigérians ont commencé à se faire rares. Le commerce de tissus dentelles en a pris un sérieux coup de froid qui, au fil des mois a gagné l’ensemble du commerce de tissus et au bout de la chaine, tous les artides « made in France » recherchés avec une avidité quasi- morbide par les voisins anglophones.

Des relations saines

La fermeture de la frontière en 1984, sera !e coup de grâce. La mévente, devenue endémique dans le secteur des tissus imposait une reconversion chez les  marchandes. Ce ne fut pas sans grand mal pour elles ni pour la Sogema, la société chargée de la gestion du marché. Le second  étage de l’édifice principal s’est entièrement vidé de ses occupants dont la plupart sont littéralement ruinés.

Madame Bernadine Do Régo, à l’époque ambassadeur du Bénin à Lagos, expliquait que la fermeture de la frontière avec le Nigéria devait amener le Bénin à envisager sainement ses relations avec Lagos. Il le fallait bien.

En effet, jusqu’en 1976, Dantokpa connaissait l’animation habituelle propre aux marchés d’Afrique, sans faste particulière avec tout de même cette  différence qu’il était déjà fréquenté par les Togolais,  les Camerounais, les Congolais et les Zaïrois qui y venaient chaque semaine  acheter les tissus Wax.

Le boom pétrolier nigérian allait définitivement réorienter les activités du marché. Celles-ci prirent des proportions la mesure des potentialités démographiques du Nigéria et de la force apparente du naïra. Les goûts jusque-là inconnus virent le jour : aux tissus Wax, vinrent s’ajouter les tissus dentelles. Parallèlement, l’engorgement permanent du port de Lagos, ajouté au refus des autorités fédérales d’octroyer des licences d’importation de certains produits allaient, donner de l’impulsion aux trafics, à la vente et au commerce de bien des produits tels les cigarettes, les vins et les liqueurs dont les ventes, à Cotonou sont sans rapport avec les  besoins et les habitudes des Béninois.

Des trafics multiples

Le Bénin devint l’intermédiaire obligé du Nigéria dans ses relations commerciales avec le reste du monde. Les Béninois qui n’en demandaient pas mieux s’accommodèrent de ces nouvelles contingences et bien des fonctionnaires avaient des étals à Dantokpa, qui était devenu le haut lieu de multiples trafics : trafic de produits agricoles, trafic de produits manufacturés, et trafic de divers.

Ces trafics qui, de par leur nature même échappaient entièrement ou tout au moins en partie, à toute comptabilité nationale, étaient tolérés de tous. D’abord des Nigérians qui y trouvaient un palliatif de l’engorgement endémique de leurs différents ports, tandis que les difficultés de délais d’approvisionnement se trouvaient donc là définitivement réglées. Puis, le Bénin, où les fonctionnaires croyaient découvrir là, la manne suffisante pour relever leur niveau salarial. Mais c’était compter sans les impondérables de l’or noir. Les réductions successives du prix du baril de brut avec en amont, les problèmes de mévente, le tout alterné avec les dévaluations en cascade du naïra, conduisirent au marasme de l’économie nigériane.

Pour redresser la situation économique, les autorités fédérales ne lésinèrent pas sur les moyens. Ainsi, furent décidées les expulsions massives d’étrangers résidant au Nigéria, puis la fermeture des frontières terrestres du pays en 1984. L’ouverture des frontières en 1985 consacra  l’inefficacité des mesures.

Dantokpa qui escomptait une bouffée d’oxygène dans la reprise des relations avec Lagos, dut bientôt déchanter. La chute vertigineuse du naïra n’est pas de nature à relancer le trafic qui aujourd’hui se réduit à sa plus simple expression. Par ailleurs, la conjoncture économique internationale difficile a contraint les Camerounais, les Congolais, les Togolais et dans une certaine mesure les Nigérians à faire d’autres choix que Dantokpa. Le marché continue cependant, dans la nostalgie des jours passés.

Le marché au fil des jours

La lumière dujour éclaire faiblement à travers les lucarnes.  La salle s’était vidée, abandonnée avec ses boxes couleur de béton et quelques bâches déployées ça et là.

On se croirait à cent lieues du marché. Pourtant, ce palier, le second de l’édifice

central était encore en 1983, la fierté du marché Dantokpa, avec ses étals surchargés  de tissus somptueux, de Wax, de dentelles, et ses marchandes imbues de leur opulence.

Depuis, le marché s’est comme allongé avec les hangars qui s’étendent à perte de vue au pied de l’édifice. Et les vendeuses de tissus, dans la crainte de perdre leur clientèle, ont déserté les étages. Le rez-de-chaussée, devenu un fourre-tout, regorge aujourd’hui de tissus, d’aliments en conserve, de savon, d’huiles de ménage… La véranda et les couloirs attenant au poste de police comme au rez-de-chaussée,  sont jonchés par endroits de malles et de rouleaux de tissus.

Du dollar et du naïra

A quelque dix mètres de là, c’est l’autogare Sèmè-Kraké-Porto- Novo-Idi­roko, un espace ceint de grillage où les voitures se relaient sans cesse faisant la navette entre le marché et les villes frontalières. Quelques monnayeurs, sac sous le bras, arpentent inlassablement le périmètre de grillage hélant les voyageurs.

Les constructions se suivent diverses et interminables. Ici une officine de pharmacie que jouxtent deux libres services nouvellement bâtis, là,  des hangars avec des murettes badigeonnées en jaune, auxquels s’ajoutent d’autres encore, bâtis sans soin particulier et disséminés aux quatre vents avec, par endroits, des parasols.

Le marché-dortoir

Le marché s’anime de cris, de rires, de disputes et de klaxons de voitures, Tout se vend, tout s’achète ici et chaque abri vaut son commerce. Commerce de pièces détachées de voitures ou de manuels scolaires et d’articles de bureaux, commerce de céréales, de tubercules, de médicaments, de plantes médicinales, du naïra, du dollar, des ossements destinés à des usages occultes, commerce des hydrocarbures, des friperies, de prêt-à-porter…

Les vendeurs à la criée, pour la plupart des jeunes filles, bassines ou glacières sur la tête, sillonnent le marché à longueur de journée.

Olé ! Olé ! (au voleur ! au voleur !), ce cri ne fait plus mouche. Les cas de vols ne se comptent plus. Le vol est devenu un phénomène banal. Il n’y a pas longtemps, chaque olé était comme un cri de ralliement. Tous les vendeurs se ruaient sur le voleur ainsi désigné à la vindicte populaire. Le malheureux était roué de coups puis conduit au poste de police,

Depuis, les voleurs ont multiplié les opérations de représailles pour décourager les voisins trop zélés. Et chaque olé se perd aussi vite dans le brouhaha des disputes, des cris et des klaxons que le voleur lui-même, dans la foule des marchands et des acheteurs. Le soir, voleurs, porte-faix mais aussi vendeurs à la criée et quelques autres marchands venus de contrées lointaines, règnent en maitres sur le marché qui se constelle de lampes électriques ou à pétrole. La nuit Dantokpa se mue en marché-dortoir où les comptoirs, les tables deviennent des couchettes.

 

COMMUNICATION

 Le village global à l’heure des nouvelles technologies

 Par Amadou Kamir Doumbia*

Selon Mac Luhan, les médias sont des facteurs déterminants de la société. Cette assertion est aujourd’hui une réalité. Non seulement les technologies sont dans une phase de renouvellement permanent, elles ont aussi profondément bouleversé les habitudes individuelles, apporté de nouveaux réflexes dans les perceptions et l’action de lhomme face à son environnement. Nous n’avons plus besoin de scruter le ciel et dobserver le mouvement des cumili pour prévoir ou savoir le temps qu’il fera. Il suffit d’interroger notre minitel.

Il n’est plus nécessaire d’avoir quelques pièces de monnaie pour téléphoner. Des cartes informatisées nullement encombrantes et qui trouvent facilement une petite place dans un coin de notre portefeuille suffisent. Avons-nous besoin de documentation sur tel évènement historique, scientifique, culturel ancien ?

Il n’est plus nécessaire de descendre dans les caves, de fouiller de fond en comble des casiers, trouver parmi des archives un document défraîchi et  rongé par les mites et les cafards. On pitonne des touches de l’ordinateur relié à des banques de données. Et comme par miracle, apparaissent sur un  écran, les informations désirées.

Ainsi, le constatons-nous, les nouvelles technologies ont remonté le temps et envahi  l’espace des hommes dans tous ses comportements. Gutenberg n’est pas mort mais le pauvre est plein de « puces ».

L’application de l’informatique dans la collecte et le traitement de l’information, associée à l’utilisation des technologies de télécommunications, constitue le point de départ de cette nouvelle révolution dont on appréhende encore mal l’impact sur la  société d’aujourd’hui, le rôle et surtout l’action, sur l’homme de demain.

Que sortira, que sera-t-il inscrit sur le petit écran lumineux, lui qui, aujourd’hui est le principal support de tous les messages du nouveau paysage Médiatique ? Quels sont les contours de l’image nouvelle d’une communication médiatisée et dont le processus est profondément transformé dans les étapes d’émission, de transmission et de réception ?

« Le message est le médium », affirmait Mac Luhan, signifiant ainsi, que la forme sous laquelle est transis le message, détermine le contenu. Celui­ ci est le fond, le médium constituant la forme, c’est à dire le moyen technologique utilisé pour la diffuson du message .

Nouveau paysage médiatique

Par quels types de « médium », les messages sont-ils transmis dans le monde d’aujourd’hui, un monde dominé par l’image et le son ?

Quelles sont les transformations enregistrées ou en cours, au niveau des principaux moyens de communication, presse, radio et télévison ?  Perçues autrefois comme de simples prolongements du corps, les technologies  avaient pour fonction l’augmentation des rendements du travail, et la compensation de l’énergie humaine par l’énergie motrice.

Le temps de production était de peu d’importance, et l’homme restait fondamentalement, le maître du jeu. La machine le complétait,  mais ne le remplaçait pas.

Aujourd’hui la prise en ompte du facteur temps, a bouleversé les rapports homme-machine. La rapidité s’allie à l’efficacié et la machine se substitue à l’homme. La robotique est née. Le triptyque « rendement-rapidité-efficacité » détermine tout processus de pensée et d’action, et a hâté l’invention de nouvelles technologies qui, elles-mêmes ont pour caractéristiques: le renouvellement.

Dans le domaine de la communication, les transformations sont rapides et les applications variées. Une grande révolution technique s’est ainsi produite dans le domaine de l’impression et de la composition. Le procèssus de fabrication d’un journal a profondément changé, de la rédaction à la  distribution. Dans cette évolution deux événements occupent une place importante. Ce sont:

  • l’apparition des machines de tratement de textes;
  • l’utilisation des nouvelles machines de compositions, qui marque une nouvelle étape de la bataille que se livrent les médias chauds et les médias froids, la chaleur de plomb des vieux ateliers de typographie et la froideur des salles feutrées illuminées par les lueurs scintillantes des écrans des machines à composer.

Grâce aux nouveaux modes de traitement informatique de texte, fini le  régime des tables lumineuses, du typomètre, des ciseaux et de la colle.  La mise en page et l’impression peuvent être transférées directement dans les salles d’ordinateurs, grâce aux imprimantes sans impact.

Les nouvelles technologies apparues dans le domaine de l’édition et de la composition ont apporté des changements profonds, et tendent vers la suppression de certains corps de métiers typographes, linotypistes, secrétaires de rédaction. A long ou moyen terme, elles pourraient transformer les conditions et les normes du travail journalistique par une simplification extrême des méthodes de collecte et de traitement de l’information. A ce propos, Gille Lesage, journaliste canadien, attire l’attention sur le danger que  représenterait une trop grande mécanisation de l’information et  l’uniformisation. « Le danger le plus grand, écrit-il (Devoir 19 mai 1984) réside dans la possibilité de mécaniser et d’uniformiser l’information.  Avec l’ordinateur tout puissant, c’est à l’assèchement de la pensée spécifique que l’on peut craindre d’assister. Les journalistes ne pèsent déjà plus très lourd dans certaines entreprises face aux responsables de la publicité, de la critique et de la fabrication. Demain, salariés presse-boutons, perdus dans de grosses entreprises, ne seront-ils pas robotisés, traitant à la chaîne, les données de l’ordinateur, dans un style dont les normes auront été calculées, ou bien, ne restera-il plus que quelques journalistes responsables d’une équipe de techniciens, choisissant entre les papiers tout faits que fournissent les banques d’information, soumis à l’autorité d’un rédacteur, chef d’orchestre installé devant ses écrans, centralisant toutes les décisions sans avoir le temps de discuter avec qui que ce soit »:

Il s’agit là, à notre avis d’une vision assez schématique des vrais dangers que représente l’intégration de l’ordinateur dans les activités journalistiques.  Cependant, ce qui est réel, c’est l’irréversible changement des méthodes et du cadre de l’exercice du métier des journalistes. Le plus important de ces changements est, ou sera la transformation des centres de production qui se traduira par une nouvelle division du travail dans les organes d’information.

 

Ainsi les petits journaux et magazines abandonneront les activités de collecte et de traitement à de grandes industries de production d’information pour se  contenter uniquement de la réécriture des nouvelles dans le style-maison. Les grandes industries d’informations, pour épouser le nouveau paysage médiatique fourniront à la carte, des informations aux petits organes qui seront de plus en plus spécialisés. Cette tendance comporte un certain nombre de dangers :

  • le danger de l’éclatement de la société en un e multitude de groupes constitués selon les goûts, les besoins, les activités sociales etc. Avec pour conséquence le renforcement de l’esprit de clocher, de l’égoïsme et de l’individualisme;
  • le danger de la diminution ou de l’uniformisation des sources dont le principal inconvénient, sera peut-être une qualité médiocre de l’information standardisée;
  • enfin le danger du monopole rendu nécessaire, en raison des coûts élevés d’exploitation de ces industries, monopole que ne manqueront pas d’exercer dans la production de nouvelles, les individus, les groupes, les nations, les plus riches face aux moins riches et aux moins puissants.

Malgré ces risques, est-il possible de rejeter les nouvelles technologies ? Est-il même sage d’envisager cette hypothèse ? Certes non. Car comme le dit bien à propos Gilles Lesage (Devoir 17 mai 84) « le problème ainsi posé n’est pas spécifique de la presse. Il se rencontre à chaque tournant du progrès scientifique et technique. Il n’est ni possible, ni souhaitable, de vouloir maintenir une industrie de la presse et une conception de l’information qui collent de plus en plus mal à l’époque où nous vivons. Le  journal qui, aujourd’hui refuse l’ordinateur et les télécommunications est aussi sûrement condamné que le télégraphe « chappe » à ou la presse à bras. Grâce à la puissance des machines, les journaux ont enfin les moyens d’atteindre le but qu’ils se fixent tous: à offrir chacun pour les plus bas prix, les informations qu’il désire lire ».

ln fine, le journalisme, comme la société, devra s’adapter aux nouvelles technologies qui reformulent les conceptions et les pratiques traditionnelles qui découlent elles-mêmes de l’esprit d’initiative et de la volonté de l’homme, tant que celui-ci reste tourné vers l’avenir.

Aussi, peut-on partager l’optimisme de Lesage qui pense que « les journalistes devraient se réjouir de l’informatisation des journaux qui les amènera à exercer une plus grande influence sur toutes les étapes de fabrication de leur journal ». Ils pourront aussi  »avoir un accès plus rapide à un plus grand nombre de sources d’information et raccourciront les délais entre la préparation d’un texte et son impression et, lorsque le montage pourra se faire à partir de l’écran cathodique, ils verront se décupler les  possibilités de laisser libre cours à leur créativité »

La future télévision du futur

Comme la presse, la télévision traditionnelle subit de profondes transformations. Le petit écran familial ne sert plus à recevoir les programmes d’un nombre limité de chaines de diffusion de masse. Grâce au câble, et surtout grâce à l’informatique et aux nouvelles technologies de télécommunication, le tube cathodique prend une place grandissante dans les activités sociales humaines.

Par cette évolution, la oommunication sociale médiatique devient une réalité que constitue un ensemble de réseaux

« all channel’ reliés les uns aux autres par des terminaux, une réalité qui consacre l’ère de la vidéo.

Par définition, la vidéo est l’image obtenue grâce à un signal électronique. Par extension, elle désigne tous les outils servant à la production de ce signal. Le signal vidéo est aujourd’hui omniprésent, apparaissant sur des écrans plus ou moins volumineux à partir de sources diverses. Outre le téléviseur il y a notamment:

– le magnétoscope

– le visiophone

– les consoles de jeux

– le minitel

– le vidéodisque

– le vidéoprojecteur, etc …

Le 21 juillet 1969 est une date historique qui a consacré l’alliance de la vidéo, de l’informatique et des techniques de télécommunication. Ce jour-là le « village global » a pu voir en direct des hommes fouler pour la première fois, le sol lunaire. Depuis, des progrès considérables ont encore été réalisés tant dans l’amélioration de la réception et de la qualité de l’image et du son que dans celle de leur transmission. L’amélioration de la qualité des images fait l’objet d’une course contre la montre entre Japonais et Occidentaux. L’objectif est la suppression des standards traditionnels (Pal-Secam-NTSC) par l’uniformisation des techniques de transmission.

Le premier pas vient d’être fait par la France avec le lancement du satellite TDF 1 qui marque officiellement, du moins dans le monde francophone, le départ d’une télévision sans frontière. Mais cela n’est pas  pour autant une solution au problème de standards que les Européens souhaitent unifier en adoptant un standard commun, le D2-Mac-Paquet. Celui qui permettra la réalisation d’une télévision haute définition (TVHD) grâce à des images de 1200 lignes au lieu de 625 actuelles des standards Pal­Secam.

La  grande qualité du nouveau standard D2-Mac-Paquet, vient du système du codage des signaux. Le temps de balayage des 625 lignes est d’environ 64 micro secondes pour l’ensemble du système comprenant le son et les signaux de synchronisation, la chrominance et la luminance. Ce système assure une qualité très supérieure des images ainsi qu’un son pur à résistant tout phénomène de parasites.

Ce résultat sera aussi dû au passage du système analogique au système numérique. Le système analogique fondé sur la production, la transmission, le stockage et l’affichage, etc. ,  ne garantit pas une qualité assurée de l’image et du son. Les signaux se dégradent dans les étapes de régénération. Avec le système numérique, les pertes sont quasi nulles. Reposant sur la révolution micro-électronique, les technologies numériques assurent une conversion très proche de la source donc, permettant de transmettre et de régénérer de façon exacte les grandeurs exactes et d’éviter ainsi toute dégradation.

Elles permettent aussi la réalisation de gains considérables de temps. Ainsi par exemple, en une seconde, une platine laser lisant un disque compact peut envoyer des dizaines de milliers de mesures précises. Cependant, une faiblesse du système numérique est pour l’instant, la difficulté soulevée par l’interconnexion de matériels différents, des systèmes différents de codage, les différences des normes et des standards.

Dans le domaine des images, une volonté d’uniticaton se concrétise chez les Européens qui ont déjà adopté une norme mondiale de numérisation du signal TV, norme appelée 4-2-2. Les Européens ont également défini un standard commun de transmission entre salles de vidéoconférence.

Le standard D2 -Mac Paquet, qui sera la norme européenne pour le satellite de diffusion repose sur un système de fonctionnement partiellement numérique. Le son est codé numériquement. Les signaux de luminance et de chrominance sont diffusés sous forme analogique. Mais le système numérique permet différentes opérations comme par exemple le sous titrage des films, etc.

Les satellites de diffusion directe TDF 1 en France et TV SAT en Allemagne, marqueront le début de l’uniformisation des standards en Europe et une étape décisive vers la réalisation de nouvelles techniques de réception : les communications par fibres optiques, le disque optique, l’horlographie et particulièrement le téléviseur numérique et l’écran plat. Toutes ces nouvelles technologies à l’étude dans les laboratoires des grandes firmes d’électronique, lorsqu’elles seront disponibles et accessibles au grand public, changeront profondément le paysage audiovisuel.

A la place du poste traditionnel de télévision avec son tube cathodique volumineux et fragile arrivera sans doute un nouveau récepteur à écran  plat sans tube, pouvant être accroché au mur, et qui donnera une image à haute définition. Déjà, les Japonais, à la pointe de ce combat ont mis au point un nouveau procédé à 1.125  lignes  conçu par NHK, une véritable télévision cinémascope, construite par Matsushita. La télévision à haute définition (TVHD) est aujourd’hui une réalité au Japon grâce au satellite BS 28. Les firmes commercialisent des équipements complets: caméras TVHD à une définition de 800 lignes, téléviseur à tube cathodique de 83 cm de base, appareil de transfert d’image vidéo sur film de cinéma avec un effet de conversion de 1.125 , etc.

 

La TVDH européenne est à ses débuts. C’est seulement en 1985 que l’Union Européenne de Radiodiffusion a adopté le standard D2 Mac Paquet (D= Digital; MAC= Multiplexage anéalogique des composantes ; Paquet = organisation du signal numérique audio). Dans le cadre du projet Eurêka 95  (année à laquelle la TVDH sera réalisée) qui regroupe près de trente groupes industriels et organismes, les Européens se préparent à l’ère de la TVDH. Celle-ci consacrera enfin, la fusion de la télévision et du cinéma. Ce sera également le boom commercial le plus excitant, pour les fabricants et les  marchands de téléviseurs, l’ancien parc devant être renouvelé.

Pour réaliser TVHD et assurer un passage en douceur de la télévision traditionnelle au nouveau système, trois étapes sont déterminés:

  • première étape: lancement des satellites de diffusion directe TVHD et TDFI et retransmission dès 1989, des émissions D2 Mac, selon le nouveau standard. Mais les chaînes pourront être toujours reçues sur les téléviseurs Pal-Secam sans amélioration d’image;
  • deuxième étape: lancement de postes à écran plus large, permettant d’obtenir des images aux proportions cinémasoope en 1990;
  • enfin troisième étape: production et diffusion en haute définition en 1995.

Les standards Secam et Pal disparaîtront à cette étape finale. Mais existera-t- il un standard mondial de diffusion, c’est-à-dire un seul standard TVHD? Tout porte à croire que non. C’est pour contrer les Japonais, que les Européens, puis les Américains ont mis au point leur système autonome de diffusion TVHD avec des normes différentes. La bataille entre les géants européens, américains et japonais de l’électronique risque de se terminer par un nouveau partage du monde qui consacrera trois standards TVHD: l’Européen, l’Américain et le Japonais

Le paysage médiatique africain

Dans quel camp sera l’Afrique ?

L’Europe y étant fortement implantée et dont elle est aussi un marché important, il est invraisemblable qu’elle adoptera le standard D2 Mac Paquet.

Mais les Japonais y trouveront malgré tout leur place, leur sens du négoce, fait de patience et d’abnégation, n’ayant jamais été démenti.

Donc comment sera le nouveau paysage médiatique africain sous l’influence du système de diffusion par satellite ?

La première conséquence de la télévision par satellite sera en Afrique,  le début de la fin du monopole des chaînes nationales. Par ailleurs, il est à craindre que l’Afrique, en raison de son retard économique et technologique, ne soit réduite à son rôle traditionnel de consommateur.

D’autre part, comme le souligne Robert Salé (Le Monde Dossier et Documents: la révolution des médias) « malgré leur apparence démocratique, les nouvelles technologies risquent d’accentuer les privilèges et les inégalités entre citoyens

d’un même pays, mais aussi entre les différents pays. Les machines à communiquer permettraient aux pauvres de ne pouvoir s’en servir… Beaucoup se demandent si eux qui auront le nouveau savoir  technologique ne domineront pas de plus en plus les autres ».

En Afrique cette domination déjà très préoccupante au niveau de la production et de la diffusion des programmes, ne pourra que s’accentuer avec l’arrivée des multinationales des productions d’images  télévisuelles que rien n’arrêtera dans leurs tentatives de conquête du grand marché  africain.

A l’exception du Nigéria dont la télévision diffuse un volume de production étranger inférieur à 20 %, dans toutes les autres télévisions africaines, la production étrangère représente en moyenne plus de 60% des heures d’émission.

En Afrique francophone, les pourcentages des productions d’origine étrangères sont les suivants: (source: Jeune Afrique- Economie, Médias, TV africaines la fin des monopoles).

  • Bénin 62%
  • Burkina Faso 70 %
  • Cameroun 68 %
  • Congo 45 %
  • Côte d’Ivoire 40 %
  • Gabon 54%
  • RCA 67 %
  • Sénégal 60 %
  • Togo 57 %
  • Zaire 70 %.

Les principaux fournisseurs étrangers de programmes sont l’Allemagne fédérale par l’intermédiaire de Transtel-Cologne, et la France. La coopération française finance de 110 à 150 heures de programme annuel, compte non tenu du monitoring quotidien d’actualité de 10 mn envoyé par satellite et diffusé intégralement dans les journaux télévisés.

L’URTNA (Union des radiodiffusions et télévisions africaines) pour des raisons

diverses, (manque de moyens financiers dû au non versement des cotisations par les Etats membres, problèmes politiques, etc. ) arrive difficilement à favoriser les échanges de programmes entre les stations africaines

La nouvelle ère de la diffusion par satellite risque, (et ce n’est là qu’un  euphémisme) de réduire l’audience des chaînes nationales africaines déjà très effritée par la concurrence du magnétosoope VHS (vidéo home system).

La télévision sans frontière inaugurée par l’Occident avec World Net (USA) « Canal Plus France  » et bientôt « Canal Plus Afrique », provoquera un gigantesque tremblement dans le paysage audiovisuel africain que nous préférons désigner par la sigle P AP.A  (Paysage Audiovisuel des Pays Africains) pour tout ce qu’il peut évoquer : paternalisme, obéissance, domination etc.

On n’arrête pas le progrès et l’on ne saura, s’y opposer. L’essentiel n’est pas d’élaborer des stratégies pour arrêter l’essor des nouvelles technologies mais plutôt de se préparer à mieux les intégrer, à mieux les assimiler. Comme le dit avec assez de pertinence Robert Salé « tout dépend de l’usage  que l’on fait des nouvelles technologies qui ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles ont  isolé certains hommes et en ont rapproché d’autres. S’il est vrai, par exemple que les adeptes du Walkman et les fous du micro-ordinateur sont moins sociables que les autres, les agriculteurs n’ont jamais eu autant de contacts avec le monde que depuis que la technique s’est engouffrée dans les campagnes ». Les Africains doivent explorer toutes les voies pour accueillir et utiliser rationnellement les nouvelles technologies de la communication par satellite. C’est une tâche d’autant plus nécessaire qu’il y va de la survie de leur culture, donc de leur identité.

[1] Maître Assistant à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Univesité de Dakar.

[2] « Journey of discover the source of the Nile », London, 1864

[3] Servir, Astrida, 1948

[4] Le Monde du 24 août 1988

Leave a reply