Archives Sud Maga n°9- mars 1988

0
4849

SOMMAIRE

 

EDITORIAL                                     Un devoir d’émulation

POLITIQUE                  Sénégal              Les élections de toutes les violences

La révolution passive au Sénégal

                 Abdoulaye Wade: Dix ans face au pouvoir

                                         Mauritanie         Les accrocs d’un scrutin

                                                                          Histoire de médiation

Interview de Djibril Ould Abdallah

                                        Niger                   La dernière ligne droite

                                  Guinée Bissau     Quinze après l’unité

        LIGUE DES ETATS NOIRS             Le plaidoyer de Sakombi Inongo

DIPLOMATIE                                   Le Reaganisme se délave.

URSS                                                    La perestroïka est un processus révolutionnaire

ENVIRONNEMENT                         Aviation civile: Que de bruit!

Sahel : Revoilà les criquets

COMMUNICATION                        Presse : Les journalistes africains tournent la page 

Télévision : L’Afrique en privé

 

Des mots et des mau

Anarchie

                                                                             Par Ibrahima Baaxum

Il me souvient d’avoir une fois entendu quelqu’un déclarer : « Tous les régimes ont une tendance à 1a dictature, alors que les médiats de tous les pays tomberaient facilement dans l’anarchie s’il  n’y avait pas de garde-fous à la demande insatiable de liberté des journalistes »

Je comprends mieux le sens de la démocratie en tant que système d’équilibre pour que ni  la dictature, ni l’anarchie ne l’emporte sur l’autre. 

Le président du Gabon, sautant sur le prétexte des événements du lundi 29 février, qui ont plongé Dakar dans une ambiance de mai 1968, s’est empressé de lancer son « Je vous l’avais dit. Voyez où cela mène (…). Nous  sommes pour la démocratisation de nos Etats, mais pas pour la multiplication de l’anarchie… ».  ,

Ailleurs, c’est à coups d’éditoriaux qu’on s’est jeté à l’eau pour magnifier les « vertus » du parti unique. On savait la démocratie sénégalaise  entourée d’adversaires. Le lundi chaud vient de lui révéler certains de ses ennemis. Ces derniers voudraient-ils creuser la tombe de l’expérience sénégalaise qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Entre gens au pouvoir; on sait se donner des recettes pour rester en place.

La différence entre Dakar et Libreville, pour ne donner la réplique qu’à Bongo réside dans l’existence, dans le premier, des contre-pouvoirs (même théoriques), et dans l’autre l’absence de barrières à la personnalisation du pouvoir.

Dans les régimes à parti unique, tout est en place pour canaliser les foules condamnées à se taire jusqu’au jour où, à force de bouillir; la marmite, incapable de contenir plus longtemps le liquide chaud, libère le couvercle. Ainsi disparut plus d’un dictateur dont les successeurs eurent toutes les peines à remettre de l’ordre dans le pays. C’est cela l’anarchie.

Il ne suffit pas, d’avoir hélas plusieurs opposants reconnus, d’organiser périodiquement des consultations faussées par avance et donner la liberté à quiconque le veut, le droit de créer son journal et de voir la publication mourir sans l’indifférence générale au bout de quelques numéros.

Ce qui s’est passé avant et après le 28 février au Sénégal a été rendu possible par l’absence de communication, plutôt par l’inégal traitement fait aux politiques pour leur accès aux médiats d’Etat.

Ces contre-pouvoirs n’ayant contre-pouvoirs n’ayant presque jamais joué leur rôle véritable dû au fait d’un ostracisme entretenu de longue date, il a suffi de quelques heures d’un discours relativement nouveau pour porter la tension au sommet.

Et Abdou Diouf qui parle de « problème de communication avec les jeunes » découvre un aspect de la vérité. Pour exacerber le mécontentement populaire et mettre en péril les institutions républicaines, il n’y pas de meilleurs recours que la flagornerie érigée en système de communication et la monocratie comme moyen  de gestion des hommes.

Le maître écrit à ses disciples

Chers anciens,

J’apprends, par Jeune Afrique, que Sud magazine tient bon, qu’il s’améliore, qu’il a des de grands projets. Que c’est bon de lire cela ! Je suis fier de vous si mon court séjour au CESTI et les jours passés ensemble à Montréal peuvent m’autoriser à vous le dire. Il fallait qu’un jour la presse africaine accède à cette « maturité dans la diversité » qui fait les démocraties.

Il n’est pas surprenant que ça se passe au Sénégal et que ce soit vous qui y contribuiez.

Par contre, plutôt rare votre magazine au kiosque de la rue Ste-Catherine. Vous avez un petit service d’abonnements ?  Si oui, vous me mettez sur votre liste de distribution, me facturer pour un an, et me faites parvenir votre canard, que nous sachions un peu de côté-ci de l’Atlantique ce qui se passe en Afrique de l’ouest,

Car, vous savez, si elle s’est quelque peu améliorée sur ce point, la presse nord-américaine continue d’être très mesquine dans ses informations africaines. Et quand on a vécu là-bas, on en veut toujours davantage.

Je vous souhaite la meilleure chance du monde et vous prie, vous cinq et les autres, de croire à mon amitié sincère.

PS : Qui sait ? Peut-être un jour aurez-vous besoin dans vos pages d’une lettre d’Amérique ?

 

Mario Cardinal

380, avenue Wiseman – Outremont,

Qué.

Canada H2V 3J6

 

 

 

 

   EDITORIAL

 Un devoir d’émulation

Par Sidy GAYE

La parenthèse (non encore fermée …) dans laquelle se trouve plongée la démocratie sénégalaise depuis le scrutin du 28 février interpelle, par-delà les étroites barrières nationales, toute l’élite africaine.

Qu’il soit partisan ou non du pluralisme politique, qu’il vive sous un régime de parti unique ou un système multipartisan, aucun Africain intéressé par le devenir du continent, ne peut raisonnablement, se détourner des événements de Dakar, quelle que soit par ailleurs,  la nature de ses convictions.

 Cette position charnière au cœur de l’actualité printanière, le Sénégal ne la doit pas seulement aux débordements – certes graves et préoccupants – qui ont accueilli dans les rues de sa capitale, le verdict et le langage prêtés aux urnes au matin du 29 février 1988.

Ce n’est pas non plus en raison d’une quelconque exemplarité de son système politique que la conscience africaine se trouve sollicitée au détour d’une consultation somme toute banale et ordinaire.

Contrairement aux idées enfoncées par la propagande médiatique, l’expérience démocratique africaine ne se résume pas au seul cas sénégalais. La Haute Volta de Lamizana et le Nigéria de Shagari en témoignent pour l’histoire. La Gambie toute proche du Sénégal et la lointaine Maurice désormais rodée au jeu de l’alternance politique, en portent elles aussi les espérances futures.

Le pluralisme politique non plus, ne se confine ici, aux limites d’une « oasis ».  Depuis Tunis jusqu’à Khartoum, en passant par le Caire et Rabat, les états-majors politiques foisonnent dans la  diversité des projets de société. C’est dire que si malgré tout, l’épreuve sénégalaise garde un intérêt certain pour le reste du continent, c’est moins pour ce qu’on en dit volontiers.

Ce qui donne encore sa singularité au pays de Senghor et de Diouf c’est surtout ce défi qu’il a lancé au reste du monde pour faire de ses options démocratiques non point un luxe de circonstance, mais plutôt un outil fonctionnel avec lequel il a voulu forger et sa cohésion interne, et son image de marque extérieure, là où les bouleversements politiques à répétition ont été les formes les plus fréquentes d’expression populaire. Le Sénégal a offert la régularité de consultations quinquennales au suffrage universel direct sur des listes concurrentes, là où le repliement sur soi a donné son lit à l’intolérance et à la cécité politiques. Les Sénégalais, sans nécessairement s’immuniser contre ces dérapages, ont fait de la croisade en faveur des droits de l’Homme, le point de constance de leur diplomatie et la clé de leur bonne réputation auprès de tous les opprimés et victimes potentielles de l’autocratie.

Que cette double subtilité soit simultanément mise en cause en un moment où on s’y attendait le moins, ne pouvait sans doute, qu’indisposer ceux de ses voisins proches ou lointains, angoissés  par les tentations d’une contagion rampante. Il n’y aurait rien de grave en cela, si les constats du moment ne servaient que l’évidente jouissance de leaders obtus en mal de persuasion.

Mais il devient alarmant dès l’instant que cette même clameur s’érige en facteur de discrédit d’un système global dont le Sénégal, tout compte fait, n’illustre qu’une des multiples variantes. Sous ce rapport, tous ceux qui ont rêvé ou tenté de discréditer l’essence démocratique au travers du seul bégaiement du système sénégalais, se sont simultanément identifiés comme les plus grands fossoyeurs du Devenir africain.

Puisqu’à la vérité, aucun des grands problèmes contemporains qui sollicitent l’attention du continent ne saurait trouver sa solution adéquate dans le contexte d’un bâillonnement des libertés individuelles et collectives. Dans un climat de terreur psychologique ou d’unanimisme politique qui ne conforte en réalité que les agents les plus médiocres des sociétés humaines.

Pour s’en convaincre, il suffirait de se poser les questions qui conviennent sur le blocage évident des idéaux unitaires ou l’hibernation de nos valeurs culturelles. Comment pourrait-on progresser sur les chemins de l’unité  politique ou de l’intégration économique par exemple si, en l’absence d’une opinion publique dynamique et conséquente, ceux qui gouvernent et décident par procuration ne sont comptables que devant leur seule conscience, souvent très brumeuse ?

Comment intégrer dans les projets de développement ou programmes d’ajustement leur nécessaire dimension et finalité humaines si les bénéficiaires potentiels sont traités en parias et ravalés au rang de citoyens de seconde zone ?  Comment lever le siège de nos cultures, de nos valeurs de civilisation si le vécu populaire est disqualifié par nos canaux modernes de communication ? Si ces outils d’échanges et d’osmose consacrent à la mégalomanie des princes locaux, les moyens, les techniques et le temps laissés vacants par la « douce » intoxication des groupes d’intérêt étrangers ?

Comment retrouver notre dignité et notre fierté dans des systèmes où tout souverain arrivé au pouvoir par un incident de l’histoire, peut faire main basse sur les aspirations de son peuple et servir en toute impunité, les intérêts les plus rétrogrades ou les causes les plus obscures de cette fin de siècle ?

Comment promouvoir enfin, les intérêts du continent au banquet des Nations si ses élites dirigeantes ne se renouvellent, ni même ne s’enrichissent à la faveur de la compétition politique et du débat contradictoire ?

Ces interrogations que nous renvoie une certaine praxis politique, malheureusement la plus répandue en Afrique subsaharienne, sont autant d’arguments en faveur de la promotion des libertés fondamentales, du pluralisme dans toutes ses dimensions et de la démocratie normative. Que tel ou tel autre pays s’y prenne bien ou mal, là n’est pas la question. C’est plutôt l’affaire des peuples en situation. L’essentiel réside plutôt ailleurs. Dans les décomptes de ces petits pas sur le chemin des libertés dont la  rareté n’a d’égale que l’extrême valeur.

Dans cet exercice, le mérite comparatif détruit plus qu’il ne  construit. Le satisfecit et le  brevet d’excellence enivrent, s’ils ne freinent. Seule l’émulation est porteuse de salut. C’est sous cette seule dimension que la lecture des réalités sénégalaises ouvre de saines perspectives pour le reste du continent

Il convient donc de souhaiter que l’apparent discrédit du « modèle » d’hier, libère plus l’initiative que le délire justificatif. Alors et alors seulement, le scrutin du 28 février méritera son emblème d’exception.

 

SENEGAL

Les  élections de toutes les violences

 Par Ibrahima Fall

Les préjugés sur le pacifisme et l’esprit de tolérance des Sénégalais ont été mis à rude épreuve  à l’occasion des élections du 28 février dernier.

En arrêtant des leaders de l’opposition dont Me Abdoulaye Wade qui a recueilli les suffrages  d’un quart de l’électorat selon les chiffres officiels, les pouvoirs publics semblent s’être engagés dans une voie sans issue. Le dialogue entre le régime et ses opposants sera une solution incontournable

Les élections présidentielles et législatives du 28 février dernier se sont  déroulées au Sénégal dans un climat d’une rare violence. La haine, l’anathème et l’injure ont été les traits dominants d’une campagne électorale qui a vu pour la première fois dans l’histoire du pays, les jeunes, de façon massive, s’impliquer dans le débat électoral aux côtés de l’opposition.

Les violences n’ont pas été que verbales. De nombreux affrontements entre les militants du parti au pouvoir et ceux de l’opposition ont fait plusieurs blessés graves. Thiès (deuxième ville du pays, 70 km à l’est de Dakar) a été l’épicentre de ces secousses pré-électorales qui ont fait voler en éclats les légendaires clichés sur le pacifisme et l’esprit de tolérance des Sénégalais.

Sous plusieurs rapports, la campagne électorale débridée augurait de ce que seraient les consultations populaires. Le président sortant, M. Abdou Diouf avait fait la transparence du scrutin son crédo. Il avait saisi l’opportunité que lui offrait la tenue le 9 janvier à Dakar du congrès d’investiture de son parti pour appeler les militants à respecter la volonté populaire en évitant les bourrages des urnes et les multiples fraudes dont l’ampleur en 1983, avait jeté une ombre de suspicion sur la volonté des dirigeants sénégalais de rendre crédibles des consultations dont le résultat semblait d’avance connu.

 

Ces mises en garde du président Diouf étaient d’autant plus opportunes que l’opposition, particulièrement le Parti démocratique sénégalais (PDS) de Me Abdoulaye Wade, ne cachait plus sa volonté de riposter à toutes les manœuvres frauduleuses qui terniraient la sincérité d’un scrutin décisif pour la consolidation et l’irréversibilité des acquis démocratiques. On doit la vérité de dire que les élections de 1988 ne se sont guère déroulées dans la transparence annoncée. Pouvait-il du reste en être autrement quand on sait que les innombrables fraudes qui ont été constatées le jour du scrutin sont en fait permises par le Code électorale dont la non révision, au grand dam de l’opposition et de larges secteurs démocratiques a constitué une sérieuse hypothèque sur la crédibilité du système institutionnel sénégalais.

La non identification de l’électeur a été la grande brèche qu’ont utilisé les nombreux fraudeurs pour bafouer la volonté populaire. Tant que cette disposition de la loi électorale n’aura pas été révisée, tant que le vote ne sera pas rendu secret conformément aux stipulations pertinentes de la

Constitution et tant que l’opposition ne sera pas représentée au niveau de la Commission Nationale de Recensement des Votes, on pourra douter de la possibilité d’une alternance démocratique, qui même si elle est le fait du peuple, n’en doit pas être moins organisée par les textes en vigueur.

Malgré les limites objectives du code électoral, l’opposition a accepté de participer au jeu démocratique donnant une nouvelle crédibilité internationale au président Diouf qui se serait certainement fort mal accommodé d’une élection ne l’opposant qu’à des partis aussi peu significatifs que le PDS/Rénovation. Ne serait-ce que de ce point de vue, l’opposition aurait dû être payée en retour, même s’il est difficilement concevable en Afrique, à la notable exception de Maurice, qu’un gouvernement organise dans la transparence,  les conditions de sa succession.

Implication des jeunes

L’un des enseignements majeurs des consultations populaires est sans conteste la manifestation ostentatoire des jeunes qui ont voulu imposer leur choix politique oppositionnel, en créant les conditions d’une explosion sociale dont le premier résultat a été la proclamation,  le lendemain du scrutin,  de l’Etat d’urgence sur tout le territoire de la  région de Dakar.

L’installation de ce régime d’exception, suspensif de toutes les libertés fondamentales, est consécutive aux émeutes qui se sont emparées de la capitale et des principaux centres urbains du pays à la suite de la proclamation par le ministère de l’Intérieur, des premiers résultats officieux qui donnaient M. Abdou Diouf et le Parti socialiste largement vainqueurs devant l’opposition, réduite à jouer les seconds couteaux.

Même si on a essayé de le banaliser en parlant notamment d’une manifestation épiphénoménale, le mouvement des jeunes est symptomatique d’une grave crise économique et sociale qui semble avoir bloqué de façon durable l’avenir de cette importante couche sociale, sevrée d’espérances prometteuses. C’est à la solution diligente et idoine des nombreux problèmes des jeunes qui ont succombé à la tentation de la violence, que devrait se livrer le prochain gouvernement qui ne manquera pas de tirer tous les enseignements des répercussions d’une politique d’ajustement structurel qui n’a fait que creuser l’écart entre les nantis et les couches défavorisées de la population.

L’analyse des résultats officiels des élections a montré la réalité de la bipolarisation de la vie politique entre le PS et le PDS, qui seront les seules formations à être représentées à l’Assemblée nationale avec respectivement 103 sièges et 17 sièges, alors que lors de la précédente législature, trois partis puis quatre avec la scission du PDS, siégeaient au parlement.

Le PDS a effectué une remarquable percée passant de 8 sièges en 1983 à

17 en 1988. La Ligue démocratique/Mouvement pour le parti du travail (LD/MPT) que des résultats officieux du ministère de l’Intérieur créditaient d’un siège,  ne sera finalement pas représenté à la place Soweto (siège du parlement) en raison certainement de l’annulation d’une multitude de procès-verbaux portant sur plus de 100 000 voix. Cependant, les résultats officiels ont montré que malgré sa filiation communiste, ce parti reste la troisième formation politique du Sénégal.

Les résultats de l’élection présidentielle ont également montré les progrès de Me Abdoulaye Wade qui a réussi à décrocher 25,80 % des suffrages contre 14,71 % en 1983. Le président sortant, avec un score de 73,20 % contre 83,55% en 1983, connait  une régression nettement perceptible.

Quant aux autres candidats à la présidentielle, MM. Babacar Niang du Parti pour la Libération du Peuple (PLP) et Landing Savané de And-Jef-Mouvement révolutionnaire pour la démocratie nouvelle (AJ/MRDN) ils ne totalisent respectivement selon les chiffres officiels que 0,75 % et 0,25 % des suffrages exprimés.

Le taux de participation de 58 % contre 57 % en 1983 montre que les Sénégalais en dépit de leur forte politisation, rechignent à accomplir leur devoir de citoyen. Cette situation avait d’ailleurs conduit le gouvernement à l’issue du scrutin de 1983, à envisager de rendre obligatoire le vote. Le projet n’a jamais été concrétisé.

Démocratie ternie

Les élections du 28 février ont débouché sur l’arrestation des principaux leaders de l’opposition : Abdoulaye Wade du PDS, Amath Dansokho du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) et Abdoulaye Bathily de la LD/MPT (libéré après 24 heures de détention) ainsi que de plusieurs autres responsables de partis dont MM. Boubacar Sall, Ousmane Ngom et ldrissa Seck du PDS, Amadou Top de AJ/MRDN, Maniang Sall et Mapathé Bâ de la LD/MPT, etc …

Ces responsables ont été arrêtés dans le cadre d’une information ouverte pour « atteinte à la sureté intérieure de l’Etat ». Ils peuvent être donc traduits devant la Cour de Sûreté de l’État qui est une juridiction politique d’exception, quoique présidée par un magistrat. Ces arrestations ont terni l’image de marque de la démocratie sénégalaise, réputée tolérante et respectueuse des droits de l’homme.

Il ne fait pas de doute qu’un procès contre des personnes qui ont su catalyser autour de leur projet, l’aspiration au changement de milliers de Sénégalais ne résoudra aucunement la crise politique ouverte par les ides de février. Peut-on légitimement gouverner en mettant à l’écart les personnes que s’est choisies plus d’un quart de l’électorat sénégalais ?

C’est le dialogue avec toutes les couches politiques porteuses d’expressions plurielles qui pourra sauver la démocratie sénégalaise en l’éloignant des sentiers de la médiocrité et de  l’aventure. Le Sénégal mérite assurément mieux d’autant que toute l’Afrique, avec sa soif inextinguible de  démocratie, l’observe et évalue à travers son expérience si enrichissante, les chances de dissémination d’un projet pluraliste sur un continent sevré de libertés.

 

LIVRE

 La révolution passive

 Par Moussa Paye

 Ce livre sur le Sénégal intitulé « la Construction d’une démocratie libérale – la Révolution passive au Sénégal, de 1975 à 1985″ a été écrit par Robert Fatton, un universitaire américain d’origine haïtienne qui enseigne à l’université de l’Etat de Virginie. Il compte de nombreux amis au Sénégal pour s’y être rendu plus d’une fois, notamment comme invité de l’Université des Mutants de Gorée. L’ouvrage écrit en anglais, a été publié par les Editions Lynne Rienner Publishers, INC. (948 North Street, bulder, Colorado 80302), en 1987.

La période qui couvre les dix années déterminées entre 1975 et 1985 serait celle d’une révolution passive au Sénégal, au cours de laquelle la classe dirigeante de ce pays a construit une démocratie de type libéral. Cette ère de « pacification démocratique » entamée par Senghor a été menée à sa conclusion en 1981.

Cette année-là, le président Abdou Diouf a reconnu le droit à l’existence légale de tout parti politique ne se réclamant pas d’une race, d’un groupe ethnique, d’un sexe, d’une religion, d’une secte, d’une langue ou d’une région.

Au commencement était la « crise organique ». Ce concept emprunté à Antonio  Gramsci, célèbre dirigeant du Parti communiste italien, reflète l’idée que, à certains moments de leur histoire, les sociétés sont confrontées à une crise qui englobe la totalité de leurs structures. L’autorité devient illégitime, les vieilles valeurs se désintègrent, l’économie est paralysée, la  domination de la classe dirigeante est presque exclusivement maintenue par la force. Les classes dominées n’acceptent plus leur statut subalterne et l’Etat peut à peine assurer la continuité de la vie sociale.

« Au Sénégal, écrit Robert Fatton, la crise générale de l’Etat a été caractérisée par l’incapacité du régime de Senghor à résoudre les contradictions aigues sur le plan économique, politique et social, générées par une forme de dépendance de sous-développement capitaliste. Les promesses de l’’indépendance ont manqué à se matérialiser, la croissance matérielle et la prospérité ne sont pas réalisées, les forces étrangères ont continué de contrôler les secteurs essentiels de la production, aussi bien que des positions vitales au sein de la bureaucratie. Et lidéologie d’une négritude socialiste na pas caché les terribles réalités des inégalités persistantes et de la corruption grandissante …  » (Page 55).

Il en est ainsi, parce que le régime de Senghor a été marqué par la continuité du régime colonial dans ses options économiques. L’industrie restait sous le  ferme contrôle du capital étranger tandis que le secteur agricole, après l’élimination du Premier ministre Mamadou Dia, voyait se consolider le pouvoir des marabouts à travers les privilèges spéciaux que leur conférait notamment l’ONCAD pourtant pressenti pour être l’organe d’un socialisme paysan.

Les évènements de mai 68 montrent la frustration des classes populaires dont l’indépendance n’a comblé ni l’attente ni l’espoir. La bourgeoisie naissante elle­même organisée dans l’Union des groupements économiques du Sénégal  Uniges), formulait des revendications qui, sans attaquer frontalement le régime de Senghor, reflétaient le malaise social.

Intellectuels organiques  

La crise organique a duré tout le temps que la classe dirigeante a été dans l’incapacité de vaincre les défis montants et de juguler le désenchantement des classes dominées. « Mais, dit Robert Fatton, la crise est restée à létat de crise juste parce que ces classes dominées étaient divisées, désorganisées et dans le désarroi. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que la classe dirigeante, qui contrôlait encore l’appareil répressif de l’Etat en plus des importants organes de propagande culturel et idéologique, soit en meilleure position que l’opposition populaire de recréer et rasseoir son hégémonie… « (Page 63).

Ainsi perçue dans ce contexte, la libéralisation démocratique n’apparait pas comme le fruit de l’élan généreux d’un quelconque démiurge. C’est une nécessité,  une réponse intelligente à la crise ·: « La libéralisation consiste à  prévenir le développement dune opposition révolutionnaire par la décapitation de son potentiel révolutionnaire ». Ici, l’auteur cite Mrs Ann S. Sassoon dans son ouvrage intitulé « Passive revolution and politics of reform » .Celle-ci comme Robert Fatton, se place sur le terrain de l’analyse marxiste selon Gramsci.

Pour eux, en définitive, le projet de la classe dirigeante sénégalaise représente bien ce que Gramsci appelait « une révolution passive ». La classe dirigeante exerce son hégémonie en échangeant l’autoritarisme et la force comme méthode de gouvernement par la politique d’alliances et de cooptation. Et c’est parce que la politique de l’hégémonie a aboli l’autoritarisme tout en laissant fondamentalement intactes les structures du pouvoir que l’on peut dire que la démocratisation du Sénégal devrait être perçue comme une révolution passive réussie.

Pour parvenir à cette réussite, il a fallu l’appoint des « intellectuels organiques », ceux là- qui, selon la vision gramscienne, sont appelés à légitimer l’hégémonie de la classe dirigeante et à diriger sinon organiser sa vision du monde et ses aspirations. Ils se sont appelés Club Nation et Développement (CND) et Centre de Recherches et d’Etudes Socialistes (CERES), sous le gouvernement de Senghor.

 

La révolution passive, en ce moment-là, secrétait des contradictions qui se décèleront dans le « Manifeste des 200 ». Ces 200 cadres de la Nation dont les thèses étaient relativement proches de celles du Club Nation et Développement, iront plus loin en exigeant la rupture d’avec le système  à parti unique. Ils donneront naissance au Parti démocratique Sénégalais (PDS), sous les couleurs de l’opposition « constructive ».

A l’évènement du président Abdou Diouf, le pluralisme intégral a été le moyen pour la classe dirigeante d’asseoir la légitimité contestée du nouveau chef de l’Etat : »En intégrant l’opposition  dans les structures réformées du pouvoir, il les transformait inévitablement. De menace potentielle à la révolution passive, l’opposition devenait ainsi, la justification même de cette révolution passive ». (Page 75)

Mais c’est surtout après sa victoire aux élections de 1983 que les thèmes et slogans du président Diouf ont acquis une nouvelle vigueur. En même temps qu’il initiait une politique de conciliation et d’union nationale, il asseyait la suprématie du Parti socialiste. Cette politique d’ouverture vers l’opposition n’a jamais signifié le partage avec elle,  de responsabilités gouvernementales comme l’ont  cru certains analphabètes politiques.

Elle impliquait seulement, et c’est là son habileté, que les cadres sénégalais, quelle que soit leur orientation politique, devaient en tant qu’individualités, rejoindre la bannière de Abdou Diouf et soutenir son régime. Comme l’a indiqué le président Diouf lui-même dans son rapport de politique générale intitulé fort conséquemment « le PS, moteur du changement »: C’était l’ère de l’ouverture, mais dans la fermeté.

Si l’opposition a globalement rejeté un appel qui, somme toute, ne s’adressait pas à elle, le thème du consensus a fait des ravages dans les rangs des intellectuels  « nationalistes », qu’ils soient indépendants ou pas. C’est ainsi qu’émergeait une nouvelle génération d’intellectuels organiques qui vont donner au gouvernement d’Abdou Diouf les justifications théoriques dont aurait besoin sa nouvelle politique, sur le plan économique, politique, social et idéologique.

L’auteur les repère dans le GRESEN, le Cosapad et dans ceux qui ont rédigé « l’appel des 1500″. Leur langage est de circonstance, tel celui que tient Babacar Sine, intellectuel organique par excellence du Dioufisme » (Fatton dixit), dans le quotidien national, le Soleil :  »Désormais une nouvelle relation existe entre Diouf et le peuple sénégalais, une relation basée sur la vérité … ».

Or, donc, le Sénégal est une démocratie bourgeoise de type libéral. L’auteur en donne la définition : (1) un gouvernement représentatif élu (2) par un électorat composé par la totalité de la population adulte, (3) dont le vote a un poids légal, et (4) qui sont assurés du droit de voter pour n’importe quelle opinion sans intimidation de la part de l’appareil d’Etat.

Robert Fatton reconnait lui-même qu’une telle forme de gouvernement est garante de la domination politique économique de la bourgeoisie. Par là même, il constate la faiblesse de cette même bourgeoisie au Sénégal et la conséquence de cette faiblesse : « l’irrésistible  essor d’une bureaucratie d’Etat. « C’est donc le poids de cette bourgeoisie bureaucratique qui a infléchi les éléments démocratiques de l’état démocratique de type libéral  sénégalais : il incline vers l’autoritarisme présidentiel dès lors que la  classe dirigeante est si affaiblie par l’absence d’une bourgeoisie hégémonique, qu’elle est réduite à recourir à la fraude électorale pour maintenir sa maitrise absolue de l’appareil d’Etat.  (page 2).

A ce niveau note l’auteur, c’est l’exécutif qui gouverne de façon prééminente et les trois branches de l’Etat, le judiciaire, le législatif et l’exécutif tendent à former un bloc homogène politique au service du chef de l’Etat. Néanmoins, le terme de classe dirigeante garde sa pertinence, lequel désigne la bourgeoisie bureaucratique, l’aristocratie religieuse traditionnelle et la bourgeoisie classique.

L’avant dernier chapitre avant l’épilogue traite des programmes des partis politiques et de la transformation de la société sénégalaise. L’auteur met le Parti socialiste et le Parti démocratique sénégalais, son principal rival dans le même sac : « Le programme du PDS, excepté l’engagement d’investir 15 milliards de francs CF A trois années consécutives, ne diffère pas fondamentalement de celui mis en œuvre par les différents plans quinquennaux du PS … (page 132). L’accent mis par les critiques du PDS, sur « l’incompétence individuelle » n’écarte pas selon l’auteur, la possibilité d’un gouvernement d’union nationale entre les deux forces politiques. (Page 133).

Gouvernement d’union

Pour le Mouvement démocratique populaire de Mamadou Dia, And/Jëf Mouvement Révolutionnaire pour la Démocratie Nouvelle de Landing Savané et l’Union pour la Démocratie Populaire de Hamédine Racine Guissé, Robert Fatton les met tous ensemble sous l’étendard de la « Révolution nationale démocratique et populaire », malgré quelques différences sur le plan idéologique et tactique. La RNDP devra mouvoir toutes les forces anti-impérialistes sous la direction du prolétariat et de la paysannerie, la petite bourgeoisie et la fraction patriotique de la bourgeoisie nationale. Ses principales cibles sont l’impérialisme français, la bourgeoisie politico bureaucratique, la bourgeoisie compradore et les exploitants semi-féodaux. (Page 135).

De son côté, le Parti africain de l’lndépendance marche seul vers son objectif: la République démocratique sénégalaise,  un concept qui marque la transition vers le socialisme. Pour le PAI, « le prolétariat, la paysannerie et les éléments patriotiques des différentes couches de la  population sont asservis et exploités à divers degrés par l’impérialisme international Donc fondamentalement, ils ont intérêt à la libération nationale. Ce qui veut dire, à une réelle indépendance et à l’élimination du système colonial, néo-colonial  et impérialiste. » (Page 139).

Ensuite vient la Révolution démocratique nationale, programme de transition vers le socialisme de la Ligue Démocratique/ Mouvement pour le parti du travail. Cette révolution démocratique nationale rendra possible l’accumulation du capital et les réformes démocratiques qui sont nécessaires à l’établissement des bases objectives du socialisme. « La nécessité de cette étape, cependant, nélimine en aucune façon le rôle du prolétariat dans sa lutte contre la bourgeoisie ni la nécessité pour le prolétariat,  d’avoir son propre parti et son idéologie. La RND requiert seulement que le parti du prolétariat applique et développe de manière créative, une politique d’alliances qui tienne compte des conditions actuelles de notre société et du rapport de force entre les progressistes et les réactionnaires. (Page 141).

Improbable révolution

Selon le Parti de l’Indépendance et du Travail, la révolution nationale démocratique qui est son objectif,  donne la priorité à la lutte de libération nationale anti impérialiste, sur la recherche immédiate de l’hégémonie du prolétariat et de la paysannerie. C’est seulement ce qui le distingue de la LD/MPT. Aussi, le Parti de l’Indépendance et du Travail affirme-t-il que dans le cadre de la RND, « les hommes d’affaires sénégalais occuperont la place qui est la leur dans la structure économique du pays ».

 Les vraies solutions seront posées pour que la bourgeoisie nationale puisse accéder aux secteurs rentables en mettant fin au traditionnel anachronisme et à la discrimination économique qui favorise les monopoles français et la bourgeoisie libanaise. Une large frange de secteurs d’activités devront être réservés  exclusivement aux hommes d’affaires sénégalais ».(Page 145).

Dans sa lancée, l’auteur passe en revue les différentes tentatives de front des forces de l’opposition : la Coordination de l’opposition sénégalaise unie, le Front d’action anti-impérialiste et l’Alliance démocratique sénégalaise. C’est pour lui l’occasion de constater que la seule perspective qui s’ouvre à l’opposition sénégalaise est la voie du réformisme, de la captation et de l’électoralisme. Un autre choix les condamnerait à la défaite électorale perpétuelle ou au confinement dans l’obscur ghetto de l’illégalité et de la clandestinité. « Ce n’est pas dire qu’une alternative révolutionnaire est impossible, précise Robert Fatton, mais que la révolution passive l’a rendu hautement impardonnable ».

Au demeurant, la révolution passive a des limites. C’est dire que le recours à la force brute n’est pas exclue d’emblée et de façon irréversible. A titre d’exemple, Robert Fatton cite l’arrestation, un soir d’août 1985 de deux leaders de l’opposition MM Abdoulaye Wade et Abdoulaye Bathily, après l’interdiction de la marche anti-apartheid qu’ils avaient tenté d’organiser au sein de l’Alliance démocratique sénégalaise.

Si Robert Fatton revenait au Sénégal, le bruissement de certains « révolutionnaires passifs » le conforterait dans certains aspects de son analyse.

 

STRATEGIE

La démocratie, facteur de développement

Par Chérif Elvalide Sèye

Les évènements qui ont suivi la consultation électorale au  Sénégal, en servant d’alibi aux condamnations qui ne les ont pas attendus pour être prononcées, relancent le débat sur la démocratie et le sous-développement.

Le simple respect de l’Homme plaide suffisamment pour la démocratie. L’esclavage, le racisme, le nazisme, l’apartheid, aujourd’hui,  se sont nourris du sentiment d’un ou de quelques-uns, qu’ils pouvaient être supérieurs à d’autres hommes.  Les totalitaires, galonnés ou pas, qui hantent l’Afrique, n’en sont certes pas encore arrivés à pareille perversion de la pensée, mais la différence est plus quantitative que qualitative. Tout homme, partout, est capable d’assumer son destin. Pas plus qu’il ne pouvait être question hier de mission civilisatrice de l’Occident, il ne saurait être question de nos jours, de prétexter de la nécessité d’éduquer, de former la conscience politique ou autre des populations, pour leur imposer une chape de plomb dont la seule finalité est de se perpétuer au pouvoir.

Prétexte aussi, le souci de bâtir une nation en la préservant des démons de la division. La société traditionnelle africaine a été une société plurielle regroupant des castes, des ethnies, des classes différentes qui n’en ont pas moins vécu en harmonie. Qu’on n’invoque donc pas les risques d’éparpillement qui naitraient de la démocratie. Surtout que l’on nous assure par ailleurs que la démocratie peut bien être assumée au sein d’un parti unique. Si c’est le cas,  et si les risques de division sont réels, en quoi l’unicité des partis serait-elle capable de conjurer le mauvais sort?

Pourquoi le particularisme qui s’exprimerait à travers un parti ne pourrait-il pas s’exprimer à travers une tendance, un clan, ou un courant au sein du même parti ?  Pour nous être battus pour accéder à la souveraineté internationale, la simple conséquence, la simple logique avec nous-mêmes, avec les étendards que nous avons brandis, nous impose de ne pas prendre vis-à-vis de nos peuples, la place des maitres colons d’hier.

Il n’y a pas que cela qui plaide aujourd’hui pour la démocratie malgré le sous-développement ou plutôt à cause du sous-développement. Le meilleur avocat de la démocratie est aujourd’hui justement le sous-développement. A travers le continent, tous s’entendent pour reconnaitre la faillite de l’Etat omnipotent tel qu’il s’est imposé au lendemain des indépendances. Trop ambitieux, cet Etat qui a voulu tout embrasser, a finalement tout mal étreint.

Et à l’heure des premiers bilans, tous entonnent le refrain du libéralisme. Le concept devant être compris comme la nécessité pour l’Etat, de s’en tenir à des tâches régaliennes et pour les citoyens, d’assumer leurs responsabilités d’agents économiques. Pareille mutation, pour ne pas parler de révolution, ne se décrète pas hélas.

Responsabilité indivisible

Les comportements que l’on s’échine à remettre en question n’ont pas tenu de la seule volonté des pouvoirs d’après indépendance. Ils procèdent tout autant des sentiments qu’ils inspiraient au plus grand nombre. Au blanc gouverneur général avait certes succédé un nègre président, mais le pouvoir en changeant de mains, n’avait pas changé de nature. Il restait fondamentalement étranger à la pratique connue sous les tropiques. Le pouvoir est donc demeuré l’affaire  d’une élite, apparaissant pour les masses, comme une autre fatalité à accepter en essayant d’en tirer le profit possible,  exactement comme l’on a cherché à profiter du pouvoir colonial.

Les conséquences d’un pareil rapport avec le pouvoir sont connues. Aucune réelle implication des populations dans la vie des institutions alors même que les tâches de développement requièrent la participation de tous. L’impasse est au bout. Les Etats africains l’ont atteinte. Partout, le plus grand nombre, le monde rural est resté à l’écart du combat pour le développement. Il sait confusément que le monde à bâtir n’est pas pour lui.

Il  n’est pas la priorité même si sans  lui, rien ne peut se faire. Impuissant, il verra le fruit de son labeur servir à d’autres, la classe dirigeante bien sûr, mais aussi le monde urbain, l’administration qui vivent en sangsues sur ses flancs. Mais, il ne reste pas inactif face à l’adversité. Il développe ses propres formes de résistance. Se replie par exemple d’avantage sur lui-même. Produit d’abord pour lui-même, contourne autant que faire se peut tout circuit officiel. Bref, se défie de toute autorité, de toute réglementation qui apparait d’abord comme une mesure destinée à le brimer davantage. Le libéralisme voudrait balayer tout cela d’un revers de main. Ce n’est pas impossible mais il y des implications.

La démocratie en est la première. Seule la démocratie, c’est à dire le sentiment du plus grand nombre qu’il est maitre de son destin, que les gouvernants sont d’abord des serviteurs et non des maitres, qu’on peut et qu’on doit décider de leur sort, que le vote pour les désigner n’est pas qu’une inutile ratification d’un fait déjà accompli, peut conduire à présent à inverser les rapports entretenus avec les institutions, le pouvoir, les affaires de la nation. Ce n’est que convaincus qu’ils sont les maitres de leur destin, de leur pays, que les citoyens des différents pays d’Afrique pourront jouer le rôle que l’évolution des choses impose aujourd’hui.

La responsabilité est une et indivisible. Les citoyens seront tout aussi pleinement agents économiques que politiques ou hélas,  continueront à vivre en marge. Et l’indispensable participation de tous, ne sera qu’un vœu pieux. Et le développement attendra parce que les sociétés africaines continueront à être des juxtapositions de corps évoluant à vitesses différentes.

 

SENEGAL – ELECTIONS

 Me WADE : DIX ANS FACE AU POUVOIR

Par Ibrahima Baaxum

Le Secrétaire général du Parti Démocratique Sénégalais est de nouveau en prison. Avec lui cette fois-ci, ses proches soutiens.

Il y a un an, le 17 mars 1987, le Président Abdou Diouf et Maître Abdoulaye Wade se rencontraient pour la deuxième fois (officiellement du moins) depuis 1981, pour une audience que le premier magistrat du Sénégal devait accorder à l’avocat, Secrétaire Général du PDS et l’opposant le plus en vue au régime du parti socialiste.

Vingt minutes, pas plus. L’audience a tourné court. Pour incompatibilité d’humeur. Le Sénégal venait de passer à un degré supérieur dans la tension qui marquait la vie politique nationale depuis les élections générales de 1983.

Cette tension n’était pas permanente, il est vrai. Il arrivait même qu’on ne la sentît pas pendant les longs mois que Me Wade passait hors du pays. On sentait pourtant que le rendez-vous manqué de mars 1987 n’augurait rien d’heureux pour la démocratie. Personne ne savait ou cela mènerait, mais tout devenait possible désormais (voir Sud Magazine n°5). Nous y voilà.

Le Secrétaire Général du Parti Démocratique Sénégalais, inculpé par le juge est sous mandat de dépôt depuis le 8 mars. Avec lui, deux autres dirigeants de sa formation, Boubacar Sall et Maître Ousmane Ngom. Et puis, Amath Dansokho, militant communiste dans l’acception pure et dure du concept. Le leader du Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) paie pour des propos tenus durant la campagne électorale (on en a entendu de plus violents) que pour le soutien de son parti à l’élection de Wade contre Diouf, une première fois en 1983, puis cette année.

Le grand coup de filet opéré dans les rangs du parti libéral (comme tel non porteur de projet révolutionnaire) montre qu’il existe un contentieux subjectif entre PS (donc le pouvoir) et  PDS, mais surtout entre les Secrétaires généraux des deux formations pro­occidentales.

Misères politiques

Wade se veut un alter ego de Diouf, ce qui le placerait un cran au-dessus de Jean Collin, celui par qui jurent tous les soutiens du régime et à qui une position stratégique de Secrétaire Général de la Présidence de la République donne bien des atouts contre tous ses adversaires politiques. Cela peut toujours perdre un challenger, surtout lorsque celui-ci, de par ses soutiens et son audience personnelle, peut constituer une pièce de rechange.

Les misères de Abdoulaye Wade, en tant qu’homme politique, ne datent pas d’aujourd’hui. Révélé à l’opinion publique sénégalaise en juillet 1974, à la  création du PDS, le fondateur du parti qui aux premières heures se voulait de « contribution », a trop tôt fait des pas de géant. Leader d’une formation depuis à peine quatre (4) années,  il briguait déjà en 1978, le fauteuil de Senghor, après avoir mis en mauvaise posture bien des responsables politiques locaux de l’Union progressiste sénégalaise (UPS, devenue PS en 1977).

Parti de masse quasiment seul sur le terrain de la légalité avec l’UPS dont il avait adopté la démarche en matière de recrutement, le PDS avait un autre atout qu’il joua d’ailleurs trop tôt, ou alors très mal. 1968 n’était pas loin et la crise scolaire-universitaire et politique de 1973 avait mis en danger le régime de Senghor. On soupçonna même le Président de la République d’avoir favorisé la naissance d’un « parti Jaune » pour désamorcer une bombe dont tout le monde croyait entendre le bruit de la minuterie.

Le régime réagit à l’ascension du PDS rejoint alors par beaucoup d’intellectuels frustrés. D’abord en « rachetant » sa base politique, notamment  dans le bassin arachidier. Des centaines de millions de francs CFA de l’Etat passèrent dans cette affaire entre 1976 et 1977, à la veille des premières élections générales auxquelles Wade devait conduire une liste législative tout  en se présentant à la présidentielle.

En février 1978, il fallut recourir à bien des irrégularités pour limiter les ambitions du PDS et de son leader qui durent se contenter de 18 députés, ramenés à bien moins à la fin de la législature, par un jeu de retournement dont le régime a le secret.

1982, c’est l’affaire des hommes formés en Libye à la « demande de Abdoulaye Wade ». Khadafi n’étant pas considéré comme un Saint par une opinion publique préparée à toujours voir le mal sous les aisselles du Colonel, il y eut « psychose » de coup de force ou en tout cas « atteinte à la sureté de l’Etat », avec « introduction illégales d’armes ».

Cette affaire ne servait pas qu’à la consommation intérieure. Les amis occidentaux de Wade étaient également visés. 1983 était en vue alors que Diouf venait de passer Chef d’Etat depuis quelque deux ans seulement. De nouvelles fraudes seront nécessaires en février 1983 pour remettre le parti Libéral et son leader dans les rangs.

Huit députés à l’Assemblée Nationale. Répétition de l’histoire et désertion d’anciens compagnons.

Personnage charismatique  

 Le grand coup a été frappé avec la « crise » de 1985 qui vit le départ de  Serigne Diop, jusqu’alors Secrétaire à l’orientation. Ce dernier créa, avec  d’autres, un Parti Démocratique du Sénégal-Rénovation, après avoir pendant plus d’un an revendiqué la légitimité du pouvoir dans le Parti Démocratique Sénégalais originel.

Cette crise et la démission moins tapageuse quelques temps après, de l’ancien numéro 2 M. Fara Ndiaye, créèrent  un sérieux doute dans les esprits, Le Parti de Abdoulaye Wade n’était plus au creux de la vague. On le voyait s’enfoncer irréversiblement. Mais, Wade on peut ne pas l’aimer ou être en total désaccord politique avec lui, dire qu’il ne représente rien dans ce pays relèverait de la mauvaise foi ou de la myopie politique.

Personnage charismatique au physique imposant, celui qui passe pour le principal leader de l’opposition au Sénégal, est aussi habile pour remettre de l’ordre dans les rangs que sont prompts ses adversaires au pouvoir, à fomenter des crises dans son parti. Qu’il jonche son parcours politique d’erreurs et de propos parfois démagogiques, est tout aussi incontestable… Mais l’enjeu, c’est d’abord l’électorat.

Abdoulaye Wade n’est pas dangereux en tant que tenant d’une doctrine politique. Pour le PS du moins. Le régime l’a radicalisé contre lui-même et a fini par prendre peur devant sa popularité. Wade est un transfuge de l’Union progressiste sénégalaise dans les rangs de laquelle il a milité avant 1974.

Depuis sa démission du Parti de Senghor, il a connu une ascension fulgurante et toutes sortes de démêlées avec le pouvoir, jusqu’à ce soir du 25 août 1985, où aux côtés de responsables de l’Alliance Démocratique Sénégalaise (ADS), regroupant 4 partis de l’opposition, il voulut organiser une marche anti-apartheid, interdite au pays du président en exercice de l’OUA. Une semaine en prison avant que le juge ne prononce la relaxe. Le Rubicon venait d’être franchi dans la longue marche de l’avocat.

Un premier juge avait estimé en 1985, qu’il était loisible à chaque Sénégalais musulman de « prier ou il veut » sur le territoire national. De cette première comparution devant la justice, Abdoulaye Wade devait sortir blanchi, alors qu’il avait ordonné à ses militants de faire des prières les mardis pour « la chute du régime de Diouf ».

Les élections de février dernier ont révélé un nouveau Wade, au faite de la popularité. Des millions de Sénégalais durant la campagne électorale ont scandé pendant plus de trois semaines le slogan du changement au passage du leader du PDS. « Le Sopi » n’a pas ouvert les portes du palais de 13 République. Celles de la prison viennent de se refermer derrière le candidat malheureux. Une condamnation fera-t-elle taire la clameur ?

 

MAURITANIE

Entre l’espoir et le doute

Par Sidy Gaye et Babacar Touré

 Des trente-deux communes appelées aux urnes le vendredi 9 janvier au premier tour des élections municipales en Mauritanie, certaines listes ont contesté le verdict final, introduisant après l’annonce des résultats un recours de cassation à la Cour suprême. Nos envoyés spéciaux racontent…

La Mauritanie vient de franchir un nouveau pas dans « le processus de démocratisation » en organisant le 8 janvier, des élections municipales départementales, après celles qui ont eu pour théâtre, l’an dernier, les capitales régionales. Les consultations se sont déroulées dans l’ensemble sans anicroches notables, la discipline ayant prévalu, même dans les localités où les électeurs avaient bien des raisons de manifester leurs frustrations. Comme à Boghé, ville située dans la vallée du fleuve et chargée … d’histoires.

Dans cette localité en plein cœur du Fouta, nous avons été mis en présence d’un phénomène rarement rencontré. Des  responsables de l’administration locale se sont littéralement substitués à l’une des deux listes (la « liste jaune », conduite par un certain Massina Mamadou, pour neutraliser et faire battre les partisans de la « liste bleue », manifestement majoritaire, conduite par le colonel en retraite, Dia Amadou.

Par un de ces tours de passe-passe défiant toute logique, le Colonel Dia Amadou – ancien membre du Comité militaire de salut national, plusieurs fois ministre, ayant occupé des postes clef (dont celui de l’Intérieur) – a été écarté au profit d’un  Massina dont le profil n’est pas au-dessus de tout soupçon. Pourtant, le Colonel, qui était monté en première ligne pour condamner  publiquement le coup d’Etat manqué  d’octobre 1987 dont la plupart des auteurs présumés étaient de Boghé, était le meilleur atout pour le régime.

Candidat malgré lui, monté au créneau à cause de la pression des  populations  séduites par, ses qualités d’organisation, de probité et de rigueur, le Colonel Dia, reconverti en « gentleman farmer » était la meilleure courroie de transmission entre le pouvoir central et les habitants de Boghé.

Les interférences entachées de parti pris de l’administration locale qui a couvert les pratiques dilatoires de certains agents chargés de la délivrance des documents nécessaires à l’électeur (cartes d’identité distribuées de façon discriminatoire, cartes d’électeurs frappées de nullité, rétention de cartes de partisans de la « liste bleue », etc.), ont abouti à une situation inédite. Les  électeurs potentiels de l’Union pour le progrès et la démocratie (« liste bleue » du Colonel Dia), privés des instruments légaux indispensables à l’exercice de leur devoir (et droit) de citoyens à voter, ont été aussi exclus de la consultation électorale du 8 janvier.

C’est pourquoi, il est impropre de parler de boycott dans une situation où, à l’évidence, l’impossibilité matérielle d’exprimer leurs suffrages était avérée pour les gens de l’UDP. Le résultat du scrutin n’a laissé aucun doute à ce propos, puisque sur près de 15 000 électeurs inscrits, moins du tiers ont pu effectivement voter. Il nous a été donné de constater le vote de personnes en dessous de l’âge légal et celui de militaires de la Garde nationale sans présentation d’aucune pièce d’identité autre que … leur uniforme.

Dans ces conditions, le rejet du recours en cassation des élections municipales de la commune de Boghé par la Cour suprême a créé une grande surprise dans les milieux concernés et au sein de la population qui s’attendaient à une réparation du préjudice par l’autorité compétente.

A Nouakchott, les avis sont partagés quant à  l’implication de l’autorité administrative locale dans les élections. Par contre, les responsables tiennent à préciser que Boghé étant une commune comme une autre, la Cour suprême était tout à fait fondée à examiner son recours comme ceux d’une dizaine d’autres localités ayant engagé la même procédure sans suite positive. Ce raisonnement est rejeté par les laissés pour compte de Boghé dont la majorité ne fait pas de doute et qui considèrent qu’on a voulu les rendre comptables, c’est-à-dire solidairement coupables, du coup d’Etat d’octobre.

En tout état de cause, la liste qui administre la commune a du pain sur la planche et les risques de boycott et d’administration parallèle des affaires de la cité ne sont pas les moindres maux auxquels elle aura à se heurter.

Engagement

Les lendemains d’élection ont créé une cassure qu’il sera difficile de résorber. Car Boghé aurait pu être un facteur de revirement consensuel si les choses s’était passées autrement. La question de la coexistence entre les différentes nationalités du pays liée à la représentation politique conséquente et le partage équitable des ressources et opportunités nationales aurait pu trouver un terrain favorable à une solution dynamique si tout le monde, côté pouvoir, avait joué le jeu.

La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le Président Taya, réputé pour son ouverture et son libéralisme, a eu en mains tous les éléments d’appréciation en dehors des bulletins de renseignements et des rapports d’une administration pas toujours neutre pour intervenir efficacement dans le sens de la réconciliation des intérêts des uns et des autres au seul profit de la communauté mauritanienne dont le microcosme boghéen est un concentré significatif. Il est temps de dépassionner la situation et de dépasser la question des FLAM (Forces africaines de libération de Mauritanie), nous ont affirmé avec force des personnalités publiques ou privées soucieuses de l’ouverture d’un dialogue constructif.

Il est à craindre que si l’on n’y prend garde, les sentiments et comportements chauvins notés chez une partie de la population maure, n’impriment leur marque à la conduite des affaires du pays. Car, il n’est pas exclu que, occupés à parer au danger du nationalisme étroit et  racial de certains  éléments négro africains, les dirigeants mauritaniens n’aient pas vu s’infiltrer, cœur de l’appareil d’Etat, l’idéologie et la politique chauvines d’éléments nationalistes pan-arabes tout aussi nuisibles que la réaction basée sur la race de certains négro-africains.

Cette infiltration de l’appareil, s’il se confirmait, serait alors d’une extrême gravité et devrait inciter les dirigeants à revoir les priorités. Pour l’heure, il est urgent d’agir vite et juste afin que le climat attentiste teinté de découragement qui prévaut dans les milieux intellectuels et au sein de l’administration soit dissipé. Beaucoup de cadres pourtant connus pour leur engagement aux côtés de  la  Direction nationale et qui ont payé de leur  personne, sont aujourd’hui pris par le doute et l’éventualité d’un possible lâchage sur les autels d’intérêts étroits.

Les atermoiements au plan économique et la gestion chaotique des secteurs de pointe (pêche, banque, etc.) rapprochés au scandale financier ayant abouti au départ des ministres de l’Economie et des Finances, de celui de la Pêche et de l’ancien gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, l’an dernier, n’ont pas fini d’inquiéter une société civile rudement touchée par les conséquences sociales du Plan de redressement économique et financier (PREF).

En outre, il est aujourd’hui patent que les hommes du président font problème, tant il est vrai que le choix de certains membres du gouvernement semble procéder de critères autres que le souci d’efficacité et de compétence dans un pays où les cadres dignes de ce nom font légion.

Dans certains milieux, on s’attend à ce que le chef de l’Etat mauritanien annonce, dans les prochaines semaines, une série de mesures tant attendues afin de lever les équivoques nées d’une situation exacerbée par l’absence de communication interactive et la méfiance. Et d’éviter ainsi une fracture entre la société civile et l’Etat de droit qu’il a pour projet de réaliser, conformément au discours programme de Néma dont les grandes lignes connues permettent tous les espoirs. Si les moyens de son application suivent.

Histoire de médiation

L’iris et le blanc de l’œil sont vitalement inséparables et celui qui égratigne l’un, endommage l’œil lui-même. Cette métaphore du blanc et du noir est d’un vieux sage maure qui mettait en garde contre les conséquences d’affrontements raciaux entre Arabe-berbères et Négro-africains, suite aux récents événements qui ont abouti à l’exécution de trois conjurés noirs. La tension qui s’en est suivie avait favorisé l’émergence de groupes extrémistes négro­africains relayés par des éléments arabo­berbères, et dans la période du 7 au 9 novembre les villes de Boghé et de Nouakchott avaient été le théâtre d’échauffourées, en particulier en milieu scolaire et dans certains quartiers populaires.

La crainte attirée par l’intoxication et les rumeurs les plus folles avait fini par susciter des réflexes d’auto-défense qui ont débouché sur l’irréparable, pour peu que des provocateurs s’en mêlent ! C’est dans ce climat qu’un groupe d’intellectuels et de journalistes des deux communautés (NDLR : africain et arabe-berbère) décident de réagir publiquement, en se constituant en une « force d’interposition », chacun prêchant au sein de sa communauté d’origine, l’apaisement et la réactivation de ce qu’un de nos interlocuteurs a appela le « vieux réflexe d’union chez tous les nationalistes » .Pour cela, « il fallait aller au-devant des événements et provoquer une sorte de réaction de défense immunitaire ».

C’est ainsi que les autorités et les personnalités les plus susceptibles de polariser l’opinion, dans sa diversité, ont été mises à contribution pour, nous a-t-on expliqué, « convertir les réactions défensives en un climat de défense nationale en circonscrivant l’objet de tension. L’imam de la grande mosquée de Nouakchott a apporté sa caution à l’entreprise. Et à l’occasion d’un de ses prêches du vendredi, il a fait un plaidoyer émouvant sur l’unité nationale, et les rapports de bon voisinage au sein de la Umma islamique qui a eu un grand retentissement au sein de la population. Des visites à domicile, dans les bureaux, des rencontres dans les mosquées et d’autres types d’interactions communautaires auront, de l’avis des personnes interrogées, créé « un climat propice à la prise en charge, par la population, de sa sécurité commune et collective ».

L’impact de cette action, qui selon nos interlocuteurs, aura permis d’isoler les provocateurs et les extrémistes de tous bords a été impressionnant. Tant il est apparu que « les populations qui n’avaient aucune envie d’en découdre, n’attendaient que cela. Les scènes de fraternisation et les références à  l’histoire indissociable des habitants du pays ont suscité beaucoup d’émotion et certaines personnes âgées n’ont pu contenir leurs larmes.

A ce propos, l’histoire retiendra que les jeunes générations, sont les plus exposées aux idées et réactions chauvines que les personnes d’un certain âge qui ont une conscience historique, des relations séculaires entre différentes composantes du pays. Les déséquilibres déplorés dans le domaine de l’Education sont particulièrement préjudiciables dans le domaine de l’enseignement de l’histoire qui ne met pas l’accent sur les brassages ethniques et le destin solidaire du pays.

Est-ce alors pour apporter des correctifs à cette situation et faire baisser la tension que le groupe d’intellectuels a agi, ou est-ce pour récupérer les fruits de l’apaisement après s’être terrés au moment de la tempête ? Comme les en ont accusé certaines autorités, dont les services de la sureté nationale, qui n’ont pas hésité à interpeller certains d’entre eux ?

« S’il y a un incendie qui se déclare quelque part, doit-on, sous prétexte qu’ils auraient certaines idées désuètes en tête, écarter tous ceux qui, aux côtés des sapeurs-pompiers ou même avant l’arrivée, essayent d’éteindre l’incendie ? ».  Ces propos nous ont été tenus par certains protagonistes de l’événement qui d’ailleurs ne se privent pas de faire remarquer la neutralité incompréhensible des forces de l’ordre face à certains cas d’affrontement qui auraient pu dégénérer. En outre, fait-on observer, les problèmes de coexistence communautaire concernent tout le monde, c’est à  dire aussi bien l’Etat, les institutions, les organisations de masse que les individus. Et de rappeler que déjà, lors d’une tension similaire, une initiative de ce genre avait été prise par les jeunes pour désamorcer les conflits.

A-t-on réellement désamorcé quelque chose cette fois-ci ou les lames de fonds sont-elles restées en l’état d’où la possibilité d’alimenter de nouvelles vagues. La réponse que nous avons reçue est empreinte d’humilité : « nous ne disons pas que nous avons désamorcé quoi que ce soit. La charge psychologique étant telle que même l’intervention de l’Etat aurait pu compliquer les choses et notre rôle a été de provoquer un déclic ».

Après avoir pris l’attache du maire de Nouakchott, nous avons essayé d’atteindre notre objectif qui est clair, écarter l’émergence de la violence. Les différentes personnes rencontrées à propos de ces évènements donnent une idée précise de leurs actions, car c’est toujours de petits groupes mixtes (Noirs-Maures) qui, à l’unisson, avec une foi émouvante dans l’unicité de destin et le non recours à la violence, nous entretenaient de la situation. Priés de préciser leurs intentions quant à la continuité de leur action, ces partisans du dialogue intercommunautaire réagissent par une interrogation muette. L’absence de cadre d’action légal pour impulser le débat démocratique sur la question de l’unité nationale, afin d’évacuer les solutions tribales ethniques ou violentes, ne doit pas être étranger à cette attitude devant des journalistes.

Cependant, partout, on se presse de mettre en garde contre la désinformation et l’intoxication, car « s’il devait y avoir un cas mauritanien, personne n’y échapperait dans la sous-région ».

 

MAURITANIE

Djibril Oul Abdallah :

« Certaines réactions sont normales »

 Sud Magazine : A Boghé, la majorité des électeurs s’est abstenue de participer au vote, pour protester contre le parti-pris de l’administration, en faveur d’une liste minoritaire. Comment réagissez-vous à cette situation lourde de conséquences ?

 Djibril Ould Abdallah : Boghé est une circonscription comme une autre et doit être traitée comme telle. L’administration s’est d’une manière générale, très bien tirée de sa mission d’organisation des élections, à en croire même les déclarations des protagonistes dans les médias. Dans l’ordonnance qui définit le cadre et les modalités de ces consultations, il est prévu un système de recours contre ce qui a pu être mal fait par l’administration.

SM : Nous avons vu à Boghé, des gardes venus d’Aleg, voter sans autre identification que leur uniforme. Est-ce légal ou même loyal ?

DOA : Les gardes basés à Aleg y sont pour des tâches de maintien de l’ordre et même si ce que vous dites est vrai, bien que j’en doute, ils ne sont pas plus d’une centaine et je ne vois pas en quoi ils pourraient changer le cours des choses.

SM : Mais à l’évidence, il y a eu des manipulations, à Boghé et la neutralité de l’administration est en cause…

 DOA : Cela n’est pas une excuse pour ne pas aller voter. On peut très bien voter, faire un recours et attendre la décision de la Cour Suprême.

SM : Oui mais avec quelques centaines de cartes effectivement distribuées à la liste bleue, à quoi bon voter ?

DOA : S’ils n’ont eu que quelques centaines de cartes comme vous dites, je comprends qu’ils auraient pu voter et non une fois, emprunter un comportement anti-démocratique.

SM : Le mandataire de la liste bleue de Boghé, votre collègue, l’ex colonel Dia Mamadou Amadou a bien cherché à rencontrer le chef de l’Etat et le ministre de l’Intérieur, pour leur exposer la situation et offrir l’opportunité de rectifier à temps. Pourquoi n’a -t-il pas été reçu ou écouté ?  

DOA : Dans une période électorale, à un moment même où l’administration ne soutient personne, rencontrer les tenants d’une liste aurait été contraire à notre attitude de neutralité. Donc, recevoir l’ex colonel Dia, à quatre ou cinq jours des élections aurait été une manière d’impliquer les autorités, alors que la voie choisie, c’était de se battre sur le terrain électoral seulement, avec les garanties de la loi.

SM : Pour réussir votre pari d’élections municipales générales d’ici 1989, vous allez devoir veiller de plus près, au fonctionnement des municipalités pour que la situation déplorée à Nouakchott dont le Conseil ne serait pas réuni depuis huit mois à cause des absences et du monopolisme du maire, ne soit pas la règle…

DOA : Je suis chargé de beaucoup de choses et plus particulièrement, du suivi des mairies après l’élection. Dans un pays où une telle expérience n’a jamais eu lieu, il est normal que nous assistions à certaines réactions.

A Nouakchott, le maire a souvent été sollicité à l’extérieur du pays. Puisqu’il dirige une institution nouvelle, il nous a semblé important qu’il soit présent dans les forum où on parle de coopération, d’aide. Et puis, il faut dire qu’à Nouakchott, la mise en place du budget a été plus longue et l’installation effective du conseil a pris du temps, ceci peut expliquer que le conseil n’ait pu se réunir pendant un certain temps.

Maintenant, je pense qu’on est revenu à une périodicité régulière pour les sessions. De toutes les façons, le Conseil municipal, dont le président est seulement un membre, est souverain.

SM : Envisagez-vous des dispositions pour empêcher la réédition du coup de Nouakchott, qui a permis à un membre d’une liste minoritaire, de se hisser à la tête du Conseil municipal ?

DOA : Nous ne voulons pas interférer, mais ce qui est arrivé à Nouakchott aurait pu arriver ailleurs. Une fois le Conseil élu, si la majorité opte pour l’un de ses membres pour diriger la mairie, cela ne nous regarde pas. Moi, je soutiens les institutions. La commune est un centre de participation pour les populations. Il faut que tout le monde joue le jeu et respecte les règles édictées.

SM : Mais de quels moyens vont disposer les communes ? L’administration ne va-t-elle pas tout simplement leur transférer ses problèmes, sans qu’elles aient les moyens de les prendre en charge ?

DOA : L’insuffisance de moyens est une caractéristique du sous-développement. C’est la même chose dans tous les pays, dans tous les secteurs. Cependant, il y a un fonds de solidarité auquel toutes les communes, mais aussi, l’Etat participent. La coopération intercommunale internationale peut également constituer un apport important.

SM : La démocratie suppose aussi le pluralisme. Qu’avez-vous prévu dans ce sens ? Les partis politiques seront-ils admis à une existence légale ?

DOA : Nous amorçons un processus dans un pays qui n’a jamais connu cela. Il y a un délai à observer pour mettre les populations à l’école de la démocratie qui est aussi un test pour l’administration. Notre volonté d’aller plus loin ne souffre d’aucune contestation, mais il faut le faire à pas mesurés. Aussi, il n’y a pas de calendrier pré-réglé. En 1988, les dernières communes vont être mises en place, au niveau des arrondissements et des gros villages. En 1989, début 1990, ce sera la reprise de l’ensemble des élections communales pour un mandat de cinq ans.

SM : Ce qui veut dire que vous êtes encore là pour cinq ans ?

DOA : (sourire). Pourquoi pas 20 ans ? Allons, soyons sérieux !

 SM : Vous n’avez pas répondu à la question sur la reconnaissance des partis politiques et le retour à une vie constitutionnelle normale, avec élections législatives et présidentielle.

DOA ; C’est une question difficile. Dans ce genre de processus, la logique voudrait qu’on y arrive. Mais quand ? Comment. Je n’ai pas de réponses à ces questions pour le moment.

 SM : Pour être précis, à quand le retour des militaires dans les casernes ?

DOA : Mais pourquoi voulez-vous que la politique soit l’apanage des civils ? Le moment venu, ce sera au peuple mauritanien de choisir si les militaires vont gérer les affaires de ce pays ou si d’autres prennent le relai.

SM : En Mauritanie, les militaires votent. N’est-ce pas là une indication de l’implication future de l’armée dans la politique, même en cas de retour à une vie constitutionnelle normale ?

DOA : Dans beaucoup de pays, les militaires votent ? ce sont des citoyens comme tout le monde.

SM : Dans les démocraties libérales, dont vous semblez vous inspirer, ils ne votent pas

 DOA ; Je vous répète que ce sont des citoyens à part entière…

SM : Quelles solutions le gouvernement envisage-t-il pour résoudre les disparités entre les différentes nationalités du pays, notamment en ce qui concerne le partage des ressources nationales et du pouvoir, dans un esprit d’équité et de solidarité ?

DOA : Je n’accepte pas cette position. Il n’y a pas de problème ethnique ou de nationalité en Mauritanie. Quelques éléments d’une ethnie ou d’une autre, ont eu, à un moment donné, des réactions déplorables. Ce qui importe et ce que nous préconisons, c’est qu’on essaie de ne pas creuser des différences ou des divergences qui n’existent pas en réalité. Par conséquent, il faut travailler sincèrement à l’intégration de toutes les composantes du pays, en leur assurant un traitement égal, indépendamment du nombre ou de la couleur. Le seul moyen d’y arriver, c’est de s’appuyer sur les gens qui croient en notre Nation, en notre destin commun. C’est sur eux qu’il faut axer l’effort et ne pas se laisser divertir.

SM : Le processus démocratique, c’est aussi la liberté d’expression par toutes les opinions, toutes les sensibilités. Comment peut-on expliquer alors les interpellations, les gardes-à-vue prolongées et même les cas de torture, dont nous avons vu les séquelles ? Le délit d’opinion est-il conforme au processus de démocratisation ?

DOA : Liberté ne veut pas dire anarchie. Les gens sont libres dans la mesure où ils restent dans le cadre de la loi et de la règlementation. Ceux qui sortent de ce cadre, se mettent hors-la-loi eux-mêmes. L’Etat a aussi pour mission de faire respecter la loi et d’assurer la sécurité des biens, des individus et des collectivités. Les interpellations auxquelles vous faites allusion sont des opérations d routine et dès qu’on est assuré que les personnes en question sont hors de cause, aucune poursuite n’est engagée contre elles. Quant aux cas de torture dont vous parlez, je pense que ce n’est pas bien différent de celui qui perd les élections et qui les justifie par la partialité de l’administration. C’est de bonne guerre. Quand quelqu’un est arrêté, il prétendra toujours qu’il a été torturé. Comme toutes les polices ont bon dos, il ne faut pas accorder foi à certaines informations. A ma connaissance, personne n’a été torturé. On ne m’en a pas parlé et aucune plainte pour torture n’a été déposée, par qui que ce soit. Alors, soyons sérieux. Nos services ont toujours eu pour consigne de ne pas utiliser des méthodes contraires aux principes du respect strict des droits de l’homme.

SM : Un groupe mixte de Négro-Africains et d’Arabo-Berbères mauritaniens s’est constitué comme élément d’interposition pour prévenir d’éventuels affrontements raciaux et cela n’a pas, semble-t-il, été du goût des autorités, puisque les initiateurs ont été interpellés par la police…

Vous savez, quand il y a eu les évènements, tout le monde s’est terré. Après, certains groupes politiques que nous connaissons bien d’ailleurs ont voulu tirer les ficelles et récupérer les fruits de l’apaisement. Nous ne nous y sommes pas trompés. Au fait, que peuvent avoir en commun, des communistes et des chefs religieux comme l’imam de Nouakchott, qu’ils ont cherché à entraîner dans cette affaire ?

 

SUPPLEMENT

SUD SANTE

Les maladies diarrhéiques

 Dans ce numéro

Les diarrhées aigües

  • Les stratégies de lutte
  • La réhydratation par voie orale

Dossier réalisé par les docteurs

  • Ousmane Diouf
  • Bernard Diop
  • et le Professeur Kouakovi

Diarrhées aigües

Danger de mort !

 Dans les pays en voie de développement, les diarrhées aigües tuent un nombre impressionnant d’enfants. Entre 3 et 6 millions d’enfants âgés de zéro à cinq ans en meurent chaque année sur les 750 millions qui en sont atteints en Asie, en Amérique latine et en Afrique.

Facilement reconnaissable par des selles parfois trop molles et trop fréquentes à la fois, soit trop liquides ou franchement aqueuse, la diarrhée est dite aigüe lorsqu’elle s’étale sur plusieurs jours, et devient chronique au-delà de deux semaines.

Le premier danger de la diarrhée aigüe c’est la déshydratation particulièrement grave chez l’enfant dont tout l’organisme est encore fragile. Elle perturbe le fonctionnement organique et entraîne la mort dans un délai rapide, suite à une fuite d’eau et de sels minéraux dans les selles.

L’intestin gêné dans son rôle, n’arrive plus à absorber correctement cette eau et ces sels minéraux Dans le même temps, d’autres cellules de l’intestin se mettent à sécréter de façon anarchique l’eau et les sels minéraux dont l’organisme a tant besoin. C’est ce dérèglement qui aboutit à l’importante fuite constatée.

Cette rupture d’équilibre est liée à de nombreuses agressions portées contre l’organisme et souvent directement contre le tube digestif lui-même, au cours de ce que l’on appelle les gastro-entérites. Mais lorsque l’infection ne se déroule pas dans le tube digestif, mais à distance, alors on parle de diarrhée parentérale.

Microbes agresseurs

 Les agresseurs-le plus souvent les microbes- agissent soit par eux-mêmes, soit par les toxines qu’ils secrètent. Il peut s’agir d’un virus (dont une variété très souvent rencontrée est le rotavirus), qui représente 25% des cause de la diarrhée aigüe. A noter que les médicaments n’ont pas une grande action sur ces virus. Il peut s’agir aussi de bactéries, notamment celles du choléra, qui provoquent une diarrhée toujours grave. Celles-ci sévissent dans nos régions à l’état d’endémie. D’autres causes existent, notamment les salmonelles, vecteurs des…..

S’il avait été interrompu ou couper le lait de moitié s’il est soumis à l’allaitement artificiel.

  • Après 6 mois : prévoir en plus des quatre repas, un repas supplémentaire et cela une semaine durant, après l épisode diarrhéique. Les raps seront à base de bouillie de céréales lactée ou non. Eviter, durant l’épisode, tout aliment épicé ou fibreux. Les aliments seront donnés en petites quantités, plusieurs fois dans la journée, en tenant compte de l’appétit du malade ;
  • En outre, il convient de veiller au respect des règles élémentaires d’hygiène corporelle et domestique, afin d’éviter d’autres épisodes diarrhéiques. Il s’agit de se laver les mains chaque fois qu’elles sont souillées, surtout, surtout avant de préparer ou de prendre un repas, procéder à un assainissement du domicile (élimination correcte des ordures, entretien des latines ou des toilettes), protéger les eaux de boisson par des moyens simples (canaris surélevés ou à col étroit) donner des aliments frais, bien cuite ou bien réchauffés.

 

La RVO en résumé

 Pour résumer l’administration de la RVO, insistons sur les points suivants :

  • Dès qu’éclate la diarrhée, donner plus à boire à l’enfant, et plus souvent ;
  • Si l’enfant vomit, consulter un médecin et arrêter la réhydratation pendant le transfert. S’il y a une amélioration, poursuivre la réhydratation sans se préoccuper des moyens d’arrêter la diarrhée. Ce qui est important, c’est la réhydratation
  • La deuxième chose importante c’est prévenir la malnutrition, d’où la nécessité de réalimenter le malade au plus tôt ;
  • Chez l’enfant au sein, reprendre l’allaitement après deux heures de réhydratation ;
  • S’il est au lait artificiel, reprendre l’allaitement en diluant avec une quantité égale d’eau. Puis revenir progressivement à la concentration normale :
  • Premier jour, moitié eau, moitié lait ;
  • Deuxième jour : trois quarts lait, un quart eau ;
  • Troisième jour : quatre cinquième lait, un cinquième eau
  • Quatrième jour : lait non dilué.

Cette reprise progressive est bien tolérée. Il n’est donc pas nécessaire de « mettre l’intestin au repos ». Il a au contraire, bien besoin de repos.

Des bouillies de céréale seront également données aux enfants plus grands. Dès le retour de l’appétit, leur donner une alimentation riche en protéines (viande, poisson, œufs, laitages, etc.) et des mets constipants à base de riz, pâtes, pâtes alimentaires. Le traitement par les antidiarrhéiques et antibiotiques sera prescrit avec circonspection.

Attention aussi à l’utilisation des antispasmodiques qui freinent certes, les mouvements péristaltiques de l’intestin (donc réduisent la diarrhée), mais également gênent l’élimination, par les selles, des germes et leurs toxines. L’usage des antibiotiques doit être guidé par la clinique et les analyses biologiques. En fin de compte, il suffit de très peu de moyens pour sauver un nourrisson d’une mort toujours possible en cas de diarrhée.

 

Anniversaire

Quarante bougies sans fumée pour l’OMS

La lutte de l’Organisation Mondiale pour la Santé (Oms) pour la réalisation du droit de la santé et l’affirmation du devoir de la construire et de la protéger aura duré une quarantaine d’années, le 7 avril 1988. La quarantième assemblée mondiale de la Santé a demandé à ses Etats membres de placer ce jour anniversaire sous le signe d’une action soutenue contre la pandémie du tabagisme.

Ils devront décourager les fumeurs et les vendeurs de cigarettes, pour les inciter à s’abstenir de fumer, de vendre, ou de faire la publicité du tabac.

C’est que le tabagisme est la cause de 90% des cas de cancer des poumons. Un rapport établi au Royaume Uni montre que sur 100 jeunes britanniques, 250 mourront prématurément de maladies liées au tabac, 6 dans un accident de la circulation, et 1 par assassinat.

Pour la Chine, la consommation de cigarettes, si elle se maintient à son niveau actuel, fera environ 2 millions de décès chaque année d’ici l’an 2025. Ainsi, les modifications de comportement auxquelles tendent les actions symboliques du 7 avril sont-elles une des armes dont l’humanité dispose pour enrayer les fléaux comme le tabagisme.

Les actions globales initiées jusqu’ici par l’Organisation Mondiale de la Santé ont donné des résultats probants. Déclenchée en 1967, la campagne intensive d’éradication de la variole a connu un terme positif, dix années plus tard avec la notification du dernier cas de variole endémique en 1977 en Somalie.

Cette même année, la trentième Assemblée se fixe un nouvel objectif qui est la Santé pour Tous en l’an 2000. La stratégie de la Santé pour Tous, repose sur la prise en charge de sa propre santé et sur l’action des agents de soins de santé primaires, des médecins et des infirmières et privilégie la prévention, qu’elle se traduise par l’approvisionnement en eau saine des zones rurales reculées ou par l’adoption de modes de vie sains dans la société d’abondance.

La déclaration d’Alma-Ata de 1978 entérine et souligne le droit des populations de prendre part aux questions des populations de prendre part aux questions qui concernent leur santé. Les vœux recèlent ce handicap qui est qu’on peut créer des services de santé démocratiques indépendamment des processus généraux de démocratisation d’un pays.

Pour cela, l’évolution des soins de santé primaires sera ralentie aussi longtemps que prévaudront les systèmes féodaux ou dictatoriaux. Les soins de santé primaires restent néanmoins le cadre idéal dans lequel les soins maternels et infantiles sont prodigués pour combattre les maladies à la source de la vie.

Dans le Tiers-Monde, le risque de voir une femme enceinte mourir avant ou pendant son accouchement reste 200 fois plus élevé que dans les pays développés, mais la prise de conscience suscitée dans les années 1980 est en train d’amoindrir ce risque. De même, la mortalité infantile recule-t-elle : selon les objectifs du programme mondial Oms pour 1989, 80% des enfants atteints de diarrhée auront accès à la réhydratation orale, 50% des enfants bénéficieront d’un traitement efficace. Dès lors, 1 million à 1,5 million de décès d’enfants par diarrhée seront évités chaque année.

Face à la menace de la rougeole qui tue un enfant toutes les 15 secondes, du tétanos qui tue 800 000 nouveau-nés par an, de la coqueluche dont 600 000 enfants meurent chaque année, de la tuberculose qui fait 10 millions de victimes par an, de la diphtérie qui est mortelle à près de 15% des cas et de la poliomyélite qui rend infirme 275 000 enfants chaque année, accélérer le programme élargi de vaccination est une urgente nécessité.

L’Organisation Mondiale de la Santé en a fait son affaire depuis 1974. Avec la progression du programme élargi, l’estimation est faite que c’est plus d’un million de décès par la rougeole, le tétanos ou la coqueluche et plus de 175 000 cas de poliomyélite qui peuvent être évités chaque année. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Fin supplément Sud Santé

 

NIGER

 La dernière ligne droite

 Par Bori Seyni

 Il faut laisser les morts enterrer les morts et se tourner vers la réalisation du Niger de demain (un Etat de droit) et rectifier certaines erreurs. Difficile pari pour Ali Seybou.  Car l’ombre de Kountché plane toujours dans certains milieux.

 Niamey- En ce début d’année 1988, il flotte incontestablement un air de liberté dans capitale nigérienne. La ville, et à son image l’ensemble du pays, se remet à l’évidence du traumatisme qui l’a secoué ces dernières années.

Le général Seyni Kountché qui a régné sur le pays du 14 avril 1974 au 10 novembre 1987, et mort et son nom appartient désormais à l’histoire contemporaine du Niger. Son fantôme qui a jusqu’à la fin décembre dernier, hanté le discours officiel des nouveaux dirigeants s’est peu à peu estompé sous la vague de chaleur caniculaire qui brûle déjà le Sahel nigérien.

Le vaste réseau d’agents -plus portés à la délation qu’au renseignement policier proprement dit- qu’il a étendu sur le pays, s’est fissuré. La libération de quelques détenus politiques ou assimilés et le réengagement de quelques-uns d’eux dans la fonction publique, est venue confirmer ce qu’on appelle à Niamey, la « décrispation », considérée au plus haut sommet de l’Etat, comme un impératif catégorique pour réconcilier le pays avec lui-même.

De fait, le pays célèbre aujourd’hui sa liberté retrouvée et se remet lentement au travail. La fièvre de la course au pouvoir qui s’est saisie de l’armée au lendemain du décès du général Kountché a fait long feu : le principe militaire du « plus ancien dans le grade le plus élevé » et la sagesse sahélienne ont prévalu, évitant au pays, d’autres déchirements. Un long bras de fer entre les nombreux prétendants au pouvoir aurait sans doute conduit le Niger vers le chaos ou, au mieux, vers une catastrophique « tchadisation ».

Un des legs « difficile » laissé par le général Kountché à ses héritiers a été en effet, son application stricte du principe machiavélique qui, en matière politique, a fait sas preuves depuis la nuit des temps : diviser pour régner. Aussi, fort de son appareil policier et de zélateurs de tous bords, il a réussi à faire en sorte que tous ceux qui « comptent » dans le pays, dans l’armée comme chez les civils, se reprochent mutuellement « quelque chose » : une affaire de famille ici, de…chefferie traditionnelle là, ou tout banalement de femmes, ailleurs.

A cela, s’est greffée une banalisation de la haute administration ou les postes étaient distribués, selon le seul bon vouloir du défunt et non selon une compétence ou un savoir-faire avéré. D’illustres inconnus se sont ainsi, du jour au lendemain, retrouvés à des niveaux de responsabilité auxquels seules les prédisposaient leurs capacités à écouter et à rapporter en « haut-lieu » ce-qui-se-dit-en-ville.

Comme pour illustrer cette banalisation de la chose publique, on raconte à Niamey qu’Amadou Kountché, grand-frère du général et chef du clan, un administrateur civil moyen qui a fait fortune en cumulant monopole de produits sur monopole (le commerce est très lucratif dans ce pays situé à plus de 1000 km de tout port maritime), s’était porté candidat à la succession de son frère. Il voulait ainsi protéger et continuer à faire prospérer les affaires de la famille.

Bonne volonté

 Affolé par le flux financier consécutif au boom du prix de l’uranium vers le milieu des années 70, le général s’était mis à dépenser sans compter, confondant bien souvent, désir personnel de grandeur et intérêt du pays. C’est dans cette foulée que son « marabout » Amadou Oumarou dit Bonkano, s’est enrichie avant de tenter sa chance à la tête de l’Etat et, devant l’échec s’exiler en Belgique où il mène semble-t-il, une vie de clandestin.

Des rapaces de moindre envergure se sont engraissés durant cette période faste, où les « hommes d’affaires », brusquement surgis des quartiers populaires de Niamey, ont littéralement envahi la Banque de Développement de la République du Niger (BDRN), laissant derrière eux, un solde de plus de 40 milliards de F Cfa.

Sur tous ces dossiers et sur bien d’autres, le colonel Ali SAïbou a décidé avec sans doute l’agrément de ses pairs du Conseil Militaire Suprême, (CMS, instance dirigeante du pays), de « laisser les morts enterrer les morts », se contentant de quelques mises en garde à l’adresse aussi bien des « kountchéistes » invétérés, partisans d la manière forte et de la continuité, que des revanchards éventuels qui seraient tentés de demander des comptes à quelques notables rôdant encore autour du nouveau pouvoir.

Homme de bonne volonté et qui, il y a encore un an, aurait été le dernier à croire être un jour à la tête du Niger, Ali Saïbou a ainsi fait un pari sur la concorde nationale, invitant les uns et les autres à faire leurs ressentiments quant à la désastreuse situation socio-économique laissée par son prédécesseur. Mais ce pari ne va pas sans risque : ceux qui ont pris une part active à cette occasion sont encore là et la tentation est grande, notamment chez les jeunes, d’exiger d’eux, un bilan. Cette assertion s’est d’ores et déjà vérifiée chez les étudiants qui, en grève en janvier dernier, ont exigé et obtenu le limogeage de l’ancien recteur de l’université de Niamey.

Mais, estime-t-on généralement dans les milieux dirigeants de Niamey, un procès de la gestion du défunt président ne pourrait avoir qu’un effet euphorisant momentané dans le pays, et laisserait, à l’instar de ce qui a été constaté ailleurs en Afrique, en pareilles circonstances, les problèmes en l’état.

Aussi, pense-t-on s’atteler dès maintenant aux difficultés concrètes, même si, de temps en temps et par petites touches, le nouvel homme fort du pays, doit rappeler tout le monde à l’ordre.

Au nombre de ces difficultés, figurent en bonne place un déficit alimentaire de quelques 50 mille tonnes à combler les milieux dirigeants de Niamey, un procès et une transition en douceur vers un « Etat de droit » que tous les Nigériens appellent de tous leurs vœux.

C’est, en définitive, sur ce dernier chapitre, que l’on saura si Ali Saïbou a bien négocié le tournant de l’après-Kountché, comme semble l’augurer les décisions et mesures prises jusqu’à ce jour.

 

GUINEE BISSAU- CAP VET

 Quinze ans après . . .

 Par Allen I. Embalo

 Les pères fondateurs des Nations anciennement sous domination portugaises ne sont plus : à l’occasion du 15ème anniversaire de sa mort, notre collaborateur Allen Embalo s’interroge sur l’héritage de Cabral et montre comme son ombre plane encore sur les deux pays aujourd’hui divisés.

Quatorze années sont passées le 20 janvier, depuis que Amilcar Cabral chef historique de la lutte anticoloniale de Guinée-Bissau et des Iles du Cap-Vert a été assassiné par des dissidents du Parti Africain de l’indépendance de Guinée et des Iles Cap-Vert (Paigc). Au crépuscule du règne colonial, une aile chauvine du Paigc, composée d’éléments guinéens, posait la question nationale en termes sanglants par la liquidation physique d’un Cabral que même son histoire personnelle, plaçait tout naturellement en trait d’union entre les deux peuples.

Le fondateur du Paigc était de mère guinéenne et de père cap-verdien. Un an avant sa mort, Amilcar Cabral avait diffusé un texte daté du 2 mars 1972, dans lequel il dévoilait la stratégie par laquelle l’administration coloniale portugaise liquiderait le Paigc et sa direction, en quelques mois. Une pièce maitresse de cette stratégie était le système du « retournement » : il s’agissait pour le gouverneur de la province de Guinée d’alors, Antonio de Spinola, de gagner les dirigeants indépendantistes capturés, à la cause d’une indépendance séparée au profil de la seule Guinée-Bissau. C’était l’époque où les deux- tiers de la Guinée étaient libérés el où sur le plan diplomatique, le Paigc était reconnu par l’Onu et l’Oua.

Ainsi tout naturellement Cabral avait-il été enclin à minimiser le monstre de la division nationale qui allait le dévorer quand le commandant de la marine du Paigc, Inocencis Kani et ses hommes lui tendirent une embuscade fatale dans une rue de Conakry qui menait à sa résidence. Un deuxième groupe de conjurés, conduit par Momo Touré devait expliquer les raisons de l’attentat au président guinéen Sékou Touré. Il espérait le gagner d’autant plus facilement à sa cause que Sékou Touré n’avait jamais caché à Cabral son indignation face à la suprématie des métis cap-verdiens au sein des instances dirigeantes du Paigc. C’est d’ailleurs une spécificité des mouvements de libération des pays africains lusophones que de devoir arbitrer et gérer avec plus ou moins de bonheur, le clivage entre les Métis et les Africains de souche.

Cette réalité vaudra au prestigieux dirigeant du Frélimo, Marcellino Dos Santos, d’origine métis, de se contenter des seconds rôles, même après la mort de Samora Machel. Elle générera en Angola le putsch manqué de Nito Alves, ce Nino Viera avorté du Mpla el la· révolte de Daniel Chipenda, chef des Forces armées populaires avant l’indépendance. Autant pour le Mozambique que pour l’Angola, le nationalisme noir anti-métis servira d’alibi au Renamo et surtout à l’Unita de Jonhas Savimbi, le Kimbundu.

Sékou Touré livrera quand même les assassins au Paigc. Sa mauvaise graine semée ce 20 janvier 1973 et arrosée du sang du leader historique va éclore en 1980, avec le coup d’état de Nino Vieira qui rompt l’unité entre le Cap-Vert et la Guinée-Bissau.

A ce moment finit l’exceptionnelle expérience, dans l’histoire des Nations, de deux peuples, deux pays conduits à l’indépendance et gouvernés par un seul et même parti politique. C’était aussi la fin d’un consensus autour de la mémoire de Cabral dont le respect avait mis en veilleuse le chauvinisme des uns et des autres. L’histoire coloniale avait soudé les métis dans une solidarité de privilèges dès lors que c’est sur eux qu’ils se sont appuyés en 1935 pour pacifier la Guinée. Les noirs dont les intérêts étaient divergents avaient appris à se méfier de cette complicité qui unissait les métis, qu’ils soient de Guinée ou du Cap-Vert, qu’ils soient patriotes ou collaborateurs des colons.

Dès lors, ce ne sont pas seulement 500 km de mer qui séparent les deux Etats, mais une mer de contentieux historiques dont le moindre n’est pas la différence de constitution qui maintient la peine de mort en Guinée et l’a aboli au Cap-Vert. Le maintien du sigle Paigc par le pouvoir guinéen, même s’il choque les Cap-verdiens, permet de penser que l’unité entre les deux pays n’est pas irrémédiablement compromise.

S’interroger sur les chances d’une réunification de la Guinée et du Cap-Vert est aussi une manière de rendre hommage à leur leader commun, Amilcar Cabral dont le seul héritage qui perdure reste l’hymne national qu’il a lui-même écrit et qui est entonné d’un même chœur à Bissau et à Praia

Le temps est appelé à faire son œuvre. L’unité des deux pays, depuis l’indépendance jusqu’en 1981, n’avait servi qu’aux métis qui s’étaient constitués en une couche privilégiée. Le rapprochement sera possible si l’édification économique en Guinée-Bissau sauve ce pays du délabrement et le ramène au diapason du Cap-Vert. Pour le moment l’impérialisme portugais qui a rêvé de séparer les deux Etats pour conserver le Cap-Vert comme une base du dispositif stratégique de l’Otan a dû déchanter. Mais il a eu une demi-victoire : le Cap-Vert a fait scission. Et la Guinée Bissau a fort à faire pour surmonter les divergences ethniques au sein d’une armée et d’instances politiques qu’une lutte de libération héroïque n’a pas su cimenter. Trois putschs témoignent du mal de vivre ensemble des anciens guérilleros. Le dernier, avorté, a emporté le colonel Paulo Correia, combattant irréductible, membre émérite du parti, mais « balante », sous le règne de Nino Vieira qui lutte de toute son énergie pour l’unité et la concorde nationale, basée sur la disparition de l’ethnocentrisme. En effet, selon ses propres termes : « il n’y a pas de nationalité pepel ou balante, mais une nationalité guinéenne ». Autrement dit, il faut à la Guinée-Bissau une unité nationale sans laquelle rien n’est possible.

 

SAKOMBI INONGO

 Plaidoyer pour la LENA

 Propos recueillis par Eugénie R. Aw

 Sakombi Inongo. L’ambassadeyr du Zaïre au Sénégal sait utiliser son charme pour convaincre les Africains de la pertinence et de l’impérieuse nécessité de mettre en œuvre la Ligue des Etats négro­africains (LENA). Cette idée du président Mobutu Sese Seko qu’il qualifie de « grandiose » est née le 21 juin 1984 à Lumbumbashi.

Sud Magazine a voulu confronter l’idée aux faits. Les faits : les alliances extérieures du Zaïre, les soupçons de coups de main à l’UNITA, la jalouse souveraineté des pouvoirs africains l’absence de démocratie. Sakombi lnongo n’a pas esquivé, même si notre conviction ne suit pas toujours.

Sud Magazine : Quelles sont circonstances expliquant la naissance de la Ligue des Etats Négro-africains ?

Sakombi Inongo : J’ignore quel était le déclic à un moment précis qui a libéré un projet aussi considérable . . . Le président Mobutu a un sens aigu de l’histoire . . . Il ne peut se contenter de gérer son pays en limitant sa politique étrangère à quelques alliances stratégiques ou politiques sans une vision globale par laquelle il appréhende les nécessités d’une action basée sur les possibilités culturelles, les seules dont dispose tous les peuples …

S.M: Les possibilités culturelles ? Mais ne sommes-nous pas piégés par notre dépendance économique à lOccident ?

 S.I. La Lena devrait permettre la prise de conscience de ce que l’on est, de notre africanité. L’Afrique est certes piégée par l’histoire coloniale et connait l’exploitation économique qui est une exploitation des peuples noirs. Mais, il s’agit d’une question de rapports de force. Il faut nécessairement créer de grands ensembles pour être fort face à l’Occident.

Le libéralisme sauvage s’installe. Nous sommes pour la concurrence, mais à notre bénéfice. Le problème est l’unité fondamentale de notre culture, par rapport au manque de conscience de l’identité culturelle.

S.M: Quel le la Ligue attribuetelle aux intellectuels africains dans lélaboration dune autre conception (plus conforme à nos besoins et à notre culture) de l’Etat et des institutions, sans occulter le fait que les sociétés dhier ne constituaient pas un âge dor

S.I: Si l’on s’en tient à la théorie des cycles historiques et Toynbee, toute civilisation nait, se développe, c’est-à-dire atteint l’âge d’or et décline. Les civilisations de l’Afrique précoloniale n’ont pas échappé à ce schéma. Mais les faiblesses et les vertus liées au déclin et à l’apogée de ces sociétés font partie d’un tout dont il appartient à chacun de nous, d’extraire la matière première d’une culture nouvelle sur un fonds commun de valeurs que l’intelligence et le courage des leaders sauvent des oubliettes de l’histoire. Le mérite d’une telle axiologie revient absolument aux intellectuels. Eux seuls ont pris conscience, à un moment où le colonialisme faisait écran entre le passé et l’avenir, de la nécessité de promouvoir une connaissance des valeurs du passé expurgée de fausses certitudes.

Ce rôle de dépoussiérage culturel a été assumé avec brio par d’éminents intellectuels africains dont il serait fastidieux de citer les noms. Il reste qu’une nouvelle donne se présente et exige des intellectuels africains, de prendre la mesure de leur temps. Un temps troublé, marqué par les aléas d’une maitrise incomplète de la science et de la technologie. Il leur appartiendra de se créer une éthique du développement de l’Afrique qui n’exclut pas leur vocation propre de chercheurs et de penseurs, mais les détermine à s’engager davantage dans des projets dont seuls leur capacité prospective alliée, à un sens aigu des réalités peut permettre la réalisation.  Il devrait en être ainsi de leur attitude vis-à-vis de la Lena dont les fondements objectifs voire scientifiques sont indiscutables.

 SM : L’accueil positif ou négatif par les par les différents Etats, n‘estil pas dû aux positions idéologiques des uns et des autres ? Les Etats nontils pas la phobie de la perte de leur identité ?

S.I: Votre question appelle une autre : quelle identité ont-ils peur de perdre ? Celle des sous-cultures, envisageable seulement dans la logique mécaniste des microsociétés figées, immobilisées par leur manque de possibilités d’ouverture et l’irréductible handicap des moyens économiques ou celles des Etats dont l’essence procède d’agrégats culturels issus de différentes sociétés par lesquelles se constitue une aire de civilisation ?

Si l’on accepte le deuxième terme de la proposition, cette peur n’a pas de raison d’être. Or précisément la Ligue sera constituée d’Etats qui, eux, ont la charge des peuples auxquels il faudra inculquer les objectifs et la finalité de la Lena, celle-ci devenant l’expression concrète de l’Africanité, c’est-à-dire de l’unité culturelle des peuples d’Afrique noire comme cela a été déjà démontré et prouvé.

Quant aux Etats qui n’ont pas bien accueilli le projet de la Lena, il n’y a pas lieu de trop se formaliser. Il est vrai que cette attitude s’explique pour certains, par la mainmise de l’intégrisme islamique face auquel ces Etas n’ont pas beaucoup de choix et pour d’autres, il s’agit de ne pas céder à la surenchère idéologique du marxisme qui, par son approche universaliste de la fraternité prolétarienne, voudrait à tout prix occulter le caractère catalyseur du racisme antinoir qui est pourtant la réalité sociale des noirs en Afrique du Sud, en Europe et dans les Amériques.

 S.M: Ils ont peut-être peur de perdre beaucoup de leur souveraineté !

S.I. Le Zaïre, en ce qui le concerne prévoit dans sa Constitution la perte d’une part de sa souveraineté, car la réalité, c’est l’indépendance…

Le Zaïre est un des rares pays du continent ou l’Africain se sent vraiment chez lui. Ce n’est pas une parole en l’air. L’unité africaine est inscrite dans la Constitution. Au Zaïre, l’aspect institutionnel de la question ne pose aucun problème. Il reste les aspects techniques qui exigent une certaine préparation et des préalables indépendants de la volonté politique.

S.M : Vous parlez beaucoup de l’identité. Or, il n’y a pas de conscience de soi sans expression libre et de ce point de vue, il y a des problèmes d‘expression démocratique en Afrique et au Zaïre en particulier ?

S.I: Les gouvernements africains doivent mener une action d’information, de formation d’éducation, de sensibilisation, afin de mobiliser pour le développement. Ceci existe en théorie dans les programmes, mais il y a une distorsion quant à l’application. Il faut moraliser la vie politique en Afrique, par la prise de conscience nationale et un projet de société. Le pluralisme a toujours existé au Zaïre mais dans chaque environnement socio-culturel, il existe un mode de pluralité. Nous refusons d’être des copies conformes de l’Occident, d’autant que c’est à nous les Noirs que l’injustice est faite. Les courants différents sont essentiels dans le pluralisme, mais chez nous, on ne peut pas injurier le chef de l’Etat ou le mettre à nu. C’est un sacrilège, car le président est le protecteur de l’Etat.

S.M: Vos alliances surtout avec les Usa ne plaident pas en faveur de la Ligue. Dautant que vous supportez des alliés de l’Afrique du Sud. On a parlé de l’utilisation et de la réactivation de la base de Kamina pour aider l’UNITA contre le régime angolais

S.I. Nous sommes souverains dans le choix de nos amis. Les Usa ne sont pas une clique du diable … Sur le plan concret, l’aide au développement que nous recevons n’est pas extraordinaire et les Usa ont supprimé 10 millions de dollars pour l’armée. Je démens catégoriquement l’information à propos de la Kamina. Le président Mobutu a même demandé des observateurs à l’Oua. L’organisation n’en a jamais envoyé. Il n’y a pas de preuve, c’est de la désinformation. Nous avons trop souffert de l’intervention étrangère, nous ne pouvons pas faire cela à l’Angola et objectivement sur le plan économique le Zaïre n’a pas intérêt à déstabiliser l’Angola, puisque le chemin de fer de Benguela est essentiel pour l’exportation de nos minerais. Nous perdons plusieurs centaines de millions en utilisant d’autres voies. Oui, il y a réactivation de la base mais pour le Zaïre, pas pour les Américains, et nous sommes libres de mettre cette base à la disposition de qui nous voulons, mais pas pour aider l’Unita.

SM : Un dernier mot ?

S.I: Si la Lena existait aujourd’hui, elle pourrait peser lourd sur la balance de la lutte pour la libération de l’Afrique du Sud, du moins moralement. · Nous voulons également partager nos richesses, mais il faut nous organiser à partir d’ensembles économiques. Des cabales sont montées contre nous auprès de nos frères noirs. A nous de reprendre l’initiative historique grâce à nos valeurs propres.

DIPLOMATIE

 Le reaganisme se délave

L ‘inspirateur du programme de réarmement le plus ambitieux de l’après-guerre prépare sa quatrième rencontre avec Mikhail Gorbatchev, après avoir boudé trois leaders soviétiques. Appui incontestable de Prétoria et Tel Aviv et porte étendard de l’ultra libéralisme, Ronald Reagan qui a déjà sanctionné l’apartheid et blâmé le sionisme politique, réfléchit présentement sur les moyens de discipliner Wall Street.

Que restera-t-il du Reaganisme dans les onze prochains mois quand le locataire de la Maison Blanche passera ses clés, le 20 janvier 1989, à son futur successeur ? La question commence à passionner les analystes au vu des pirouettes spectaculaires qui ont marqué, ces derniers mois, la politique extérieure de l’administration Reagan

Européens, Israéliens et Sud-Africains en accusent le coup, alors qu’à Moscou et dans le reste du monde, on s’empresse à en engranger les acquis avant que l’incertaine crue ne revienne à l’honneur. Oui l’eût cru ?

En l’espace de cinq semaines, Rambo Reagan, qui a fait un pas vers le Nobel en signant le premier accord de désarmement nucléaire avec « l’empire du mal », a successivement sanctionné Prétoria, désapprouvé par trois fois Tel Aviv, en attendant de se prononcer, sur des mesures plus qu’interventionnistes destinées à discipliner Wall Street afin d’écarter à jamais l’amère expérience du 19 octobre dernier.

Ce faisant, c’est toute la gamme de ses convictions les plus ancrées qui se trouvent reléguée aux arriéras plans diplomatiques, livrant ainsi à une opinion échaudée, un personnage décidément méconnaissable. Concernant le désarmement, si le long processus qui a abouti à l’accord de Washington avait fini par gommer tout effet de surprise, le faste et la chaleur de ces rencontres n’en cultivaient pas moins une certaine stupéfaction.

D’abord parce que Ronald Reagan n’avait jamais accepté de rencontrer ni Tchernenko, ni Andropov, encore moins Brejnev. Fort de ses convictions anti-communistes, il attendra même trois longues années après son arrivée au pouvoir, avant de recevoir le premier officiel soviétique en la personne d’Andrei Gromyko, alors ministre des Affaires étrangères. Ensuite, parce qu’en scellant pour la troisième fois consécutive après Genève et Reykjavik, ses retrouvailles avec Gorbatchev en attendant celles de Moscou, l’homme qui était à l’origine du plus impressionnant programme de réarmement de l’après-guerre, surclassait son compatriote Nixon au panthéon de la détente américaine.

Le même retournement marque les décisions les plus récentes de l’administration Reagan. Ce fut le cas le mardi 22 décembre à la veille de Noël, quand le plus ardent défenseur de l’apartheid approuva l’une des sanctions les plus inattendues contre Prétoria.

A l’initiative du représentant démocrate de New York, Charles Rangel, membre du Black Caucus, le soutien le plus téméraire de la bande à Botha avait accepté d’adjoindre à la loi des finances qui lui était alors soumise, une clause spéciale, imposant une double taxation aux 163 entreprises américaines encore présentes en Afrique du Sud.

Par ce geste, l’homme qui s’était opposé jusqu’à la dernière seconde aux sanctions du Congrès contre Prétoria, privait du même coup ces entreprises, de l’abattement fiscal qui leur était gracieusement consenti jusqu’alors. Le coup était si inhabituel qu’il passa inaperçu dans la quasi-totalité des rédactions africaines. Mais ce n’est pas tout.

La même semaine, le représentant américain au Conseil de sécurité fermait les yeux pour laisser passer, pour la première fois, une résolution qui désapprouvait avec vigueur, la politique israélienne dans les territoires occupés de Cisjordanie et de Gaza. Les temps ont bien changé.

Simplisme puéril

C’est ce que semblent avoir bien compris certains professionnels de Wall Street, qui ont d’ores et déjà choisi de combattre urbi et orbi, le rapport Brady. Cet ancien sénateur a déposé depuis le 8 janvier dernier sur le bureau ovale du vieux Ronnie, un document gros de mesures interventionnistes, pour l’aider à discipliner et les milieux et les acteurs de la géofinance.

Echaudé par le krach du 19 octobre, Reagan en épluche les pages en même temps que le Congrès, les mains aux tempes et les souliers posés sur ses convictions ultra-libérales. Taxé d’opportunisme par des Européens angoissés, accusé de promouvoir une nouvelle politique de désengagement destructif par des Sud-Africains esseulés, indexé comme fauteur de trouble par des Israéliens furieux, le vieil homme, retranché derrière les murs de la Maison Blanche, intrigue une large frange de ses derniers admirateurs.

Derrière lui, l’histoire fait ses comptes, ne retenant de cet homme que son simplisme puéril, cette grande faiblesse et cette incompétence notoire qui l’ont livré alternativement à la merci de son entourage. Successivement soumis à l’influence des militaristes groupés autour des Haig (diplomatie), Weinberger (Défense) et autre William Cassey (CIA), puis à l’emprise d’un congrès dominé à partir de novembre 86 par les Démocrates et enfin à la nouvelle logique d’une politique extérieure portant l’empreinte du pragmatique Georges Shultz, le président le plus populaire de l’histoire des Etats Unis consomme sa fin de régime dans la plus totale impuissance.

A l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières, il aura davantage soulevé la houle qu’il n’aura appliqué une politique cohérente et raisonnée.  Mais au fait, qui s’attendait à mieux ?

 

LEV NTINE A SUD

« La perestroïka est un processus révolutionnaire »

 Propos recueillis par Babacar Touré

 Professeur de Sciences politiques à l’Institut des Hautes Etudes africaines à Moscou, M. Lev Ntine qui a déjà enseigné dans plusieurs universités occidentales, au Mail, en Guinée et au Congo, parle du processus de restructuration en Union soviétique.

Sud Magazine : La perestroïka 1987 c‘est quoi ?

Réponse : Pour bien comprendre ce qu’est la Perestroïka ou restructuration, voyons-en d’abord le contenu, Selon nous, c’est un processus révolutionnaire qui touche tous les aspects de la vie sociale en Union soviétique et dont le but est la transformation qualitative de la société vers une étape supérieure de développement de la société socialiste. On ne pourra pas faire tout immédiatement. C’est un processus révolutionnaire qui va durer des années.

Il ne s’agit pas ici d’une révolution au sens de la transformation de l’essence du pouvoir. C’est toujours le pouvoir des travailleurs. Mais vous savez, selon la théorie marxiste, le passage d’une qualité à une autre, à la qualité supérieure, c’est un changement révolutionnaire. C’est dans ce sens-là que nous parlons d’un processus révolutionnaire qui a cours en Union soviétique.

S.M: En fait, vous vivez votre révolution culturelle ?

R: Non ! Ce n’est pas tout à fait la même chose.

S.: Quelle est la différence ?

R: Vous savez, il y a une grande différence, à mon avis. Parce qu’en ce qui concerne la Chine, pendant la révolution culturelle, on a abrogé des structures et liquidé certains cadres, parfois très dévoués à la cause révolutionnaire. Même les dirigeants actuels de la Chine refusent les conséquences de cette soi-disant Révolution culturelle. En retour, c’est ce qui se passe actuellement en Chine qui correspond à ce qui se passe en Union soviétique.

S.M: La Perestroïka, cela veut dire que l‘URSS part d’Afghanistan, quon va résoudre la question cambodgienne ?

R: Evidemment pour nous, la restructuration signifie, résoudre deux problèmes essentiels pour notre société: la démocratisation et la gestion de l’économie avec en corollaire, tous les autres aspects de la vie sociale et politique y compris la politique extérieure.

Pour l’Afghanistan, notre position est claire. On soutient le gouvernement afghan qui, selon nous, reflète le progrès social du pays mais, à la fois nous pensons qu’il faut trouver les solutions convenables pour que l’Afghanistan reste un pays indépendant et souverain et que la paix intérieure y règne. Donc, il faut trouver les solutions nationales.

 

D’autre part, notre désir est de nous retirer le plus vite possible de l’Afghanistan, mais ça dépend de la situation internationale.

S.M: La Perestroïska pour l’Afrique, ça veut dire quoi ? On a reproché à l’Union soviétique dans sa coopération avec l’Afrique de privilégier l’armement et l’idéologie et de ne pas s’impliquer dans des projets concrets ?

R: Non ! Ce n’est pas tout à fait correct. Je ne voudrais pas dire que l’Union soviétique décline toutes les demandes d’aide militaire. Vous êtes au courant qu’il y a des troupes séparatistes qui luttent contre le pouvoir du peuple en Angola, au Mozambique, en Ethiopie. Il faut que la révolution se protège. « Ne vaut rien, la révolution qui ne sait pas se défendre » disait Lénine ». L’aide militaire de ce point de vue est une nécessité pour ces pays-là. L’Union soviétique est en quelque sorte, obligée de donner cette aide, pour défendre les acquis de la révolution, mais ce n’est pas l’essentiel pour nous. Il y a deux ans, nous avons fait à l’Onu, la situation sur notre aide aux pays en développement, l’aide civile dépassait de trente milliards de roubles l’aide militaire.

Si vous prenez les pays d’Afrique, c’est surtout l’Egypte et le Nigéria qui bénéficient le plus de notre aide et vous savez que le Nigéria n’est pas un pays à orientation socialiste.

S.M: Comme le Maroc par exemple que vous soutenez même temps que les Etats Unis dans le conflit du Sahara ?

R: Non ! Il y a une nuance. Nous avons toujours soutenu, l’idée d’un référendum au Sahara. Nous estimons que c’est le peuple, en se basant sur le droit à l’autodétermination, qui doit décider. Telle est notre position et cela n’empêche pas nos bons rapports avec le Maroc.

S.M: On se rend compte que pour les questions de la paix et du désarmement, l’Union soviétique a souvent des positions en flèche. Que peuvent en attendre le Tiers Monde et l’Afrique ? On pense que c‘est un jeu entre super puissances et le Tiers-Monde, particulièrement l’Afrique, s’estiment vraiment mineurs pour être intéressés ?

R: Je voudrais préciser d’abord, que c’est un problème de paix. La nécessité de stopper la course aux armements n’est pas seulement un problème de rapports entre l’Union Soviétique et les Etats Unis. C’est un problème mondial. Pourquoi ? Si une guerre nucléaire était déclenchée, c’est toute la civilisation humaine qui serait menacée.

S.M: Comment la perestroïka se traduit avec les partis frères en Afrique ?

R: Chaque parti est souverain et doit trouver les solutions compte tenu de la situation dans tel ou tel pays. Chaque parti révolutionnaire qui veut œuvrer pour renforcer l’indépendance, la souveraineté de l’Etat, favoriser le progrès social doit élaborer son programme en tenant compte de sa situation particulière. · . .

S.M: Au Sénégal lUnion soviétique soutien deux partis : le PIT (Parti de l’Indépendance et du Travail) et la LD/MPT (Ligue Démocratique/ Mouvement pour le Parti du Travail) ?

R: A travers le monde nous avons des partis frères, il y a parfois des zones où nous avons plusieurs partis communistes, en Inde par exemple. Seulement notre obligation internationale nous oblige à entretenir des rapports avec eux. Ce qui est à la base, ce n’est pas Moscou, le Kremlin, qui ordonne à ces partis de déployer une activité quelconque. Ce que nous avons de commun, c’est l’idéologie marxiste-léniniste, les grands principes socialistes.

Concernant les programmes, il appartient aux partis de déterminer l’essence compte tenu de leur situation. Nous sommes donc amis, mais nous n’intervenons pas dans leur activité politique. Dans nos rapports avec l’Etat sénégalais, notre volonté est de toujours aller plus loin dans la coopération aussi bien dans le domaine économique, culturel et technique. Notre potentiel le permet.

S.M: La Perestroïka rencontre des réticences et un des collaborateurs de Gorbatchev vient dêtre écarté.

R: Ce que je voudrais souligner, c’est que toute société qui ne se développe pas recule socialement. Le développement exige qu’on passe nécessairement par les différentes étapes. Si on veut avec la restructuration, transformer qualitativement la société soviétique pour donner au socialisme des moyens plus modernes, il y a dans ce processus, forcément des gens qui ne sont pas d’accord…

S.M: Oui mais pourquoi Eltsine a été écarté ?

R: Il y a toujours en Union Soviétique, surtout dans la bureaucratie des gens qui sont contre la restructuration. Concernant Eltsine, il y a un autre aspect, il y a non seulement ceux qui ne sont pas d’accord, mais ceux qui veulent tout faire d’un seul coup. Eltsine était de ceux-là. Seulement une pareille activité menace la Perestroïka et en fin de compte quand il a proposé sa démission on l’a acceptée.

 

AVIATION CIVILE

Que de bruit !

 Par Amadou Mactar Guèye

L’Afrique avait dû s’adresser aux fabricants d’Europe et d’Amérique pour participer au flux des transports inter-continentaux. Ses fournisseurs ont fait d’autres pas dans la technologie et les avions d’hier se révèlent inadaptés aux poccupations daujourd’hui. Il faudra évoluer ou disparaître.  

La date du 1er janvier 1988 aurait signé l’arrêt de mort de plusieurs compagnies aériennes d’Afrique si les pays industrialisés avaient maintenu leur décision d’interdire sur leurs aéroports les avions à réaction subsoniques africains dont les normes de certification acoustique ne sont pas satisfaisantes.

La Commission Africaine de l’Aviation Civile, (CAFAC) reconnait que soixante-dix pour cent des transporteurs aériens africains seraient ainsi condamnés. On comprend dès lors, le désarroi dans les capitales africaines possédant des flottes qui exploite un service en direction des pays de l’hémisphère Nord.

C’est que l’Afrique, confrontée à de graves déséquilibres économiques et financiers, n’a pas pu suivre son plan d’acquisition de nouveaux aéronefs et /ou de matériaux, de pièces de rechange qui auraient permis d’approcher les normes acoustiques de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI).

Ainsi, en bloc, l’Afrique a dit non à cette imposition d’une interruption de ses vols en direction de l’Europe. L’enjeu n’est pas seulement technique ; il est peut-être d’abord politique. En effet, c’est toute l’indépendance technologique du continent qui se trouve posée dès lors que l’Afrique est toujours obligée de « subir » le diktat d’autres Nations. Ainsi, l’Organisation de l’Unité Africaine s’est saisie du dossier pour plaider auprès des pays riches, la bonne foi de l’Afrique dans ce marché technologique inégal. Le continent a donc réussi à obtenir des exemptions temporaires, en attendant l’acquisition de nouveaux appareils, en adéquation avec les normes anti bruit et le recyclage naturel et progressif des aéronefs existants.

Une analyse de la flotte aérienne portant sur le statut de certification acoustique des pays africains (à la date du 1er Août 1986) permet de constater que soixante-treize B707, trois B72, onze B727 et quatorze DC8, sont concernés pour vingt-deux pays africains. Ce sont donc principalement les avions long courrier qui sont visés. Un pays comme le Zimbabwe, qui comprend fort bien la nécessité d’une indépendance en matière de communication eu égard à l’omniprésence de l’Afrique du Sud voisine, a déjà engagé des négociations pour l’achat de deux avions Boeing pour sa compagnie nationale, Air Zimbabwe. Harare a également interdit l’atterrissage   de gros porteurs sur son sol tant que sa compagnie nationale n’aura pas rajeuni sa flotte. Mais c’est un cercle vicieux, car le Zimbabwe n’a pas les porteurs qui satisfont aux normes acoustiques pour s’occuper lui-même du fret de ses productions, surtout horticoles vers l’Europe.

Selon, des informations en provenance de Harare, la compagnie hollandaise KLM concernée au même titre que UTA et SWISSAIR par la mesure des autorités zimbabwéennes, conditionnerait l’atterrissage d’Afreitair (le fret aérien zimbabwéen) à l’aéroport d’Amsterdam contre l’autorisation d’atterrissage de ses aéronefs à Harare. Pour survivre, Air Zimbabwe commerce avec le diable sud-africain d’abord, en sous-traitant avec des compagnies qui ne se posent plus en Afrique du sud, ensuite, en maintenant sa propre liaison quotidienne avec Johannesburg.

Tout cela prouve l’impérieuse nécessité de mettre sur pied, une véritable politique continentale, en matière d’acquisition de matériel aérien, et la création de joint-ventures régionaux.

En attendant, l’Afrique a obtenu un répit pour les quatre prochaines années au moins pour moderniser sa flotte. Tous les observateurs notent cependant qu’il faudrait attendre l’an 2000 au plus tôt pour voir l’Afrique s’aligner sur les normes anti-bruit.

D’ici là, on peut s’attendre à encore beaucoup de bruits, sur … le bruit de nos avions.

 

SAHEL

 Revoilà les criquets

 Par Babacar Touré

 Le signal d’alarme a déjà fonctionné. Une nouvelle invasion de criquets se prépare. Difficile de les attaquer à leur point de départ, dans le Sahara Occidental. A l’autre bout également, l’organisme de lutte (OCLALAV) qui était en place a aujourd’hui disparu. Plus que jamais, le salut du Sahel dépendra de l’aide internationale

La sous-région va-t-elle encore connaître les effets de la destruction du couvert végétal, des pâturages et des récoltes pendant la prochaine campagne ? Si une action concertée et solidaire n’est pas entreprise maintenant pour enrayer les risques d’invasion de criquets pèlerins signalés dans le nord mauritanien, cette partie du Sahel verra ses efforts largement compromis.

Les concentrations d’essaims repérées depuis le dernier trimestre de l’année dernière dans les régions du Tagant et du Tiris Zemmour menacent l’existence même, de plus de 300 000 têtes de chameaux dans cette zone de pâturage. Les experts prévoient qu’avec l’arrivée des grandes chaleurs dans la période d’août-mai, les zones plus au sud, c’est-à-dire le Sénégal et d’autres pays, seront envahis par les criquets si rien n’est entrepris à temps.

Pour sa part, la Mauritanie a engagé une action tous azimuts. Une douzaine d’unités de traitement est déjà à pied d’œuvre dans les zones d’infestation. Les ambassadeurs accrédités à Nouakchott ont été sensibilisés sur le danger, par le ministre mauritanien de l’Agriculture, M. Messaoud Boukheir. Déjà, des promesses fermes ont été faites par les pays occidentaux et certaines agences spécialisées des Nations-Unies. Les pays de la Cee dont la France, la République Fédérale d’Allemagne, l’Italie ainsi que la Fao, le Pnud et l’Usaid ont déjà contribué aux moyens mis en œuvre et pris de nouveaux engagements. Le Maroc, pour sa part, a mis à la disposition de l’Organisation commune de lutte anti-acridienne (Oclalav) des moyens aptes à renforcer les efforts nationaux.

Cependant les actions entreprises en Mauritanie risquent d’être hypothéquées par la présence de concentrations de criquets à tous les stades de développement dans le territoire du Sahara Occidental. S’il n’est pas permis de rêver d’une action concertée, Maroc, Algérie, Polisario, pour défaire ces nouveaux envahisseurs, il n’en demeure pas moins urgent d’inviter les organisations spécialisées à intervenir selon des modalités acceptées par les protagonistes d’un conflit, que les conséquences dévastatrices des mouvements des criquets, vont mettre au second plan.

Problème ponctuel

La nécessité d’une réaction collective concertée et coordonnée à l’échelle régionale ne s’est jamais autant imposée à nos pays qui, individuellement, sont désarmés face à l’ampleur du danger. C’est pourtant dans un contexte aussi, le moment choisi par les pays membres de l’Oclalav, encouragés en cela par leurs partenaires occidentaux, pour procéder à la mise à mort de l’organisation commune qui n’en finissait pas d’agoniser.

Les responsabilités sont partagées : les Etats africains ne se sont pas acquittés de leurs contributions. Les partenaires occidentaux ont cessé leur soutien à l’Oclalav, pour briser le pacte multilatéral et permettre le retour à une forme de coopération bilatérale inégale à la David et Goliath. Le prochain conseil d’administration devrait consacrer la dissolution de l’Oclalav dont il ne resterait qu’une « structure légère ».

Comment une telle structure s’articulerait-elle avec la « cellule légère » du Cilss et que deviendrait le capital d’expertise accumulée au fil des années par l’Oclalav ? Il n’est de problème ponctuel qui ne mette plus à nu les mauvaises politiques et l’extraversion des approches africaines. La menace d’un début de cycle d’invasion pouvant durer 5 à 6 ans et hypothéquer l’agriculture sous-régionale est à cet égard, un révélateur. Un de plus.

 

COMMUNICATION

 Presse

 Quatorze ans après, l’Union des Journalistes Africains se penche sur ses responsabilités. Apporter une contribution dans la recherche des solutions aux problèmes qui interpellent l’Afrique.

Treize ans après sa création, le 23 novembre 1974 à Kinshasa, l’Union des journalistes Africains (UJA) avait du mal à jouer son rôle : unifier les communicateurs sociaux du continent en une seule et forte organisation capable d’être à leur service et défendre les causes de l’Afrique. Les racines du mal ? Une centralisation excessive une représentation au bureau, ne tenant aucun compte des réalités sous-régionales, une léthargie à la base.

L’Union avait pris le parti de vivre au sommet, au gré des réunions de ses organes dirigeants contrôlés, pour l’essentiel, par des journalistes fonctionnaires. Avec le troisième congrès réuni au Caire du 15 au 18 décembre dernier, en présence de délégués venus de vingt-sept syndicats, associations et unions nationales, l’Union des Journalistes Africains a décidé de tourner la page.

A partir du diagnostic sans complaisance contenu dans le rapport d’activités de l’organisation depuis le deuxième congrès (novembre 1982), présenté par Cheikh Moutary Diarra (Mali), les assises du Caire ont conduit à l’adoption d’importantes résolutions relatives à l’élargissement de la base de l’Union, une plus grande implication de l’UJA dans la défense et la protection des journalistes sur le continent, la mise sur pied d’une section féminine, la création d’un comité de suivi qui aura à connaître des manquements à la liberté de la presse, l’instauration d’un nouvel ordre national et international de l’information et de la communication basé sur la démocratie et les droits de l’homme.

La rencontra du Caire, ouverte par le Premier ministre égyptien, Aataf Sidqui, marque ainsi un nouveau départ dans la vie de l’organisation. Outre les problèmes internes : difficultés de financement du programme d’activités, recouvrement ardu des cotisations l’UJA va désormais accorder une place prioritaire à la formation et au recyclage. L’idée de création d’une faculté africaine de journalisme fait son chemin. Des séminaires centrés sur la maitrise des problèmes de développement seront organisés dans les trois langues de travail de l’Union africaine : français, anglais et arabe avec le concours du Centre canadien de Recherche sur le Développement International (CRDI) et la Fondation Friedrich Naumann (RFA). Un prix Abdel Moneim Al Saoui, en Al Saoui, en hommage au premier président de l’UJA décédé, récompensera le 23 novembre de chaque année (date de la création de l’UJA) les meilleures productions journalistiques africaines.

Partie prenante dans la lutte que l’Afrique mène pour son développement, et sa libération totale, l’Union des Journalistes Africains entend apporter une contribution plus marquée dans la recherche de solutions aux problèmes de la dette, à la protection de l’environnement, à la lutta contre l’apartheid.

La défense de la liberté d’expression et d’opinion, la contribution des journalistes à la réconciliation, la paix et le développement, la solidarité dans la lutte que les peuples d’Afrique australe mènent pour l’élimination de l’apartheid, l’indépendance de la Namibie, figurent en bonne place dans le programme d’activités 1987-1992. Un séminaire conjoint UJA- UJAO-CICR est du reste prévu à Dakar en juin prochain.

Le congrès qui a pris la décision de fixer définitivement le siège de l’Union au Caire, a par ailleurs, procédé au renouvellement du bureau. Salal Galal candidat à sa propre succession à la présidence, rempile pour cinq ans. Il est assisté de quatre vice- présidents, représentant les unions nationales de journalistes du Nigéria, du Zaïre, de la Tanzanie et de la Tunisie. Le poste de secrétaire général de l’Union, occupé depuis 1974, par Cheikh Moutary Diarra de l’Association nationale des journalistes maliens est revenu à Chikerema du Zimbabwe.

Le nouveau comité directeur, élargi à 27 membres contre 20 pour le précédent, est marqué par l’entrée du syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS), du comité des Journalistes membres de l’ANC de l’Union des Journalistes Algériens et de la Fédération nationale des Journalistes Marocains.

En marge des travaux, les congressistes ont été reçus en audience par le président Hosni Moubarak qui a renouvelé ses encouragements à l’Union des Journalistes Africains et réitéré l’engagement de son gouvernement à appuyer le combat mené par les journalistes, déterminés à œuvrer pour le triomphe des justes causes du continent.

 

COMMUNICATION

Télévision

 Paul Bernetel : Demain l’Afrique en privée

 Propos recueillis par Babacar Touré

 Etonnante attitude que celle des Etats africains en matière d’audiovisuel. Plus les nouvelles technologies bousculent les frontières, plus les gouvernements s’obstinent à exercer un monopole sur des moyens de communication dont ils entretiennent le retard. Des hommes élèvent aujourd’hui la voix contre un tel état de fait, tandis que d’autres se retroussent les manches pour agir. Paul Bernetel est de ces derniers.

 Sud-Magazine a rencontré le journaliste camerounais, initiateur d’un projet de télévision privée

Sud Magazine : Paul Bernetel, depuis quelque temps, vous vous occupez dun projet de lévision africaine par satellite. Est-ce opportun ?

Paul Bernetel : D’abord, partons d’un constat : une fois encore, les Africains responsables des secteurs de presse et de communication, je veux dire les gouvernements, n’ont pas vu venir ou saisi l’importance de la révolution technologique qui est en train de se produire dans le monde. La plupart des télévisions africaines font de la télé de grand-papa, c’est-à-dire des émissions qui sont pour la plupart illustrées en images par les départs, les déplacements et les audiences des responsables politiques et gouvernementaux, de temps en temps utilisant les éléments du monitoring balancés depuis Paris, tout autant au niveau de l’information que des programmes.

Le programme est rendu plus pauvre à cause des moyens matériels. Le secteur production/création est totalement négligé au profit de ce qu’il y a de plus facile et de moins cher, c’est-à-dire le folklore, un orchestre sur le plateau. Et encore là, se posent des problèmes de moyens côté créativité. Dans cette situation, que se passe-t-il ?

Les satellites de communication sont lancés à un rythme de plus en plus accéléré. Même les pays du Golfe arabo-persique se sont lancés· dans ces satellites. Pour l’Afrique, en dehors du satellite existant qui est déjà surchargé et qui gère toutes les communications, il n’y a rien.

SM : Vous voulez intervenir dans un ciel qui connaît déjà un certain embouteillage…

P.B. : Dans quatre ou cinq ans, nous serons totalement envahis par des images, des informations venues d’ailleurs, dans toutes les langues, des programmes venus d’ailleurs qui ne concerneront pas les Africains du point de vue de leur vécu quotidien, mais dont la qualité et la variété de ton attireront les Africains.

Ce qui s’est passé en France, par exemple, avec la privatisation qui n’est pas seulement idéologique et politique, procède d’un souci réel de susciter une concurrence qui permet d’être armé contre l’invasion. Aujourd’hui, il y a là-bas six chaînes, qui seront bientôt portées à sept dans un an. Avec le câble, le nombre passerait à vingt (20), voire vingt-cinq (25) chaînes en France comme en Belgique, dans quatre (4) ou cinq (5) ans.

Avec la presse écrite, on peut avoir trente (30) à cinquante (50) titres, mais il faudra les transporter, payer le fret et la distribution. Par contre, pour la télé il s’agit d’appuyer sur un bouton. Par exemple, les gens d’Afrique centrale reçoivent 24 heures sur 24 les émissions de la chaîne américaine CNN. Dans un court et moyen termes, compte tenu du lancement du satellite français TDF2 et de la mise en service prévue d’autres engins par les Allemands, les Luxembourgeois, les Américains entre autres, les Africains recevront une vingtaine de chaînes de télévision sans pouvoir ni les contrôler dans leurs programmes ni influencer ceux-ci.

Ce qui rendra bientôt caduque, la notion surannée de la souveraineté de l’espace médiatique de chaque Etat, qui permet encore à certains ministres africains de l’information d’empêcher la diffusion de tel ou tel titre. Car, faut-il le rappeler, personne n’a encore trouvé le moyen d’empêcher un satellite d’observer et de projeter tous les faisceaux qui lui sont envoyés ainsi que l’a souligné Babacar Sine, relayé par Siradiou Diallo lors du congrès du

Pré-Fespac sur « Monde Noir et Panafricanisme ». A partir de satellites qui nous survolent on peut photographier distinctement une voiture et sa marque dans les rues de Dakar mais on peut aussi photographier le sous-sol du Sénégal et de l’Afrique.

Avec l’évolution, la télématique, les complexes minitel-téléphone qui a beaucoup de succès en Europe, les ressources des Etats africains frappés par la conjoncture et qui ont donc certaines priorités, ne permettront plus de concevoir l’outil télévisé comme un usage à exclusivité uniquement nationale comme la faiblesse des ressources empêche d’être concurrentiel.

On envisageait le lancement d’un satellite uniquement africain. Nos Etats doivent comprendre que le défi médiatique qui leur est lancé n’a pas de solutions politiques. Or, le drame en Afrique, c’est qu’on pense toujours à relever le défi avec des solutions politiques, avec des manifestations d’autorité.

Projetons-nous dans un avenir immédiat. Dans trois ans, imaginons simplement ce n’est plus un rêve, qu’un évènement quelconque se passe, qu’une catastrophe ou qu’une manifestation se produise dans un Etat africain. Bien sûr les presses et les télévisions locales traiteront de l’évènement dans l’espace réduit des libertés dont elles disposent. Dans le même temps, 15 ou 20 chaînes qui balancent des émissions quotidiennement mais qui, pour la plupart sont privées, donc assujetties à la concurrence et qui n’ont pas le souci de ménager qui que ce soit, enverront par le truchement de notre petite lucarne des images qui, pour les gouvernants, sont gênantes, honteuses.

Cette loupe grossissante qu’est le tube cathodique va devenir un juge permanent de toutes nos activités et projeter nos réalités bonnes ou mauvaises, aux yeux des populations qui n’ont jamais été habituées à ce nouveau système d’information.

S.M. : Que font alors nos gouvernants ? Que peuvent ils faire ?

P.B. : Si vous permettez, M. Babacar Touré, je crois que dans cette éventualité dont nous ressentons déjà les frémissements, un autre drame se joue. C’est la dépendance culturelle totale des nouvelles générations aux modes de vie et de pensée des Occidentaux. Ce n’est pas la tradition orale de mémorisation de notre culture ou les efforts louables de nos historiens qui empêcheront nos enfants de jouer à « Starsky and Hutch ». Nos musiques, nos danses et nos chants sont menacés parce qu’ils n’auront pas de moyens d’expressions au niveau des grands « networks » (réseaux) qui vont totalement monopoliser l’espace audiovisuel mondial.

Que pouvons-nous faire alors ? Il y a à peine deux ans, lorsqu’on évoquait les problèmes de la télévision africaine par satellite, on se heurtait de la part des autorités politiques, aux mêmes réponses ? Pour qui ? par qui ? quels moyens de contrôle ?

Le fait même de répondre de cette manière prouve qu’on n’a rien compris de la révolution technologique. Les démocraties pluralistes pourront absorber les effets de cette concurrence parce que le pluralisme est déjà une réalité de la vie quotidienne. Leurs citoyens sont, donc armés pour choisir, trier, croire ou ne pas croire toutes les informations qu’on leur balance. Ils seront aussi armés pour choisir dans cette kyrielle de programmes, ce qui leur plaît ou leur déplait parce qu’ils seront présents au niveau des satellites, à cette concurrence féroce de l’audiovisuel.

S.M. : Votre projet estil prêt à aboutir ?

P.B. : En Afrique aujourd’hui, si des décisions rapides et concrètes ne sont pas prises, le continent risque d’être le seul, le dernier à être totalement soumis à cette invasion médiatique. L’Asie par le japon, la Chine et l’Inde, est présente dans le firmament des satellites, l’Océanie par l’Australie et la Nouvelle Zélande est également présente. L’Amérique du Sud, grâce au potentiel médiatique et technologique des télévisions comme la mexicaine Televista et la brésilienne 0 Globo qui sont déjà parmi les plus grands réseaux du monde, auront les moyens et les ressources pour disposer de plusieurs fréquences sur les satellites lancés par les grandes sociétés de communication américaines. C’est pour ces raisons que certains d’entre nous venus de la presse écrite ou des sociétés de techniques audiovisuelles pour la plupart francophones mais aussi européennes, étudient actuellement certains projets de TV par satellite d’études techniques en séminaires, de négociations en négociations, des tentatives de rapprochement de plusieurs projets par rapport à d’autres, nous avançons avec détermination à l’ébauché d’un projet de télévision pour l’Afrique francophone comme pour l’Afrique anglophone.

D’autres, à partir de la Zone Sud de l’Europe, travaillent pour la zone méditerranéenne de l’Afrique (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie). Les enjeux de cette bataille sont tels que vous comprendrez aisément qu’en l’état actuel des choses, j’ai préféré privilégier l’exposé de la situation aux détails des solutions déjà avancées.

Toutefois, j’ai noté que vous êtes le premier journal africain à avoir spontanément manifesté un souci d’en savoir plus sur ce qui va se passer au-dessus de nos têtes dans les prochaines années. Vous avez pu voir comme moi, que la commission, Communication du Fespac a consacré un débat d’un très bon niveau à cette question.

J’espère pouvoir lors d’une prochaine rencontre être en mesure de vous annoncer des choses plus concrètes en la matière.

Leave a reply