ARCHIVES SUD

0
7504

 

                                      SOMMAIRE

 EDITORIAL                                    

  BURKINA                               La révolution décapitée

                                                    Les misères de l’opposition de gauche

                                                     PAI- CNR : la difficile cohabitation

 

 TCHAD- LIBYE                      Leçons d’un champ de bataille

MAURITANIE                        Sous le signe de la transparence

HAITI                                      Anatomie d’un ébranlement   

FRANCOPHONIE                   La sébile africaine

UNESCO                                L’OUA à Canossa

GUERRE DU GOLFE             On a peur de la paix

DETTE                                   Que vaut l’exemple canadien

RELIGION                              Chiisme et Sunnisme

SPORT                                   L’Afrique à Rome

CINEMA                                 L’Afrique à Moscou

COMMUNICATION          Téléafrica

 OMVS  Le courant ne passe pas

 

.RECTIFICATIF

 Monsieur le Directeur,

 Un article paru dans votre dernier numéro (n° 6, aout 1987, p.7) sous le titre branle-bas préélectoral », fait allusion à ma personne, à propos d’une tendance que j’animerais avec le PDS/R, mais également de mon éventuelle réintégration dans le groupe de Wade.

Evidemment, ces considérations m’ont beaucoup surprise et vous pouvez sans doute mesurer le préjudice qu’elles me causent au-delà de celui de mon parti.

Je voudrais que vous portiez à la connaissance de vos lecteurs les remarques suivantes :

  • Je ne suis l’animatrice d’aucune tendance dans le PDS/Rénovation. Mieux, aucune tendance n’existe dans le parti (encore que le principe soit admis). Je me tiens à votre entière disposition et serai ravie d’avoir l’occasion de vous montrer dans quel esprit sain et dans quel climat serein nous travaillons tous ensemble dans le parti, derrière le frère secrétaire général, Serigne Diop ;
  • S’agissant de ma rupture avec Wade, je voudrais rappeler qu’elle est fondée sur les divergences de principe qui remontent à 1979. Vous comprendrez alors que cette rupture soit définitive, ce qui explique cette attitude peu sujette à fluctuation, contrairement à certains, qui font de la politique, pour assouvir des ambitions et des intérêts personnels.

Je vous prie, Monsieur le Directeur, de croire à l’assurance de mes sentiments fraternels.

Suzanne Dansokho

Membre du Secrétariat National du PDS/Rénovation

MUSIQUE

 Salif chez Blackwell

 Plusieurs mois de pourparlers entre Chris Blackwell, le patron de la maison d’édition «Island Records » et Salif Keïta, chanteur malien, viennent d’aboutir à la signature d’un contrat à Paris où est établi le chanteur depuis 1984, celui que les mélomanes considèrent comme une des plus belles voix d’Afrique.

La parution, dans un an du premier album de ce partenariat avec l’une des plus prestigieuse maisons d’édition de disques au monde, qui a grandement contribué au succès de Bob Marley, le roi du reggae, devrait ouvrir une ère ‘nouvelle dans la carrière internationale du Malien.

Né à Djoliba (45 km de Bamako), ancien chanteur dans l’orchestre du Rail de la capitale malienne (1970-1973), puis des Ambassadeurs du Motel de Bamako, Keïta s’installera plus tard à Abidjan entre 1978 et 1984 avant de s’envoler pour la France où il s’est imposé depuis, comme l’une des figures les plus prisées de la musique africaine.

Quant à Blackwell, on l’a retrouvé aux côté de Manu Dibango, comme des Touré Kunda dont il fut le producteur de l’album Natalia, sorti en 1985.

REPERES

Le Che toujours vivant

Par Moussa Paye

 A 700 km de la capitale bolivienne, dans la forêt qui avoisine un petit village nommé Higuieras, un chef guérillero blessé ordonne à 2 de ses compagnons venus à son secours, de se replier sans lui.

Ernesto Che Guevara était arrivé au bout de la piste, ce jour du 8 octobre 1967. C’était l’épilogue de la traque de 11 mois de l’unité de guerilla d’une cinquantaine d’internationalistes par 2000 soldats boliviens, encadrés par une vingtaine de conseillers américains et d’agents de la CIA. L’épilogue aussi d’une équipée révolutionnaire qui l’aura porté sur tous les fronts de la lutte pour l’Homme : Vietnam, Haïti, Saint-Domingue, Mozambique, Congo (actuel Zaïre).

« Je me souviens du jour où nous nous rencontrâmes chez Maria Antania… » écrit-il dans sa « lettre à Fidel » alors qu’il quitte Cuba en avril 1965. Pensée pathétique pour ces débuts mexicains de l’expédition de la Granma, « vaincre ou mourir » ; quand la mort était une perspective mille fois présente et la victoire un mythe dont seul un révolutionnaire pouvait rêver.  Et puis, ils ont vaincu le colosse yankee. Son blocus. Ses envahisseurs à Playa Giron (Baie des cochons ». Ils ont construit le socialisme à quelques 200 km des côtes de la Floride, sur Cuba, le premier territoire libre d’Amérique.

Premier gouverneur de la Banque nationale de Cuba, ministre de l’Industrie ensuite, Guevara qui avait oublié qu’il était argentin, s’est souvenu tout d’un coup qu’il n’était pas cubain non plus : « il est d’autres collines de par le monde où on a besoin de mes modestes efforts ».

Bien des collines s’embrasaient cette année-là, en Indochine où le prétexte d’un incident naval dans le Golfe du Tonkin, les bombardiers américains commençaient le pilonnage du territoire nord-vietnamien. A Saint-Domingue,  où l’armée américaine intervenait contre l’insurrection populaire des partisans su président Boch. Au Congo, où les Forces de Libération de Gaston Soumialot tenaient Stanleyville et une large portion du territoire. Soumialot était d’ailleurs venu secrètement à Cuba, chercher un appui contre les bombardiers pilotés par des Cubains anti-castristes qui attaquaient déjà les positions mulélistes.

Che Guevara passera 11 mois au Congo à la tête d’un détachement de 300 internationalistes dans les maquis de l’Est, forts de quelques 6000 combattants. Le contingent sera retiré à la suite d’une décision du sommet de l’OUA à Accra en 1965 et la signature avec la Tanzanie d’un document mettant fin à la collaboration cubaine.

On perd la trace du guerillero errant ? On le donne pour mort plusieurs fois, jusqu’à ce jour du 8 octobre, où le chef bolivien, Barrientos et un agent de la CIA, Gabriel Garcia, l’identifient dans le prisonnier blessé et couché dans une salle de classe : « Tuez le Che » ordonnent-ils. Un petit sergent se charge de la besogne ?

Barbarie des civilisés, ses mains sont coupées pour identification et sa montre « Rolex » réclamée comme butin par Barrientos, dont on dit qu’il l’admirait aussi secrètement : « un mach qui en avait… ».

Vingt ans sont passés, l’œuvre de Che Guevara perdure : c’est Cuba, c’est une éthique révolutionnaire, c’est surtout pour nous autres Africains, le précurseur de ces héroïques internationalistes qui, depuis 1975, protègent les frontières sud de la République Populaire d’Angola, contre l’Afrique du Sud.

Cela vaut bien qu’à Ouagadougou et à Brazzaville, en passant par Alger où de larges avenues évoquent le souvenir du Che.

DES MOTS ET DES MAUX

 La critique

Par Ibrahima Baxum

« La patrie ou la mort». Thomas Sankara a vidé le calice jusqu’à la lie. Il avait voulu mettre l’Afrique au-dessus de tout. Il ne s’imaginait pas que le Burkina était trop petit pour servir de moteur à un attelage aussi lourd et surtout aux organes depuis longtemps rouillés. La machine s’est échauffée très vite et le  retour de flamme a été violent

Il reste aux liquidateurs du charmant capitaine à justifier leur besogne, croyant non sans erreur que, plus sales seront les mots, plus crédible pourrait être argumentation pour couvrir le mal qui a été commis.

Dommage que l’histoire récente de l’Afrique ne soit pas encore dans les manuels scolaires. Ceux qui accusent de rage leur ex compagnon auraient appris alors que d’autres chiens ont été noyés dans les mêmes eaux fangeuses par des « nouveaux maîtres » trop souvent parfaitement incapables d’assurer le minimum de sécurité dans la maison.

Lorsque le major Pierre Buyoya, tombeur en septembre dernier du Lieutenant-Colonel Jean Baptiste Bagaza s’était mis à promettre une remise en dans les affaires du Burundi, bien des patriotes sincères, un peu partout en Afrique, s’étaient trouvés partagés entre un doute fondé sur des expériences antérieures et le souhait qu’à défaut de mieux, Bujumbura rappelle Ouagadougou : celui de Sankara.

Personne ne se doutait alors qu’au Burkina Faso aussi, il n’était pas toujours sécurisant d’être un homme intègre. Celui qui repose au cimetière de Dagnoin l’aura appris à ses dépens. Il est de tradition qu’à certains moments de sa marche, une révolution soit confrontée à des contradictions internes. Mais, quand l’arme devient percutante, la critique s’en trouve sans portée et l’autocritique s’estompe. « Nous vaincrons » avait l’habitude de scander celui qui fut le plus populaire des chefs d’Etat africains. Et le peuple reprenait en chœur, se nourrissant de beaux rêves légitimes. Mais, un tireur était dans la foule …

S’il est vrai que celui qui appelait sa femme « ma veuve » ne s’est jamais fait d’illusions sur son avenir lointain, il savait aussi dire cette autre vérité : « si vous tuez Sankara, demain il y aura vingt Sankara ». Le Faso a été touché, pourvu que l’intégrité survive.

BURKINA FASO : LE REVE BRISE

Par Babacar Touré

En décidant de liquider physiquement le Capitaine Thomas Sankara, les conjurés de Ouagadougou vont retarder encore l’Octobre africain annonciateur de moissons inédites pour le continent Et de porter un coup  à l’espérance des masses mais surtout de la jeunesse africaine, d’une révolution  bruyante et chahuteuse certes à l’image de l’homme-symbole qui l’incarnait, mais souriante et vivante, colorée et lucide. Fils du peuple et homme du peuple,  Thomas Sankara dérangeait par son naturel et irrévérence provocatrice qu’il avait érigés en émulation révolutionnaire pour circonvenir les contradictions ou confondre les adversaires déclarés ou embusqués.

Imbu de cette fierté faite de dignité et d’intégrité, il avait pour dessein d’être

l’animateur d’une révolution  véritablement africaine, dont la principale caractéristique serait de se servir de toutes les théories et de toutes les expériences révolutionnaires, sous l’éclairage d’un marxisme rendu à  sa fonction originelle : celle d’un outil conceptuelle d’une grille d’analyse devant permettre de baliser la voie l’émancipation politique et sociale du plus grand nombres ans complexe, ni allégeance aliénante à un quelconque hégémonisme régional ou extra-africaine.

Certes la révolution burkinabé a tôt connu des ratés et même des errements.

La  répression, la délation et les règlements de comptes ont souvent mis à mal l’image de marque du « pays des hommes intègres », avec les excès des « Comités de défense de la Révolution » et de la justice parfois revancharde er inexpérimentée des Tribunaux populaires de la Révolution.

En politique extérieure, le Burkina de Sankara a pris position en flèche, marquées notoirement par un style que bien des dynastes et des tyranneaux locaux et leurs parrains occidentaux (américains et français notamment) jugeaient inacceptables.

Il n’en demeure pas moins que celui qui ne voulait  rien pour lui et tout pour le peuple, ne peut assumer, à lui tout seul, ni la conduite des affaires du pays, ni la responsabilité des déviations et des erreurs actuellement dénoncées.

Blaise Compaoré, Jean Baptiste Lingani, Henri Zongo, identifiés aux côtés de Sankara comme une coterie surnommée « la bande des quatre », et leurs alliés civils, ont de tout temps et en tous lieux participé et cautionné la politique dont le président assassiné n’était que la figure de proue, la face visible  de l’iceberg.

A raisonner par l’absurde, comme le font les putschistes aujourd’hui, quelle serait la nature de cette révolution dont un seul homme, fut-il un génie malfaisant, comme on cherche le faire croire actuellement, serait l’alpha et l’oméga?

Au surplus, on peut s’étonner que celui qui avait été libéré de prison par Blaise Compaoré et que les coalisés des partis groupes communistes civils et militaires avaient librement porté  à  la tête du pays, n’ait pas été démis de ses fonctions par  processus démocratique analogue à celui qui l’avait porté pouvoir. Le recours à l’assassinat ne rend-il pas compte l’absence d’arguments, du mépris du libre arbitre populaire et la conjonction d’intérêts parfois contradictoires ainsi que l’intolérance et du monolithisme répressif qui constituent le point de rencontre entre des prétoriens hiérarques et  apparatchiks aux ordres, dont la seule raison d’être est la défense d’une certaine orthodoxie uniformisante et sans âme.

Par le jeu des alliances extérieures dont des éléments « Front populaire » semblent n’être que des appendices obligées -Blaise Compaoré n’est-il pas marié à une digne représentante de la jet society au pouvoir en Côte d’Ivoire?- certains  »soutiens critiques » dits de gauche du Conseil national de la Révolution sont-ils pas les rejetons doctrinaires d’une conception bureaucratique de l’Etat et de la Révolution? Un compromis bancal, fait de calculs sordides et reflet d’une dialectique subordonnant la fin aux moyens vient de briser le doux rêve éveillé d’importants secteurs de l’opinion continentale.

Le Burkina semble faire aujourd’hui l’expérience déjà acclimatée ailleurs de révolutionnaires agglutinés comme des tiques à une frange bourgeoise de la société considérée comme une rampe de lancement (ou fusée porteuse) d’une révolution à revoir et à corriger selon des schémas immuables. Ce marché de dupes qui ne trompe personne, sonne le glas de la stabilisation qu’un processus de franche discussion et de libération idéologique et politique aurait pu induire.

On peut, sans risque de se tromper, croire que le martyr de l’Enfant de la révolution joyeuse et impertinente marque le début d’une certaine restauration et de l’asservissement idéologique et politique Vivant, Sankara aurait empêché de dormir et aurait pu constituer un recours. Mort, il n’en est pas moins un phare et une référence historique que les dénigrements posthumes de ceux qui ont toujours prétendu soutenir le processus révolutionnaire qu’il incarnait, en dépit de ses insuffisances, des fautes collectives de son régime, ne feraient que renforcer.

L’Afrique trahie saura engendrer un, deux, des milliers de Sankara à l’image du « Che » dont le rêve de plusieurs Vietnam célébré à l’initiative du premier président du Faso est en train de se concrétiser sous nos yeux. En dépit des apparences. « Gardez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge », s’était écrié l’autre. Si Sankara a éprouvé, au prix de sa vie, cette vérité politique, ses exécuteurs ne manqueront pas de la vérifier à leur tour et aux dépens de l’Afrique. Seulement, on n’arrête pas un destin. Sankara, fils d’Afrique, était  également un destin. Comme l’Afrique éternelle.

LA REVOLUTION DECAPITEE

Par Ibrahima Baaxum et Moussa Paye

Jeudi 15 octobre, 16 H 30. Ouagadougou est pris dans un déluge de feu et l’écho de kalachnikovs endiablées et des grenades en folie remplissent le monde de stupeur et de déception mêlées.

La révolution burkinabé qui passait pour la plus avancée de l’Afrique et l’une  des plus intelligentes du Tiers­monde règle ses contradictions  dans le sang Son chef charismatique, le capitaine. Thomas Sankara tombe sous le coup d’une dissidence. Le président n’est pas la seule victime. Les affrontements  qui se sont déroulés au siège du Conseil de l’Entente dans la capitale burkinabé et à Kamboisin (25 km au nord de Ouagadougou) ont fait une centaine de morts. Une dizaine d’officiers et sous-officiers tués dans les combats ont été enterrés précipitamment dans la nuit même du coup d’Etat au cimetière de Dagnoin à la périphérie de la ville.

Tôt le lendemain, des milliers de Ouagalais se sont rendus sur la  tombe du défunt président. C’était l’élément insolite dans une Afrique ou les lendemains de coup d’Etat sont généralement marqués par des « marches de soutien au nouveau régime ». Le « Front populaire » qui a revendiqué  le « changement » à la tête du Burkina Faso s’est aussitôt lancé, une fois la mort de Sankara connue, dans une critique contre celui dont les actes avaient été somme toute  cautionnées par Blaise Compaoré, Jean Baptiste Lingani et Henri Zongo qui formaient, avec le défunt président, le quatuor le plus en vue au « Pays des hommes intègres ».

Ainsi le capitaine Thomas Sankara aurait « vidé la révolution de sa substance » et contribué  » à démobiliser le peuple ».  La radio nationale burkinabé diffusait des déclarations  dans le genre : « par un accident de l’histoire, cet autocrate a été propulsé à la tête notre révolution, la meilleure manière de l’étrangler de l’intérieur ». Difficile d’affirmer que sur ce point les insurges ont convaincu.

Lingani et Zongo se sont solidarisés avec Compaoré et les trois ont la réputation d’être plus militaristes. Cette nouvelle donne pourrait augurer d’un régime aux allures militaires  »pures et dures » où les civils n’auraient plus de

place – sinon très peu – dans la marche des affaires de l’Etat. Une amitié vient de se briser tragiquement et une page de l’histoire définitivement tournée au Burkina.

Sankara et Compaoré ·

Le croise le chemin des deux hommes en 1978 au centre des parachutistes de  Rabat au Maroc.  » De là,  date notre amitié, confie Blaise. On ne se quittait plus. C’est de cette époque que nous avons pris l’habitude de manger ensemble, tous les jours ».   Ils ne se quitteront plus, sinon ce soir tragique du 15 octobre. Sankara l’expansif et brillant causeur aux allures de sahélien est fils métis de d’une Peulh et d’un Mossi. Compaoré, taciturne et mystérieux est un mossi. Dans une Afrique ou le tribalisme reste vivace, l’amitié entre les deux hommes aura à surmonter ce premier écueil. Les fiers Mossis reprochaient à Blaise de jouer les seconds rôles derrière son aîné de deux ans (l’un a 38 ans, l’autre 36), alors qu’il avait joué un’ rôle déterminant dans la révolution du 4 aout.

Les deux se secondaient harmonieusement. Ce sont les seuls instructeurs de l’armée voltaïque. Quand, à partir de 1978, Sankara reçoit le commandement du camp de Pô, Compaoré sera son adjoint. Ils vont y instaurer une sorte de « République populaire ». Tout naturellement, quand Sankara  quitte Pô en février 1981, c’est Compaoré qui le remplace à la tête des commandos.

A partir de ce moment, Sankara sera secrétaire d’Etat à rintormat1on de

Saye Zerbo avant de devenir Président du C.N.R et du Faso à la faveur de l’insurrection du quatre aout contre Jean Baptiste Ouédraogo qui en avait fait son premier ministre en janvier 1983 avant de l’arrêter en mai de la même année. Blaise Compaoré sera à son ombre, ministre de la Justice, continuant à marcher derrière lui dans un rituel immuable. Il était difficile d’imaginer    qu’une si fidèle amitié connaitrait un pareil dénouement que celui survenu au soir du 15 octobre.

Face aux rumeurs spéculant sur le désaccord entre les deux amis, Sankara opposera des démentis répétés, souvent ironiques, parfois agacés.

Blaise Compaoré et les conjurés 15 octobre auront fort à faire pour asseoir un régime qui se réclamerait aussi la révolution. Sankara leur laisse un héritage politique qui ne sera pas facile à gérer .

Les misères de l’opposition de Gauche

 De notre envoyé spécial : Moussa Paye  

Au delà de l’ineptie du modèle guinéen et en-deçà de la tragédie stalinienne, la révolution burkinabé avait jusque-là réussi à bien se situer. Mais maintenant la révolution que a commencé a dévorer ses enfants, on se demande  bien si elle saura rester sur la piste balisée par Thomas Sakara et ses premiers compagnons.

L’histoire récente de la révolution  burkinabé, c’est surtout l’histoire d’une âpre répression de l’opposition de gauche et des syndicats affiliés. Mais aussi celle de l’échec du Conseil national de la Révolution (CNR) dans sa tentative d’amener les organisations politiques qui se réclament comme lui de Marx et de Lénine et leur base de masse, à soutenir le processus révolutionnaire.

L’éviction du Parti africain de l’indépendance (PAI) du gouvernement révolutionnaire ne pouvait que conforter le Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV) dans sa démarcation d’un pouvoir jugé essentiellement « réactionnaire » parce qu’issu « d’un putsch militaire ».   

Une tentative de constitution d’un Front des forces de gauche avait avorté le 15 juillet 1983, vingt jours avant la prise du pouvoir, dans le foyer insurrectionnel de Pô. Puis le discours d’orientation politique du Capitaine par sa caractérisation de la révolution d’août, était venu consacrer l’irrémédiable rupture  avec le PCRV : « Elle est une révolution qui se produit dans un pays caractérisé encore par l’inexistence d’une classe ouvrière consciente de sa mission historique, organisée par conséquent, ne possédant et aucune tradition de lutte révolutionnaire » avait soutenu le présidant du CNR. La PCRV rumine encore son amertume dans le numéro 24 dans son organe central « Bug-Parga » (L’Etincelle) en  rappelant « qu’on ne peut mieux  exprimer la négation  du PCRV en tant que parti de la classe ouvrière en Haute-Volta. Donc les sollicitations diverses en direction de notre parti ne visaient pas à tenir compte de la classe ouvrière et de ses intérêts (cristallisés et  répétés par le programme du parti mais à utiliser celui-ci comme un vulgaire pion pour renforcer son échafaudage politique et s’en débarrasser le moment venu ».

 Fort de l’influence qu’il exerçait sur cinq syndicats, le PCRV avait lancé un appel à la création d’une « Centrale syndicale révolutionnaire de luttes de classes ».  Le AI-LIPAD, dans la mouvance duquel se situe la Confédération syndicale burkinabé forte de 19 syndicats de base, n’avait pas estimé devoir relever l’appréciation peu flatteuse que le CNR avait faite de la classe ouvrière. Peut-être parce que la solidarité gouvernementale y obligeait ou alors que cette organisation tout aussi communiste que le PCRV se consolait de ce que le  discours d’orientation comportât, dans sa classification du peuple dans la présente révolution, quelques lignes à la gloire de la classe ouvrière voltaïque, « jeune et peu nombreuse, mais qui a su faire la preuve, dans ses luttes incessantes contre le patronat, qu’elle est une classe véritablement révolutionnaire »

FRONT SYNDICAL

Les prémisses de l’ambiguïté étaient posées suffisamment tôt pour voir consacrer la paysannerie meilleure alliée du CNR, vedette du 1er mai et du 4 août 1987, quand l’Union des luttes communistes reconstruites (ULCR), d’obédience maoïste sera, du fait de l’éviction du PAI-LIPAO, l’organisation  politique civile prépondérante au sein du CNR et du gouvernement révolutionnaire. Et quand les leaders syndicaux seront jetés en prison.

Car, avant que l’unité syndicale esquissée par la formation, en 1985, du Front syndical, ne s’accomplisse dans le sillage de la signature  commune du message du 1er mai 1987 par la quasi-totalité des centrales et les syndicats autonomes le pouvoir d’Etat sera déjà passé à l’attaque des bastions syndicaux du PAI-LIPAO et du PCRV. D’abord par l’attaque du meeting du

Front syndical par les CDR armés le 1er mai 1985, ensuite par la décision à partir du 1er mai 1986 que jamais plus, la Fête des travailleurs ne sera organisée en dehors des auspices du gouvernement.

Dès lors, c’est une lettre du ministre de l’Administration territoriale et de la Sécurité qui  a invité les syndicats au meeting organisé par le gouvernement  à la Bourse du Travail investie par les militaires, armes au poing. Les syndicats ne seront pas au rendez-vous, opposant ainsi « une fin de non-recevoir à la volonté du CNR de les mettre au pas ». Les paysans seront donc maitres des rues et de la Bourse du travail. Candide, le reporter de « Carrefour africain » écrira dans le n° 986 du 8 mai 1987 : « La présence de la paysannerie en ce 1er mai a élargi la  notion de travailleur. Quant aux syndicats, ils ont opté pour la voie du silence. Pourquoi cette attitude ? Cette fête n’est­ elle pas la leur? ».

Moins candide est la réponse à ses propres questions : « le haut­ commissaire du Kadiogo estime que c’est l’occupation militaire de la Bourse du travail, _  une mesure de sécurité qui aurait paniqué les syndicalistes, au point qu’ils rebroussent chemin sans rien dire ».

GUERRE POPULAIRE

En fait, la cassure était devenue très nette entre, d’une part, le CNR et les forces qui soutiennent le processus et, d’autre part, le PCRV et « l’aile dogmatique du PAI- LIPAD, incarné par Soumane Touré, secrétaire général de la Confédération syndicale burkinabé et leurs alliés syndicaux.

C’est l’arrestation de Soumane Touré dans son fief de Zagona  par les CDR du secteur 29 qui marqua le déclenchement de l’offensive contre l’opposition de gauche. Sur le moment, le Secrétariat général national des CDR s’est porté d’urgence au secteur 29  pour empêcher l’exécution de Soumane Touré par les CDR. « Cela ne sert pas à notre révolution  dabattre Soumane Touré  en  tant qu’individu. Il lui suffit de neutraliser le courant dogmatique et sectaire qu’il représente »  a dit en substance le très pédagogue secrétaire  général adjoint des comités de défense de la Révolution, le lieutenant Hien Kilimité

.Faute  d’avoir pu réduire l’action du PCRV et du PAI-LIPAD dans les cadres de masse par la lutte idéologique, le CNR était désormais rendu à utiliser la force brute du commissariat politique chargé de la guerre populaire sous la direction du secrétariat général des CDR

Cette option militaire met à nu la faiblesse d’implantation des organisations politiques civiles de la coalition gouvernementale : l’ULCR, l’Union des communistes burkinabé (UCB), le Groupe communiste burkinabé (GCB) et l’Union des marxistes-léninistes du Burkina (UMLB).

A ce stade, il ne faisait aucun doute que l’organisation militaire révolutionnaire, nouvelle dénomination de ce qui fut le Regroupement des officiers communistes (ROC), tienne solidement l’armée burkinabé qui passe pour l’une des plus politisées d’Afrique,  dans son giron. On prêtait à une certaine  aile de l’organisation militaire la volonté de se débarrasser des civils, mais le président du CNR était trop fin politique pour ne pas  savoir le préjudice que son accaparement par les militaires causerait à cette révolution considérée comme l’une des plus intelligentes du Tiers-monde.

NOUVELLE  AUBE SYNDICALE

Jusqu’à la veille du jeudi 15 octobre, la révolution n’avait pas encore commencé à dévorer ses propres enfants. Elle s’était contentée de les réprimer:

Alidou Ouédraogo, secrétaire du syndicat autonome des magistrats du Burkina (SAMAB) est interpelé dans la nuit du 5 juin après la tenue du Conseil syndical de son organisation. Relâché après 4 jours de détention, il sera l’un des 19 magistrats dégagés de la fonction publique par le Conseil des ministres du 10 juin 1987.

Dans la nuit du 6 juin, c’est le secrétaire général du syndicat de la santé (SYNTETH), le Dr Yaméogo, qui est kidnappé. De fait, c’est un nombre variant entre 30 et 50 responsables syndicaux qui viennent d’être libérés par les conjurés. Les interpellations avaient pris parfois une tournure pittoresque avec arrestation en plein Conseil syndical à Bobo-Dioulaso des dirigeants de l’Union syndica le des travailleurs burkinabé (USTB) qui furent conduits, mains en l’air, à travers la ville jusqu’au bureau communal. La tentative d’arrestation de la militante du Synteth Aicha Touré à son bureau, avortée grâce à sa résistance et au soutien des travailleurs mobilisés, montre que certains CDR de service étaient peut-être dans la mouvance syndicale. A travers les leaders syndicaux, le pouvoir visait certes la PAI-LIPAD (Soumane Touré et Salif Kaboré du CSV) et le PCRV (Alidou Ouédraogo et Hubert Yaméogo du SAMAB et du SYNTSHA) mais voulait aussi la caporalisation des syndicats dans la logique de la « nouvelle voie syndicale », instruite par le régime révolutionnaire : « le cahier de doléances se trouve au bout du marteau et de la daba ».

Pour ce faire, un projet Zatu du CNR sur les syndicats avait été déjà élaboré, qu’une certaine opposition qui se manifeste par des tracts incendiaires signés « D’autres Burkinabé indignés » avait porté à la connaissance du pays. L’article 4 du projet du Zatu est très révélateur :  » Les syndicats fonctionnent sur la base de leurs statuts qui doivent être conformes aux lois et règlements de l’Etat. En particulier, les syndicats observent les principes de la propriété sociale des biens de production et des moyens de production qui constituent le fondement de la société nouvelle, reconnaissent le rôle de direction politique du Conseil national de la Révolution ».

Le cadre juridique semblait donc prêt à répondre à la situation sur le terrain où de nouvelles directions syndicales s’étaient substituées à celles que le pouvoir avait neutralisé. C’est ainsi que le dernier bureau du CSS était contrôlé par Hyancinthe Ouédraogo proche du régime qui disputait la légitimité à l’ancien bureau dirigé par  Soumane Touré.

La révolution burkinabé avait su jusqu’ici se situer au-delà de l’ineptie du modèle guinéen et en-deçà de 1a tragédie stalinienne. Mais Thomas Sankara avait dû institutionnaliser des organes qui n’aidèrent pas à le faire : l’Union des femmes du Burkina, l’Union nationale des paysans, l’Union nationale des pionniers, l’Union nationale des anciens, les groupes politiques civils qui soutenaient le processus et les tout puissants CDR. Ensuite, il avait dû les jeter au combat contre des organisations ayant une longue tradition de lutte révolutionnaire. Happée par la nécessité historique, sa révolution avait-elle   les moyens de rester belle, propre et intelligente ?

POINT DE VUE

 Le chœur reprendra

Par Ibrahima Fall 

En assassinant vulgairement Thomas Sankara, porteur de la nouvelle espérance de l’Afrique enfin réhabilitée,  les nouveaux maitres de Ouagadougou ont commis une forfaiture que jamais la  mémoire n’absoudra.  En atteignant Thomas Sankara. Ils n’ont pas seulement abattu un homme probe et valeureux, conséquent et déterminé. Ils ont tué un idéal, un projet et une espérance salvatrice. Pour tous ceux que rebutaient les formes de pouvoir patrimonial bâti autour de fausses légitimations, Sankara était l’alternative, le chemin obligé et la référence au moment où le doute s’installait.

Sankara,  en montrant par l’exemple qu’il était possible de mobiliser un* peuple africain matériellement démuni autour de ses intérêts, nous a rendu la confiance.

Conscience historique du peuple burkinabé en mouvement, Thomas Sankara a défatalisé l’histoire, sur cette pente occidentale de l’Afrique réduite à la gestion des acquis de la domination. Aucune condamnation excommunicative, aucune diatribe fielleuse ne parviendra à nous détourner de l’idéal qu’incarnait avec une si extraordinaire justice,  le leader des hommes intègres.

Rarement leader aura collé de façon aussi charnelle à son peuple, usant ses pulsions, vivant ses angoisses et partageant sur le rédhibitoire front de ses difficultés, ses prometteuses espérances. Thomas Sankara a été liquidé comme un vulgaire bandit de grand chemin. Jusqu’à la mort, ce condottière du 20eme siècle finissant nous a montré le chemin de l’honneur. Remarquable,  le  peuple burkinabé n’a pas succombé à la facile tentation du culte des nouveaux maitres. Il n’a pas enterré le héros qu’il adulait hier. Il est resté fidèle à sa mémoire comme en témoigne cette longue file de milliers de burkinabé, qui se sont  spontanément rendus sur sa tombe, encore fraiche du sang versé par les bourreaux, pour témoigner de la permanence du rêve visionnaire du leader de tous les combats.

Sankara est mort. Sauvagement assassiné par les éléments infiltrés de la cinquième colonne qui s’étaient parés des habits de l’amitié fidèle pour le trahir. Il nous laissera pour l’éternité, l’image d’un homme charismatique, uniquement mû par le devoir d’émancipation des peuples captifs. Une voix de soprano s’est éteinte dans la longue nuit noire des sanglots heurtés. Il n’  y a pas de doute, le chœur reprendra

PAI-CNR : La difficile cohabitation

Par Moussa Paye

 La lune de miel entre le Conseil national  de la Révolution (CNR) et le Parti africain de l’indépendance- Ligue patriotique pour le Développement (PAI-LIPAO) aura duré moins d’un an. Au soir du 21 mai 1984 à  cause d’une divergence sur la date de la commémoration des Journées de la Jeunesse anti-impérialiste, la confiance avait cessé de régner entre le parti marxiste et les autres composantes du CNR.

La campagne de presse des média d’Etat contre les putschistes et les triomphalistes »  puis leur éviction du gouvernement marquait le triomphe des Comités de défense de la révolution (CDR), de l’Union des luttes communistes reconstruite (ULCR) de l’aile ultra des militaires sur un  rival d’ autant plus encombrant qu’il  était puissant.

La confiance a-t-elle d’ailleurs jamais régnée  entres les autres groupes du défunt pouvoir révolutionnaire essentiellement de type «nouvelle gauche » et le puissant PAI- LIPAD dépositaire de l’orthodoxie communiste, telle qu’elle s’est imposée dans ces nombreux pays qui forment aujourd’hui « le camp socialiste » ?

Le discours d’orientation politique, de manière péremptoire, avait là aussi anticipé sur les malentendus à venir, en citant les circonstances qui donnent à la révolution du 4 aout, une certaine « empreinte singulière ».

 C’est une révolution qui se produit dans un petit pays continental,  au moment sur le plan international, le mouvement  révolutionnaire s’effrite de part  en part sans l’espoir visible de voir se constituer un bloc  homogène à même d’impulser et de soutenir pratiquement les mouvements révolutionnaires naissants ».

Autant dire que deux mois après son avènement, le CNR -sans doute sous l’influence de son aile maoïste ULCR, niait le rôle dirigeant de l’Union soviétique et l’existence du camp socialiste comme allié fiable. Ce ne pouvait que braquer le PAI partie intégrante du mouvement communiste international sous la houlette de Moscou..

Les éléments de force du PAI, sa réelle suprématie organisationnelle et  politique, sa longue expérience de lutte clandestine et ses solides amitiés  extérieures portaient ombrage au CNR qui développe une psychose du putschisme. Et la soufflait aux CDR : « la formation militaire est une PAI-CNR tâche primordiale des CDR, les ennemis extérieurs pouvant attaquer sur le front du putschisme. Cet ennemi est venu de l’intérieur.

Un proverbe mossi fait dire à l’hyène : « Mon nom est gâté, ma réputation ternie  depuis que je suis dans le ventre de ma mère ». Le PAI-LIPAD pourrait en dire

autant : on lui avait reproché d’avoir, pendant la nuit du 4 août 1984, agi en tant qu’organisation autonome, fixé sa propre stratégie et pris des secteurs, la

VOLTELEC, les PTT, la mairie et la télévision notamment, identifiés à des « zones-Lipad ». On lui avait reproché « d’y a voir installé des comités populaires avant que rappel au peuple voltaïque du président du CNR ne substituât CAO aux organes de l’insurrection où le PAI-LIPAD était majoritaire. En somme, on lui reprochait d’avoir aussi pris le pouvoir. L’ULCR accuse la LIPAD de « réclamer la paternité de toutes les luttes ». Le PCRV, pourtant principale opposition clandestine n’en démord pas : « Le PAI caressait en plus l’espoir d’assujettir ou d’écarter, le cas échéant, ses alliés  (civils et militaires) pour accaparer le pouvoir en s’appuyant au besoin sur  »l’aile fraternelle » de l’URSS et de Cuba ».

On comprend alors la difficulté de la cohabitation CNR-PAI dans cette ambiance polluée de suspicions. Pourtant les ponts ne sont pas encore coupés: le CNR n’a presque jamais attaqué de front le PAI en tant qu’organisation mais plutôt son aile dite « dogmatique et sectaire » incarnée par les syndicalistes Soumane Touré et Salif Kaboré. Il y avait de « bons » Pal-LIPAD en la personne de Arba Diallo, ancien ministre des Affaires étrangères et ex conseiller du président du Faso et celle de Philippe Ouédraogo, secrétaire général de la U­PAD et fonctionnaire international.

De source PAI-LIPAD, on prêtait à Sankara l’idée de vouloir détacher de cette organisation,  ses jeunes éléments, « ceux qui ont travaillé avec lui dans les cadres politiques de  la  clandestinité, ceux qui étaient entre Pô et Ouagadougou pour préparer l’insurrection, ceux-là mêmes qui ont dispensé la formation idéologique aux commandos ».

Le dilemme du Parti africain de l’indépendance était terrible : une aile en prison, une aile à la présidence du Faso. Ce dilemme et 16 mois de prison avaient creusé des plis amers sur le visage altier de Adama Touré, son principal dirigeant. Il a vu grandir Thomas Sankara, élève, presque à son ombre. Le nouveau pouvoir saura-t-il rallier ceux-là mêmes qui ont mis le discours politique dans la bouche des militaires. A moins que Compaoré n’ait roulé pour le PAI – LIPAD

Paulin Bamouni :  Journaliste engagé jusqu’à la mort

Par Moussa Paye 

« Tu as le bonjour de Bamouni, il m’a demandé de tes nouvelles ».  Au moment où Demba Ndiaye un confrère de Radio-Sénégal, de retour du Burkina Faso me disait l’impatienœ de notre confrère de la presse présidentielle à l’endroit de « Sud Magazine », l’engrenage qui devait le broyer lui et son « camarade président du Faso » était déclenché.

Féru des classiques marxistes, Paulin Bamouni avait sans doute lu quelque part dans Engels que les hommes font leur propre histoire mais qu’ils ne savent pas l’histoire qu’ils font.

Babou Paulin Bamouni était le journaliste de pointe de la révolution Burkinabé à une longueur d’avance sur tous les autres. Il laisse la marque indélébile de ses éditoriaux de feu dans « Sidwaya », le journal qu’il a contribué à créer et qu’il a dirigé avant d’être le chef du département de la presse présidentielle. C’était aussi un écrivain notoire pour avoir raconté dans un de ses livres le processus révolutionnaire au Burkina Faso.

1983, la même année que Bamouni rentre de France, le processus révolutionnaire s’emballe. Il m’a raconté à une minute près : « le 16 mai à 23h 50, Guy Penne atterrit à l’aéroport de la base militaire du Burkina et s’en va dormir à l’Ambassade de France qui jouxte le palais présidentiel. A 2h du matin, les chars d’assaut encerclent la maison du premier ministre Sankara qui est arrêté avec Lingani tandis que Zongo s’enferme avec 70 commandos dans le camp Guillaume Ouédraogo. Blaise Compaoré qui réussit à s’enfuir, organise la résistance à Pô où 1200 civils vont rejoindre ses 300 éléments  commandos …  »

Babou Paulin Bamouni sera de ceux-là qui assureront le service de liaison de renseignement entre Ouagadougou et Pô et qui pendant ces périodes de contacts entre diverses fractions militaires, conseilleront à Blaise Compaoré de rester intransigeant, surtout quand Sankara, relâché le 20 mai est arrêté une seconde fois en juin.

A ce moment l’aile réactionnaire de l’armée était décidée à passer à l’offensive à travers deux de ses composantes. Le groupe Saye Zerbo le 5 août et le groupe Somé Yorian le 6 août. Ce dernier, Somé Yorian avait, dit-on, dressé la liste de 400 rouges, indésirables au Burkina, à liquider.

Barnouni qui y figure certainement en bonne place est averti sur la route de Pô par son fileur qui avait mission de l’arrêter. La gauche qui avait intensifié l’action clandestine, entreposé des armes à Ouagadougou et fait sauter les armes livrés au régime chancelant de Jean Baptiste Ouédraogo par la France, décide de marcher sur Ouagadougou avec la garnison de Pô.

Cinq groupes font jonction aux portes de Ouagadougou où les attendaient d’autres équipes civiles chargés de les convoyer vers les objectifs militaires. En 30 minutes, la ville est prise.

Rendus à eux-mêmes, les révolutionnaires découvraient les limites de leur alliance : «Dans le contexte actuel, il faut faire un effort de rassemblement de tous les révolutionnaires burkinabé », me disait encore Bamouni Paulin, le samedi 8 août dernier au bord de la piscine de l’hôtel « Indépendance ». Il m’indiquait en même temps la presse de l’opposition, à lire pour mieux pénétrer les contradictions sociales d’une révolution de rêve dont il était l’idéologue. Parlant des opposants clandestins il ajouta : « nous les connaissons tous, si nous voulions, nous irions les chercher là où ils sont ». Avec un rire de gorge très bref.

Comme Sankara, Paufin Bamouni voulait laisser du temps au temps : « le président m’a dit qu’il voulait discuter avec toi de la question de Bobo-Dioulasso ». Mais le vendredi 14 août le président et lui s’envolaient vers la Libye. La semaine suivante, c’était la conférence des CDR, puis la dissolution du gouvernement, puis ce message télégraphique du coordinateur de « Sud Magazine : « Rentrer immédiatement ».

Déjà le temps qui se hâte ne parvenait pas à rattraper le destin d’une révolution de rêve qui basculait dans l’horreur d’une nuit trouée de tombes goulues qui avalaient les vaincus du jour. Et Paulin Bamouni ne lira jamais le reportage sur le Burkina, 

POLITIQUE

TCHAD-LIBYE

Leçons d’un champ de bataille

Par Babacar Justin Ndiaye

D’un côté une armée classique, au grand complet, de l’autre un ramassis de guérilleros et patriotes excités: le champ de bataille tchadien s’offre ainsi  comme un vaste terrain d’essai, une école de guerre grandeur nature. Un conflit qui risque de se perpétuer, tant qu’on n’aura pas comblé un certain vide diplomatique qui l’entoure.

La brusque victoire des FANT à Aouzou-village ne clôturait pas la guerre du Tchad. Elle marquait plutôt le prélude d’une guerre dans la guerre. Ainsi l’avalanche de batailles (offensives et contre-attaques) dont Aouzou a été le théâtre depuis le début du mois d’août offre une substantielle matière à disséquer pour élèves-officiers de guerre et autres experts des instituts de défense nationale.

Le général Gallois, théoricien et artisan de la force de frappe et de dissuasion, a déjà donné le ton,  illustrant du coup la triste tâche assignée au Tiers-monde depuis l’après-guerre et l’instauration de la parité nucléaire. En effet, et en marge des cause diversement valables qui légitiment nos guerres, nos pays constituent les bancs d’essai, des laboratoires en grandeur nature pour expérimenter des  armes nouvelles et tester des principes de stratégie pour conflits conventionnels.

A l’instar du Sinaï d’hier, le Golfe et le Tchad n’échappent pas à la règle. L’intérêt du Borkou-Ennedi-Tibesti (BET)  est qu’il octroie le spectacle d’un choc continuel entre une armée classique au grand complet  (infanterie, cavalerie et aviation) et une force de frappe certes puissante et motivée mais non standardisée  sur le plan matériel et organiquement très peu articulée. Cette dernière armée tchadienne, malgré ses prouesses tient plus du ramassis de soldats professionnels, de guérilléros et de patriotes excités que de vrais corps de bataille.

Ces deux armées, en livrant de rageuses batailles, échangent et conjuguent à la fois leurs atouts et leurs lacunes. Noyée dans un surarmement considérable, l’armée libyenne se révèle visiblement apte pour les offensives frontales. Très à l’aise dans les face-à–face statiques, l’armada du Colonel Kadhafi manœuvre de façon très vulnérable dans les escarmouches, les batailles enveloppantes où la mobilité est reine. Et cela malgré une flotte d’hélicoptères lourds MIG 24 soviétiques qui ont été d’une foudroyante efficacité en Afghanistan. L’autre faiblesse de l’armée libyenne est le décalage entre les volumes de son aviation (plus de 300 appareils) de sa cavalerie (1000

chars et blindés) et le professionnalisme mitigé des personnels d’où l’utilisation de contractuels pilotes étrangers : pilotes pakistanais, palestiniens du FPLP CG et syriens. Quelques Palestiniens sont aujourd’hui prisonniers à Ndjaména.

Cette lacune se trouve aujourd’hui corrigée par l’existence d’un corps d’officiers d’Etat­ major de formation très classique: tels les colonels Younès, Kharroubi, Khouldi et Nadaf sortis de l’académie de Sandhurst (Grande Bretagne). En face, Hissène Habré aligne une troupe aguerrie (la meilleure école de guerre, c’est la guerre un matériel hétéroclite (français, japonais, russe, belge et américain, etc) mais manque cruellement d’avions aussi bien pour la reconnaissance, l’appui tactique au sol que pour le transport.

L’avion-cargo Hercules C-130 prêté par Mobutu,  ne peut s’aventurer sans escorte au-delà du 16ème parallèle, au risque d’être intercepte par la chasse libyenne; tant que  la France ne réorganise pas et ne déploie pas davantage le « parapluie Epervier ». En outre, contrairement aux Libyens, Habré ne possède pas un corps d’officiers intermédiaires très étoffé entre la troupe et lui-même, ministre de la Défense.

Ici, apparait la spécificité des FANT qui sont un conglomérat d’hommes issus des débris de l’armée de Tombalbaye et des maquis du Frolinat,  Le tout coiffé non pas par des officiers – au sens classique du terme – mais par des chefs politico-militaires; à l’image de leur ‘patron » Hissène Habré, intellectuel que les circonstances historiques ont mué en « généralissime ». Il perpétue ainsi une réalité de plus en plus répandue depuis le General Giap, ex-professeur d’histoire à  Hanoï, jusqu’à Museveni en passant par Boumediene.

Cependant, le facteur neutre et déterminant, c’est la guerre. Et pour les spécialistes qui connaissent l’immensité désertique et rocailleuse du BET, l’irruption des FANT à Aouzou fut plus qu’une audace. Ce fut un excès de témérité. Défendre une position statiquement à  900 km de N’Djaména, sans une  couverture aérienne ni un rideau de DCA, encore moins des bataillons du train (transports, logistique) et dans une guerre vorace en carburant et en munitions, c’était jouer au poker avec le  »fou de Tripoli » comme rappelait feu Sadate. En définitive, la logique militaire commandait que dans la foulée, Habré ordonnât à son armée de pousser jusqu’à la base aérienne d’Aouzou en territoire libyen, pour la détruire ou en abimer la piste. Car, aucune infanterie au monde ne peut tenir Aouzou sans parapluie tant que la base libyenne du même nom reste fonctionnelle. Mais si le franchissement de la frontière libyenne demeure stratégiquement indiqué, il s’avère diplomatiquement indéfendable.

La dimension cachée

Par Sidy Gaye

C’est Senghor qui disait que dès qu’on aura réussi à poser un  problème sous sa véritable dimension, on l’aura résolu à moitié. Ce constat du praticien, recouvre toute sa perspicacité une fois soumis  à la triste réalité tchadienne.

Longtemps abordé dans les cénacles diplomatiques sous l’éclairage quasi exclusif des thèses impérialistes, le drame tchadien a bien souvent gardé ses énigmes, rendant caduques chaque fois, toutes les solutions et autres plans de paix préconisés dans un passé récent.

Il faut dire que les campagnes de désinformation ont eu une intensité telle qu’il était difficile pour des médiateurs souvent éloignés du théâtre d’opérations, de se faire une idée exacte sur la  véritable dynamique qui alimente la guerre, cultive la haine, et entretient le mépris dans le cœur et l’esprit des différents belligérants.Ces campagnes de désinformation étaient d’autant plus aisées qu’aucune autorité politique digne de ce nom, n’avait jusqu’ici, ni un pouvoir suffisamment assis, ni les moyens lui permettant de leur apporter les démentis requis.

Toutes les thèses y sont passées. Presque toujours, elles ont été inspirées par ceux-là mêmes qui trouvaient leur compte dans cet épais brouillard jeté sur les rouages de la guerre comme pour mieux cacher leurs impostures coupables. Depuis la « jacquerie paysanne » évoquée sous Tombabaye par une certaine opinion française soucieuse de se déculpabiliser face à l’échec d’une tentative de gestion néocoloniale, jusqu’à la guerre fratricide servie par l’envahisseur libyen pour baisser les rideaux sur l’occupation d’Aouzou, en passant par les thèses « decraeniennes » sur l’ethnicité » ou le « clivage Nord /Sud », ce furent-là autant  d’approches trompeuses, qui ont toutes inspiré à un moment ou un autre, des plans de paix ou d’assistance militaire restés bien souvent sans effet majeur sur la situation politique d’ensemble.

Dans tous ces cas de figure, le nœud même du problème qu’on se proposait de résoudre était laissé à l’ombre. Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir du président Habré, suivi d’un processus sans  précédent de réconciliation nationale, mais surtout, les leçons  tirées du rendez-vous manqué de Louborno, pour qu’apparaissent aux yeux de tous, les véritables mamelles du drame tchadien.

Elles sont au nombre de deux. C’est d’abord la manipulation politique permanente dont fait l’objet la quasi-totalité des factions politiques opposées et dont Kadhafi, pour être la plus connue, n’est pas le seul acteur. Ce sont ensuite les agressions caractérisées destinées à perpétuer l’occupation plus que décennale, d’une partie du territoire national. Du coup, ce que beaucoup ont longtemps considéré comme une guerre civile opposant de vils chefs de bande, apparaitra aux yeux  plus lucides, comme une confrontation politique et militaire entre deux pays voisins: 1a·Libye et le Tchad.

L’Organisation de la Conférence islamique (OCI) aura le mérite d’avoir été la première instance internationale à l’avoir débusqué et  affiché à l’occasion du sommet de Koweït-City, au travers d’une résolution d’inspiration sénégalo- algérienne. L’OUA et aujourd’hui l’ONU, lui emboiteront le pas, même si la hardiesse fait encore  défaut à ces deux dernières organisations.

C’est dire que si la guerre connaît encore les développements que l’on sait, cela ne s’explique que par le peu d’empressement que met l’organisation panafricaine à situer clairement cette véritable dimension du conflit, et à agir en conséquence. Aussi longtemps que ce vide diplomatique ne sera pas  entièrement comblé par une condamnation sans réserve des  menées libyennes, le bras de fer Kadhafi-Habré pourra multiplier répits et accalmies, mais jamais le feu ne sera entièrement éteint. On essaiera toujours de régler par les armes, ce qu’on n’aura pas pu faire par la persuasion.

Tchad – Libye

 Une seule arme, le dialogue

Par Ibrahima Fall

Depuis quelques deux décennies, le Tchad qui est déjà un des cônes les plus sensible du polygone africain de la faim, vit les affres de déchirements fratricides d’une rare violence auxquels s’est ajoutée récemment une guerre de reconquête territoriale contre son puissant voisin septentrional.

Malade d’abord de son hypertrophie territoriale et de l’hétérogénéité des conditions de développement de ses deux principales régions géographiques, qui fait alterner une zone méridionale dite « Tchad utile » relativement « nantie » et une large frange aride, voire désertique au nord, le Tchad a, dès les premières années de son indépendance, le malheur d’être confronté à des conflits internes, qui, quoique revêtant un certain caractère ethnique ou confessionnel, n’en étaient pas moins l’expression d’un ras la bol des populations du nord, ulcérées par la marginalisation politique et économique de leur région.

En dépit du soutien ferme de la France qui a résolument lutté contre la rébellion des nordistes, la roue da l’histoire a tourné, installant au pouvoir les anciens rebelles confrontés à leur tour à l’irrédentisme des populations du sud. Hormis les six premières années de l’indépendance, le pouvoir tchadien n’a jamais été stable, menacé à la fois par les divisions intérieures de ses principales communautés et par l’obsession de sécurité de la Libye, qui, en 1972 occupait l’importante bande d’Aouzou dans des conditions extrêmement nébuleuses qui restent encore à éclaircir, en dépit de l’invocation parfois incantatoire des accords Laval-Mussolini de 1935 ou des tractations pour la vente supposée de cette portion territoriale.

PRIORITE A LA RECONCILIATION

Dès son installation au pouvoir le 7 juin 1982, à la faveur du départ précipité des troupes libyennes, réclamé par Goukouni, Hissène Habré, en fin  calculateur politique, a privilégié le processus de reconquête de l’intégrité territoriale du Tchad au détriment de la réconciliation nationale, pourtant élément préalable à toute stabilité institutionnelle.

Après plusieurs manœuvres d’approche et résolument soutenu par l’armada française et américaine, Hissene Habré a reconquis  une bonne frange du Nord tchadien depuis le début de cette année et eu même l’audace en vérité fort téméraire –certains diront provocatrice- de reprendre le 8 août dernier, le poste administratif d’Aouzou.  Cette victoire a été cependant de forte courte durée, car l’armée du Colonel Khadafi, piquée au vif, s’est rebiffée et a réoccupée Aouzou, le 29 août, quelques jours avant la fastueuse célébration du 18ème anniversaire de la Révolution libyenne.

NEGOCIATIONS ROMPUES

La  logique qui sous-tend l’action d’HissènevHabré s’articule autour de la nécessité de mener cette guerre de reconquête territoriale qui sert de ciment au pouvoir, en même temps que d’élément consensuel qui fait se rassembler un grand nombre de Tchadiens autour de son projet national. C’est à croire que la légitimité de Habré n’est fondée que sur la reconquête territoriale du nord, y compris la bande d’Aouzou. Sinon, on comprendrait difficilement les attaques aussi risquées et absolument inopportunes que celles du poste d’ Aouzou et surtout de Mateo Es Saara à 150 kms à l’intérieur du territoire incontesté de la Libye, à la grande satisfaction de certains fauteurs de guerre comme les Etats-Unis qui rêvent toujours d’en découdre avec Tripoli.

Pour sortir le Tchad du bourbier dans lequel il s’est empêtré, Hissène Habré doit absolument revoir sa stratégie politique, en accordant la priorité à la réconciliation nationale au lieu de se lancer dans des aventures ruineuses qui ne font qu’aliéner davantage  sa marge de manœuvre et sa liberté de mouvement face à la France et aux Etats­Unis qui financent la guerre de façon très peu désintéressée. Contrairement à ce que laissent penser las mouvements de ralliement importants de ces derniers mois, la réconciliation nationale est loin d’être achevée au Tchad.

Si à l’étranger, Goukouni qui continua à se réclamer de la légitimité du GUNT et Achekh Ibn Oumar du néo-GUNT, se posent en alternatives au pouvoir en place, à l’intérieur du pays même, la situation est loin d’être assainie. En est une illustration, le malaise persistant dans certaines régions dont celle de Guéra et qui a conduit à des centaines d’arrestations, au mépris du plus élémentaire respect des droits de l’homme dont M. Habré ne semble pas être un champion reconnu, encore moins un garant particulièrement vigilant.

Avec Goukouni, les négociations initiées à Alger sont rompues depuis le 21 juillet tandis qu’avec Acheikh Ibn Oumar aucune tentative de rapprochement avec la pouvoir n’est envisageable, du moins tant  que subsistera l’hypothèque libyenne. Grisé par ses victoires, Hissène Habré, au mépris de la plus élémentaire sagesse, s’est voulu le héraut d’un recouvrement territorial, en vérité sans enjeu réel, dès lors que l’immense territoire tchadien, indemne de toute occupation, vivote dans la misère et le dénuement le plus complet.

En dehors d’une solution arbitrale, aucune issue heureuse ne sera trouvée au problème de la  bande d’Aouzou qui est du reste fort secondaire par rapport à la  réconciliation nationale et au redressement d’un pays en pleine déconfiture, livré au boulimique appétit d’impérialismes rivaux, quoique conjoncturellement complémentaires.

CONCESSIONS MUTUELLES

L’Afrique ne gagne rien dans la persistance du conflit tchado-libyen. Ce ne sont guère les attaques véhémentes concertées et les campagnes de dénigrement et de désinformation contre le régime libyen qui feront que celui-ci devra être traité en paria  sur la scène africaine. Cependant la Libye doit non seulement accepter l’autorité du comité ad hoc de l’OUA  transformé en

juillet dernier en comité des chefs d’Etat pour résoudre son différend frontalier avec son voisin méridional, mais encore se  résoudre à envisager l’étude de ce  dossier  par la Cour internationale de justice qui a déjà fort heureusement trouvé une solution équitable et certainement définitive au conflit de l’Agacher qui a opposé pendant longtemps le Mali et le Burkina Faso.

C’est au prix de concessions mutuelles faites pour le seul intérêt de la préservation de la paix dans un continent en pleine déconfiture que le Tchad et la Libye, pays  que tout devrait logiquement unir- le crédo islamique et certaines convergences ethniques notamment-pourront coexister pacifiquement dans le respect pérenne de la souveraineté de chacun des deux pays.

SUD SANTE

Supplément de Sud Magazine n° 7- Octobre 1987

COMITE SCIENTIFIQUE

Coordinateur

Docteur Baye Assane Diagne

Professeur agrégé d’urologie – Chirurgien

 Membres

Docteur Eva Marie Coll

Professeur agrégée des maladies infectieuses

Docteur Mbayang Ndiaye Niang

Neurologue – Professeur agrégée de physiologie

Docteur Thérèse Moreira Diop

Professeur de Médecine interne

Docteur Souleymane Mboup

Pharmacien – Professeur agrégé de bactériologie

Docteur Mamadou Diakité Ball

Professeur agrégé de dermatologie

Docteur Mamadou Badiane

Professeur agrégé- Pharmacien

Docteur Mohamed Fadel Ndiaye

Gastro-entérologue – Assistant chef de clinique en médecine interne

Docteur Robert Ndiaye

Ophtalmologue – Assistant-chef de clinique 

Docteur Souvazin Diouf

Chirurgien orthopédiste

Assistant chef de clinique

Docteur Talla Seck

Dentiste – Assistant chef de clinique

Docteur Matar Ndiaye

Directeur de l’Organisation de Recherches sur l’alimentation et la nutrition en Afrique (ORANA)

Docteur Fodé Diouf

Spécialiste des maladies infectieuses

Directeur du  Service Grandes Endémies

Docteur Ousmane Diouf

Spécialiste de Santé publique

Responsable de l’Education sanitaire au Sénégal

Docteur Mamadou Sarr

Pédiatre – Assistant chef de clinique

Docteur Jean Michel Ndiaye

Spécialiste de Santé publique Conseiller spécial (Cotonou)

Docteur Matar Guèye

Psychiatre – Maître Assistant

LES  ACCIDENTS DOMESTIQUES

 AU SOMMAIRE

ACCIDENTS MORTELS :  Le danger est à la maison

 BLESSURES DE L’OEIL

 BRULURES

 LES CORPS ETRANGERS DANS LES VOIES RESPIRATOIRES

ACCIDENTS MORTELS

Par Dr Souvazin Diouf et Dr Mamadou Sarr

Avec le modernisme, s’accroit l’insécurité dans nos demeures. L’espace de liberté laissé aux enfants pour favoriser leur épanouissement peut parfois leur être fatal. Les gadgets ont toujours une face cachée. Quand l’enfant la découvre,  le choc ne peut être  que brutal

 Les accidents domestiques, c’est le quotidien. Pourtant ils  constituent une cause de morbi-mortalité, surtout chez les enfants. Ils sont plus fréquents pendant les vacances  scolaires. Ils n’épargnent pas non plus les adultes, la femme au foyer et les personnes âgées notamment.

La pièce la plus dangereuse de la maison, c’est la cuisine. En dehors du feu, les divers ustensiles, tranchants ou pointus et les liquides -plus ou moins toxiques- sont autant d’agents  de traumatismes les plus banals mais parfois graves.

La chambre à coucher, la cour, la rue, les alentours des concessions restent aussi des lieux d’accidents journaliers parfois mortels. Selon l’Organisation

Mondiale de la Santé (OMS), 45% des accidents de la population mondiale ont lieu au foyer, 30% dans les lieux publics, 14% seulement dans les lieux de travail et 10% sur les routes. C’est dire l’importance du fléau.

Le jeune âge constitue la première cible parce qu’il ne connaît pas les risques et qu’il ne sait pas les éviter. Immaturité, ignorance, insouciance, curiosité et manque d’expérience l’exposent tous les jours. Le milieu environnant, pourtant nécessaire à son épanouissement, peut parfois constituer pour lui de véritables pièges, surtout au moment où il commence à le découvrir.

Dès l’âge de 6 mois à partir du moment où il porte les objets à sa bouche, à se déplacer, à grimper, à s’autonomiser, l’enfant s’expose à différents types d’accidents dont la nature parfois change avec l’âge.

NEGUGENCE  COUPABLE

Ainsi chez le nourrisson de moins de 6 mois, les accidents sont rares, car l’enfant est complètement dépendant de ses parents. Ce n’est que dans le  cas de négligence ou de rejet parental qu’il peut être atteint. On assiste alors à des chutes plus souvent spectaculaires que dommageables. Il y a ensuite ce qu’il faut considérer  comme les « fausses routes » alimentaires qui surviennent quand l’enfant régurgite ou vomit lorsqu’il est couché sur  le dos. Ces  cas sont graves car  pouvant être mortels. Ils sont donc liés à un manque de nursing et de mise en position de sécurité de l’enfant.

Exceptionnellement on citera les surdosages médicamenteux, par automédication, par exemple lorsque la mère veut faire dormir un enfant la nuit et  lui applique hasardeusement des  somnifères.

Chez le nourrisson plus âgé entre 6 mois et 2 ans et demi,  c’est essentiellement le manque de surveillance qui constitue le principal facteur favorisant.  L’enfant est porté à cet âge à découvrir et à imiter, parce qu’il veut savoir.

Les corps étrangers (pièces de monnaies, graines d’arachide ou de fruits à petits noyaux, aliments, jouets et objets divers) peuvent alors devenir dangereux à tout moment, parce que susceptibles de se bloquer dans les voies aériennes (nez, larynx, trachée, bronches) déterminant une importante gêne respiratoire pouvant aller jusqu’à l’asphyxie mortelle. Il faut alors hospitaliser d’urgence l’enfant et faire extraire rapidement le corps étranger incriminé.

Les mêmes objets avalés peuvent emprunter les voies digestives ; ils sont alors moins graves et mieux tolérés mais peuvent parfois entraîner, douleurs abdominales, vomissement, constipation. En général ils sont évacués spontanément quand ils sont de petite taille. Dans tous les cas une radiographie s’impose.

Les intoxications par produits  industriels à usage domestique sont aussi dangereuses. Le pétrole et ses dérivés, les insecticides, les engrais, l’eau de javel, etc., sont les éléments dont il faut se méfier.

Le cas le plus fréquent, dans nos régions est celui du pétrole, utilisé pour l’éclairage ou pour faire brûler le charbon. Le scénario classique : une  bouteille de boisson gazeuse dans lequel on a transvasé du pétrole est laissée à la portée de  l’enfant Celui-ci se promenant seul dans la maison, s’en saisit  et le boit volontiers. .. L’attention est alors attirée par l’odeur de l’haleine de l’enfant, bientôt suivie de gêne respiratoire et de convulsions.

Il faut dans l’immédiat déshabiller l’enfant, le nettoyer et surtout éviter de le faire vomir (ou de lui donner du lait). Le faire hospitaliser si possible.

Les autres produits peuvent aussi entraîner des troubles soit digestifs (diarrhées, vomissement) soit cardio-respiratoires et surtout neurologiques (convulsions; agitation, coma).  Il faut hospitaliser rapidement l’enfant sans attendre l’apparition de ces symptômes.

Comme pour toute intoxication, le pronostic est d’autant plus favorable que le traitement a été précocement institué. Les médicaments doivent  également être considérés comme des produits dangereux quand ils sont absorbés sans contrôle. C’est pourquoi il ne  faut jamais les laisser à la  portée des enfants. Le tableau  présenté par l’enfant intoxiqué, varie en fonction du type de  médicament, de la quantité ingérée et du délai écoulé entre l’absorption et le traitement.  Ici on doit dans l’immédiat, faire vomir l’enfant ou faire une  évacuation gastrique.

I – INTOXICATIONS  CHIMIQUES

Chez l’enfant en âge préscolaire et scolaire, prédominent les traumatismes c’est-à-dire les blessures provoquées par les jeux, les accidents de circulation et le sport non encadré. Ces traumatismes peuvent se localiser sur n’importe quelle partie du corps (les membres, le crâne, la face, le thorax, l’abdomen),

Dans la majorité des cas, il s’agit de plaies, contusions, voire fracture mais les lésions les plus graves sont les traumatismes cranio-encéphaliques  vertébro- médullaires (lésions de l’encéphale et de la moelle épinière).

Un traumatisme de l’enfant requiert dans tous les cas un  examen médical avec bilan,  voire une hospitalisation, suivant le cas.

Les facteurs économiques constituent par ailleurs une véritable maladie sociale. Les  enfants des milieux sociaux  défavorisés sont plus vulnérables que les autres. Précarité des habitations, surpeuplement, misère, faible niveau d’éducation familiale, surveillance insuffisante …  n’offrent pas aux enfants des  bidonvilles la sécurité élémentaire. D’autres accidents sont liés à  technologie : jouets mécaniques dangereux, télévision poussant  l’agressivité, gaz de ville, immeubles.  La conjonction de ces facteurs détermine le climat  insécurisant de notre environnement, de nos foyers.

L’OEIL EN VUE

ACCIDENTS OCULAIRES

 Par Dr Robert Ndiaye

La plupart des borgnes que nous croisons sur notre chemin ne sont pas nés avec  un œil. Bien souvent, un accident de parcours est à l’origine de leur handicap. Aussi est-il bien nécessaire de faire attention à ne pas exposer cette partie du corps humain, si précieuse, mais surtout si fragile.  

Grand Dakar, mois d’août, la  période de tous les dangers pour l’enfance dans ce quartier populaire et  populeux de la  capitale sénégalaise, mais aussi partout où les écoliers débarrassés de leurs livres et cahiers imaginent tous les « trucs » dans leurs jeux, question de passer les vacances. Les parents laissent faire, question d’éloigner la marmaille et se reposer au besoin. Et tous les  ingrédients se trouvent réunis pour que la liberté devienne un  danger.

Ce matin d’août, la tension est montée subitement dans le quartier, alors qu’un enfant d’une dizaine d’années attend d’être évacué dans une formation sanitaire. Il saigne abondamment, une tige de bois suspendue à son biceps percé profondément. Saliou, « l’enfant le plus terrible du quartier » selon l’appréciation des voisins, vient d’être mis hors de combat par son petit copain du même âge. Cela n’a pas laissé ses sœurs indifférentes. Manifestement, celles-ci attendaient ce jour pour remuer une plaie à peine cicatrisée, conséquence d’un précédent « accident de jeu »; un des dizaines de cas quotidiennement présentés dans les formations sanitaires, notamment pendant les vacances, mais surtout depuis qu’épisodiquement, la télévision nationale sert « Les trois mousquetaires » aux « petits amis du petit écran ».  En chaque enfant dort désormais un d’Artagnan, admirable héros, expert de l’épée. Et bonjour les dégâts … : bras percés, traumatismes à l’abdomen, à l’œil, etc.

Les accidents oculaires sont les plus fréquents mais leurs -causes ne sont pas toujours tout à fait involontaires. Tenez, l’attroupement là-bas au coin de la rue est une bagarre. Le plus fort ayant terrassé son adversaire lui a mis du sable dans les yeux. Le fameux « seuleum »* n’est pas toujours sans conséquence. Le sable introduit dans l’œil est un corps étranger qui peut éroder la cornée. Si la lésion est méconnue, elle évolue vers la  taie, tâche blanche opaque.

Les traumatismes oculaires en général sont très fréquents, mais revêtent dans les régions au sud du Sahara une note particulière de gravité, aboutissant dans des proportions non  négligeables, à la cécité. La plupart des accidents domestiques impliquant les yeux concernant les enfants entre 5 et 16 ans, victimes de 20 à 30 pour cent de l’ensemble des traumatismes

Par sa maladresse, son inconscience et sa témérité, la jeunesse -en particulier du « sexe fort »- paie un lourd tribut aux traumatismes occulaires.  Le taux plutôt élevé des accidents dans cette tranche d’âge (50 à 70 pour cent des cas) s’explique par la forte explosion démographique et l’état précaire de l’habitat dans nos régions.

Chez l’enfant, les accidents oculaires surviennent au cours des jeux, le jet de pierre et le coup de bâton étant les principales causes. La manipulation  d’instruments dangereux (couteaux, aiguilles, fil de fer, verres, fouet etc.), les projections de .graviers et les chutes arrivent en seconde position avec les brûlures par liquides bouillants (eau, huile).

Le mal chez l’adulte, quoique moins fréquent à d’autres origines. Cet adulte est généralement victime de traumatismes par des objets usuels, les animaux domestiques (coup de sabot, coup de corne)  mais paie aussi la rançon du tempérament lors des scènes de ménage (coup de ceinture, coup de poing, de pied, d’ongle …) et découvre parfois le revers de la médaille dans l’ouvrage.

Dans ces cas autrement appelés accidents du travail, la chaux est responsable de certains dégâts chez l’homme.

LES LESIONS

Les lésions sont nombreuses et variées mais de gravité différente.  On en trouve quatre formes :

– La contusion survient lorsque l’œil entre en contact avec un objet animé d’une  grande vitesse. Au niveau des paupières, elle  se traduit par un gonflement Il  peut s’agir d’un œdème ou d’un hématome.

– L’orbite peut être le siège d’une fracture. L’atteinte la plus grave siège au niveau du globe oculaire qui devient douloureux avec une baisse de la vision.

– La brulure thermique, traumatisme de l’enfant, la brûlure chimique de l’adulte essentiellement par la chaux vive, produisent au niveau des paupières des lésions cutanées relativement bénignes, contrairement à l’atteinte de la conjonctive et de la cornée qui aboutit souvent à l’opacité totale.

– Les plaies sont les lésions les plus graves parce qu’elles sont  à l’origine de l’altération des membranes profondes et de la perte des humeurs de l’œil.  Il peut s’agir de plaies superficielles (ulcères de la cornée, déchirures de la conjonctive) qui guérissent sans séquelles.  Les plaies perforantes avec ou sans corps étrangers inclus sont les plus redoutables et les plus redoutés des accidents oculaires.

Quoiqu’il arrive, ceci est ton à retenir:

– l’œil est certainement le terrain le moins favorable au système « D ». L’idéal donc est de solliciter un praticien lequel est alors tenu de faire un bilan succinct des lésions par un examen simple, doux, en s’aidant d’une source lumineuse orientée obliquement par rapport à l’œil sans oublier l’appréciation de la vision. En raison des risques constants de tétanos dans nos régions, en particulier lors des plaies, il est impérativement recommandé d’administrer un sérum antitétanique, un vaccin antitétanique et de prescrire des antibiotiques par voie générale.

Enfin, lorsque l’accidenté doit être évacué vers un centre  spécialisé, penser à sa mise en condition par l’administration de tranquillisant et en pratiquant un pansement occlusif binoculaire.

AGIR  ADEQUATEMENT

En dehors de toute formation sanitaire, les premiers gestes vont consister à soustraire le blessé du lieu de l’accident, puis à le calmer en évitant l’attroupement autour de lui. Nettoyer ensuite les débris de gravier ou autres corps étrangers éventuels, faire un  pansement occlusif protecteur avec un morceau de linge très propre et évacuer sans attendre le patient au centre médical.

Surtout ne jamais utiliser des produits comme les poudres décoctions  et  autres recettes de  bons « marabouts ». procédé dans la bagarre entre enfants consistant à « laver » avec du sable le visage de l’adversaire  terrassé.

BRULURES :

 LE FEU SOUS LACENDRE

 Par Dr Souvazin Diouf

Vous êtes sur votre lieu de travail ou circulez dans une des grandes artères qui mènent à un centre médical au moment où passe une ambulance, déchirant l’air de sa sirène nettement perceptible au milieu du ronflement des véhicules et des klaxons étourdissants. Indifférence.

C’est à peine si l’idée vous passe par la tête que dans ce véhicule rouge des sapeurs-pompiers, il y a un homme, peut être une vie en danger. Pourtant,  il  peut bien s’agir d’un proche, d’un ami, et même d’un membre de votre propre famille. Peut-être le conjoint voire l’enfant que vous avez laissé à la maison, au milieu d’objets potentiellement porteurs de danger. Une petite erreur de manipulation et votre gaz a transformé votre maison en brasier. Moins tragiquement, c’est peut-être le bébé de quelques mois qui vient d’être victime de sa curiosité en découvrant le feu, au fond d’un récipient

Le gaz, le fourneau malgache, la prise de courant, le vase qui contient l’encens… autant d' »esclaves modernes » qu’une mauvaise sollicitation,  se transforment en pièges aux effets incalculables.

Les brûlures sont le lot quotidien des foyers. Si la brûlure est souvent banale chez la ménagère qui se verse un peu de liquide chaud au bras, elle  peut être grave, voire mortelle chez le jeune enfant particulièrement exposé. L’utilisation du gaz de ville a accru la gravité des risques.

Son inexpérience, son agitation, sa maladresse, combinées  à l’imprévoyance de l’entourage expose l’enfant, alors que la plupart des accidents domestiques pouvaient être évités si les conditions de vie étaient moins difficiles. Les  cuisines inadéquates dans un coin de la chambre ou dans la véranda, la cuisson à même le sol ou sur un fourneau malgache, avec des ustensiles instables à la portée des enfants, l’absence d’aides familiales ou la garde confiée à des « bonnes » aux multiples tâches, (la grand­ mère est de moins en moins là pour surveiller les enfants), la famille nombreuse (foyers de polygamie) avec impossibilité de surveillance constante, sont autant de facteurs directs qui entrainent des brûlures mortelles ou des cicatrices  disgracieuses, des visages détruits.

La saison froide, avec l’utilisation de l’encens pour réchauffer les chambres voit ces accidents se multiplier. Les causes des brûlures sont variées et déterminent le type, la profondeur de la blessure.

En règles thermiques, elles peuvent aussi bien être électriques ou chimiques ·

LES BRULURES THERMIQUES

Les brûlures thermiques sont souvent dues à des renversements de liquides chauds ou bouillants par chute ou maladresse. Elles intéressent alors le visage, les membres supérieurs. L’œil (paupières et cornée) est très exposé.

Dans certains bidonvilles ou en milieu rural c’est parfois des brûlures par flamme : lampe à pétrole, bougies laissées à même le sol, sur les tables ou chaises près du lit ou qu’on donne à l’enfant à transporter d’une chambre à une autre. Parfois c’est l’incendie mortel. Peuvent être tout aussi mortelles les brûlures des temps modernes : explosion de gaz combustibles (propane ou butane) ou de liquides inflammables (essence de réserve ou de mobylette garée dans la chambre). Ces formes sont souvent graves, du fait de la  conjonction du souffle et des gaz inhalés à haute température avec brûlures des voies  aériennes supérieures.

LES BRULURES ELECTRIQUES

Les brûlures électriques sont  de plus en plus fréquentes. L’adulte a souvent le réflexe de lâcher la prise. Chez l’enfant la curiosité et l’instinct d’imitation l’emmènent toujours vers les prises électriques. Les branchements défectueux, les fils non isolés entrainent des brûlures par coagulation des mains. Les nécroses des lèvres et de la langue du jeune enfant qui portait à sa bouche la prise mâle ou qui mastiquait les fils sont classiques.

En outre, l’élévation de la tension portée à 200 volts a considérablement accru la gravité de ces lésions. L’électrocution avec mort su- bite par arrêt cardiaque reste l’accident le plus spectaculaire.

LES BRULURES CHIMIQUES

Les brûlures chimiques sont rares. Elles sont le fruit de solutions de base ou d’acides forts. L’imprégnation des vêtements peut entrainer des nécroses de  la peau (destruction de la peau). Les brûlures sont plus ou moins graves selon l’étendue et la profondeur. Les séquelles dépendent de l’agent, de son intensité et de la durée d’application. Le traitement en sera sa fonction. Une brûlure à

8% de surface corporelle est grave chez l’enfant. Chez l’adulte, la gravité s’apprécie à  partir de 20%. Ces brûlures graves nécessitent une hospitalisation en réanimation car, par la surface brûlée se fait une déperdition importante de liquides. Ces déperditions pouvant aller jusqu’au choc et à la mort Sinon c’est l’anémie, la déshydratation, la dénutrition.  La peau brûlée est une porte ouverte à l’infection dont la plus grave est le tétanos mortel. Si l’enfant n’est pas immunisé, l’administration soit de sérum  simple soit de sérum associé doit être systématique.

RISQUES  D’INFECTION

Beaucoup de parents minimisent les brûlures peu étendues, dans l’ignorance que les traitements à domicile par l’application de l’huile, de jaune d’œuf accroissent les risques d’infection. Le siège des lésions peut être source de séquelles graves surtout au niveau des plis de flexion. Les rétractions et brides cicatricielles au niveau du cou, des épaules, du coude, les doigts collés, sont notamment les séquelles qui constitueront un handicap, ce qui nécessitera une chirurgie, D’où l’importance des soins dirigés dans un milieu médical

Les brûlures du visage laissent souvent des cicatrices hypertrophiées, inesthétiques ou fonctionnelles lorsque les paupières ou la cornée sont atteintes. Alors, plus de vigilance est nécessaire, en n’oubliant surtout pas que le feu est toujours sous la cendre.

 

 

Les gestes qui sauvent

 

–       SUR LES LIEUX DE L’ACCIDENT

–       Empêcher la victime de courir si les vêtements sont en flamme, l’enrouler dans une couverture ou le rouler sur le sol.

– Ne pas déshabiller le brûlé sauf si les vêtements sont imbibés de liquide bouillant   ou de vapeur

– synthétiques et continuent à se consumer sans flamme apparente.

 

Dans ces cas, laisser la dernière couche de tissu collé sur la peau et asperger les zones brûlées avec de l’eau froide.

–       Arroser d’eau froide les parties découvertes brûlées par un liquide bouillant.

–       Faire un pansement stérile si possible sur les parties brûlées.

–       A défaut envelopper le brûlé dans un drap propre si la brûlure est étendue.

 

–       EN PRINCIPE LA BRULURE EST PROPRE

Il faut éviter toute souillure. C’est une porte d’entrée à l’infection

–       LORSQUE LA BRULURE EST PEU ETENDUE ET EST DU 1er DEGRE:

Un traitement local n’est pas nécessaire.

–    LORSQU’ELLE EST DU 2E DEGRE (BULLES)

–   Laver à l’eau de robinet et du savon de Marseille

–   Appliquer de l’alcool iodé à 1% sur la peau saine bordant la surface brûlée ;

–   Exciser les bulles aux ciseaux stérilisés

–  Recouvrir la plaie de ‘tulle gras », puis de compresses stériles

et avec du coton stérile.

Toute brûlure dépassant 10% de la surface corporelle chez enfant et 15% chez l’adulte nécessite une hospitalisation.

 

ATTENTION AU TETANOS

Si le brûlé n’est pas vacciné contre le tétanos, il faut le signaler pour qu’on lui administre du sérum antitétanique (SAT.)  Savoir que le SAT ne protège que pendant 3semaines.

Donc prendre le relais de la protection par la vaccination (3  injections + 1 rappel).

IL FAUT PREVENIR

Ce qu’il faut faire

– Ne pas laisser les enfants s’approcher du feu ;

– Garder les lampes et allumettes hors de leur portée ;

– Tourner les poignets des casseroles afin qu’ils ne puissent pas les attraper ;

– Toujours s’assurer de la fermeture des robinets de gaz ;

– Mettre hors de leur portée les cuvettes d’encens ;

Ce qu’il faut éviter

– Donner à un enfant une lampe ou une bougie allumées à transporter ;

– Faire porter des liquides chauds aux enfants ;

– Laisser un enfant dans la cuisine ;

– les branchements défectueux, des fils électriques non isolés ou qui trainent.

 

 

LES CORPS ETRANGERS

Par Dr Souvazin Diouf

Ce sont des corps étrangers exogènes accidentellement inhostile par un orifice naturel : oreilles, bouche, narine,  parfois même par organes génitaux externes plus rarement l’anus. Les parties molles peuvent aussi être concernées: il s’agit dans cas de traumatismes le plus souvent par piqûres.

Les corps étrangers des voies respiratoires et les corps étrangers avalés les plus fréquemment rencontrés. L’enfant est aussi le plus exposé, la bouche étant un de ses premiers sens d’exploration.

  • I – LES VOIES RESPIRATOIRES

L’inhalation de cors étrange est fréquente. En 4 ans, 32 cas ont été observés à la clinique d’ORL de l’Hôpital le Dantec, ce qui représente 2,7% des cas d’hospitalisations. Ils observent tout âge mais sont plus fréquents avant 15 ans.

Les corps étrangers organiques sont les plus souvent retrouvés. C’est la graine d’arachide ou le chewing-gum inhalé lors d’une chute ou d’une bousculade,  ou bien un morceau de cola ou l’arête de poisson.

Les graines d’arachide ont une fâcheuse réputation, car elles peuvent libérer localement des essences, gonfler et obstruer complètement la voie respiratoire. Ils sont putrescibles augmentant le risque d’infection et leur extraction est toujours laborieuse car friables. Ils se fragmentent et s’effritent facilement.

Les corps étrangers vivants sont rares mais entraînent des tableaux dramatiques, tel cet enfant pêchant au bord de la mer et qui pour réarmer son hameçon met le poisson entre le poisson et ses dents. Malheureusement, sa prise a glissé et  s’est  enclavée dans la gorge. Il mourut en 5 minutes, asphyxié en arrivant chez lui.

Les signes sont variables. Parfois les tableaux, sont dramatiques avec asphyxie et suffocation entrecoupées de quintes de toux tendant à expulser le corps, parfois chutes et perte de connaissance.

Parfois le tableau est moins dramatique : la suffocation suivie de toux qui aboutissent à l’expulsion providentielle. L’inquiétude peut demeurer parce que le corps a été dégluti devenant un corps étranger avalé.

Dans tous les cas où le corps n’est pas expulsé, il amener l’enfant à l’hôpital pour une extraction. Le cas d’accident est rare l’adulte sauf le cas classique du dentier bloqué à l’arrière

II- LA VOIE BUCCALE

Ils sont moins graves : pièces de monnaie, clous, vis, épingles à cheveux, arêtes de poissons, sont les plus souvent retrouvés. La plupart se coince et crée des   troubles au niveau l’œsophage. Ils sont alors faciles à extraire. C’est par contre plus difficile,  lorsqu’ils bloqués au bas de l’œsophage.

Ils parviennent alors le souvent à l’estomac et suivent leur trajet sans encombrer et éliminés par les voies naturelles. L’opération n’est envisagée que  lorsque le corps étranger risque de perforer le tube digestif où s’il reste bloqué pendant plus de 10 jours (épingles à cheveux). Le temps habituel d’éliminer est de 5 à 7 jours. Il faut noter que les purgations sont prescrites.

Mais il faut surtout éviter de donner aux enfants de moins 7 ans des arachides, des pièces de monnaie. Il faut également s’abstenir de se nettoyer les oreilles devant les enfants qui  risquent de vous imiter. Laisser à ces mêmes enfants des instruments tranchants ou pointus une geste tout aussi porteur  danger.

GUIDE DU PRATICIEN

1 – EN PRESENCE D’UNE CONTUSION

Ce qu’il faut faire

– Penser à une fracture orbitaire et faire une radiographie ;

– Rechercher une hypertonie du globe par le palper bidigital ;

– Evoquer une rupture odérale devant une hémorragie sous conjonctivale ;

– Evoquer une lésion interne du globe oculaire quand la vision est basse ;

– Donner par voie générale un antiphlogistique.

Ce qu’il ne faut pas faire

–  Porter un diagnostic rassurant devant une intégrité apparente  globe oculaire

– Oublier la valeur d’une hémorragie sous conjonctivale.

 

2- EN PRESENCE » D’UNE BRULURE OCULAIRE

Ce qu’il faut faire:

–       Pour les brûlures thermiques :

–       Désinfecter les paupières par un antiseptique ;

–       solidariser les deux paupières en cas de brûlure profonde

–       Pour les brûlures chimiques :

–       Lavage précis, abondant, profond, méticuleux, prolongé. Dans tous les cas : reposer l’œil par un collyre mydriatique ;

–       Instiller une goutte d’antiseptique ou antibiotique ;

–       Faire un pansement occlusif ;

–       Administrer des antibiotiques par voie générale.

Ce qu’il ne faut pas faire:

– Négliger les règles d’asepsie afin d’éviter la surinfection ;

– Utiliser un produit neutralisant dans les brûlures chimiques

 

3- EN PRESENCE D’UNE PLAIE

Ce qu’il faut faire

–       pour les plaies palpébrales

–       Nettoyer et désinfecter la peau ;

–       Ne rien couper et garder jusqu’au moindre fragment ;

–       Toujours vérifier l’état de la portion interne des paupières ;

–       Pansement compressif ;

–       S’assurer de la présence d’une perforation du globe ;

–       Rechercher un corps étranger intra oculaire par la radiographie de l’orbite ;

–       Reposer l’œil par un collyre mydriatique ;

–       Instiller un collyre antiseptique ou antibiotique ;

–       Administrer un antibiotique par voie générale ;

–       Pansement occlusif.

Ce qu’il ne faut pas faire

–       Négliger un examen oculaire sous hématome palpébral ;

–       Porter un pronostic immédiat ;

–       Oublier la sérothérapie antitétanique.

 

4 – EN PRESENCE D’UN CORPS ETRANGER SUPERFICIEL

Ce qu’il faut faire

–       Calmer la douleur par une goutte d’anesthésique local

–       Everser la paupière supérieure ;

–       Déplisser le cul-de-sac inférieur pour rechercher le corps étranger ;

–       Enlever le corps étranger à l’aide d’une aiguille à biseau long ;

–       Instiller un collyre antiseptique ou antibiotique ;

–        Pansement occlusif pendant 24 heures.

Ce qu’il ne faut pas faire

–       Prescrire un collyre anesthésique de surface ;

–       Prescrire un collyre corticoïde :

–       Laisser sans traitement, un dépôt de rouille sur la cornée.

FIN SUPPLEMENT SUD SANTE

POLITIQUE

Mauritanie

Sous le signe de la transparence

De notre correspondant Medellah Ould Bellal

Cette fin septembre 1987 ressemble étrangement à la deuxième décade du mois de décembre 1984 : même confiance en l’avenir, mêmes espoirs et même aspiration à plus de justice et de démocratie. Le régime issu de la restructuration du 12 décembre s’est véritablement régénéré en cette période.

Il a suffi, pour cela, de deux procès et d’un remaniement, pour rétablir une confiance mise à rude épreuve depuis trois ans par la crise économique et les fluctuations de la politique régionale fortement marquée par la guerre du Sahara qui n’arrive pas à finir.

Les procès sont ceux des « Baasistes », formation politique autrefois pourchassée par Haïdalla et d’un groupe d’indicateurs qui, nostalgiques de l’ère de l’inquisition, avaient fourni de fausses informations. En effet, au début du mois de septembre, huit personnalités dont un ancien ministre, un enseignant, un journaliste et un avocat sont à leur tour arrêtées. Habitués des prisons mauritaniennes, ils appartiennent tous à une organisation panarabe (baassiste)  qui, quoique non reconnue, a toujours fait partie du décor politique de la Mauritanie.

Ils furent envoyés devant le tribunal sous l’inculpation de détournement et séquestration de mineurs et participation à des réunions illégales. Après un procès jugé équitable par tous, six d’entre eux ont été condamnés, le 22 septembre, à six mois de prison, les autres étant relaxés.

Politiquement, l’arrestation des Baasistes qui sont considérés ici comme proches de l’Irak fut interprétée comme le signe d’un désaccord au sein du Gouvernement sur l’attitude à prendre vis-à-vis de l’Iran. En effet, Nouakchott venait d’annoncer officiellement la rupture de ses relations diplomatiques avec Téhéran.

Cette décision était l’une des revendications essentielles de ce groupe. Il était donc inconcevable dans ces conditions que ce groupe puisse faire quoi que ce soit contre le Gouvernement.  Le verdict qui est très clément explique l’embarras du juge qui refusa de porter l’accusation sur le plan politique. Il  pourrait s’agir tout simplement d’une opération de police que la justice a  redressée.

Le second procès fut celui de M. Isselmou  Mohamed Saleh, ancien directeur de l’Information et d’un autre indicateur peu connu. Ils ont répondu devant le tribunal du délit de diffusion de fausses informations, de diffamation et de colportage. En effet, dans un rapport remis à la Sûreté de l’Etat,  ils ont accusé le Colonel Boukhreiss de fomenter  un coup d’Etat.  Ancien membre du Comité Militaire de Salut National, ancien ministre, le Colonel Boukhreiss est considéré comme un proche du Front Polisario et de la Libye et, de ce fait, il est la cible de beaucoup de critiques. Interpellé et mis en résidence surveillée au Sud du pays il vient d’être libéré et nommé Directeur Général de  la compagnie aérienne Air Mauritanie.

MAQUIS FINANCIER

Ce procès a revêtu une signification particulière. Sous le régime d’Ould Haïdalla, la police secrète, toute puissante, a même parfois perturbé le fonctionnement  des institutions de l’Etat par ses interventions intempestives. Le Président Maaouiya Ould Sid Ahmcd Taya ayant répété à plusieurs reprises qu’il sera mis fin à cette situation. Ce procès fut la première action publique dans ce sens. Dans la même période, un remaniement ministériel, le plus important qu’a connu le pays depuis deux ans, a vu la chute des ministres des Finances  et de la Pêche ainsi que la destitution du Gouverneur de la Banque centrale. II a vu  d’autre part la réactivation du ministère de l’Information, retourné à son autonomie et l’arrivée au gouvernement de deux intellectuels, un administrateur et d’un économiste.

Le départ des premiers exprime la volonté  de combattre la corruption et le laissez­ aller, l’arrivée des seconds celle de mettre  l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.  Le gouvernement qui, avec le départ du Lieutenant-Colonel Ould Deh, ne compte plus que quatre militaires, semble se démilitariser au profit des technocrates.  Ce changement ministériel est la conséquence d’un scandale financier orchestré par M. Ould Bouchraya qui, semble-t-il, contrôle la moitié de l’armement mauritanien. Exerçant ses activités de pêche  industrielle tant en Mauritanie qu’en Espagne. On le soupçonne d’avoir spéculé avec la complaisance (la complicité?) des responsables de l’économie mauritanienne. Le milliardaire a été interpellé et mis en résidence surveillée dans un hotel à Nouakchott et ses bateaux bloqués à Nouadhibou.

Auparavant, le quotidien espagnol  »El Pais » avait publié des articles faisant état de la fortune du milliardaire mauritanien domicilée en Espagne. A plusieurs reprises, l’armateur avait suscité les commentaires de l’opinion publique devant les faveurs obtenues sous le régime Haidalla  qui était l’un de ses amis. Ainsi, sans que les explications avancées n’emportent la conviction des gens, il a été dispensé de la  mesure rendant obligatoire le débarquement des prises maritimes à Nouadhibou, et prise lors de la création de la  Société Mauritanienne de Commercialisation de la Pêche (SMCP) principal instrument d’intervention de l’Etat dans ce domaine.

Au lendemain de la chute de Haidalla,  nombreux étaient ceux qui pensaient que ces faveurs étaient révolues, d’où leur surprise, après que fut révélé que l’armateur mauritanien bénéficiait encore, pour plus d’un milliard d’ouguiyas, dit-on, de l’aval de la Banque centrale auprès de certaines  banques espagnoles. En l’absence de toute information officielle, il est très difficile de  s’orienter dans ce maquis financier, d’autant plus que la rumeur ne se prive pas de monter ses propres scénarii pour combler le manque d’information.

II semble cependant qu’il existe un fil conducteur entre la destitution puis l’arrestation des deux ministres et de l’ex gouverneur de la Banque Centrale, l’assignation en résidence surveillée et  l’immobilisation des bateaux de Ould Boucharaya. En tout cas, la recherche de la transparence semble être un des points fondamentaux du programme de restructuration du 12 décembre 1984.

Haïti

Anatomie d’un ébranlement

Par Babacar Justin Ndiaye

L’histoire est en train de bégayer en Haïti et le pays est à la merci de toutes les dérives: autoritarisme de gauche comme despotisme de droite

Une image s’impose, brutale et envahissante à l’esprit, dès qu’on pense à Haïti. Celle d’une embardée doublée d’une déliquescence inexorable. La patrie de Toussaint Louverture – héros d’une stratégie d’une guerre victorieuse des es­ claves contre les esclavagistes et surtout interlocuteur sagace de Bonaparte – a vu son histoire culminer avec la naissance de la première République noire en 1803, avant de s’affaisser dans une rétrogression des plus traumatisantes.

Dès la disparition de Louverture, une cas­cade de tyrannies (les dictatures de Faustin, Dessalines et Magloire) révélait les signes avant-coureurs de la tranche sombre de la vie politique de file, inaugurée par les Duvalier (père et fils) et notamment ponctuée par la « macoutisation » frénétique et cruelle du pays.

L’effondrement de la dynastie des Duvalier génère une effervescence politique propre à tout pays qui tourne une page dictatoriale (Iran, Centrafrique, Philippines, Guinée, etc …), mais occulte dangereusement les manœuvres qui ont émaillé le crépuscule du duvaliérisme et jalonné d’ores et déjà l’après-duvaliérisme.

Ainsi, au plan géopolitique, Haïti a toujours intéressé les USA. Situé  à 50 km des côtes cubaines, Haïti est une composante de cette constellation d’iles des Caraïbes que Washington, depuis la doctrine Monroe jusqu’à la détente via la guerre froide considère comme ses entrailles dans le bras de fer avec le communisme. D’où les ingérences tantôt feutrées tantôt intempestives de l’Amérique dans les affaires haïtiennes.

SOUBRESAUTS ET TIRAILLEMENTS

On peut dire aujourd’hui, à la lumière des événements, qu’après avoir donné un coup de pouce décisif pour l’ébranlement d’un régime  (Bébé Doc et sa clique) dont la médiocrité politique et les contre-performances sociales risquaient de faire le lit du communisme et des révoltes de tout poil.

 L’Administration Reagan entend donner un coup d’arrêt à une ferme tentation révolutionnaire trop avancée, à son goût. Les derniers soubresauts dans tous les domaines, témoignent éloquemment des tiraillements et contradictions qui parcourent la société haïtiennes aux prises avec ses espoirs déçus et ses rêves contrariés par des calculs tantôt endogènes tantôt exogènes. Dans cet ordre d’idées, le Conseil national de gouvernement (CNG), issu des ruines de la dictature et dont la mission est d’assurer la transition vers des institutions démocratiques se montre de jour en jour peu imaginatif; à moins qu’il ne soit infiltré et neutralisé par les nostalgiques du duvaliérisme.

BRAS DE FER

En tout cas, après le duel sanglant (grèves et émeutes de juillet) entre le CNG d’un côté, la Centrale autonome des travailleurs de Haïti (CATH) et le Conseil électoral provisoire (CEP) de l’autre, les griefs de l’opinion publique visent deux hommes : le Général Williams Régala, ministre de l’lntérieur, ex­ inspecteur des Armées sous Duvalier et son collègue de l’Economie et des Finances ; Leslie Delatour, apôtre d’une politique néolibérale qui ignore l’urgente réforme agraire et ambitionne, par un code (croupion) des investissements, de faire de Haïti,  selon sa fameuse formule, « un Taiwan du bassin des Caraïbes ».

 Ces deux personnalités (Régala et Delatour) apparaissent aux yeux des observateurs à Port-au-Prince comme des amis de l’oncle Sam. Mais Washington qui évite de mettre tous ses œufs dans le même panier bénit également la candidature de Marc Bazin aux présidentielles D’un « look » meilleur que celui de ses rivaux  (Régala, Namphy, etc.). Marc Bazin avait démissionné du ministère des Finances six mois avant l’écroulement de la dictature. En outre, brillant technocrate et grand connaisseur des arcanes de la haute finance, (il a longtemps séjourné à la Banque mondiale), Bazin traine derrière lui une réputation de gestionnaire responsable au royaume de la gabegie et de la concussion.

Cependant, au-delà de ces pions qu’on avance et recule tactiquement sur l’échiquier haïtien, l’essentiel de l’enjeu national est symbolisé par le bras de fer entre le CNG (Conseil et le Conseil électoral provisoire). Le CEP dont la mise en place représente un succès pour les démocrates est un organe composé de 9 personnalités venues de tous les horizons (l’Exécutif, l’Eglise, les organisations des Droits de l’homme, l’Université, les journalistes et les coopératives) et est chargé de contrôler le processus électoral, au grand dam du ministre de l’Intérieur. D’où la fureur du CNG allergique à toute transparence électorale.

D’où enfin, l’âpre bataille qui se déroule sur le front strictement constitutionnel. En effet, de gré ou par peur, nombreux sont les Haïtiens qui ont collaboré avec le duvaliérisme. La démocratie se bâtira donc sur les décombres et avec les dépouilles du duvaliérisme. C’est pourquoi les législateurs haïtiens multiplient les trouvailles et les garde-fous censés endiguer toute velléité de retour en arrière. La loi fondamentale qui sous-tend le futur  édifice constitutionnel est à cet égard un chef-d’œuvre d’entrebâillement et de verrouillage. Donc de prudence. Jugez-en.

Elu au suffrage universel pour 5 ans, le président ne pourra dissoudre ni le Parlement ni le Sénat. Aucune des deux assemblées ne pourra révoquer le président, lequel choisira impérativement le Premier ministre parmi les membres du parti majoritaire (articles134 et 137).

En définitive, force est de constater que plus d’un an et demi après la fuite de »Bébé-Doc », Haïti est  juste au carrefour des dérives. De tout: autoritarisme de gauche ou despotisme de droite. Bref, l’histoire est en train de bégayer à

Port-au-Prince. Désolante révolution pour un pays qui a enfanté de valeureux fils comme René Depestre et  Alexis Stephen.

FRANCOPHONIE

325 millions de dollars dans la sébile africaine

 De notre correspondant au Canada : Abdou Latif Coulibaly

Après Paris en février 1986, Québec a abrité la deuxième conférence au sommet de la communauté francophone, du 2 au 4 septembre dernier. A la fin de ce sommet de Québec, certains observateurs occidentaux ont pu dire ou écrire que les seuls et grands gagnants du deuxième rendez-vous francophone ont été les Etats sous-développés présents à la conférence. En particulier ceux de l’Afrique.

Ce sentiment s’alimentant pour l’essentiel, à la source des 325 millions de dollars canadiens de dette que le Canada a décidé d’éponger au profit de 7 pays africains francophones. Fallait-il voir un gagnant et un perdant dans le cadre de ce grand forum qui a pour ambition de favoriser le regroupement de nations diverses dans le cadre d’une solidarité agissante qui repose sur un substratum linguistique, français ? Que non !  Et le moins que l’on puisse dire est que cette manière, on ne peut plus manichéenne de considérer les résultats du sommet de Québec, est fantaisiste, tant dans sa formulation que dans sa justification.

Toutefois elle n’en traduit pas moins et avec éloquence, toutes les difficultés qu’il y  a à trouver une définition, mais surtout une orientation concrète à la mise en œuvre du concept de francophonie. Une orientation susceptible de gérer avec pertinence les intérêts parfois contradictoires des différents partenaires de la francophonie.

Ainsi, au Québec, quand les Etats du Sud ont parlé surtout d’économie, le Nord, sans dire non, faisait remarquer en même temps qu’il n’était pas question d’isoler la langue. Au contraire, c’est l’élément déterminant qui justifie le regroupement de la communauté francophone. Et il fallait dire en sorte que cette langue soit présente sur les écrans de télévision, à la radio, en informatique, qu’elle devienne véritablement une recherche de la moder­nité.

Mais que signifie réellement tout cela, dans le contexte africain où la majorité des populations (plus de 80 %) sont analphabètes, où la télévision est presque à l’état rudimentaire et l’informatique à l’âge préhistorique? Le tempo, ou plutôt les partitions jouées par l’orchestre du Sud au banquet de la francophonie et qui furent presque essentiellement éclairées aux feux rouges des indicateurs économiques, ont par moments fortement contrasté avec les notes de celui d’un nord plutôt soucieux le perpétuer des privilèges acquis.

Et le mérite du sommet de Québec est d’avoir relativement réussi à donner des réponses  à cette symphonie à notes discordantes parfois. Ainsi on a pu éviter de verser dans un lyrisme creux qui est le propre même des grandes rencontres internationales. De quelle façon alors?

En accordant une priorité évidente aux questions de développement et de coopération. Les secteurs visés : l’Agriculture, l’Energie, la Culture et Communication, l’Information scientifique et Développement technologique, y compris la Recherche et enfin les Industries de la langue.

Pour le secteur agricole par exemple, considéré à juste titre par la conférence de Québec, comme la priorité de  la coopération, on a pris l’engagement d’augmenter dans les pays sous-développés francophones en particulier ceux d’Afrique, le personnel qualifié en agriculture. De 50 % à 700 % pour les ingénieurs et de 70 %  à 500 % pour les techniciens et selon les pays. Parallèlement à cet aspect quantitatif, on s’est intéressé au problème de l’inadéquation de la formation des cadres en agriculture aux besoins et aux priorités des agricultures nationales : absence de liaison entre la formation, la recherche et le développement.

Et pour trouver des solutions de tels problèmes, le sommet de Québec a décidé de mettre en place une enveloppe financière de presque quelques 150 millions de dollars sur une période de trois ans. Cette enveloppe est ainsi répartie en valeur relative : 60 % formation (équipements, documentation, centres régionaux, spécialisation, formation des formateurs etc.). Et enfin 10 % au développement (valorisation des  ressources humaines, appui aux producteurs etc.).

Au plan de l’économie générale, la conférence de Québec a tout naturellement reconnu la nécessité de promouvoir la croissance globale par l’adoption de politiques appropriées à la diversité de la situation économique qui prévaut dans chaque pays membre. Le sommet a, à cet égard, souligné le rôle de l’aide publique au développement et rappelé avec insistance l’objectif déjà établi par les organisations internationales de 0,7 % du PNB pour le niveau futur de cette aide.

Le geste posé par le Canada (l’abandon de 325 millions de dollars) est certainement une forme de réponse à un aspect de la dette des pays sous-développés. Mais il est avant tout le résultat de la rivalité et de la surenchère politique à laquelle Canadiens et Français se livrent dans le cadre de la francophonie. Pour les uns, il s’agit de conserver le privilège des relations qu’ils entretiennent avec l’Afrique. Pour les autres, il s’agit plutôt venir s’installer. L’acte canadien et les réponses françaises qui furent manifestement des coups de publicité médiatiques ont irrité certaines délégations qui se croyaient traitées en mendiants venus chercher l’aumône à Québec.

On n’aurait aucune peine à voir dans le sommet de Québec un succès total et complet pour les Africains si la question de leur endettement et de la détérioration des termes de l’échange avaient été examinés avec beaucoup plus d’efficacité. Or, les remises de dettes et les financements accordés sous formes de perfusion destinées à maintenir le patient en vie sont les solutions qui ont été privilégiées. Elles sont très peu originales et de portée très limitée. C’est d’ailleurs là un piège que la francophonie et les Etats africains doivent éviter, si elle ne veut pas une façade de coopération.

FAIBLES PERSPECTIVES

Aussi, est-il simplement regrettable d’observer que l’idée géniale du Premier ministre du Québec, Robert Bourassa, qui suggère l’indexation du service annuel de la dette africaine sur le cours des matières premières a été remise pour une hypothétique étude approfondie. La mise en forme d’une telle idée exige bien entendu de la part des pays nantis qui partagent avec des nations pauvres l’idéal de la Francophonie, qu’ils renoncent, ne serait-ce que partiellement a certains de leurs privilèges, dans le jeu des relations économiques internationales.

Ce faisant, ils paieraient à leur juste valeur, le cuivre, l’or, l’arachide, le cacao de leurs partenaires.  De même ils accepteraient sans rechigner des négociations globales sur la dette, au détriment du cas par cas qui, incontestablement, n’ouvre que de très faibles perspectives de solutions.

Et la Francophonie ne sera vraiment viable que quand elle parviendra à concilier tant de contradictions qui la traversent.

Le sommet de Paris a été perçu comme un examen probatoire et Dakar se présente à l’horizon 89 comme un test de passage décisif. Paris et Québec ont été plus ou moins réussis ? Dakar est une équation à plusieurs inconnues.

Entre autres inconnues : la concrétisation ou non des nombreux projets identifiés et retenus pour financement au profit des états sous-développés de la communication francophone.

UNESCO

L’OUA à Canossa

 Par Mademba Ndiaye

 Le 7 novembre prochain, la Conférence générale –l’instance suprême de l’Unesco, élira le directeur général de l’organisation. Amadou Makhtar Mbow, le candidat sénégalais de l’OUA par la volonté de l’organisation panafricaine, a retiré sa candidature après quatre tours de scrutin au Conseil exécutif.

Avant ce retrait, l’Afrique a placé sans problème majeur l’Algérie et le Sénégal aux fauteuils revenant à l’Afrique du Nord et de l’Ouest au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Maintenant, il faudra guerroyer ferme pour faire du Camerounais Monekosso, le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)  et du Béninois Moïse Mensah, celui de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Cette bataille ratée de l’Unesco a été d’autant plus prévisible, que les Africains, – le Sénégal en particulier- ne semblent pas entamer toutes les démarches pour obtenir une élection consensuelle de leur candidat qui, et les faits l’ont prouvé, n’était pas prêt d’accepter une élection dont la conséquence aura été la dislocation de l’organisation.

Lors du  22ème de l’OUA à Addis Abeba (juillet 1986), les chefs d’Etats et de gouvernements avaient adopté une résolution (AHGIRES 157, appuyant la réélection de M. Mbow  pour un troisième mandat. Or, à la 23ème session (juillet 1983) la Mauritanie a demandé à l’organisation de soutenir son candidat M. Ahmad Baba Miské pour remplacer M. Mbow, qui, entre-temps, le 6 octobre

1986  avait dit devant le Conseil exécutif de l’UNESCO qu’il n’était pas « demandeur d’un 3ème mandat ». C’est durant la  discussion à huis clos par  les chefs d’Etat, des candidatures africaines, que le vase a débordé avec l’intervention de la délégation mauritanienne. La Gambie avait fait des siennes en présentant une candidature à la direction de l’OMS et fait des démarches auprès des pays extra-africains alors que la candidature camerounaise avait déjà l’appui de l’OUA.

Le délégué mauritanien a informé les chefs d’Etat de l’interprétation de son pays  de la déclaration de M. Mbow du 6 octobre mais surtout il affirme que « c’est par la suite que la Mauritanie, après avoir informé le Sénégal, a cru devoir présenter M. Miské ».  Allant plus loin, le délégué ajoute « étant donné la qualité de nos relations bilatérales, il aurait suffi d’un mot de nos frères sénégalais pour que la candidature mauritanienne n’ait jamais été rendue publique ».

 Le chef de la délégation de Nouakchott a alors dénoncé « la confusion et l’ambiguïté qui doivent être levées pour que l’Afrique aborde cette importante élection dans la clarté ».

CONFUSION ET AMBIGUITE

Cet extrait de l’intervention du délégué mauritanien aurait pu rendre justice à la Mauritanie, si ce pays ne s’était pas ensuite tourné vers la Ligue arabe pour faire avaliser la candidature de M. Miské. Cette manière cavalière d’obtenir, en jouant sur la simple solidarité ethnique ce auquel on avait volontairement renoncé, en dit long sur la conviction des Etats lors de l’adoption des résolutions de l’OUA. Même si la Mauritanie  a finalement retiré, auprès du Conseil exécutif de l’UNESCO, la candidature de M. Miské.

Mais les propos du délégué mauritanien lors du 22ème  Sommet montrent surtout, que Dakar a envisagé peut-être dès 1983, la nécessité de trouver un remplaçant à ce compatriote dont la première candidature en 1974, avait déjà posé des problèmes, entre Senghor et ses pairs.  A l’époque, l’OUA soutenait M. Mbow alors que le Sénégal suspendait sa décision au retrait volontaire du Français Réné Maheu, de la direction de l’UNESCO.

Il est peut-être inutile de revenir sur la suite des débats après l’intervention de la Mauritanie. Le président Kaunda a immédiatement pris la parole en tant que président de l’OUA pour un véritable panégyrique à l’endroit de Mbow avant de demander « a hand » pour la Mauritanie et « a louder hand » pour le directeur général de l’UNESCO.

Le Sénégal interviendra pour confirmer les propos du délégué mauritanien quant à l’information et le remercier pour avoir retiré la candidature de M. Miské « avant que le Sénégal n’ait dit un mot ».  Il est certain  cependant que Nouakchott n’attendait pas ce « mot » en plein sommet de l’OUA mais bien plus tôt  Or donc, M. Mbow n’était pas « demandeur d’un troisième mandat » ce qui veut dire en clair qu’il était prêt pour un 3ème  round pour autant que « les chefs d’Etat africains assument toutes leurs responsabilités », comme il l’a dit dans sa conférence de presse du 5 février 1987 à Dakar. Apparemment,  il n’a pas été satisfait sur cette question.

Ce troisième mandat, l’Inde et le Brésil  voulaient pourtant le lui offrir pour fixer définitivement l’orientation tiers-mondiste de l’organisation. Mais alors qu’a fait le Sénégal pourrait-on se demander, au vu de la discrétion qui entoure l’élection de novembre ?

DISCRETION OU INERTIE DIPLOMATIQUE

Certes, il est toujours possible de rétorquer que Dakar est lié par la résolution de l’OUA (l’argument a été utilisé en d’autres temps et      en d’autres circonstances), Mais, hormis M. lba Der Thiam (ministre de l’Education nationale) qui est membre du Conseil exécutif de l’UNESCO, le gouvernement sénégalais a fait preuve d’une discrétion remarquable. Faut-il croire que le Sénégal a déployé une intense activité diplomatique dans les coulisses pour soutenir le  candidat de l’OUA ? Oui si on considère la réserve naturelle du chef de la diplomatie sénégalaise, M. lbrahima Fall. Non lorsqu’on sait que l’élection de candidats sénégalais dans différentes instances internationales ( Cour internationale de la justice de La Haye, Conseil supérieur du sport en Afrique, Banque africaine de développement, Présidence de l’OUA, etc) a toujours été obtenue haut la main grâce à une « campagne »  rondement menée.

Au total, la lame de fond diplomatique en faveur du candidat sénégalais de l’OUA,  ne pouvait véritablement actionnée que par Dakar. Or, le candidat qui ne jouit pas du soutien massif, franc et simultané de son propre pays et de son groupe régional a toujours peu de chance d’être élu à la direction d’une instance internationale. Tous les candidats qui se sont retirés au fur et à  mesure du déroulement du scrutin au Conseil exécutif en ont fait l’amère expérience. Un jour peut-être, l’histoire expliquera pourquoi en 1987 au Conseil exécutif de l’UNESCO), Paris a été Canossa pour l’OUA et ses alliés.

Guerre du Golfe

On a peur de la paix

 Par Abdoulaye Ndiaga Sylla

 Véritable poudrière au cœur du Moyen-Orient, le golfe arabo-persique est devenu, au fil d’une guerre qui n’en finit pas de compter ses morts et de comptabiliser ses pertes matérielles, l’espace d’une confrontation entre marines de guerre. Navires iraniens placés sous haute surveillance des patrouilleurs américains, c’est l’image d’une confrontation qui, désormais,  dépasse les deux protagonistes, l’Irak et l’Iran. L’heure n’est plus à craindre une internationalisation du conflit. Elle est déjà là, bien présente, même si on cherche de part et d’autre à retarder le début de l’escalade.

L’hypocrisie qui préside souvent aux relations internationales et la raison d’Etat qui est seule à même de la justifier ont contribué à compliquer les données du problème. Toutes les combines ont été trouvées pour punir un pays dont le seul tort a été d’asseoir une révolution sur les cendres d’un régime dictatorial qui jouait à merveille son rôle de pont avancé de l’Occident dans cette région du monde. Sinon, comment comprendre ledu monde. Sinon, comment le silence des chancelleries occidentales après l’attaque surprise lancée contre la République islamique d’Iran le 22 septembre 1980 par l’Irak ?

(L’URSS fournissait à l’époque à l’Irak 80 % de son armement). L’Irak n’a-

t-il pas aussi fait le premier pas vers une internationalisation du conflit en attaquant, il y a quatre ans, le premier pétrolier battant pavillon koweitien et en prenant d’assaut, en mai dernier, la frégate américaine « Stark » ?

Force est malheureusement de constater aujourd’hui que les chances d’une solution diplomatique au conflit sont faibles, en dépit des efforts déployés par l’Organisation des Nations-Unies avec la résolution 598 du Conseil de sécurité et la médiation de M. Javier Pérez de Cuellar.

L’Iran dont le président Ali Khamanei qualifiait, il n’y a guère, la résolution 598 « d’insulte à l’ «esprit » et le Conseil de sécurité d’usine à papier » a rejeté l’appel au cessez-le-feu comme il ne manquera pas de maintenir son intransigeance au cas où une nouvelle décision portant embargo sur les ventes d’armes à Téhéran venant à être adoptée par ce même Conseil de sécurité.

Tout laisse croire que la fin d’une guerre qui est entrée dans sa huitième année n’est pas pour demain. La victoire d’un camp sur l’autre étant exclue, le pourrissement de la situation va s’accentuer au grand bonheur des marchands d’armes. L’Irak et l’Iran en sont arrivés à un point où ils ont plus peur de la paix que de la guerre.

Conscients qu’avec la fin des hostilités, ils feront face à des peuples difficiles à mobiliser autour de l’idée de sacrifice, du martyr, de la reconstruction, du consensus autour du parti Baath, les régimes iranien et irakien étalent chaque jour leur incapacité à assumer la mise en œuvre de négociations pour le retour de la paix dans cette région névralgique. 

ECONOMIE

DETTE AFRICAINE

 Que vaut l’exemple canadien ?

Par Sidy Gaye

En prenant début septembre et fin octobre, à l’occasion des sommets de ta Francophonie et du Commonwealth l’initiative d’éponger près d’1 milliard de dollars canadiens que lui devaient une quinzaine de pays de l’Afrique subsaharienne, Ottawa a sans conteste, réussi un coup d’éclat majeur dans le processus de résolution de la crise de l’endettement international.

Certes, ce n’est pas la première fois qu’un pays industrialisé décide, pour des raisons diverses, d’annuler tout ou partie de ses créances sur le Tiers Monde. En 1979 déjà, avant même l’éclatement de la crise mexicaine qui servira de révélateur à la problématique de l’endettement, Paris n’avait pas hésité à passer l’éponge sur près de 30 milliards de FCFA que lui devaient un certain nombre de pays classés parmi les moins avancés (PMA).

L’année 87 elle-même, a été jalonnée de gestes de même nature de la part des scandinaves, au bénéfice principalement des pays de la Ligne de Front. Toutefois, si les initiatives canadiennes ont davantage fait impression, cela est dû entre autres raisons, à l’importance des créances épongées, au large éventail de pays concernés, aux circonstances dans lesquelles elles furent annoncées mais surtout, à reflet médiatique dont elles ont su tirer parti.

Mais qu’elle soit française, scandinave ou canadienne, l’annulation sans condition, pour tout ou partie, des créances du  Tiers Monde, suscite des interrogations incontournables. Certes, le grand nombre de réactions positives émises au lendemain de chacune de ces décisions, témoigne d’une satisfaction réelle. Il exprime également ce mérite évident, lié à tout élan du cœur.

Mais à la réflexion, aide-t-on réellement l’Afrique en la soulageant sans condition, de ses engagements financiers ? Si les réponses à cette interrogation fondamentale peuvent varier d’un courant de sensibilité à l’autre, un fait au moins demeure : c’est l’infantilisme dans lequel de tels gestes confinent nos leaders politiques.

S’il est vrai que la problématique de la dette est plus que préoccupante, il reste qu’aucune solution durable, ne pourrait lui être trouvée si le mal n’est pas combattu à la source. C’est tout le contraire des annulations à titre gracieux, qui s’en arrêtent au vernis superficiel. En vérité, l’un des problèmes de fond que pose le surendettement actuel du continent, réside moins dans ses modalités de remboursement (aspect secondaire) que dans l’impact marginal que les sommes empruntées par le passé ont eu sur l’évolution d’ensemble des économies africaines.

Cette énigme demandait à être élucidée en priorité. A défaut, l’effort consenti aujourd’hui n’offrirait au mieux qu’un répit sans lendemain. Puisqu’à l’évidence, quelle que puisse être l’anathème jeté aujourd’hui sur l’ardoise africaine, l’histoire économique contemporaine est bien là pour nous rappeler que toutes  les opérations d’emprunt massif, n’ont pas toujours abouti à une reproduction perpétuelle du cycle d’appauvrissement.

Gardons en mémoire la Nouvelle Zélande, l’Australie, le Japon, le Canada et les Etats-Unis du XIXème  siècle. Tous ces pays qui avaient très largement emprunté sur les marchés britanniques des capitaux, ont réussi par une utilisation judicieuse de ces prêts, à lancer les bases d’une croissance soutenue et durable.

Certes, le système international de rente qui caractérise la conjoncture actuelle, ajouté à l’instabilité monétaire et à l’ascension vertigineuse des taux d’intérêts, ont profondément bouleversé entre temps les données de bases. Mais aussi profondes soient elles, ces seules contraintes ne sauraient expliquer l’enlisement actuel du continent. Au contraire, le récent rapport du

Fonds Monétaire International sur la fuite des capitaux dans le Tiers Monde apporte une autre lumière.

L’irresponsabilité qui caractérise, et nos systèmes de gestion et le choix de nos projets d’investissement, nous édifie encore plus. En définitive, si les emprunts extérieurs n’ont pu jouer ici, le même  rôle moteur qu’ailleurs, ce fut davantage en raison de l’absolutisme qui caractérise sous les formes diverses, les systèmes politiques africains. Dans la quasi-totalité des pays africains les plus endettés, une élite pas toujours soucieuse du bien commun a eu, à elle seule l’énorme pouvoir de décider en dehors de tout contrôle, du bien fondé et de la destination finale ou supposée des prêts consentis par des bailleurs davantage préoccupés par des considérations strictement mercantiles.

Aussi, un pays ouest africain parmi les bénéficiaires de l’annulation canadienne avait-il emprunté près d’un milliard de dollars pour bâtir un complexe sucrier dont la production unitaire dépasse de 300 pour cent, les cours mondiaux. Un autre du même groupe alors dépourvu de minerais de fer et de pétrole, s’est doté toujours sur emprunt, d’un complexe sidérurgique et d’une raffinerie qui attendent aujourd’hui encore, leur premier tour de manivelle.  Enfin, un troisième en banqueroute dès 75,  finançait la même année et sur emprunts extérieurs, un complexe commercial international avec parking souterrain, un aéroport moderne pour desservir le village du Président avec en plus, l’inévitable flotte d’avions à réaction.

Les exemples pourraient être multipliés à loisir chez chacun des bénéficiaires de l’annulation de la dette canadienne. Ils témoignent tous de l’incurie qui caractérise la gestion économique et politique du continent.  Ces travers qui perdurent aujourd’hui encore donnent à l’Afrique l’image d’un panier percé qu’il convient de rafistoler par un surcroit de démocratisation avant d’y jeter le blé.

                          Risque d’asphyxie

Par Hamadoun Touré – PANA

 Image hésitante et obsédant et reflétant la tragédie économique d’un demi-milliard de personnes,  la dette extérieure de l’Afrique demeure sujet d’inquiétude à l’intérieur comme à l’extérieur du continent.

En raison de son volume, de sa structure, de son impact socio-politique, mais aussi à cause d’un environnement économique international sans pitié, la dette a figuré au centre des préoccupations de toutes les rencontres où l’Afrique a eu voix au chapitre. L’enjeu que constitue la dette a mené à plusieurs interrogations portant notamment sur son importance – comparativement à celle de l’Amérique Latine – ses composantes ainsi que les causes internes et externes.

Ses incidences politiques, économiques et sociales sur l’avenir de l’Afrique de même que les alternatives possibles n’ont pas également été des préoccupations mineures pour les Africains. Plusieurs fois ressassées, ces questions n’ont pas toutes trouvé de réponses à la dimension de la menace, ni en rapport adéquat avec l’enjeu.  Au cours des douze dernières années, la  dette extérieure africaine a connu un accroissement rapide. Par exemple, entre 1974 et 1985, son volume (prêts à court terme et arriérés compris) est devenu sept fois plus important, atteignant 175 (cent soixante quinze) milliards de  dollars américains. Quant aux arriérés, ils ont plus que doublé entre 1980 et

1984, passant de 4,2 milliards à 9,4 milliards de dollars. Le nombre de pays  en défaut de paiement, au cours de cette période variant entre seize et vingt et un.

Ces pays ont déjà demandé le rééchelonnement des dettes qu’ils ont contractées auprès des banques commerciales et des créanciers officiels dans le cadre des Clubs de Paris et de Londres. Les estimations de la Commission économique des Nations-Unies pour l’Afrique (CEA) chiffrent la dette totale de l’Afrique (déboursée et non déboursée) à 200 (deux cent) milliards de dollars à la fin  de 1986, ce qui représente 44,6 pour cent du produit intérieur brut et environ 200 (deux cent) pour cent des recettes d’exportation du continent.

 Selon les chiffres du Fonds Monétaire International, les obligations totales liées au service de la dette, pour l’ensemble des pays africains, s’élevaient à 18,9 milliards à la fin de 1986. Des documents de la CEA sur la question indiquent que le service de la dette pour presque tous les pays africains représente, à l’heure actuelle, plus de 40 (quarante) pour cent du PIB et dépasse, dans certains cas, 55 (cinquante-cinq) pour cent. Pour certains pays africains, le ratio du service de la dette atteint le seuil critique de 100 (cent) pour cent et même plus de leurs recettes d’exportation. Selon les prévisions, le nombre de ces pays devrait s’accroitre sensiblement au cours des trois prochaines années.

Les chiffres ci-dessus montrent une cruelle réalité. Ils signifient que la plupart des pays africains doivent consacrer la totalité de leurs recettes d’exportation au service de la dette et ne disposent pas des ressources nécessaires à la mise en œuvre de leurs programmes de redressement. Selon les projections actuelles qui servent de base de travail à la CEA, à la fin de 1990, l’Afrique aura besoin de 24,5 milliards de dollars annuels pour assurer le service de sa dette extérieure, ce qui dépasse de loin la capacité de la plupart des économies des pays Africains. En définitive, à moins que la tendance ne soit renversée, le service de la dette risque d’asphyxier les économies africaines.

     SUNNISME – CHIISME      

 La foi islamique avant tout

 Par Abdoulaye Ndiaga Sylla

 « Din » et « Dawla ». L’Islam, religion et communauté est ouverture et tolérance. Au centre de la révélation fondamentale comme dans la gestion de la cité de Médina sous la direction éclairée du Prophète Mouhammad (Salut et Paix sur lui), on trouve ces dignes distinctifs.

Le fondamentalisme musulman, le courant islamiste diront certains, n’est pas par ailleurs, une donnée nouvelle. L’aspiration à résoudre, au moyen de la religion, tous les problèmes sociaux et politiques et à restaurer l’intégralité du dogme, a de tout temps traversé l’Islam.

La nouveauté est à chercher dans les formes violentes qu’épouse ce fondamentalisme dans les sociétés actuelles. Le radicalisme de type mystique soufi a également marqué son histoire notamment dans les confréries, de même que la querelle entre un Islam étatique et un autre qu’on pourrait qualifier de populaire.

En fait, c’est l’idée même du monolithisme de l’Islam qui fait question. Non que le dogme puisse être remis en cause, encore moins l’unité de la foi, mais parce que les manifestations sont devenues diverses d’une région à une autre, d’une civilisation à une autre. L’Islam est pluriel, socialement, historiquement, géographiquement.

Cette pluralité s’est précisée le jour où les partisans de Hussein, le fils de Ali, le 4ème calife, se sont heurtés à la légion de Yazid, fils de Moawiya. Fracture dans la l’histoire de la dernière religion révélée. De ce moment trouble, date   le 2ème acte du drame chiite (originellement, les partisans de Ali dans la lutte du califat à la mort du Prophète Mouhammad). Il ne s’est pas agi, tout au moins au début, d’une discussion d’école entre les Sunnites, (par référence à la Sunna ou tradition du Prophète Mouhammad) et les Chiites, même si la revendication de l’héritage spirituel est une constante de cette tendance.

RUPTURES

Le Chiisme ne rejette pas  la Sunna du Prophète Mouhammad.  Contrairement à ce qu’on pourrait penser en se référant aux vocables. Ce n’est donc pas par rapport à la fidélité à la tradition prophétique qu’il se différencie du Sunnisme, mais du droit de succession légitime (qui revenait à Ali) et à l’assassinat de son fils Hussein. Les conséquences entraînées par cette rupture sont nombreuses. Si les Sunnites sont à l’origine de toutes les tendances laïcisantes de l’Islam, les Chiites ont continué à accorder une place centrale au clergé.

Mais fondamentalement, la compréhension que chacun des courants a de son statut de musulman se traduit par des approches divergentes de la question du califat, de l’imamat et de l’importance du Jihad.

Par rapport à l’Ijihad ou effort d’interprétation des textes sacrés notamment le Coran, aucune avancée significative ne peut être relevée. Les « leçons » de l’Imam Khomeiny constituent en fait, l’une des rares tentatives allant dans ce sens. Elles ne sont pas acceptées par tous.

Quant au Calife, il convient de préciser que les Sunnites l’ont considéré, avant l’abolition du califat par Ataturk en 1924, comme le chef chargé de la direction politico-religieuse  général des musulmans.

Les Chiites, (80 millions sur près d’un milliard de musulmans), voient en lui, « l’ombre de Dieu sur terre ». La charge de califat doit, dans leur conception, revenir à Ali et à ses descendants. De ce fait, ils sont privés d’autorité suprême depuis la disparition du 12ème Imam, Mohammad le Désiré.

Cet Iman «caché», selon eux, reviendra pour faire régner la justice et l’égalité. Dans l’attente de son retour, les mollahs (ulémas dans la caste sacerdotale que constitue la hiérarchie chiite), doivent intervenir auprès des tenants du pouvoir, pour l’orienter.

Par ailleurs, alors que pour les Sunnites, l’Imam n’a aucun rôle sacerdotal (chargé de diriger la prière et de dire les sermons), l’Imam est souvent un laïc choisi en raison de son intégrité, de sa dévotion, de sa compétence. Il désigne chez les Chiites, plus qu’un saint, un guide. On lui doit fidélité.

Le Sunnisme ignore  aussi, la notion d’ayatollah (signe de Dieu en arabe), dépositaire du message divin, digne de pratiquer l’interprétation de la volonté de l’Imam caché et d’enseigner la théologie.

SPIRITUALITE

 En dépit de ces divergences, le Chiisme ne saurait être un Islam dans l’Islam.  La  chi’a, le parti d’Ali d’où il tire son nom, a beaucoup évolué et s’est divisé en plusieurs tendances  (kharéjites, druzes, etc.). Il  n’est pas réductible à la civilisation persane. Ses origines sont arabes. C’est bien sûr au contact de la civilisation persane mais aussi sur les bords du Tigre et de l’Euphrate en Mésopotamie (les villes saintes  du chiisme Najaf  et Kerbala où a eu lieu le martyr de Hussein se trouvent  en Irak, pays arabe), qu’il s’est enrichi.

L’opposition séculaire entre Arabes et Persans, ont pu penser certains, se nourrit de la confrontation entre un sunnisme modéré et un chiisme violent. Il y a là un pas qu’il serait hasardeux de franchir.

LE chiisme doit être pris pour ce qu’il est : affirmation d’une spiritualité dense ; courant islamique dont les adeptes ont souffert tout au long de l’histoire de multiples exactions.

Si l’Iran est aujourd’hui transformé en théocratie, il faut certes en chercher les raisons dans l’utilisation, dans la conquête du pouvoir, du sentiment religieux profondément ancré dans le vécu d’un peuple où l’obligation du Jihad est plus forte que dans la tradition sunnite, mais aussi et surtout, dans l’implacable dictature du Shah. Tous les espaces de libertés étant alors occupés par le régime du dictateur, la mosquée devenait le seul lieu possible de contestation.

 ATHLETISME

L’Afrique à Rome

Main basse sur le demi-Fond et le fond

Par Oumar Ba

Les Africains ont dominé à Rome les épreuves du demi-fond et du fond lors des deuxièmes championnats du monde d’athlétisme. A un an des Jeux de Séoul, l’espoir est permis.

L’athlétisme africain a produit dans le passé des champions exceptionnels comme les Sénégalais Abdou Sèye, l’Ethiopien Abébé Bikila, le Tunisien Mahamed Gamoudi et l’Ougandais John Aki Sua. Aujourd’hui, le témoin est en de bonnes mains, car à Rome, théâtre des deuxièmes championnats du monde d’athlétisme, l’Afrique a frappé un grand coup avec le sacre des Kenyans Paul Kipkoech (10 000 m), Billy Konchellah (800 m) et Wakihusu Douglas (Marathon), du Somalien Abdi Bilé  (1 500 m) et du Marocain Saîd Aourta (5 000 m).

Cinq médailles d’or au cou de ces athlètes marquent incontestablement la domination à Rome de l’Afrique sur les courses du demi-fond et du fond. Seuls les 400 m (où pourtant le Nigérian Innocent Egbunike était le grand favori) et le 3 000 m steeple-chase ont échappé à la suprématie du continent africain sur ces distances.

A l’heure du bilan, l’athlétisme africain peut être fier de sa participation à la grand’messe de Rome car, outre ses cinq titres mondiaux, les médailles d’argent de Egbunké, du Djiboutien Ahmad Saleh (marathon), la médaille de bronze du Kenyan John Ngugii (5 000 m) et la présence de 23 athlètes aux différentes finales marquent aujourd’hui le retour en force du continent africain sur la scène mondiale.

Ces deuxièmes championnats du monde ont également permis au Nigérian Joseph Taïwo, d’établir un nouveau record d’Afrique du triple saut (17,29 m) et à sa compatriote Mary Onyali (seule Africaine finaliste à Rome) d’améliorer le record africain du 200 mètres Dames (22″ 52). S’il est incontestable qu’aujourd’hui le demi-fond et le fond sont la chasse gardée de l’athlétisme africain, les contre-performances enregistrées au niveau des concours (disques, poids, javelot, marteau, hauteur et perche), des sprints (100m, 200  m) et des relais (4×100 m surtout) prouvent également que l’Afrique accuse un grand retard par rapport aux Américains et aux Européens.

Un retard plus accentué chez les « Africaines » qui, depuis le sacre de la Marocaine Nawal Moutawakil à Los Angeles, n’ont pas réussi à accéder sur un podium mondial. Ces faiblesses de l’athlétisme africain constituent cependant une des préoccupations de la Confédération africaine d’athlétisme amateur (CAAA) dirigée par le Sénégalais Lamine Diack.

Prêchant en terrain connu, M. Diack, également vice-président de la Fédération internationale d’athlétisme amateur  (IAAF), estime que l’Afrique ne pourra combler ce retard qu’en organisant des compétitions plus régulières et en assurant  à ses athlètes une préparation très poussée. D’ailleurs, faute de pouvoir bénéficier de ces conditions, les meilleurs athlètes africains vivent aujourd’hui en Europe ou aux Etats-Unis.

Mais la plus grande victoire de l’Afrique à  Rome a été obtenue en dehors de la piste. En effet, les responsables africains qui mènent une bataille depuis plus de 25 ans pour dénoncer le système inégalitaire à l’ IAAF, ont réussi à renverser la tendance. Désormais, œ sera « Un pays -Une voix » pour toutes les décisions (élection des responsables et modifications des textes) de  la Fédération internationale  d’athlétisme

L’Afrique au Festival de Moscou

 Par Baba Diop

 Malgré leurs bonnes factures, les films présentés par le continent ont souffert d’une mauvaise programmation

Au XVème festival cinématographique  de Moscou (du 6 au 17 juillet 1987), l’Afrique a été couronnée. En effet, le  Mozambique, qui est loin de faire partie des pays connus par leur cinématographie, a obtenu dans la sélection officielle des courts métrages, le prix d’argent pour le film « Images et Portraits », du réalisateur Rodrigue Gonsalves.

L’auteur, à travers des séries de portraits, présente les victimes de guerre dans son  pays et c’est avec sensibilité et retenue que les cameramen Jucce Vicente et Amade Ali font découvrir cette réalité quelque peu méconnue.

Le Mozambique mérite largement cet encouragement car malgré les efforts de guerre et les difficultés financières, il donne tout de même un coup de pouce à son jeune cinéma, plus orienté dans la  production des courts que de longs métrages. Ce pays possède un laboratoire de développement en noir et blanc dont le fonctionnement a été quelque peu ralenti par la guerre.

Le premier long métrage sorti de ce laboratoire cette année fut « O Ventre Sopra do norte » (Le vent souffle du nord) de José Cardoso, un film qui a été diffusé dans le  marché du film dans des conditions lamentables. La cabine de projection n’était pas équipée en 16 mn. C’est donc dans la salle même que fut installé le projecteur.

José Cardoso, dans ce film, nous ramène aux années 60, à un moment où le Mozambique commence sa guerre de libération et c’est à travers les jeux de deux jeunes personnes que nous vivons les dernières heures de la colonisation.

Toujours dans la section court métrage, l’Algérie était venue présenter deux films : « la Renaissance » et «Le point de jonction». Le Gabon était représenté par « Port Gentil et ses environs » ; le Soudan : « la corde » ; l’ANC « Le chant de fer de lance ». La plupart des films africains projetés dans ce festival de Moscou l’a été dans le cadre de la section « hors compétition ».

Mais bon nombre de ces films n’ont pas été avantagé par la programmation. En faisant le décompte des longs métrages, presque tous, hormis ‘’Yeelen » de Souleymane Cissé et « La femme d’un homme influent », de l’Egyptien Mouhamed Khan, ont été projetés en début de matinée, c’est-à-dire à 9h30. Une heure où  débutait conférences de presse des films de la veille, une heure aussi où les yeux des nuitards encore gorgés de vodka ou de champagne commençaient à peine à s’ouvrir. Le public qui assistait à ces projections matinales ne pouvait être que clairsemé. Certains films comme « Ablakon » ou « Orurou », parce que leur réalisateur n’avait apporté que des copies16 mn, se  sont contentés des salles minuscules du marché du film. Le film d’Emmanuel Sanou : « le dernier salaire » qui devait participer à la compétition officielle a  tout de même bénéficié de meilleures conditions de diffusion. Il a été projeté devant un public nombreux à la salle de la « Maison de l’amitié entre les peuples ».  De même que la co­production Segero Magasy : « Ilo tsy Vary » (Mad 47 ou l’année sanglante) de Randrasana Solo.

Dans l’ ensemble,  les films africains projetés lors de cette 15ème  édition du festival de Moscou ont été esthétiquement de bonne facture. Ce qui confirme la percée du 7ème art du continent dans le cinéma mondial. Des noms ont fini par s’imposer et dans le concert des ténors on retrouve Souleymane Cissé, Mad Hondo, Lakhdar Hamina, Sembène et tant d’autres. Le film le plus accompli parmi la noria de films africains que nous avons vus fut « Yeelen » du Malien  Souleymane Cissé. Un film qui par le jeu des miroirs et des symboles nous fait entrer dans l’univers cosmogonique bambara.

Le film fut ovationné par ceux qui, malgré le caractère complexe du sujet, sont restés jusqu’à la fin. « Ce film est diffusé, pour des non Africains», reconnait Souleymane Cissé, « mais que voulez-vous ?  Je suis Africain et je filme avant but pour les Africains. « Yeelen » est totalement différent de tout ce que j’ai pu faire jusqu’ici ».

« Sarraouinia« , l’oeuvre du Mauritanien Med Hondo a été lui aussi apprécié. Et on se rend compte, à travers « Sarraouinia », « llo tsy very » et en attendant « Camp de Thiaroye » que le cinéma africain, cette année, aura particulièrement, dans ses super productions, traité des drames de la colonisation, comme il aura initié une ère nouvelle dans le domaine de la co-production interafricaine.

« Houria » signifie  liberté, c’est également le titre du dernier film de l’Algérien Sid Ali Mazif, un réalisateur qui s’était surtout fait connaitre par « Laila et les autres ».  «Houria»  aborde d’une manière incisive les difficultés de la vie des femmes dans la société arabe. Houria qui était une fillette à l’indépendance, incarne à l’heure de sa majorité les vertes espérances de toute une jeunesse. Seulement il n’est pas facile de faire bouger les choses. « La femme d’un homme influent » de l’Egyptien Mouhamed Khan était le seul à représenter l’Afrique en compétition. Ce film retrace la vie d’un couple et avec en toile de fond, les  événements politiques de 1977. Petit à petit, on verra sombrer dans la tourmente la femme de cet homme influent qui à son tour,  sera en proie à la folie meurtrière.

Ce 15ème  festival de Moscou aura permis à quelques cinéastes africains réunis au sein de la FEPACI, de mieux se connaitre comme aussi il aura permis à la Fédération panafricaine de mieux se faire connaitre en dehors du continent africain.

Télévision privée

 Télafrica, malgré le revenu per capita

Par Mademba Ndiaye

En Afrique où l’achat d’un téléviseur n’implique comme toute charge que le paiement d’une facture d’électricité, moins de 20% de la population a accès au petit écran. Dans ces conditions, on peut se demander si l’heure est propice  à l’instauration d’un système de télévision commerciale privée dans un continent où n’existe à l’heure actuelle qu’une seule et unique véritable station de radio privée, « Radio Syd », installée en Gambie depuis1970.

Pour l’Association interafricaine pour le développement de la communication (AIDC), ONG créé en 1986 et basée à  Ouagadougou, le moment est venu, malgré les limites imposées par le faible revenu per capita, d’installer « Telafrica » dans 17 pays francophones d’Afrique (1).

Les promoteurs de ce système de télévision privée affirment leur volonté de « compléter l’action entreprise par les pouvoirs publics dans le domaine l’audovisuel ». Grâce au soutien de la Côte d’Ivoire, du Gabon et du Burkina· Faso, l’AIDC a obtenu 60.000 dollars du Programme international pour le  développement de la communication (PIDC-UNESCO) pour les études de faisabilité dont le coût global est de 125 millions de F.CFA, complété par la France et le Canada Certainement sans aucun souci de rivalité !

« Telafrica » sera une sorte de PANA de la télévision mais en privé. Le système suppose la mise en place dans chacun des 17 Etats d’une chaîne de télévision privée diffusant au minimum14 heures d’un programme conçu dans deux centres de production à Abidjan et Libreville. Selon le document envoyé au PIDC, le capital de la structure de production et de co-production sera détenu par les 17 sociétés nationales associées (25%), l’AIDC, des organisations internationales et des investisseurs privés.

Quand on sait que le Sénégal qui n’est pas le moins libéral parmi les 17 « élus » a récemment réaffirmé la mainmise absolue de l’Etat sur les fréquences audiovisuelles, la question peut se poser quant au bien­fondé de l’optimisme de l’AIDC pour avoir sa télévision privée là où n’existent même pas les conditions juridiques pour l’émergence d’une presse écrite privée. Mais enfin la bataille pour la libéralisation des ondes est un combat toujours difficile.

RENTABILISER LES IMAGES

Avec un budget prévisionnel de 20 milliards de F.CFA par an, « Telafrica » ne peut être rentable qu’avec un réseau de 250.000 abonnés payant chacun 6.000 F.CFA par mois (2). Pour fidéliser ses téléspectateurs, l’AIDC estime nécessaire de leur proposer autre chose que les images venues d’ailleurs qui ne « reflètent ni les valeurs, ni les réalités sociologiques des sociétés du continent noir et contribuent  à la destruction des cultures africaines ». Cette profession de foi, aussi noble soit-elle, se heurte cependant au fait que les élites qui peuvent s’abonner à une télévision type « Canal Plus » de France sont celles-là mêmes qui se ruent actuellement sur les vidéocassettes pour être au diapason du « mieux-disant culturel »  occidental, capharnaüm où le rock asexué de Michael Jackson et la pensée de M. BHL (Bernard Henry Lévy) servent de référence.

Cette élite qui attend également impatiemment la télévision par satellite pour se détourner de sa propre télévision nationale. En fait, l’intérêt le plus immédiat du projet multi-média de l’AIDC se trouve dans la création d’une revue de la communication en Afrique et des cellules de production pour la « mise en boîte » de  »Chronique africaine 1963-1988″, série historique de 12 téléfilms sous la direction de l’historien zaïrois Elikia Mbokolo. Une fois cette série réalisée, il faudra bien la vendre aux télévisions publiques pour récupérer au moins son coût évalué à  300 millions de F.CFA. Vu l’expérience au sein de l’Union des Radiodiffusons et Télévisions nationales d’Afrique (URTNA) en matière d’échange de films télévisuels, il y a fort à parier que la bataille de l’ AIDC pour la rentabilisation des images conçues et produites en Afrique pour les Africains vient à peine de commencer.

Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, Rwanda, Sénégal, Tchad, Togo et Zaïre. Multiplex de RFI, n° 34.

INTEGRATION

OMVS: Sénégal – Mauritanie

 Le courant ne passe pas encore

Par Babacar Touré

 La Mauritanie et le Sénégal ont finalement opté pour la sagesse, même si dans les divergences qui les opposaient à propos du tracé du réseau de distribution de l’énergie hydraulique du barrage de Manantali, la solidarité naturelle qui doit être le levier de la coopération entre les pays membres de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) en a pris un sacré coup. Désormais ce sera une ligne boucle qui permettra d’alimenter en énergie électrique les zones du bassin du fleuve, mais aussi les implantations industrielles des régions intérieures du Sénégal.

On revient de loin, car l’organisation sous-régionale qui était souvent citée en exemple, s’est trouvée paralysée pendant de longs mois, les positons du Sénégal et de la Mauritanie n’ayant pas évolué dans le sens d’un compromis qui aurait préservé les intérêts des uns et des autres. En effet, alors que la Mauritanie était pour une ligne le long du fleuve -même si celle-ci devait passer par la rive sénégalaise-, le Sénégal optait pour sa part pour un tracé devant suivre une courbe épousant d’importantes zones industrielles du pays pour rejoindre, par le nord, la région du fleuve.

Le souci de la Mauritanie, dans le cas d’espèce, semble être de vouloir faire profiter en priorité les populations du bassin du fleuve des retombées des barrages (irrigation, navigation, pompage électrique, éclairage, rizeries, moulins, etc.), dans un contexte où celles-ci ne vont plus pouvoir tirer profit à terme de la crue naturelle ou artificielle que la production d’électricité va réduire sensiblement ou même annihiler. Quant au Sénégal, il apparait que la possibilité de faire d’une pierre deux coups l’a emporté sur toute autre considération.

De ce point de vue, la « desserte » des points de charges à forte demande d’énergie (régions de Thiès et du Cap-Vert surtout et dans une moindre mesure, Kaolack) et la réduction de la  facture d’électricité qui compromet gravement la rentabilité des unités industrielles du pays -conformément aux recommandations de certains bailleurs de fonds- ont été sans doute déterminantes dans l’attitude des autorités de Dakar.

L’étude commandée à la société Hydro-Quebec sur proposition du Sénégal conclura que l’optimum, au niveau communautaire, était réalisé avec l’option mauritanienne. Cela ne devait finalement pas faire évoluer les choses de manière favorable. La solution de la ligne-boucle (ou ligne double-terme) qui s’étirera de Manantali (Mali à Bakel (Sénégal) d’où il se divisera en deux branches, l’une longeant le fleuve, l’autre décrivant un arc de cercle vers le sud-ouest du Sénégal, pour se ‘rejoindre à Tobène, (Sénégal), constitue, aux yeux des experts,  un compromis onéreux. Cependant elle a l’avantage de permettre à la fois l’électrification du bassin du fleuve et de certaines régions du Sénégal

Seulement les parties intéressées devraient s’interdire une victoire à la Pyrrhus qui ne servirait que les intérêts étrangers. Ensuite le coût de revient élevé de la solution retenue devrait induire un esprit d’équité renforcé notamment par un mode de calcul pouvant permettre à l’organisme commun de gestion de Manantali  de céder l’électricité à un prix unique aux sociétés  de distribution des Etats de l’OMVS. A ce propos certains spécialistes estiment qu’un prix moyen câblé sur l’ensemble des transits de la ligne ouest et  la réalisation simultanée des deux branches de la ligne pourraient obtenir l’assentiment des deux pays.

En tout état de cause, cette « histoire des lignes » pose un problème fondamental : celui de la ligne politique que les responsables de l’OMVS veulent mettre en œuvre. S’agit-il de se tourner le dos en tirant sur soi la couverture et sur des appétits chauvins, sous la poussée simultanée de la crise et  de thérapeutes extérieurs appréciant les programmes selon leurs propres critères qui parfois ne  correspondent pas aux objectifs de développement communautaire et solidaire? Faut-il reconduire les schémas coloniaux dont l’une des caractéristiques était de développer de grands ports avec comme résultat le dépeuplement et le dénuement d’importantes zones, comme la région du Fleuve que l’on doit réhabiliter aujourd’hui ?

Déjà confrontés à la question cruciale et non résolue des choix de développement qui devraient permettre de rentabiliser les ouvrages sans sacrifier les intérêts des collectivités paysannes, les pays de l’OMVS devraient affiner leur conception de l’intégration qui ne serait pas un simple alibi de plus. Le développement solidaire de peuples que tout unit  à l’image de ce  fleuve ombilical, exige, plus que des calculs étroits, des actes de foi qui n’excluraient même pas des renonciations de souveraineté au profit de l’ensemble.

Leave a reply