Arène nationale et insécurité à Pikine : Cauchemar et hantise des dimanches de lutte

0
330

Les week-ends se suivent et se ressemblent, avec leurs lots de cauchemars,  pour les populations de plusieurs quartiers de Pikine. Depuis l’ouverture de l’arène nationale et le transfert de l’organisation des combats de lutte dans ce haut-lieu dédié à ce sport dit «national», l’insécurité est devenue le vécu quotidien des Pikinois. En effet, chaque dimanche de lutte à l’arène nationale s’accompagne de scènes de violences, de casses, d’agressions venant des «supporters» des camps opposés. Ce qui suscite la peur chez ces populations qui sont obligées de fuir ces violences, de se terrer chez elles. Les commerces et autres activité connexes n’y échappent pas.

La construction de l’arène nationale, située au cœur de la ville de Pikine, tant saluée par les acteurs de la lutte, consacre aussi un transfert de l’insécurité dans la vie des populations des quartiers riveraines. Depuis la réception de ce beau bijou et l’effectivité de l’organisation des combats de lutte de plus en plus importants en son sein, les Pikinois ne dorment plus du sommeil des justes. Malgré les efforts et le déploiement d’importants dispositifs de sécurité, l’insécurité règne toujours dans cette banlieue Pikinoise, à l’occasion de chaque combat, à cause des scènes de violence, d’agression et de pillages perpétrés par des intrus et des supporters mécontents.

Amadou Ndiaw, un père de famille, déplore les violences qu’ils subissent à chaque fois qu’il y a un combat de lutte. «Vraiment c’est inacceptable, le fait que nous subissions des violences à chaque fois qu’il y a des combats de lutte. J’habite près de stade, mais lorsqu’il y a un combat de lutte, on n’ose pas sortir parce qu’on a peur. Et je suis obligé de fermer la porte de la maison et d’empêcher les enfants de sortir parce que ce n’est pas sûr.»

Une peur que se solde par un manque à gagner notamment pour «goorgoorlu» et des mères de famille qui gagnent leurs vies à travers l’exercice de petits métiers générateurs de revenus et le petit commerces. Les dimanches de lutte, ils sont obligés de rentrer chez eux à partir 18 heures, de peur d’être agressés.

Cette mère de famille du nom de Fatou Diallo, qui vend du couscous tous les soirs pour subvenir aux besoins de sa famille, explique : «je vends du couscous ; d’habitude les gens achètent plus le dimanche. Et ces temps-ci, je remarque qu’il y a chaque dimanche des combats de lutte et je suis obligée de rentrer tôt. Parce que c’est ici qu’ils passent lorsque la lutte se termine et ce n’est pas sûr. Je suis une femme, je n’ai pas le temps de courir à la tombée de la nuit pour échapper aux assauts des supporters véreux ; donc il vaut mieux de descendre tôt».

Les combats de lutte, ce ne sont pas seulement les menaces sécuritaires liées aux agressions et vols pour les populations de la banlieue Pikinoise. Il y a aussi les pertes économiques notées chez certains commerçants obligés de baisser rideaux.

Pathé Gaye, gérant d’une boutique de divers produits s’en offusque. «Ce n’est pas du tout normal, en tant que boutiquier, de fermer parce qu’il y a des combat de lutte. Parfois même, je suis obligé de fermer alors qu’il y a des clients qui viennent acheter. Je ne peux pas leur vendre et je n’ai pas le choix à cause de la violence totale. Ce qui est synonyme d’une perte d’économie énorme ; en 3 heures d’inactivité à cause cette violence, tu perds de l’argent».

APPEL POUR PLUS DE SECURITE ET DES SANCTIONS EXEMPLAIRES CONTRE LES AUTEURS DE VIOLENCES

Les populations de Pikine disent ne pas être contre l’organisation de combats de lutte à l’arène nationale. Au contraire ! Toutefois, elles demandent plus de sécurité et des sanctions exemplaires envers les auteurs de ces violences et agressions gratuites à la fin de ces événements sportifs. 

Hadim Ndiaye insiste sur le durcissement des sanctions. «On est obligé d’accepter ce beau bijou. Vous savez, la lutte fait partie de notre culture et on ne peut l’abandonner. Je demande à ce que les sanctions contre les auteurs de violence soient plus dures ; mais les amener aux postes de Police pour 24 heures et les libérer les pousse à récidiver. Et d’autres vont refaire les mêmes choses. Mais si les sanctions sont dures, ça va permettre de dissuader les auteurs de violences et d’agressions et installer dans leur camp ; sachant qu’ils seront poursuivi dès la commission d’acte délictuels, en cas de problèmes».

Ce jeune lutteur du nom de Fallou Sène demande plus de sécurité à chaque fois qu’il y a un combat de lutte et nous fait part que la violence fait partie du sport. «Vous savez, en sport, ça se passe comme ça ; il y a ce sentiment haineux envers son adversaire et c’est ce que vous devez comprendre. C’est difficile de se retenir, en tant que supporter. La lutte, c’est ma passion. Parfois, c’est étrange ; tu te dis : «je ne vais pas me bagarrer». Mais tu ne te rends pas compte d’où vient cette violence ; mais j’essaie de me retenir. Tout ce que je demande, c’est plus de sécurité à chaque fois qu’il y a un combat de lutte parce que les jeunes ont peur des hommes de tenu. Et s’ils sont à côté d’eux, je pense que les violences seront réduites».

ALHOUSSEYNOU DJIGO (STAGIAIRE)

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :