Arrêt technique du bateau «Aline Sitoe Diatta» : Ziguinchor «replonge» dans l’enclavement, les insulaires dans la tourmente

0
371

L’arrêt technique du bateau Aline Sitoé Diatta, à, partir du 20 mars 2023, «replonge» Ziguinchor et ses populations dans un enclavement. Déjà que le navire Diambogne qui assurait la desserte maritime peinait à satisfaire la forte demande. Aujourd’hui qu’il doit suppléer «Aline Sitoé Diatta» l’inquiétude va crescendo chez les populations du Sud qui expriment leur inquiétude. Surtout que la voie maritime atténuait le calvaire des populations né de la réhabilitation de l’axe Sénoba-Mpack (la RN4),  aux allures de parcours du combattant en ce moment.

La faible capacité de 200 passagers du bateau Diambogne risque d’être très petite pour satisfaire la forte demande ici, en Casamance. Seul bémol dans cette situation difficile, la capacité du fret qui reste tout de même assez satisfaisant pour ce navire qui retrouve les eaux.

Des trois bateaux en circulation, à l’arrivée des navires Aguène et Diambogne, la région avait fortement applaudi. Mais, cette période de rose n’a été que de courte durée dans la région.  Tantôt c’est deux navires qui sont mis en circulation, tantôt c’est un seul qui navigue, au grand dam des populations. D’ailleurs, trouver un billet relève d’un miracle car il faut une réservation  plusieurs jours ou semaines avant, pour espérer voyager à bord du navire.

Cet arrêt technique du bateau Aline Sitoé Diatta, à compter du 20 mars prochain, porte un coup de massue aux insulaires. Ces derniers perdent momentanément l’escale de Carabane, qui permettait aux habitants des îles voisines que sont Diogué, Karabane, Niomoune, Ilole… d’évacuer leurs produits vers Dakar. Diambogne ne peut accoster à  Carabane, comme Aline Sitoé Diatta. S’il y a ceux qui vont le plus pâtir de l’arrêt de «Aline Sitoé Diatta», ce sont bien ces insulaires qui apercevront, impuissamment,  de loin  le navire Diambogne.

Un chapelet de conséquences et de désagréments engendrés par cet arrêt technique qui risque de durer un mois, si l’on en croit  certaines indiscrétions. Ajouter à cette panoplie de difficultés le coup qui sera porté au secteur du tourisme. Les touristes, amoureux des découvertes à bord du bateau, risquent d’être privés de beaux clichés le long de la traversée du bateau.  Diambagne prend le relais du bateau Aline Sitoé Diatta, qui part en carénage, laissant derrière un paquet de soucis et difficultés des populations.

Ignace NDEYE

Leave a reply