Atteinte de l’autosuffisance alimentaire : la double culture, une pratique préconisée

0
1307

« La maîtrise de l’eau, c’est la possibilité de faire 3 récoltes par année.  Il s’agit d’une innovation très appréciée par les producteurs. On gagne en termes de coût et en termes de revenu. Ce qui permet véritablement de décharger  les bénéficiaires en exploitant ces périmètres ». Ces propos sont du coordonnateur du PARIIS Aly Sané Niang  qui intervenait lors d’une visite des périmètres irrigués villageois dans la région de Matam. Pour atteindre l’autosuffisance alimentaire au Sénégal, il mise sur la double culture. « Le Sénégal est un pays agricole. Les ambitions sont clairement définies par l’Etat. Il faut aller vers la souveraineté alimentaire. Et jusque-là, le constat est que nous avions une agriculture pluviale donc 3 mois. Si nous devons atteindre les niveaux de production qui permettront cette souveraineté alimentaire, comprenez qu’on ne peut plus se contenter d’un cycle de culture. Voilà ce que permet de faire la maîtrise de l’eau. Il faut 3 à 4 cycles de culture l’année », soutient-il.  Précisant que  l’objectif du PARIIS,  c’est  de développer l’irrigation à travers la maîtrise de l’eau, il signale que le projet appuie  aussi tout ce qui est acquisition d’équipements. « Dans certains périmètres, nous avons déjà réceptionné des moissonneuses afin de traiter les cultures en fin de récolte. Même si l’objectif premier, c’est de mettre en place un système irrigué. Mais tout ce qui peut être un accompagnement pour booster les productions nous intéresse également. De ce point de vue, nous accompagnons en termes de renforcement de capacité. C’est toute la chaîne de valeur qui est prise en compte dans l’intervention du Pariis en relation avec la Saed », a souligné M Niang.  Cheikh Ahmed Tidiane Dieng, directeur régional du développement rural de Matam trouve que ces réalisations innovantes et durables permettent d’alléger les charges d’exploitation du producteur  et d’augmenter en même temps les rendements. « On ne peut pas parler d’autosuffisance alimentaire et de riziculture sans pour autant parler de la maitrise de l’eau. En maitrisant l’eau, on peut s’attendre à des rendements plus élevés. Si on parvient à maitriser l’eau, on maitrise le calendrier cultural. Donc, j’invite les producteurs à se tourner vers la double culture,  car avec cette pratique, on peut atteindre l’autosuffisance alimentaire », préconise-t-il.

Ndeye Aminata Cissé

Leave a reply