Au nom de la liberté de presse : la Cap maintien le combat pour la libération de Pape Alé

0
287

La Coordination des associations de presse (Cap) réaffirme son engagement pour la libération du journaliste Pape Alé Niang. En conférence de presse hier, vendredi 23 décembre, elle a annoncé son troisième plan d’actions, avec notamment la poursuite de ses visites aux autorités religieuses.

La Coordination des associations de presse (Cap) a tenu une conférence de presse hier, vendredi 23 décembre 2022, pour porter son soutien à Pape Alé Niang. Selon le président du Conseil pour l’observation des règles d’éthique et  de déontologie dans les médias (Cored), Mamadou Thior, l’annonce faite par le magazine Jeune Afrique, décelant un désengagement des associations de presse dans le combat pour la libération du journaliste directeur de publication du site d’informations Dakar Matin, n’est pas fondée.  Pour Mamadou Thior, «la Cap, qui regroupe plusieurs associations faitières des médias, défend un journalisme libre et responsable. Et défendre ce genre de journalisme va au-delà de la personne de Pape Alé Niang».

Le président du Cored annonce, en outre, l’exécution d’un troisième plan d’actions qui sera notamment marqué par la poursuite de la visite des foyers religieux. Les associations de presse tiennent aussi à dénoncer le faussé qu’il y a entre les faits réels et les raisons évoquées par le Parquet pour justifier la nouvelle arrestation de Pape Alé Niang.  Il dit aussi que Pape Alé Niang avait fait amende honorable, en étant disposé à enlever la publication sur le directeur général de la Police nationale. Pour Mamadou Thior et compagnie, il y a une volonté des pouvoirs publics de maquiller le scandale soulevé par la publication du rapport de la Cour des Comptes, à travers cette nouvelle détention du journaliste.

VOLONTE MANIFESTE DU POUVOIR DE MAQUILLER LE SCANDALE DU RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES ET D’ENFREINDRE LA LIBERTE D’EXPRESSION

Ibrahima Lissa Faye, président de l’Association des professionnels de la presse en ligne (Appel), quant à lui, trouve une volonté manifeste du pouvoir à enfreindre la liberté d’expression. En plus de ce dossier de Pape Alé Niang, il dénonce la convocation de la journaliste de Sud Fm à Mbour, pour avoir dénoncé les conditions d’accueil au Centre hospitalier de cette ville. Ibrahima Lissa Faye dénonce aussi la convocation de journalistes à Kédougou.

La Coordination des associations de presse informe aussi qu’elle participera à la manifestions du vendredi prochain, initiée par la société civile pour exiger la lumière sur les conclusions du rapport de la Cour des comptes relatives à la gestion du Fonds Force «Covid-19», au titre des années 2020 et 2021.

Fatou NDIAYE

Leave a reply