«Au Sénégal, les changements climatiques seront une catastrophe», Jonathan Pershing, Adj. Représentant spécial Climat des USA

0
329

Jonathan Pershing, adjoint de John Kerry, Représentant spécial du président américain pour le Climat, est en visite à Dakar. Dans cet entretien qu’il a accordé à la Rédaction de Sud Quotidien hier, jeudi 7 octobre, il revient sur les dommages que pourraient engendrer les changements climatiques au Sénégal, mais aussi les axes sur lesquelles l’Administration Biden compte assoir sa collaboration avec le Sénégal en vue de lutter contre les effets des changements climatiques.

Entretien réalisé par Fatou NDIAYE

Qu’est-ce qui explique le choix du Sénégal parmi les pays africains ciblés, pour votre visite ?

C’est important. Nous sommes passés par plusieurs pays d’Afrique, le Sénégal n’est pas le seul. Il est la dernière étape de la tournée. Il y a des pays en Afrique qui jouent un rôle très important dans la lutte contre les changements climatiques. Le Sénégal en fait partie.  Ce sont les modèles dans le domaine. Par exemple, beaucoup de pays n’accordent pas, à l’image du Sénégal, de l’importance à l’agriculture qui peut être un bon moyen de lutte contre les changements climatiques.  Je pense aussi à l’adaptation aux changements climatiques.

Pour chaque région en Afrique, il y a une spécificité.  En Afrique du Sud, la première chose pour eux, c’est le charbon. Au Congo Brazzaville et à Kinshasa, c’est la forêt qui est mise en avant. Le bassin du Congo est vaste, mais la déforestation y est importante.

Au Sénégal, il y a beaucoup de choses à exploiter comme l’agriculture, le pastoralisme… On doit être en mesure de combiner l’adaptation à la responsabilité, à faire des choses pour le développement durable comme le solaire et l’éolienne. Il y a plus de vent au Sénégal que dans les autres pays, en Afrique de l’Ouest ; ce qui est un atout. Il est donc très important d’avoir ce type de pays pour les 10 prochaines années.

Quels seront les axes de coopération entre les USA et le Sénégal ?

Ils sont divers. Premièrement, c’est l’expertise.  Le ministre de l’Agriculture des Etats-Unis viendra au Sénégal. Ce sera l’occasion de partager les politiques à mettre en œuvre : par exemple, s’il y a moins de pluies, des inondations, que faire ? Aussi, des informations seront fournies par la «National oceanic and atmopheric administration» (Noaa) qui a des satellites qui peuvent donner des informations fiables sur le climat et le réchauffement climatique. Avec celles-ci, le Sénégal pourra mieux avancer et donner aux agriculteurs les informations utiles à leurs activités.

Les Etats-Unis peuvent travailler avec le Sénégal dans le secteur énergétique, pour développer la technologie afin qu’elle soit disponible dans chaque village. Le solaire peut être une grande source d’énergie, si la technologie nécessaire est mise en place.   On doit avoir une institution pour renforcer les lois.

Le dernier axe est le financement qui est une question très difficile. Les Etats-Unis ont commencé un programme pour accompagner des finances pour les nouveaux projets. C’est le cas de Centrale éolienne du Sénégal. Le président Joe Biden a doublé la contribution américaine sur la question climatique, en avril 2021. En septembre dernier, il a encore doublé le montant que le régime du président Obama avait accordé aux changements climatiques. D’autres partenaires viendront se joindre à nous pour appuyer la réponse sénégalaise.

A combien s’élèvera l’appui américain ?

On n’a pas encore fait la répartition ; mais il y a beaucoup de demandes sénégalaises. Nous sommes en train de choisir les programmes qui sont adaptés aux objectifs de financements que nous avons.

Quelle analyse faites-vous de l’impact des changements climatiques au Sénégal ?

Au Sénégal, une hausse de l’impact des changements climatiques sera catastrophique pour certaines communautés. Si ce n’est pas spécifiquement pour le Sénégal, mais pour tous les autres pays. Si le monde ne change pas sa trajectoire, on risque une catastrophe pour des pays comme le Sénégal. Il y a beaucoup de choses ; l’érosion côtière constitue un grand problème. Et, à St-Louis déjà, les pêcheurs ne peuvent plus vivre de leurs activités. Des maisons sont détruites par les inondations connues ces derniers années et l’augmentation du niveau de la mer. Il y a aussi la hausse des températures qui influe négativement sur les moyens de subsistance des ménages. La variabilité de la saison des pluies, les paysans n’ont plus une maîtrise du leurs cultures, savoir quoi planter et quand le faire. Les risques sanitaires et les déplacements des personnes sont énormes. Des choses comme ça, sont presque une catastrophe.  

Comment concilier les exigences de développement économiques et la lutte contre les changements climatiques ?

On ne peut pas séparer les deux. Rien ne marche avec les changements climatiques. L’alimentation dépend de la saison des pluies, le climat. Également si on ne peut pas avoir une relance de l’économie, on ne pourra pas utiliser les nouvelles technologies. Il y a des opportunités avec la lutte contre les changements climatiques, des positions nouvelles et du travail.  On peut avoir des opportunités beaucoup plus importantes avec le vent, la forêt et le solaire ainsi que l’agriculture.  

Par Fatou NDIAYE

Leave a reply