Quatre ans après la tuerie de Boffa Bayotte : les présumés auteurs devant la barre ce lundi

0
522

C’est ce lundi, 21 mars 2022, que les présumés auteurs de la tuerie de Boffa seront édifiés sur leur sort. Incarcérés depuis janvier 2018, treize personnes dont le journaliste René Capin Basséne présumé cerveau de cette affaire et Ampoi Bodian membre du Mfdc (aile politique) vont répondre de plusieurs chefs d’inculpation (assassinat, participation à un mouvement insurrectionnel, coups et blessures …)  qui pèsent sur eux. « L’heure de la lumière » a-t-elle enfin sonné dans cette affaire  qui a défrayé la chronique en  janvier 2018 ? Voici  les grandes péripéties de ce feuilleton qui avait plongé tout un pays dans la consternation le 06 janvier 2018 .

Ils sont treize présumés auteurs de la tuerie de Boffa devant la barre du tribunal  de Ziguinchor ce matin à répondre des chefs d’accusations suivants : association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel, assassinat, tentative d’assassinat, détention d’armes sans autorisation administrative, coups et blessures volontaires, vol en réunion. Ces différentes  préventions nées d’une  information judiciaire ouverte  depuis  janvier 2018 pèsent sur ces personnes qui croupissent en prison depuis quatre ans dans cette affaire de la tuerie de Boffa Bayotte.

Un feuilleton qui avait défrayé l’actualité en 2018 lorsqu’une après-midi du samedi du 06 janvier 2018, le pays tout entier plongé dans la tristesse et la consternation découvre l’horreur. Treize coupeurs de bois sont froidement abattus par un commando armée ( des bandes armées) dans la forêt classée de Boffa Bayotte. Les condamnations fusent de partout même le Mfdc Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance soupçonné d’avoir exécuté ce forfait se démarque.

Son chargé de Mission Omar Ampoi Bodian qui se dit surpris avait lâché ceci juste le lendemain de ce massacre : « Un acte horrible et odieux qui a été commis à l’endroit des fils de la Casamance. Je l’ai appris hier avec amertume, il a fallu que nous puissions nous concerter au niveau de toutes les ailes pour pouvoir prendre une décision …Cependant cet acte ne peut rester impuni au moment où le Président de la République nous a tendu la main pour un processus de  paix. Sous peu de temps nous allons descendre dans le maquis pour situer les responsabilités. Le Mfdc se démarque totalement de cet acte qui a été commis … Je ne peux pas confirmer ni infirmer la responsabilité du  Mfdc car j’ai appris dans la presse que ce sont des bandes armées » avait-il laissé entendre.

Le lendemain de cette tuerie le Ministre de l’intérieur d’alors Aly Ngouye Ndiaye débarque à Ziguinchor et au chevet des blessés apporte sa compassion et les condoléances de l’Etat. Ziguinchor sous le choc enterre ses morts, la machine de l’enquête est en branle. Et ce sont les hommes du Colonel  Issa Diack alors commandant de la redoutable section de Recherche de le Gendarmerie de Colobane qui héritent du dossier. Ils se déploient dans la capitale du sud.

Pendant ce temps, l’armée à la traque des auteurs de la tuerie lance les opérations de ratissage et de sécurisation dans et au tour de la zone du drame. Dans la foulée des premières auditions, la découverte d’un corps sans vie porte le bilan à 14 morts et 7 blessés. Alors Chef d’Etat-major Général des Armées, le Général Cheikh Gueye débarque à Ziguinchor, se rend sur le théâtre des opérations, remonte le morale de ses troupes, rassure et reste catégorique : « Les auteurs de cette tuerie seront traqués quelques soit leur identité » avait laissé entendre le patron de l’armée.

Quelques jours plus tard, les hommes en bleu opèrent une descente à Ziguinchor et dans le village de Toubacouta, département de Ziguinchor. Une vingtaine de personnes parmi lesquelles le journaliste René Capin Basséne sont interpellées et auditionnées avant d’être déférées au parquet.  L’enquête s’accélère, huit autres personnes parmi elles le chargé de mission Omar Ampoi Bodian sont arrêtées. Un habitant de Toubacouta Tombon Sané convoqué par la gendarmerie meurt en cours de route. Il n’arrivera jamais sur le lieu de la convocation.

Le procureur près du Tribunal de grande Instance de Ziguinchor et les enquêteurs montent au créneau pour informer et édifier l’opinion « Le 06 janvier 2018 soit une semaine après la libération des prévenus qui avaient été condamnés, une vingtaine de personnes avaient été capturées par des assaillants armés dans la forêt de Bayotte Est et quatorze parmi elles avaient été abattues de sang-froid tandis que sept s’en sortaient avec des blessures… La synthèse des informations recueillies par la section de recherche a vite mené vers des pistes qui convergent toutes vers des personnes de la localité et vers un cantonnement d’une faction», précisait le Magistrat qui poursuit « Il résulte de certaines déclarations que l’attaque du 06 janvier 2018 a été planifiée et exécutée  par une personne dont nous tairons le nom  pour le compte de deux villages de la localité. La décision a été prise lors d’une réunion et l’opération a été menée par des personnes de la localité avec un renfort d’hommes sous les ordres d’un lieutenant d’une faction qui s’est déplacé spécialement pour l’exécution de la tâche… » avait laissé entendre le Procureur Alioune Abdoulaye Sylla .

Certains des  présumés auteurs seront transférés dans les prisons Dakar avant de revenir à Ziguinchor. Entre temps, le chef de Village de Toubacouta, Seyni Sané meurt en détention. Les familles de ses présumés auteurs qui crient à l’innocence de leurs parents en prison se mobilisent pour réclamer un procès. En janvier 2022 douze détenus dont dix qui ont bénéficié d’un non-lieu sont libérés laissant en prison treize personnes co-accusées dans cette affaire qui seront édifiées ce lundi sur leur sort à l’issu d’un procès très attendu dans la région

Ignace NDEYE                                                                                                                 

Comments are closed.