«Aucun hôpital n’a encore rempli les conditions pour l’agrément», le CNDT sur la transplantation rénale au Sénégal

0
938

Ce n’est pas encore demain la veille pour pratiquer la transplantation rénale au Sénégal. Malgré la soumission de plusieurs structures de santé pour l’agrément, le Conseil national du don et de la transplantation a souligné «qu’aucun hôpital n’a encore rempli totalement les conditions. Il y a des compléments d’informations à faire dans les grilles ». Et de poursuivre : «l’acte chirurgical reste banal toutefois, c’est le management qui pose problème». Une sortie faite hier, mardi 10 mai à Dakar lors d’une rencontre avec la presse.  

Le gouvernement du Président Macky Sall compte aller doucement et sûrement vers la transplantation rénale en prenant toutes les dispositions de sécurité pour faire de cette pratique, une réalité au Sénégal. Selon le Conseil national du don et de la transplantation (CNDT), autorité chargée d’assurer la transparence, la coordination du don et du prélèvement, la gestion des registres ainsi que les échanges internationaux, «le travail de la sécurité sanitaire et du respect de l’éthique médicale est en train d’être mené avec tous les acteurs pour l’effectivité à court termes de la transplantation dans le pays».

Même si la loi a été votée en décembre 2015, les insuffisants rénaux, tout comme les familles, attendent l’effectivité de la transplantation au Sénégal. Pour le CNDT qui a fait face à la presse hier, mardi 10 mai, les ressources pour la pratique de l’acte chirurgical ne manquent pas au Sénégal. Toutefois, il reste toujours des préalables à régler. «Nous n’allons démarrer la transplantation que quand on aura un hôpital qui a déjà reçu un agrément. Pour le moment, ce n’est pas le cas. Il y a trois à quatre hôpitaux qui se sont manifestés mais il reste des compléments d’informations pour remplir les grilles», a fait savoir le président dudit Conseil, le professeur El Hadji Fary Ka.  Et de rappeler : «ce ne sont pas les ressources humaines qui manquent. Le Sénégal a consenti de nombreux efforts. Si nous étions à deux voire trois néphrologues pour  tout le pays, aujourd’hui, nous sommes à plus de 40 spécialistes. Le geste chirurgical est mineur mais la complexité réside uniquement dans le couple donneur-receveur».

Le Sénégal, dans sa démarche de prise en charge sanitaire de ses patients, entend aller vers la greffe du corner afin de permettre à certaines personnes de recouvrer la vue.

Pour rappel, la transplantation rénale consiste en un transfert d’un rein sain d’un individu donneur à un parent qui présente une insuffisance rénale chronique sévère qui est le receveur, par un acte chirurgical librement accepté. A cet effet, seules les personnes dont les reins ne peuvent plus assurer leur fonction de façon définitive doivent en subir l’acte. Les conditions pour recevoir un rein sont ainsi établies par le Sénégal à savoir : avoir un donneur apparenté, avoir une insuffisance rénale chronique sévèrene pas avoir de contre-indications à la transplantation rénale et enfin signer le document de consentement.

Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply