Augmentation des salaires des enseignants : l’État garantit la stabilité durable du système éducatif

0
3035

Le gouvernement a annoncé que l’augmentation sur les salaires des enseignants sera effective dès la fin de ce mois de mai. Ce qui va garantir une stabilité durable du secteur de l’éducation qui a connu des perturbations au début de l’année scolaire en raison des grèves des syndicats d’enseignants.

Le système éducatif sénégalais connaît une certaine stabilité depuis la signature du protocole d’accord entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants le 26 février dernier. Dans le cadre de l’amélioration du niveau de rémunération des agents de l’éducation et de la formation, les engagements pris par le gouvernement lors des rencontres de négociations seront effectifs dès la fin de ce mois de mai. « Les dispositions ont été prises pour, qu’à compter du 1er mai 2022, le relèvement de la rémunération des personnels de l’Education et de la Formation et la revalorisation du régime indemnitaire des fonctions dirigeantes et administratives, soient effectifs », rapporte un document du ministère des Finances et du Budget en date du 15 mai dernier. Le gouvernement s’engage ainsi à garantir une stabilité durable du système éducatif en respectant ses engagements. En effet, l’école sénégalaise a connu beaucoup de remous au début de l’année scolaire en raison des mots d’ordre de grève décrétés par les syndicats d’enseignants qui réclamaient la matérialisation des accords signés. Ainsi, après l’échec de plusieurs rencontres de négociations, le gouvernement et les syndicats d’enseignants avaient fini par trouver un accord qui avait abouti à la reprise des cours. Toutefois, lors d’une conférence de presse, le Saemss et le Cusems avaient sonné l’alerte pour le respect des accords signés afin de ne pas revivre le scénario des accords d 2018 qui a été à l’origine des grèves répétitives. « Ça fait longtemps que nous signons des accords et à chaque fois, la rengaine du non-respect des accords revient et c’est la raison pour laquelle nous alertons. C’est notre devoir d’alerter puisque nous venons de signer des accords avec la partie gouvernementale, nous considérons que ces accords sont tellement importants que le gouvernement devra avoir l’obligation de les respecter cette fois-ci », avait dit le secrétaire général du Saemss, Saourou Sène. Les engagement du gouvernement sont la « revalorisation de la prime scolaire au profit des instituteurs, instituteurs adjoints et contractuelle à 210% (de 25000 à 80000 F Cfa), le relèvement de l’indemnité d’enseignement de 50% à 60%, l’augmentation de l’indemnité de contrôle et d’encadrement à 100%, l’augmentation de l’indemnité de recherche documentaire et de surcharge horaire perçue par les PES, PEM, PCEMG et corps assimilés à 114%, la revalorisation de l’indemnité liée à la fonction dirigeante, la défiscalisation de l’indemnité de logement, de la hausse du point d’indice de 5 points (de 51,43% à 56,43) ». Cinq syndicats d’enseignants (Siens, le Sels, l’Uden, le Sels/A et le Snelas/FC) avaient ainsi accepté ces propositions du gouvernement au sortir de la rencontre du 26 février. Le Saemss et le Cusems signeront le protocole d’accord le jeudi 3 mars dernier, après avoir consulté leurs bases. Pour rappel, le système éducatif au Sénégal a connu une longue paralysie cette année. Inquiets, les élèves ont organisé des marches pour exiger la reprise des cours et un réaménagement du calendrier scolaire. Ce que le gouvernement a fait en fixant l’examen de Certificat de fin d’études élémentaires aux 22 et 23 juin 2022 et celui du Brevet de fin d’études moyennes (BFEM) à partir du 21 juillet et le baccalauréat général à partir du 14 juillet.

MARIAME DJIGO

Leave a reply