Avec des ”archives textiles”, Viyé Diba interroge la société de consommation

0
195

L’artiste visuel et professeur d’art, Viyé Diba, expose à la galerie ‘’Oh Gallery’’, des œuvres qui demeurent un ensemble d’archives textiles créant des perspectives murales où ‘’peinture et sculpture’’ se rencontrent. Des grands et petits tableaux issus de la récupération de nombreuses chutes de tissus, dans lesquelles sont installées de boulettes piégées dans les moustiquaires offrent une vue particulière de la galerie, aux visiteurs. Des oeuvres contiennent des dessins en boubou traditionnel avec un fond blanc et d’autres en fond noirs, portant plusieurs boulettes multicolores ou encore en poches de Kangourou. Ce travail du point de vue esthétique, permet selon l’artiste, de s’y attarder et de comprendre comment le peuple essaie de sortir de l’eau, malgré la domination. ‘’Les archives textiles sont une exposition que j’avais préparée pour cette édition de la Biennale, en faisant suite à un travail que je faisais depuis plusieurs années, sur la récupération des chutes de tissus de chaque fête de Tabaski ou de Korité’’, a déclaré Viyé Diba, dans un entretien accordé, vendredi, à l’APS. Selon l’artiste, le plus important était de faire un retour en arrière, pour essayer de remonter l’histoire d’un tissu utilisé dans sa tendre enfance dans les années 60, à Casamance. ‘’Ce tissu avait une caractéristique assez particulière, noir avec des points blancs brillant, amidonné. Et les paysans, après la vente de l’arachide, se rendaient dans les boutiques libanaises, acheter les tissus pour les donner aux tailleurs sur place et les porter immédiatement après la confection’’, a-t-il témoigné.

Leave a reply