Avenir de la coopération Afrique Europe : Sonko et Mélenchon déclinent leur vision

0
276

Le président du parti Pastef, Ousmane Sonko, a co-animé une conférence sur « Échanges sur l’avenir Afrique-Europe » avec le leader de la France insoumise (FI), Jean-Luc Mélenchon dans un amphithéâtre de l’UCAD 2 de l’Ucad qui a refusé du monde. Lors de ce face à face avec des étudiants, le président de Pastef et son hôte ont étalé chacun sa vision sur certains sujets réputés tabous comme la guerre à Gaza, l’homosexualité, la présence militaire française en Afrique.

En visite au Sénégal depuis le 14 mai dernier sur invitation des responsables du parti au pouvoir, Pastef/Les patriotes, le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon a salué la révolution opérée par le peuple sénégalais le 24 mars dernier à travers l’élection du président Bassirou Diomaye Faye. S’exprimant lors d’une conférence qu’il a coanimé avec Ousmane Sonko, président du parti Pastef à l’Ucad, Jean-Luc Mélenchon a qualifié cette troisième alternance au Sénégal de « moment politique particulier ». « Le Sénégal a ouvert, par l’action de son peuple, une voie particulière qui est celle de la révolution s’achevant après une résistance particulière marquée de morts et de martyrs».

Poursuivant son propos, il a également souligné à l’endroit des centaines de jeunes étudiants qui avaient pris d’assaut cet amphithéâtre que « l’indépendance n’est pas un statut géopolitique mais c’est rompre les dépendances ». « Si souveraineté et indépendance vont ensemble, la liberté de conduire soi-même sa politique leur est également liée » a-t-il fait remarquer non sans préciser que « cette révolution prend ses sources dans la langue parlée par le peuple ». Par ailleurs, revenant sur le concept du patriotisme, Jean-Luc Mélenchon dira que contrairement au nationalisme qui « est la haine des autres », « le patriotisme c’est l’amour des siens, se mêler de tout avec la constance dans la défense des principes, contrairement à ce que fait l’Europe qui use de deux poids deux mesures. »

Loin de s’en tenir-là, le leader de la France insoumis tout en dénonçant l’esclavage, la colonisation, n’a pas également manqué d’interpeller les étudiants sur les défis liés à explosion de la population mondiale. « Si l’humanité vivait comme les Sénégalais, on n’aurait pas besoin d’une autre planète.  Mais si les gens vivent comme les Français, il faudra 5 planètes et s’ils vivent comme les Américains, il en faudra 10 planètes. D’ici 2050, il faudra trouver des solutions pour loger les 850 0000 000 de populations africaines ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply