Ayib Daffe, président du groupe parlementaire Yewwi askan wi : « Par des caprices et des enfantillages, le bureau décide d’annuler le DOB »

0
219

« Je parlerais de tempête dans un verre  d’eau. C’est un coup d’épée dans l’eau de la part d’une  majorité qui fait de la fuite en avant, d’une majorité en déroute. L’actuelle opposition, la majorité du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar, a manigancé avec la complicité du président de l’Assemblée nationale  un scénario pitoyable. Depuis la semaine dernière, on avait convoqué les députés en séance plénière pour la tenue du débat d’orientation budgétaire et la clôture de la session. C’est hier vers  minuit qu’on nous a envoyé une convocation  nous demandant de nous présenter à 9 heures pour une réunion du bureau de l’Assemblée nationale. En républicain, on s’est présenté à 9 heures et sur la convocation,  comme seul ordre du jour, on a mentionné information. On a attendu j’jusqu’à 10 heures  avant que le président ne vienne démarrer la réunion sans s’excuser d’ailleurs. C’est ainsi qu’il nous a dit qu’il proposait l’annulation du débat d’orientation budgétaire, soit disant qu’il y aurait des propos offensants ou discourtois  tenus contre l’institution qu’est l’Assemblée nationale. Nous lui avons fait remarquer qu’il n’est pas courtois de faire convoquer une réunion à minuit sans ordre du jour… C’est un manque de rigueur, de sérieux et de respect  envers les députés et l’institution parlementaire. Hier, lors de la conférence de presse du groupe parlementaire Bby, le président du groupe Abdou Mbow lui a  fait injonction de tenir la réunion  de bureau. Il s’est exécuté à minuit comme une marionnette. Ce qui est un manque de respect à l’égard des autres groupes parlementaires. Nous lui avons fait également remarquer qu’un débat est agité depuis l’installation de l’Assemblée nationale, à savoir la falsification du règlement intérieur  par des agents de l’Assemblée  ou des responsables qui sont au sein de l’Assemblée nationale. Jusqu’à présent, malgré des saisines par lettres, des déclarations  des groupes parlementaires, aucune mesure n’a été  prise et le sujet n’est même pas évoqué  en réunion de bureau. Ce qui pose un sérieux problème de respect de l’institution. Par des caprices et des enfantillages, l’assemblée nationale décide donc d’annuler le DOB. Qu’il y ait débat d’orientation ou non, le gouvernement poursuit son travail ».

NDEYE AMINATA CISSE

 

Leave a reply