«Babacar Touré est le premier à introduire la PAO au Sénégal» (Par Tidiane Kasse, formateur en journalisme)

0
242

Je travaillais à Sud à l’époque en 1985-1986. Il m’avait désigné pour aller travailler sur Macintosh. J’étais là-dans avec un collègue qui s’appelait Ndéye Combaye Niang et nous étions allés faire la formation ici au Sénégal à Micro Center sur la PAO.

Ce que je retiens de Babacar Touré au-delà de l’aspect professionnel, son engagement syndical avec le Synpics et tout ce qu’il a fait pour la presse au Sénégal, le plus remarquable, c’est qu’il est le premier à introduire la PAO (Publication Assistée par Ordinateur), les Macintosh et tout ça au Sénégal. C’est lui qui en a fait la promotion. Il ne l’a pas créé mais c’est lui qui l’a amené au Sénégal. Je travaillais à Sud à l’époque en 1985-1986. Il m’avait désigné pour aller travailler sur Macintosh. J’étais là-dans avec un collègue qui s’appelait Ndéye Combaye Niang. C’est nous deux qui étions allés faire la formation ici au Sénégal à Micro Center sur la PAO. J’étais le jeune journaliste. Ndéye Combaye Niang était la secrétaire. Elle faisait la saisie des papiers. C’est la Fondation Ford qui nous avait financés à l’époque. C’est cette aide à Sud qui nous avait permis d’avoir le premier Macintosh SE. Ce qui nous avait permis un peu de faire le montage du journal. C’est le premier Macintosh en Afrique de l’Ouest.

Dans la presse africaine, dans l’espace francophone, c’est le premier Mac que j’avais vu qui existait en 1985. Et ici au Sénégal, il n’y avait que Sud qui le faisait et j’étais le seul journaliste sénégalais à le faire parce que Babacar n’y connaissait absolument rien. Il avait entendu avec la Fondation Ford que ça existait et la Fondation nous avait apporté son appui pour qu’on puisse avoir un Macintosh. C’est ce Macintosh qui a permis à Sud de grandir, d’avoir d’autres Macintosh aussi. Quand on le faisait au Sénégal en 1986- 1987, le Macintosh n’avait même pas encore pénétré le marché américain. On connaissait simplement que Macintosh existait. Babacar lisait les journaux et il savait que ça existait.

Aux Etats-Unis, le premier journal à le faire d’une manière démocratique l’a commencé en 1990. Il s’appelait USA Today. Ici, au Sénégal, on a commencé à le faire depuis 1986. En Afrique de l’Ouest, personne ne le faisait, peut-être même en Afrique en général. Il n’y a que Sud qui le faisait au Sénégal particulièrement et j’étais le seul à savoir comment faire le montage sur Macintosh. Je venais de sortir du CESTI, c’était tout nouveau pour moi mais Babacar pensait qu’il fallait sauter le pas. Il fallait le faire et que ça allait doper la réalisation du journal. Ça nous a permis un peu de faire de grandes avancées et beaucoup de journaux ont suivi. Je suis allé en Algérie.

Le premier Macintosh que j’ai trouvé là-bas, n’était pas pour la presse. C’était des ordinateurs que des gens utilisaient pour d’autres choses. Dans d’autres pays également, c’était la même chose. Nous sommes donc les premiers à utiliser le Macintosh avant même les américains qui l’avaient créé. Sud était le premier journal pratiquement jusqu’aux Etats-Unis à s’être mis sur Macintosh. Je suis allé aux Etats-Unis en 1990. Avant, les gens étaient sur IPM. Je faisais du Macintosh et les gens étaient un peu ahuris. Ils me demandaient où est-ce que j’ai appris ça. Je disais, je l’ai appris au Sénégal. On a un journal qui s’appelle Sud Quotidien qu’on se fabrique sur Macintosh et les gens étaient réellement ahuris. Ils ne pensaient pas qu’au Sénégal qu’on pouvait le faire. On sait beaucoup de choses sur Babacar mais il y a peu de gens qui savent le rôle qu’il a joué dans l’avancée technologique des médias et à partir du Macintosh de Sud.

Leave a reply