Bah Mody n’est plus : le bluesman peulh tire sa révérence.

0
810

Le berger des arts a rompu les cordes à jamais ; l icône de la musique tradi moderne peulh, sous fond de jazz, Bah Mody vient de rendre l âme à la suite d un malaise.
Ses fans pleurent l auteur de  » Jontaado yida yeweende » dans  » Rokku mi rokka » du Super Etoile ,en 2007; un tube interprété en duo avec le talentueux Youssou Ndour avec la signature de la moitie des titres par Bah Mody, le nomade. Né au Sénégal et ayant grandi en Mauritanie, l artiste rentrera au bercail à la suite des évènements de 1989 opposant le Sénégal à la Mauritanie, après un exil au Burkina Faso et au Niger.
Hélas,il en est ainsi.
Ce qui donne un sens à la vie, donne un sens à la mort. Encore la faucheuse..
.! » La mort n est pas la pire chose de la vie. Le pire, c est ce qui meurt en nous quand on vit ». dixit Albert Einstein.
Mamadou Abou alias Bah Mody s est éteint ce dimanche 19 Mai 2024 dans son Kadione natal et enterré à Thille Boubacar dans le Podor . Le bluesman peulh est parti comme il avait vécu : simple, modeste,sobre, humble et pétri de qualités morales et sociales sans commune mesure.
 » Mourir en combattant ,c est la mort détruisant la mort ; mourir en tremblant, c est payer servilement à la mort le prix de sa vie », n est ce pas, Shakespeare !
Artiste, auteur – compositeur engagé, Bah Mody, sous fond de musique tantôt nostalgique tantôt humouristique, était un panafricaniste imbu de sa culture peulh. Ses chants aux mélodies mielleuses ,ses textes de haute qualité et sa voix suave de rossignol perçaient le mystère pour transcender l’invisible de l existence humaine pour se loger dans une perpétuelle interrogation des mœurs,des valeurs et des principes de vie qui lui étaient chers.
De l éducation du jeune enfant au savoir vivre de l adulte en passant par des thèmes de sociabilité, de grandeur humaine, de dépassement, d amour et notamment d amitié, Bah Mody ratissait large en artiste multi dimensionnels.
En pinçant les cordes de sa guitare, les pieds jouaient le balafon et le maniement de sa voix traduisait son talent exceptionnel : qui n a pas tenté de chercher où serait cachée une chèvre s il imitait le cri de cet animal à travers l interprétation de l une de ses chansons fétiches : » cuddungel Saidou Diallo » ?
L intégration culturelle des peuples et le cousinage à plaisanterie entre les différentes facettes des cultures étaient un sacerdoce pour l enfant de Kadione. S inspirant des musiques peulhes et maures, Mamadou Abou était le modèle culturel d intégration entre les deux rives nord et Sud du fleuve Sénégal, créant une gamme originale de simplicité et de raffinement à travers les pistes des pasteurs qu il a parcourues. En 2012, le mélomane cassa la baraque lors d un concert à la Cigale à Paris ; ce qui lui ouvrit le chemin avec le psychadelic soukouss avec lequel il a produit son album : » Sambuu ».
Il avait une vision dans son art : favoriser la paix, la stabilité sociale et susciter la vertu en l humain étaient la finalité de l engagement artistique de Mamadou Abou Ba.
Affable, généreux, d un abord facile,courtois,il se distinguait de sa relation particulière avec l argent ; il avait juste besoin de quoi vivre et faire vivre sa famille. La cupidité, la gourmandise et l amour du matériel ne hantaient pas le sommeil de Bah Mody.
D un style poétique rarement égalé, il faisait rire tout le monde, en cultivant un bonheur que tout le monde est censé pouvoir obtenir même dans la pauvreté.
L artiste avait un don du seigneur ; il a vécu pieux et érudit du coran dont le premier verset :  » Fatiha » ou  » l ouverture » a été traduit par ses soins en pulaar.
Au cours de nos nombreuses discussions, il militait pour la traduction intégrale du coran en langues locales. Selon lui c est de cette seule façon,qu on pourrait arriver à cultiver la foi et la raison. Car en comprenant les versets qu on récite au cours de la prière ,on raffermit mieux sa foi en Dieu.
Le chagrin que nous ressentons lorsque nous perdons un être cher est le prix à payer pour l avoir eu dans notre vie.
Belel kelle ,mon village que tu visitais chaque année,en plein hivernage ; quand le troupeau de vaches rentrait du pâturage ne t oubliera pas de si tôt…et aux abords des concessions où nous aimions aller à la rencontre de la chute du couchant vers l horizon…tout ce décor physique et immatériel te revoit dans ton sourire généreux et naturel.
Tes amis de la Diaspora ; la France que tu aimais visiter , tes amis Pr ASAB et Idy Bah Sarr, tes managers français et ton orchestre dans l hexagone… guettent encore ta silhouette. Certes ton corps est enfoui dans la sainte terre de Thille Boubacar devant une foule immense venue t accompagner à ta dernière demeure, mais ton ombre et ton esprit surplombent cette nuit du dimanche au lundi les jardins paradisiaques du royaume céleste dont les habitants sous la direction du sceau des prophètes te réserveront un accueil digne de ta magnifique raison d avoir vécu sur terre.

Adieu ! Bah Mody dors éternellement en paix,
Doro Sidy Ba, ne t oubliera jamais.

Leave a reply