Site icon Sud Quotidien

Bambey – gestion financière et organisationnelle : une formation pour booster la compétitivité des entreprises et coopératives semencières

Un atelier de formation en gestion financière et organisationnelle des entreprises et coopératives semencières, qui s’inscrit dans le cadre de  la convention ISRA-PROVALE, se déroule du 26 au 29 décembre au Centre national de recherches agricoles (CNRA) de Bambey. L’objectif est d’outiller ces  entreprises et coopératives semencières à être beaucoup plus complétives dans la sous-région.

La gestion financière et administrative pose souvent problème aux entreprises et coopératives semencières. Il s’agit de la non-maîtrise de la comptabilité mais aussi des outils de gestion. C’est la raison pour laquelle le projet PROVALE  a organisé une session de formation de 3 jours destinée aux responsables des entreprises et coopératives semencières du bassin arachidier.

Demba Ndione, le Directeur de la Coopérative des producteurs de semences de la commune de Caille, dans la région de Kaffrine, explique que «c’est une formation qui vient à son heure. Les coopératives sont devenues des agents économiques. Ce n’est plus un marché national mais un marché international à travers  la zone CEDEAO. Cette formation nous permet de bien gérer nos coopératives sur le plan financier et organisationnel mais aussi de maîtriser la culture du riz et certaines pratiques techniques qui nous posaient souvent problème».

Le coordonnateur de la convention ISRA-PROVALE, Moustapha Gueye, agronome-chercheur à l’ISRA, l’Institut sénégalais de recherches agricoles, rappelle que «cette formation a été déjà déroulée en 2022, en Casamance, avec les mêmes acteurs. L’édition de cette année a été organisée à l’intention des coopératives et des entreprises semencières qui sont dans le bassin arachidier et qui évoluent principalement sur le riz mais aussi sur les autres spéculations. Au-delà de la partie technique (Comment produire ? Comment faire certifier ?), nous sommes en train d’appuyer les structures qui sont devenues des entreprises mais aussi des opératrices semencières à les renforcer pour qu’elles soient beaucoup plus compétitives et beaucoup plus durables parce que le marché des semences est devenu un marché sous régional. Toutes les régions du bassin arachidier, Thiès, Kaolack, Kaffrine, Fatick, Louga et Diourbel, sont représentées».

Et il poursuit : «Il y a eu des échanges très intéressants. On leur permet de partager leurs expériences mais aussi de les renforcer sur les caractéristiques d’une entreprise semencière, les procédures administratives pour mettre à jour leur entité, comment monter des plans de financements, comment gérer leur comptabilité mais aussi sur la planification. Il ne faut pas qu’on limite la production de semences à la parcelle de production de semences. Il faut, dans les différentes contrées, qu’on ait des entités qui se positionnent pour la commercialisation et la distribution des semences». 

Et de rappeler : «la convention ISRA-PROVALE a permis  de  confier à l’ISRA le volet recherches d’accompagnement auprès des chaines de valeurs dans les régions d’intervention du PROVALE. Sa  mission est d’accompagner les différents acteurs sur des axes spécifiques qui sont prioritaires sur les chaines de valeur ciblées mais aussi fournir des plants fruitiers mais aussi des semences de  riz, mais aussi accompagner les acteurs sur le plan horticulture, sur le plan foresterie et sur le plan gestion organisationnelle».

ADAMA NDIAYE

 

Quitter la version mobile