Bambey /lancement de la stratégie nationale de financements cibles : un milliard mobilisé dans la première phase

0
211

Le ministre de la Micro finance et de l’économie sociale et solidaire, Dr Alioune Dionne a présidé, samedi, la cérémonie de lancement de la stratégie nationale de financements cibles .Sur les 250 organisations identifiées, 177 ont été rencontrées et parmi elles 54 ont été retenues pour cette  opération d’engagement de financement. Le ministre  de la Micro finance et de l’économie sociale et solidaire Dr Alioune Dionne qui présidait la cérémonie de lancement de la première phase de la stratégie nationale de financements cibles annonce la mobilisation d’un milliard de F Cfa  destiné aux Gie ou organisations productives. Ce modèle économique du  projet pour un Sénégal souverain, juste prospère dans une Afrique en progrès et basé sur la substitution aux importations implique la souveraineté alimentaire en incluant la prise en compte de toute la chaine de valeur des productions alimentaires, allant de  la production à la consommation en passant par la transformation  et la distribution. Dr Alioune Dionne, le ministre de la Micro finance et de l’économie sociale et solidaire  explique : « On a lancé la stratégie nationale de financements cibles, d’où le paradigme de la rupture qui se trouve dans le mot cible car depuis la création du ministère de la Micro finance, il n’y avait pas une approche  ciblée  .C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place cette stratégie nationale et après la conceptualisation, on a décidé de l’appliquer par les premiers jets de financements qui s’élèvent à  un milliard. On a débuté par les régions de Dakar, Diourbel et Ziguinchor ». Et il poursuit : « L’Etat a dégagé cette nouvelle stratégie qui consiste à faire de la micro finance un  levier et un instrument pour l’économie sociale et solidaire, une niche de création  d’emplois. Les secteurs d’activités tournent autour de la souveraineté alimentaire et économique. Les bénéficiaires seront financés et accompagnés pour qu’ils puissent rembourser ». Sur ce point précis, le ministre soutient : « nous allons agir sur deux niveaux. On va essayer d’atténuer le taux d’intérêt avec un partenaire comme le FONAMIF et  l’Union des institutions mutualistes communautaires d’épargne et de crédit (U-IMCEC) ».

ADAMA NDIAYE

Leave a reply