Basilique Notre-Dame de la paix de Yamoussoukro : immersion dans le plus haut édifice chrétien du monde

0
450

L’une des attractions de Yamoussoukro en Côte d’Ivoire, c’est la Basilique Notre-Dame de la Paix. Avec ses 158m de hauteur, une coupole de 90m de diamètre et de 60m de hauteur, elle est le plus haut édifice chrétien du monde, devant même la basilique Saint-Pierre du Vatican, siège de la papauté et du monde catholique. Construit par le premier président ivoirien Feu Félix Houphouët Boigny, le joyau architectural est devenu un lieu très prisé des visiteurs.

Dès que vous arrivez à Yamoussoukro, la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire, vous apercevez son immense dôme par-dessus des toits et végétations. Nichée au milieu d’un paysage de savane et bordée par des cocotiers, elle attire les regards. En cette matinée du mardi 16 janvier, le ciel est recouvert de nuages mais la chaleur se fait déjà ressentir. Il est 8h30. Devant le portail, une dizaine de personnes font la queue pour s’enregistrer et acheter des tickets afin de pouvoir visiter l’édifice le plus emblématique de de la ville. Nous sommes à la basilique Notre-Dame de la Paix construite en 1986 par le premier président ivoirien, Félix Houphouët Boigny, et consacrée en 1990 par le Pape Jean Paul II. Du haut de ses 150 mètres, soit plus que Saint-Pierre-de-Rome, elle est le plus haut édifice chrétien du monde. Ce qui en fait la fierté de toute une ville.

«La basilique fait partie des symboles de Yamoussoukro. Le plus grand même, je dirais. C’est un lieu de pèlerinage pour tous les catholiques du monde. C’est l’héritage que nous a laissés Papa Houphouët. De partout, les gens viennent pour la découvrir et ils l’apprécient tous», laisse entendre Fabrice, taximan à son état. Une fois arrivés sur le long chemin en goudron d’un kilomètre qui nous sépare d’elle, l’on ne peut s’empêcher de prendre des photos tellement le lieu est impressionnant.

A la devanture de l’édifice, l’esplanade en forme de bras ouverts vous accueille. «C’est comme pour vous dire Akwaba (bienvenue) en langue baoulé», nous explique notre guide Kouadio Abeni Geneviève. A l’intérieur de la basilique, l’on fait face à 4 piliers qui soutiennent l’édifice. Ils symbolisent les 4 évangiles de la Bible (Matthieu, Mac, Luc et Jean). Au milieu, se trouve une croix de 50kg qui fait 2,5 m de haut et 1,5 m de large. Elle est suspendue à 6m du sol par deux fils en acier oxydable. Deux statues dorées de la Vierge Marie sont placées de part et d’autre d’une allée d’un kilomètre toutes en marbre. Au sommet de la coupole peinte en bleu ciel, un vitrail de 40m de diamètre symbolise la paix. Au centre, figure une colombe fait de 7 mètres de long qui symbolise le Saint Esprit. Sur les 7000 sièges de couleur rouge faits en bois iroko, il y a, au-devant, la place où s’asseyait le premier président ivoirien Félix Houphouët Boigny pour assister à la messe. Une plaque sur laquelle est écrite son nom y est installé.

«C’est ici qu’il s’asseyait mais personne ne s’assoie là-dessus pendant les messes. On met sa photo ou un bouquet de fleur pour honorer sa mémoire. Mais pendant les visites, on laisse les gens s’asseoir pour prendre la grâce. On ne sait jamais. Peut-être un jour, vous pouvez devenir présidente du Sénégal», dit la guide s’adressant à nous. Eclats de rires ! Pour que les messes se déroulent sans aucun problème dans la basilique, les sièges disposent d’un revêtement absorbant.

«Tous les coussins des sièges sont recouverts de la laine de verre. Ce qui fait que les échos, au-delà de l’autel, sont entièrement absorbés. Les sièges diffusent aussi un système de climatisation incorporés sous la moquette», fait savoir Kouadio Abeni Geneviève. Lorsque vous pénétrez dans la Basilique Notre-Dame de la Paix, votre regard est automatiquement attiré par les 24 grands vitraux autour du sanctuaire. Bleu, rouge, vert, jaune, noir, on y retrouve presque toutes les couleurs. Sur lesquels vitraux on peut voir une image du président Félix Houphouët Boigny. Il y a aussi celle de Pierre Fakhoury, l’architecte qui a dessiné les plans de la basilique mais également d’autres personnes qui ont participé à sa construction. Ils symbolisent les 24 vieillards de la Bible.

«Les vitraux, c’est la Bible en image. Ils ont fait le dessin pour faciliter la compréhension à ceux qui ne savent pas lire la Bible. C’est la plus grande superficie des vitraux au monde», renseigne la guide.

Deux escaliers de 800 marches chacun permettent d’accéder à la terrasse qui se trouve au 11e étage du bâtiment. Là-bas, c’est tout Yakro qui s’offre à vous : on a une vue totale sur la ville. Lors de notre visite, l’ascenseur n’était pas en bon état mais n’empêche les gens y montaient tout en étant accompagnés par un technicien. Ce dernier informe qu’une commande de pièces a été faite en Italie pour la réparation.

Des centaines de visiteurs par jour

A Yamoussoukro, difficile de rater la basilique Notre-Dame de la Paix. Elle est un lieu fervent de la foi catholique sis dans le village natal du premier président de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi les visiteurs n’y manquent pas. Au fur et à mesure que notre visite se poursuit, la basilique se remplie de personnes qui  viennent pour le même but. Mais tous entrent et sortent dans un calme plat.

«Je ne peux vous donner le nombre de visiteurs mais ce sont des centaines de personnes qui viennent chaque jour. D’ailleurs, depuis les fêtes de Noël, ça n’arrête pas. Ils viennent de partout dans le monde. On travaille jour et nuit. Avec la Coupe d’Afrique des nations de football aussi, les gens viennent en masse pour découvrir le majestueux endroit», confie Kouadio Abeni Geneviève. Pauline est française. Elle vient de terminer sa visite et ne cache pas sa satisfaction. «Ça a toujours été mon rêve, venir visiter le plus haut édifice chrétien du monde. La basilique de Yamoussoukro est emblématique. Le décor est juste génial. C’est merveilleux !», dit-elle. Un autre visiteur venant du Cameroun du nom d’Emmanuel embouche la même trompette : «la basilique est impressionnante de par son originalité». Il faut noter que les prières s’effectuent gratuitement à la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro mais les visites sont payantes. Les prix varient selon les nationalités. Il s’agit de 500FCFA pour enfant et 1000 FCFA pour adultes qui se limitent seulement dans la cour et 2000FCFA pour une visite guidée pour les étrangers. Pour les ivoiriens, c’est 500FCFA.

Controverse autour d’une construction

Nous sommes en 1986. Le président Houphouët Boigny fait construire dans son village natal situé à près 230km d’Abidjan la plus grande basilique au monde. Avec ses 12 millions d’habitants à l’époque, la Côte d’Ivoire sombre dans  la pauvreté. De quoi s’interroger sur la pertinence du projet d’un coût de 40 milliards de FCFA provenant de la fortune de Papa Houphouët alors que le pays manque d’hôpitaux, d’écoles et autres. Elle suscite ainsi une controverse et le Vatican à qui appartient la basilique avait posé une condition. C’est-à-dire qu’une partie des fonds va être dédiée aux œuvres sociales. Faite de béton, d’acier, de granit et de marbre, elle peut accueillir 18 000 personnes, dont 7000 assises, en plus des 300.000 qui peuvent prendre place dans la cour. Réalisée par 24 entreprises nationales et étrangères, la basilique qui a 22 portes dont deux tonnes chacune, est bâtie sur une surface de 130 hectares. Elle dispose de 4 prêtres dont deux ivoiriens et deux polonais. Le père recteur qui est ivoirien, s’appelle Franck Allatin. En plus des maisons des prêtres, il y a également la maison papale. C’est-à-dire là où le Pape Jean Paul II avait passé la nuit lors de sa visite à Yamoussoukro. La chambre reste toujours entretenue mais personne ne dort dedans.

Mariame DJIGO

Leave a reply