Benno déchire l’arrêt de la Cedeao et campe sur sa position sur le parrainage

0
555

Vingt-quatre heures après la sortie des leaders de Yewwi Askan Wi, la mouvance présidentielle a également fait face à la presse hier, mardi 15 mars 2022, pour apporter la réplique sur l’actualité en particulier la question du parrainage largement évoquée par l’opposition. A cet effet, l’ex-Pm Aminata Touré déchire l’arrêt de la Cour de justice avant de rappeler à l’ordre les détracteurs du parrainage, en l’occurrence l’opposition.

La question du parrainage qui fait agiter les acteurs politiques est loin d’être estompée. La preuve, vingt-quatre heures après la sortie de l’opposition et la société civile critiquant le système du parrainage, c’est au tour de la majorité présidentielle de balayer du revers de la main tous les arguments avancés par l’opposition.

En conférence de presse hier, mardi 15 mars 2022, la coalition Benno Bokk Yakaar, qui répond à l’opposition réduit à néant les critiques engagées contre le parrainage. Enlever ainsi le parrainage pour BBY, ce serait restreindre la démocratie. Ainsi, concernant l’arrêt de la Cedeao que l’opposition brandit comme alibi, Mimi Touré explique : « Je voudrais quand même préciser qu’il y a la hiérarchie des souverainetés. Le Sénégal peut choisir librement sa Constitution, ses lois et ses règles. L’Assemblée nationale a voté la loi consacrant le parrainage. Dans le Code électoral, il est clairement inscrit la nécessité de collecter entre 0,5 et 0,8 % du nombre d’lecteurs. On l’a rappelé, c’est entre 35 et 55 327 précisément pour pouvoir participer à l’élection présidentielle ».

« Pour ces élections législatives, je pense qu’on ne peut pas avoir gérer rationnellement et publier un million de candidats. Tout le monde ne peut pas gérer des milliers de listes. C’est extrêmement difficile. Il faut bien avoir un tamis. Et je pense que cette question est dépassée, parce que le parrainage date de l’élection de 2019 ».

Par ailleurs, Mimi Touré et ses camarades qualifient les critiques de l’opposition de démarche incohérente puisque selon eux, ces derniers ont accepté la loi en collectant des parrains lors de l’élection présidentielle de 2019, « Nous rappelons que le parrainage est régi par les articles L. 149-3 et R. 76-4 du code électoral. Ceux qui dénoncent le parrainage ont quand même collecté le parrainage pour la dernière élection de 2019. Ce qui veut dire qu’ils ont accepté la loi et l’ont eux même appliquée. Vous constatez donc par vous-même l’incohérence de leur démarche. Et vous verrez d’ailleurs qu’ils iront tous chercher des parrainages pour ces élections législatives ».

La mouvance présidentielle qui a entamé un travail de réunification, se félicite par ailleurs du retour de tous leurs camarades qui sont allés sur d’autres bannières lors des élections locales « En direction des élections du 31 juillet, notre objectif est d’obtenir une large majorité à l’Assemblée nationale, en renforçant l’unité dans nos rangs. Et dans cette perspective, notre coalition s’est fixée l’objectif d’avoir zéro liste parallèle. Au moment où nous parlons, plus de 130 responsables de notre coalition sont en mission de facilitation dans l’ensemble du pays pour la réunification de nos forces. Nous nous félicitons d’ailleurs du retour de nombreux maires, élus sur des bannières différentes. Ces maires aujourd’hui retrouvent leur famille d’origine qu’est Benno Bokk Yakaar », a-t-elle conclu.

OUSMANE GOUDIABY (STAGIAIRE)

Comments are closed.