«Benno est dans une phase de déclin», Maurice Soudieck Dione (Ugb) sur les résultats des locales

0
313

Professeur agrégé de Science politique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Maurice Soudieck Dione livre son diagnostic des premiers résultats des élections municipales et départementales dont les tendances sont plutôt favorables à l’opposition et les candidats dissidents de la coalition Benno dans la plupart des principales villes. Interpellé par Sud Quotidien, l’enseignant chercheur en Sciences politiques décortique le suet et se projette sur l’avenir du régime  du Président Sall qui, selon lui, «est dans une phase de déclin».

Quelle est votre lecture des premiers résultats des élections locales dont les tendances sont plutôt défavorables à la coalition Benno Bokk Yakaar ?

La coalition Benno Bokk Yakaar est déclinante. Elle est minée par de nombreuses contradictions internes en plus de l’affirmation d’une opposition de plus en plus forte incarnée par la coalition Yewwi Askan Wi.

Le régime du Président Sall a été sanctionné lors de ces élections locales qui ont été une occasion pour beaucoup de Sénégalais d’exprimer un sentiment de rejet de leurs dirigeants.

Que retenir de ces tendances favorables à l’opposition ou aux candidats dissidents de la Benno dans la plupart des principales villes ?

Les villes sont traditionnellement des foyers de contestation à partir desquels se diffusent les dynamiques politiques. Il faut dire également que l’axe Dakar-Thiès est un grenier électoral de tout premier plan. La défaite à Guédiawaye revêt une dimension politique et symbolique très forte car elle concerne le frère du Président, Aliou Sall, avec toutes les questions de gouvernance relativement à la place de la famille dans la gestion de l’État, dénoncée et décriée fortement depuis le régime du Président Wade, mais aussi par rapport aux questions relatives aux hydrocarbures avec l’affaire Pétrotim, toutes les controverses et mobilisations politiques et citoyennes qui sont alliées avec pour que ce dossier soit élucidé. Il faut ajouter à cela que le régime du Président Sall a été sanctionné lors de ces élections locales qui ont été une occasion pour beaucoup de Sénégalais d’exprimer un sentiment de rejet de leurs dirigeants.

Le parti Rewmi a perdu également Thiès longtemps considéré comme la chasse gardée d’Idrissa Seck. Quel enseignement peut-on tirer de cette débâcle ? Est-ce le début de la fin de la longue histoire d’amour entre Idy et les Thiessois ?

La défaite à Thiès montre que les arrangements politiciens aux allures de compromission au sens politique et moral ont été sévèrement sanctionnés. Car la coalition « Mburou ak soow » est un détournement de suffrages et une trahison de la volonté populaire. En effet, ceux qui ont voté pour Idrissa Seck à la Présidentielle de 2019 auraient pu voter pour le Président Macky Sall s’ils l’avaient voulu. Mais ils ont été convaincus par le discours de l’opposant d’alors, Idrissa Seck, raison pour laquelle ils ont porté leur choix sur lui. Alors, au nom de quoi et comment Idrissa Seck peut-il transférer allègrement les suffrages qui lui ont été confiés au Président Sall parce que seulement il a été invité à table avec des postes pour lui et son parti ?

C’est cette attitude qui a été fortement réprouvée et désavouée par les Sénégalais, notamment à Thiès, bastion resté jusque-là fidèle à Idrissa Seck. Thiès a toujours été une ville de refus avec des figures emblématiques qui ont marqué l’opposition comme Boubacar Sall du PDS. Idrissa Seck dans sa confrontation avec Abdoulaye Wade a beaucoup été soutenu par sa base politique de Thiès. Il a également réalisé des infrastructures dans cette ville qui ont été pour lui une source de légitimation et d’ancrage politique. Cependant, l’attitude d’Idrissa Seck, à la limite politiquement irrationnelle, de rejoindre le camp du pouvoir après s’être classé deuxième à la Présidentielle de 2019, alors qu’un boulevard s’ouvrait à lui s’il était resté dans l’opposition après avoir réussi à redorer une image écornée, a dérouté beaucoup de ses souteneurs. Il faut préciser également qu’Idrissa Seck n’était pas candidat à ces élections locales, mais il endosse néanmoins la responsabilité morale de la défaite qui engage au plus haut point son parti et ses responsables et élus locaux à Thiès.

4- Quel impact cette défaite pourrait-elle avoir sur le « Mburou ak Sow » ?

De mon point de vue, cela n’aura pas d’impact sur le compagnonnage entre Rewmi et le Président Sall, car ce dernier a plutôt tendance à fidéliser ses alliés. Il a une conception totalisante du pouvoir. Plus il en a, mieux c’est. C’est pourquoi, même lorsqu’il est majoritaire, il s’emploie encore par des manœuvres anti-démocratiques, à travers la cooptation et la répression, à vouloir « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». Donc, il ne s’engagera pas dans la voie de perdre des soutiens. Mais le vrai problème demeure celui de la représentativité politique réelle de la coalition Benno Bokk Yaakaar au fur et à mesure que l’on s’achemine vers les échéances électorales de juillet 2022 pour les Législatives et vers la Présidentielle de 2024.

Peut-on parler du début de la fin du règne du Président Sall avec cette victoire de Yewwi Askan Wi comme en 2009 sous Wade avec Benno Siggil Senegaal ?

Je pense que Benno Bokk Yaakaar est dans une phase de déclin. En effet, le Président Sall a atteint le seuil des huit ans au bout desquels la construction hégémonique du pouvoir personnel devient contre-productive et où le chef de la majorité au pouvoir est tenu d’ouvrir le jeu ; une réalité qui caractérise le fonctionnement du système politique sénégalais depuis 1963, après l’instauration d’un régime présidentiel fort à la suite du conflit entre Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia.

Cette hypothèse se vérifie avec tous les présidents qui se sont succédé. En effet, le Président Senghor construit un pouvoir fort de 1963 à 1970, avant d’ouvrir le jeu après la crise de 1968 : retour du poste de Premier ministre en 1970 ; multipartisme limité à trois en 1976, puis à quatre partis en 1978 ; avant de démissionner du pouvoir en décembre 1980. Abdou Diouf construit son pouvoir personnel de 1981 à 1988 mais est obligé au sortir de la crise de 1988 de déverrouiller le système autoritaire avec l’organe de régulation de l’audiovisuel en 1991, le Code consensuel et la création du Conseil constitutionnel en 1992, l’instauration de l’Observatoire national des élections (ONEL) en 1997, le choix d’un ministre de l’Intérieur sans affiliation partisane, autant de garanties démocratiques qui mènent à l’alternance de 2000.

Le régime du Président Sall doit comprendre qu’il a atteint son seuil de tolérance à l’autoritarisme

Abdoulaye Wade accède au pouvoir et s’inscrit également dans une perspective autoritaire, mais les limites de son bloc hégémonique apparaissent clairement à partir de 2008, soit huit ans après l’alternance, avec notamment l’organisation des Assises nationales en 2008 ; et l’opposition, réunie au sein du Front Siggil Senegaal puis de Benno Siggil Senegaal, triomphe dans les grandes villes lors des élections locales de 2009. Cette dynamique se poursuit avec le rejet de la loi sur le ticket présidentiel en 2011, puis de la troisième candidature en 2012, jusqu’à l’alternance de la même année. Le Président Sall arrive au pouvoir et s’inscrit dans cette même logique d’affirmation du pouvoir personnel de 2012 à 2020, soit huit ans environ, et la contestation dans le contexte de la crise sanitaire se poursuit jusqu’aux événements de mars 2021, qui constituent l’une des plus graves crises de l’histoire politique du Sénégal. Donc aujourd’hui, le régime du Président Sall doit comprendre qu’il a atteint son seuil de tolérance à l’autoritarisme et que le meilleur moyen de quitter le pouvoir dans la paix et la beauté est de s’ancrer davantage dans la consolidation de la démocratie, comme le montre l’histoire politique du Sénégal depuis 1962. Autrement, le pays risque de basculer inutilement dans des lendemains incertains en cas de troisième candidature du Président Sall, en violation flagrante de l’article 27 de la Constitution du Sénégal qui dispose très clairement en son article 27 alinéa 2 : « Nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs ».

Quel gain politique pour Khalifa Ababacar Sall et Ousmane Sonko, après ces élections ?

Avec la victoire de Barthélémy Dias élu maire de la Ville de Dakar, le gain politique pour Khalifa Sall, c’est qu’il a pu montrer qu’il faut encore compter avec lui à Dakar, malgré tous les déboires judiciaires et politiques qu’il a connus pour avoir manifesté des velléités de s’autonomiser de Benno Bokk Yaakaar. Il reste cependant que la question de son éligibilité se pose toujours. Pour Ousmane Sonko, il a pu transformer cette élection locale avec ses partisans au sein de la coalition Yewwi askan wi en une occasion de sanctionner le régime du Président Sall. En ce sens, les élections locales constituent dans la stratégie de Yewwi askan wi un premier jalon posé en perspective de la Présidentielle de 2024, en passant par les élections législatives prévues en juillet 2022.

RÉALISÉ PAR NANDO CABRAL GOMIS

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :