Biaye et Sall, en route vers la plénière, dans l’affaire du trafic supposé de passeports diplomatiques

0
153

Les députés apéristes Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye, visés par une procédure judiciaire dans le cadre d’un trafic supposé de passeports diplomatiques vont devoir affronter la plénière de l’Assemblée nationale pour savoir si leur immunité parlementaire sera levée ou non. Pour cause, la commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de cette immunité qui les avait convoqués en audition hier, vendredi, a dit « disposer de suffisamment d’éléments » pour les renvoyer devant la plénière de l’Assemblée nationale. Laquelle devra décider s’ils seront livrés à Dame justice ou non.

Les choses se précisent dans l’affaire des faux passeports diplomatiques impliquant les députés Boubacar Villiemmbo Biaye et El Hadj Mamadou Sall, tous membres de la mouvance présidentielle. En effet, la procédure déclenchée par l’Assemblée nationale a franchi un autre pas. La Commission ad hoc chargée d’examiner la demande de levée de l’immunité des deux députés s’est réunie hier, vendredi 29 octobre 2021, pour auditionner les deux incriminés. Et, renseigne un communiqué signé par Aymérou Ngingue, le président du groupe parlementaire Bennoo Bokk Yaakaar et par ailleurs président de la Commission ad hoc, «A la suite de cette audition, la commission ad hoc dispose de suffisamment d’éléments pour présenter son rapport à la plénière qui sera convoquée dans les meilleurs délais». Du coup, les députés apéristes Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye, visés par une procédure judiciaire dans le cadre d’un trafic supposé de passeports diplomatiques vont devoir affronter la plénière de l’Assemblée nationale pour savoir si leur immunité parlementaire va être levée ou non.

Désormais suspendus à la sentence de Moustapha Niasse et du bureau de l’Assemblée nationale qui sont chargés d’arrêter la date de tenue de la plénière, en mode fast track d’après le patron de l’hémicycle, les deux députés apéristes vont devoir compter les jours, voire les heures qui les rapprochent de cette fatidique séance plénière qui pourrait leur ôter toute protection contre le glaive de la justice.  Ce à quoi n’avaient pas échappéau temps les députés et anciens ministres Ousmane Ngom, Oumar Sarr et Abdoulaye Baldé, comme leurs homologues Barthélémy Dias, Khalifa Sall, Ousmane Sonko

Pour rappel, les députés Elhadj Mamadou Sall et Boubacar Villiemmbo Biaye sont cités dans un trafic présumé de passeports diplomatiques. Mis à jour par des éléments de la Division des investigations criminelles, à la suite de plaintes déposées contre un nommé El Hadji Diadji Condé, les premiers éléments de l’enquête publiés dans la presse avaient révélé que 14 certificats de mariages portant le nom des députés mis en cause ont été identifiés à la suite d’une percussion chez le sieur Condé. Neuf (09) autorisations parentales, sept (07) relevés de comptes bancaires, dix-neuf (19) extraits de naissance et treize (13) relevés authentiques  de leurs indemnités parlementaires ont été également retrouvés lors de cette fouille. L’Assemblée nationale avait déclenché la procédure de levée de l’immunité parlementaire des deux députés, dans la foulée de la requête de Me Malick Sall, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

M DIENG

Comments are closed.