Biennale de Dakar : le pavillon France au cœur de l’événement

0
1330

L’art thérapeutique est au cœur de la présente édition de la Biennale de Dakar. A l’hôpital Principal, le service de Psychiatrie logé au pavillon France abrite une exposition d’œuvres d’arts réalisée par des malades. Une manière de marquer leur participation à la Biennale mais aussi, pour faire découvrir la santé mentale à la population, pour une acceptation des malades souffrant de ces pathologies dans la société.

Sous l’égide de l’association «nit nitay garaban» (l’homme est le remède de l’homme), le pavillon France de l’hôpital Principal de Dakar abrite dans le cadre de la Biennale une exposition off des œuvres de personnes souffrant d’une ou plusieurs pathologies mentales. Encadrés et accompagnés par des artistes-peintres, les malades ont su reproduire par moment leur humeur du jour à travers leurs productions. Accrochées sur les murs du pavillon, on y retrouve la peinture sous-verre, la photographie, la sculpture sur bois ou encore des œuvres de récupération avec des boîtes de médicaments pour cerner le domaine d’intervention. La santé mentale étant ce qu’elle est, l’association a pour mission de travailler à changer les mentalités des populations, à faire connaître la maladie afin que les personnes souffrant d’une pathologie mentale puissent être bien prises en charge au sein de la société. Selon Dr Khadidiatou Konaré Dembélé, psychologue-clinicienne au sein de l’hôpital Principal, mais aussi Secrétaire générale de l’Association «nit nitay garaban», il s’agit par le biais de cet atelier, de «permettre aux patients de notre service de psychiatrie de pouvoir avoir une vie active». Et de poursuivre : «c’est quelque chose qui est thérapeutique pour nos patients et qui leur permet de pouvoir exprimer différemment, autrement, des choses qui sont difficiles à dire verbalement, en les matérialisant sur du papier ou autre support de l’art». Pour Dr Dembélé, en utilisant l’art comme moyen thérapeutique, le professionnel de la santé mentale revalorise le patient avec l’aide de l’artiste et en même temps, permet aux autres de mieux comprendre cette maladie et d’en avoir moins peur.

«L’approche de la dispensation de soin par l’art est thérapeutique. Quand les malades sont en atelier, ils sont en groupes et le fait de l’être, de recevoir les conseils de l’artiste, c’est déjà un pas en avant vers le bien-être en soi. Partager le pinceau, le seau de peinture, c’est thérapeutique en soi» a-t-elle laissé entendre. Et de poursuivre : «à travers l’art, on ne parle pas directement avec eux mais à travers leurs productions, on peut savoir leur niveau de santé. C’est beaucoup plus facile de parler de ce qui est là que de soi-même».

Au niveau de plusieurs œuvres artistiques réalisées par plus d’une vingtaine de malades, la couleur grise est bien représentée. Avec des notes sombres, parfois teintées de couleurs posées sur du papier, les patients se laissent aller. Pour Dr Dembélé : «on ne commande pas les patients. C’est un atelier d’expression libre et c’est justement leur humeur du jour qu’ils ont exprimé et le plus important pour nous est qu’ils arrivent à ressortir quelque chose qu’ils n’arrivaient pas à dire, quelque chose de particulier qu’ils puissent poser sur du papier ou par écrit », a-t-elle attesté. Et d’avancer : «cette note mélancolique décelée sur les œuvres n’est pas forcément synonyme de désespoir. Ça peut montrer où se situe la personne au moment où elle écrit et s’il y a une très grande évolution au fil des tableaux. Parfois, on a des tableaux avec des couleurs sombres au départ, avant ou après la sortie, on retrouve des tableaux beaucoup plus colorés».

Pour rappel, l’association «nit nitay garaban» est constituée de parents de patients qui souffrent de pathologies mentales, de soignants et d’artistes. Selon Dr Dembélé, cette association est née du désir des parents d’avoir un cadre ou ils peuvent se retrouver, s’épauler entre eux. «La santé mentale étant quelque chose qui, encore dans nos croyances, dans nos mœurs, est perçue d’une certaine façon, il fallait travailler pour déconstruire cette idéologie. Et c’est dans ce cadre que nous avons jugé mettre en place cette association pour les accompagner et pour leur permettre de savoir comment accompagner leurs enfants qui souffrent de pathologies mentales».
Denise ZAROUR MEDANG

Leave a reply