Bioenergies pour les Pme de transformations agroalimentaires : Le projet Biostar lancé

0
188

Les filières agroalimentaires que sont l’anacarde, le karité, le riz, la mangue et l’arachide ont été choisies du fait de leur importance économique au Sénégal et au Burkina Faso pour accroitre l’accès à l’énergie dans les zones rurales en produisant de l’énergie à partir de la biomasse résiduelle.

L’indisponibilité de l’énergie en Afrique, singulièrement en zones rurales est handicapante pour la promotion des Petites et moyennes entreprises (Pme) de transformation agroalimentaire. Donc, une rupture dans la chaine de valeur de l’agroalimentaire est une perte énorme en termes de création d’emplois, et par ricochet la création de richesse.

En réponse à cela, le projet Biostar a été lancé hier mardi, au pôle de recherche de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA). Il vise à améliorer l’approvisionnement énergétique des Pme de transformation agroalimentaire d’Afrique de l’Ouest. D’un peu plus de 7 milliards, soit 11,4 millions d’euros dont 9,4 millions de l’Union européenne (Ue) et de 2 millions d’euros de l’Agence française de développement (Afd) pour une durée de 5 ans.

Ledit projet a une vocation régionale et touche entre autres pays, le Sénégal et le Burkina Faso mais des actions de dissémination seront menées en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger, précise Lénaïc Georgelin, chef d’équipe connectivité et investissement durable à la Délégation de l’Ue au Sénégal. Le conseiller technique du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Moussa Baldé qui a présidé le lancement dudit projet a rappelé pour mettre en exergue, toute la place de la recherche dans le développement.

« La recherche constitue une des conditions d’un développement maitrisé à travers de connaissances aux fins de bien informer pour la bonne prise de décision et d’utilisation efficiente des ressources», a-t-il dit.

Et le Sénégal s’y est résolument inscrit dans cette démarche, en faisant de la recherche un pilier important de son développement. Ce, à travers « le Plan Sénégal Emergent (Pse) dans son volet développement du capital humain », soutient-il.

«L’action Biostar est un projet alliant la recherche pour le développement, le renforcement de capacités, les formations professionnelles et diplômantes sur des thématiques d’intérêt prioritaires telles que l’accès à l’énergie, l’innovation dans le secteur de la transformation agroalimentaire, la rentabilité des Pme, l’économie circulaire, le changement climatique et l’emploi rural », a-t-il ajouté.

JEAN PIERRE MALOU  

Comments are closed.