Bira Sène : « On attend le certificat de guérison de Modou Lô »

0
587

L’édition 2023 du drapeau du chef de l’Etat se tiendra à Saint-Louis. A cet effet, le président du CNG de lutte sénégalaise s’est entretenu avec les autorités  régionales et les acteurs de kla lutte. Après les rencontres avec le Gouverneur et l’adjoint au maire chargé du sport, le président Bira Sène a rencontré les acteurs de la lutte des départements de Saint-Louis, Dagana et Podor.

23ème édition drapeau du chef de l’État : À Saint- Louis du 5 au 8 mai 2023

Pendant plus de deux heures, les acteurs de la lutte de la ré- gion de Saint-Louis ont exposé leurs problèmes au patron de la lutte sénégalaise. Le sport étant une compétence transfé- rée, le président du CNG les a invités à se rapprocher des au- torités locales, des mécènes et autres parrains pour redy- namiser la lutte dans la zone nord, Toutefois, Bira Sène n’a pas caché sa satisfaction au sortir de cette rencontre qui, selon a été très intéressante en direction de la 23ème édition du drapeau du chef de l’État que Saint-Louis va organiser du 5 au 8 mai 2023.

«Mod’Lô / Ama est reporté, pas annulé »

Interpellé sur l’actualité de la lutte surtout sur le combat entre Modou Lô et Ama Baldé, il a indiqué que le CNG n’a pas encore reçu un certificat de guérison de Modou Lô : « Le certificat de guérison de Modou on l’attend, on ne l’a pas encore reçu. Il est présentement sous contrat, il ne peut pas lutter parce qu’il est malade. Jusqu’au moment je vous parle je suppose qu’il est malade, parce qu’une note lui a été adressée pour lui dire que le combat est reporté mais pas annulé. Quand il (Modou Lô) produira un certificat de guérison, en ce moment-là le CNG va fixer une date à laquelle il affrontera son adversaire Ama Baldé» a assuré le président Bira Sène.

« Nous sommes prêts à aller jusqu’au 15 août pour épuiser le calendrier »

Sur la durée de la saison qui doit être normalement clôtu- rée le 31 juillet, le président du CNG de lutte évoque un re- gain d’intérêt envers la lutte qui les oblige à faire de com- préhension pour les acteurs et le développement de la lutte. «Nous avons une mission qui est de gérer de développer la lutte. Développer la lutte re- quiert une bonne administra- tion et le respect des règles. La saison a été ouverte le 15 sep- tembre administrativement, mais les combats n’ont dé- marré que le 1er octobre. De- puis qu’on est là, il y a un regain d’intérêt pour la lutte. Il y a plusieurs promoteurs qui veulent organiser de combats de lutte. Il y a aussi le fait qu’on sort d’une année de Covid-19. On est resté sixmois sans organiser. Il y avait le couvre-feu et il fallait gérer cette pandémie. Cette année encore, nous avons beaucoup B plus de promoteurs. Avec cette nouvelle donne avons-nous le droit de dire non à ceux séné- galais comme nous que vous n’aviez pas le droit d’organi- ser? Autant que les promo- teurs voudront organiser, que les lutteurs voudront lut- ter et que l’autorité nous ac- compagne, nous sommes – prêts à aller jusqu’au 15 août pour épuiser le calendrier qui a déjà préétabli».

Sunu Lamb

Leave a reply